Sur le premier sonnet du chansonnier de Pétrarque. La traduction la plus littérale n’est peut-être pas celle qu’on croit.

Quelle forme permet la plus grande littéralité dans la traduction de la poésie ? Longtemps, l’altern…

Quelle forme permet la plus grande littéralité dans la traduction de la poésie ? Longtemps, l’alternative devant un texte poétique a été la suivante, pour résumer : soit on traduit en vers réguliers selon les critères de la métrique française, soit on traduit en prose – un paragraphe de prose correspond alors à une strophe. C’est ainsi que les traductions du Cantique des cantiques sont jusqu’au milieu du 19ème siècle majoritairement en prose, et, dans quelques cas d’éditions séparées du seul Cantique, en vers réguliers, mais […]

“Madame, mais le traducteur, il a le droit… ?” L’éthique du traducteur en cours de commentaire de traduction.

 Le questionnement continu et progressif de mes opinions sur la traduction est souvent relancé par l…

 Le questionnement continu et progressif de mes opinions sur la traduction est souvent relancé par les questions des étudiants, en cours de commentaire de traduction. Et c’est vraiment une des choses que je préfère dans ce métier : quand une question, en apparence naïve, en apparence incongrue, déclenche chez moi une chaîne d’interrogations, et révèle chez l’étudiant des représentations du langage, de la traduction, d’autant plus intéressantes que, pour les L1, ils n’ont pas encore beaucoup rencontré de théoriciens de la traduction dans leurs cours et […]

L’enseignante enseignée. Réflexions en marge des cours de commentaire de traduction.

Au moment où je corrige mon premier (très gros) paquet de copies de commentaires de traduction, je c…

Au moment où je corrige mon premier (très gros) paquet de copies de commentaires de traduction, je commence à prendre la mesure de ce qu’apporte l’enseignement du commentaire de traduction au développement de la réflexion que je tente de construire sur l’hétérogénéité des langues et sur la théorie du langage en général. Je ne peux pas dire qu’en prenant en charge cette année des cours de commentaire de traduction, j’aie été en terrain inconnu : quatre ans à préparer une thèse construisant l’histoire de la […]