Bouddhisme Hòa Hảo : 66e anniversaire de la disparition de Huỳnh Phú Sổ

Le fondateur du Bouddhisme Hòa Hảo (PGHH), Huỳnh Phú Sổ (1920-1947) a disparu le 25 février du calen…

DucHuynh1Le fondateur du Bouddhisme Hòa Hảo (PGHH), Huỳnh Phú Sổ (1920-1947) a disparu le 25 février du calendrier lunaire en 1947 (16 avril 1947) dans des circonstances jamais totalement élucidées. Lors de cette année tragique, le combat entre disciples Hoa Hao et partisans du Viêt-Minh avait atteint des sommets de violence comme nous l’avons rappelé dans un article analysant un massacre de civils au début de la guerre d’Indochine [1]. Huynh Phu So, jeune chef religieux au fort charisme, fut vraisemblablement attiré dans un guet-apens puis assassiné par le Viêt-Minh après avoir été condamné à mort par un tribunal populaire local. Le démembrement de son corps et sa dispersion furent également ordonnés pour empêcher ce personnage aux pouvoirs que l’on pensait “magiques” de refaire surface [2].

Depuis, la date anniversaire de cette tragique disparition est soigneusement célébrée par les fidèles de ce bouddhisme sans clergé. Mais aujourd’hui comme pour le bouddhisme traditionnel, le bouddhisme Hoa Hoa présente un visage à deux têtes : l’un étant celui de l’association officielle autorisée tardivement en 1999 et l’autre celui du Bouddhisme Hoa Hao dit “pur” et qui se veut authentique par rapport à l’organisation officielle [3]. Cette branche authentique, hors-la-loi selon les autorités, perpétue l’anniversaire de la mort du maître. Rappelons que la communauté comprenait près d’un million et demi de fidèles en 2009.

Malgré les entraves à la liberté de circulation et une surveillance policière accrue, le 5 avril 2013 (journée correspondant au 25 février du calendrier lunaire),  les représentants du bouddhisme Hoa Hao authentique ont organisé plusieurs célébrations dans des habitations privées en ville à Can Tho ou à Saigon et dans certains districts ruraux du delta du Mékong (district de Binh Minh à Vinh Long, district de Cho Moi à An Giang, de Lai Vung à Dong Thap) [4]. A Saigon même, une délégation composée d’autres confessions religieuses s’est rassemblée pour participer à la cérémonie des offrandes. Lors de cette occasion rare, le vénérable Le Quang Liem, chef du bouddhisme Hoa Hao dissident, a remis un message de communion pour partager la signification de Pâques à l’attention du cardinal archevêque de Saigon, Mgr Jean-Baptiste Pham Minh Man, de la Conférence épiscopale du Viêt Nam [5]. Début mars, cette église bouddhique dissidente s’était prononcée en faveur d’un référendum sur la question de la refonte de la Constitution de 1992, « pour une constitution libre et démocratique »[6].

FG, 06/04/2013

Notes

[1] François Guillemot, “Autopsy of a Massacre On a Political Purge in the Early Days of the Indochina War (Nam Bo 1947)“, EJEAS, Vol. 9, Number 2, 2010 , pp. 225-265. (pdf sur le site de Viet Studies)

[2] id., p. 256, notes 119 et 120.

[3] Voir Pascal Bourdeaux, “Réflexions sur l’institutionnalisation du bouddhisme Hoa Hao. Remise en perspective historique de la reconnaissance de 1999″, Social Compass, September 2010, vol. 57, no. 3, pp. 372-385.

[4] VRNs, Tổ chức Đại lễ kỷ niệm lần 66 ngày Đức HGC thọ nạn của PGHH Thuần Túy, An Giang – Về Đại Lễ 25/2 Âm lịch (2013) Kỷ Niệm ngày Đức Huỳnh Giáo Chủ thọ nạn, 06/04/2013.

[5] id.

[6] VRNs, Phật giáo Hòa Hảo thuần túy: Nhà cầm quyền cần trưng cầu dân ý về xây dựng Hiến pháp tự do, 09/03/2013.

Pour en savoir plus :

Pascal Bourdeaux, “Réflexions sur l’institutionnalisation du bouddhisme Hoa Hao. Remise en perspective historique de la reconnaissance de 1999″. Social Compass, September 2010, vol. 57, no. 3, pp. 372-385

Hoa Hao Buddhism celebrated its 60th anniversary in 1999. More than a million of its followers then came to its holy place (thanh dia), the native village of its founder, Huynh Phú So. This event, one of the most important pilgrimages that Vietnam has welcomed in recent decades, proved the vitality of a religious practice that had been obliged to express itself in a strictly private and individual way for a quarter of a century. It also set the seal on the conditional legal recognition of this at once local (the Western part of the Mekong delta) and transnational (Vietnamese overseas communities) religious movement as one of the country’s six established religions. This historical and historiographical review aims to emphasize the importance of collective memory and to clarify the implications of the religious regulation that, since 1999, has been redefining the institutionalization of Hoa Hao Buddhism and the social role of its followers.

Source : Social Compass

  • Sur l’histoire du bouddhisme Hoa Hao voir la thèse de Pascal Bourdeaux : Émergence et constitution de la communauté du Bouddhisme Hoa Hao : contribution à l’histoire sociale du delta du Mékong (1935-1955). Fiche Sudoc.

