La convention, le rebond… l’élection.

Chaque convention nationale permet de donner (ou d’essayer de donner) une unité du parti, à tr…

Chaque convention nationale permet de donner (ou d’essayer de donner) une unité du parti, à travers la fédération, de toutes les factions du parti. Cela se fait notamment autour de l’adoption de la plate-forme du parti: l’exclusion des délégués contestataires de Ron Paul durant la convention républicaine, ou la réintégration de la place de Jérusalem dans la géopolitique moyen-orientale lors de la convention démocrate, témoignent de cette volonté de rallier toutes les franges du parti, ou  à défaut, de les éloigner pour qu’elles ne ternissent l’image unitaire du parti.

Les conventions nationales constituent un tremplin pour le Ticket officiellement désigné : en règle générale il fait un bond considérable dans les sondages. C’est d’ailleurs ce rebond qui a permis, en 2004, à George W. Bush de passer devant John Kerry, dont la crédibilité commençait de toute manière à s’éroder sous l’effet des premières campagnes publicitaires du Swift Boat Veterans for Truth. En 2008, John McCain a également bénéficié de cet effet-rebond, dans la foulée de la très médiatisée nomination de Sarah Palin comme colistière.

Le “rebond de convention” dans les sondages 1964-2012

Convention démocrate Convention Républicaine
Année Convention Candidat investi Rebond
%
Convention Candidat investi Rebond
%
2012 Sept. 3-6 Barack Obama xx Aug. 27-30 Mitt Romney xx
2008* Aug. 25-28 Barack Obama 4 Sept. 1-4 John McCain 6
2004 July 26-29 John Kerry -1 Aug 30-Sep 2 George W. Bush 2
2000 Aug. 14-17 Al Gore 8 Jul 31-Aug 3 George W. Bush 8
1996 Aug. 26-29 Bill Clinton 5 Aug. 12-15 Bob Dole 3
1992 July 13-16 Bill Clinton 16 Aug. 17-20 George Bush 5
1988 July 18-21 Mike Dukakis 7 Aug. 15-18 George Bush 6
1984 July 16-19 Walter Mondale 9 Aug. 20-23 Ronald Reagan 4
1980 Aug. 11-14 Jimmy Carter 10 July 14-17 Ronald Reagan 8
1976 July 12-15 Jimmy Carter 9 Aug. 16-19 Gerald Ford 5
1972 July 10-13 George McGovern 0 Aug. 21-23 Richard Nixon 7
1968 Aug. 26-29 Hubert Humphrey 2 Aug. 5-8 Richard Nixon 5
1964 Aug. 24-27 Lyndon Johnson 3 July 13-16 Barry Goldwater 5
 source: The American Presidency Project

Le Ticket Romney-Ryan espérait sans aucun doute surfer sur une vague similaire. La biographie et le discours d’acceptation de Romney, le discours de Marco Rubio ou celui de Jebb Bush, l’allocution remarquée de la seule “survivante” (politiquement s’entend) de l’Administration Bush Condoleezza Rice, ont été occultés par l’étrange prestation de Clint Eastwood, dont les médias et les émissions d’humour se sont emparés, aux dépens du rebond tant attendu.

Il y a bien eu un rebond dans les sondages pour le ticket républicain (voir ici) que Nate Silver a tenté d’extrapoler.

À la suite de la convention démocrate, dans la foulée d’un discours spectaculaire de Bill Clinton, en appui à Barack Obama, et d’un discours plus mitigé de Barack Obama lui-même, les sondeurs ont enregistré pratiquement immédiatement un rebond dans les sondages.

Et malgré des chiffres défavorables concernant l’emploi, Barack Obama paraît consolider son avantage:

source: http://www.gallup.com/poll/150743/Obama-Romney.aspx

 

Comme l’explique Nate Silver, un rebond ne garantit pas l’élection. Parfois, seule une semaine de couverture médiatique intensive permet au candidat concerné de bénéficier d’un léger avantage dans les sondages mais ne va pas au-delà. D’autres fois au contraire, l’avantage gagné à la suite de la convention est acquis: cela a été le cas pour George W. Bush en 2004, dont le rebond post-convention s’est maintenu jusqu’à l’élection.

 

————————————————————————

Sources :

Les élections américaines 2012, site web, http://www.usa2012.uqam.ca/
Élisabeth Vallet, Le Duel, Septentrion 2008, rééd. 2012
Élisabeth Vallet et David Grondin, Les élections présidentielles américaines, Presses de l’Université du Québec, 2004.