Fiche sur Huynh Phu So et le bouddhisme Hoa Hao dans le Dictionnaire en ligne de la Guerre d’Indochine de Christopher Goscha :

* * *

VLUU L100  / Samsung L100

PGHH66_3

PGHH66_2

PGHH66_4

 Photos PGHH Texas, Viet Tan, VRNs et Wikipedia

À quoi sert un centenaire? Retour sur le congrès socialiste de Brest (mars 1913)

Le congrès de Brest à la Une de l’Humanité, 25 mars 1913
La pratique de l’histoire semble être…

Le congrès de Brest à la Une de l'Humanité, 25 mars 1913

Le congrès de Brest à la Une de l’Humanité, 25 mars 1913

La pratique de l’histoire semble être de plus en plus liée à l’existence de commémorations qui valorisent tel ou tel évènement qu’on estime significatif et signifiant pour notre époque. Une telle profusion d’ «anniversaires» stimule la recherche historique par une demande sociale grandissante, mais en même temps restreint cette même recherche à quelques périodes ou quelques évènements dont on estime qu’ils ont une portée actuelle au risque de délaisser d’autres périodes qui auraient pourtant méritées qu’on s’y attarde. Comme mon sujet de thèse porte pour partie sur la Première Guerre mondiale, il est probable que l’année 2014 aura une influence sur mon travail. La commémoration du centenaire de 14-18, que l’on peut sentir déjà effervescente, donnera en effet lieu à de nombreux colloques, publications ou documentaires. Si comme tous les historien-ne-s, je me réjouis de cette perspective, il me semble aussi important d’interroger une telle pratique, celle qui consiste à réduire l’histoire à une série de commémorations, même si celles-ci impulsent de nombreux travaux novateurs (ce qui n’est toutefois pas toujours le cas).

Avant d’aborder plus en avant cette question, je vais donc durant le mois de mars sur ce carnet de recherches « créer » un centenaire. Il n’y a a priori aucune raison à cela, juste un point de départ commençant par « il y a cent ans commençait… ». Je prendrai le prétexte du centenaire du congrès de la Sfio à Brest, qui s’est déroulé en mars 1913, pour écrire une série de billets sur ce thème. Il n’y a pas, à ma connaissance, de commémoration officielle de cet évènement  mais ce n’est bien sûr le point essentiel. Il s’agira plutôt, d’une part, de relater le déroulement de ce congrès selon plusieurs angles d’étude, et d’autre part de tirer quelques enseignements de cette « commémoration de papier » dans un cadre plus large de la pratique de la recherche en histoire.

Pour le moment, voici la liste des billets qui seront publiés dans le cadre de ce mois « Brest 1913-Brest 2013 » :

Le 1er billet portera sur la journée de manifestation qui a lieu à Rennes le 14 mars 1913. En effet durant ce mois, la France connaît une forte mobilisation du mouvement ouvrier contre la loi des trois ans et ce jour-là dans la ville bretonne, des affrontements entre socialistes et camelots du roi ont lieu. Ce sera l’occasion de s’arrêter sur les pratiques militantes des socialistes dans un contexte de mobilisation sociale.

Plus largement, le second billet portera sur ce moment historique où la loi des trois ans est discutée en France. Une semaine avant le congrès de Brest a eu lieu en effet un très large rassemblement au Pré-Saint-Gervais, qui sera suivi d’autres rassemblements au même endroit en mai de la même année. J’étudierai donc l’importance de cette mobilisation qui atteint son paroxysme lors de ces manifestations parisiennes restées dans les mémoires militantes.

Les billets suivants porteront ensuite plus précisément sur le congrès de Brest : le troisième texte s’intéressa ainsi à la préparation et à l’organisation du congrès par la fédération du Finistère en posant la question de la « logistique » d’un tel congrès. Dans le 4ème billet, les idées défendues par les socialistes seront analysées, en particulier celles concernant le pacifisme, l’internationalisme et la loi des trois ans. Le 5ème texte s’intéressa au grand absent du congrès : Jaurès, retenu par les débats à la Chambre, n’est en effet pas présent et on s’interrogera pour savoir si c’est sa seule absence qui a fait du congrès de Brest « un congrès raté ». La 6ème étude portera sur l’internationalisme en action à travers l’étude de la présence du socialiste allemand Molkenbuhr qui fait un discours à la tribune. L’avant-dernier texte aura pour but d’étudier la portée de ce congrès si proche du déclenchement du Premier conflit mondial. Et enfin dans un 8ème et dernier billet, je reviendrai sur le thème évoqué dans ce début de ce texte, à savoir l’utilité des commémorations dans la pratique de la recherche en histoire.

Deux remarques pour finir : tout d’abord, il ne faudra voir dans cet ensemble que des esquisses, pas une étude aboutie sur le sujet. Ensuite et surtout, le congrès de 1913 par bien des aspects marque en quelque sorte le début de la période chronologique sur laquelle repose mon travail de recherche, même si pour certains points je remonte plus loin dans le temps. Il sera donc commode d’y voir aussi quelques idées que j’essaye en ce moment de rassembler dans l’écriture de ma thèse. C’est pourquoi dans une sorte d’introduction à l’ensemble de la série ici évoquée je vais au préalable évoquer un autre congrès qui se déroule en 1912 à Bâle. Il s’agit du congrès de l’Internationale socialiste consacré aux questions de la guerre et de la paix. Plusieurs délégués bretons y assistent et le prochain billet qui sera publié dans un ou deux jours portera sur ce congrès international contre la guerre avant de débuter franchement la série du mois de mars consacré à  Brest 1913-Brest 2013.