L’affaire de la refonte de la constitution vietnamienne : Fin de Parti ou fin de partie ?

A en croire les différentes initiatives citoyennes appelant au multipartisme et à la démocratie, le …

NguyenDacKienA en croire les différentes initiatives citoyennes appelant au multipartisme et à la démocratie, le monopole du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) est de plus en plus fortement contesté. Fait assez nouveau, cette contestation est désormais publique et ostentatoire. Depuis la création du Bloc pro-démocratie en 2006, le nombre de citoyens autodéclarés en dissidence avec l’Etat-Parti n’a fait que progresser malgré les campagnes de répression politique de ces dernières années. Ceci démontre les limites de la répression et offre de surcroît à la RSVN un visage rétrograde à l’image des régimes finissants de l’Europe de l’Est des années 90. En Asie du Sud-Est, le Myanmar a bien compris les avantages que pouvaient apporter un retour de la démocratie et même s’il y a encore beaucoup à faire le chemin est tracé. Or, le Viêt-Nam semble devoir amorcer un virage avec un clivage aujourd’hui flagrant entre le pouvoir communiste et le peuple vietnamien. Paysans expropriés en colère, intellectuels bâillonnés ayant décidé de rompre le silence, blogueurs déconstructeurs des discours officiels, une partie de l’élite citadine et de la paysannerie pauvre est entrée en fronde sans parler des milieux bouddhistes ou catholiques étroitement encadrés depuis 1975.

Fin de Parti…

HienPhap1992Au mois de novembre 2012, l’Assemblée nationale vietnamienne, par la décision n° 38/2012/QH13, proposait une refonte de la constitution vietnamienne actuelle [1]. Un Comité officiel, validé par le PCV, chargé de récolter les avis de la population fut mis sur pied le 2 janvier 2013 [2]. Dès la diffusion de cette nouvelle, très encadrée et présentée dans la forme la plus habituelle du régime, des intellectuels renommés et des citoyens concernés se sont mis au travail pour proposer une alternative à la constitution actuelle. Deux mois après, les autorités ont pu recueillir les précieux avis qui dépassent à n’en pas douter les résultats escomptés. En effet, le message principal de la consultation populaire pour amender et réviser la constitution de 1992 (déjà amendée en 2001) peut se résumer en cette nouvelle assertion : nous ne voulons plus du monopole du parti. C’est l’objet de la demande de l’abrogation de l’article 4 de la Constitution actuelle qui stipule : « le Parti communiste vietnamien (…) est la force dirigeante de l’Etat et de la société » [3]. Le projet d’abolition pur et simple de cet article n’est pas nouveau et a été défendu par la dissidence depuis des années mais il s’est toujours heurté à une vive opposition du pouvoir en place. En 2007, sur cette question brulante, l’ancien Président de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN), Nguyen Minh Triet, avait répondu que cela équivalait à un suicide « tự sát » pour le parti [4].

Reprenons ici le fil chronologique de cette affaire. Le 19 janvier 2013, une « Requête pour une refonte de la Constitution » était mise en ligne sur internet (site Bauxite Viêt Nam) pour exprimer l’avis d’un groupe de 72 intellectuels, anciens responsables politiques ou personnalités de la hiérarchie catholique [5]. Cette requête prend à contrepied le projet gouvernemental sur plusieurs points. Elle affirme la nécessité d’un certain nombre de changements radicaux pour que la nouvelle constitution soit crédible et conforme à la volonté du peuple. Outre l’abrogation de l’article 4, le texte aborde la question de la propriété collective de la terre, une « invention soviétique » que les précédentes constitutions de 1946 et de 1959 ne mentionnaient pas. Il s’agit de revenir donc à une forme de propriété privée préexistante à des époques différentes au Nord comme au Sud avant 1975. Le troisième point tout aussi important concerne la neutralité de l’armée et des appareils de contrôle, des « forces armées populaires » (lực lượng vũ trang nhân dân) vis-à-vis du pouvoir. Il s’agit en clair de dépolitiser l’armée et la police qui ne doivent en aucun cas servir les intérêts d’un parti politique quel qu’il soit. Et ce point prend à contresens le projet de l’article 70 (visant à compléter l’article 45 de la constitution actuelle) qui affecte ce rôle de protection et de fidélité au PCV seul [6]. La revue en ligne Eglises d’Asie a parfaitement résumé dans les grandes lignes les changements préconisés :

La requête contient sept propositions d’amendements, dont certains remettent en cause les fondements du régime actuel. Dans le nouveau texte constitutionnel proposé, on ne retrouve plus l’article 4 de l’actuelle Constitution présentant le Parti communiste comme la force dirigeante du système politique et de la société. Il devient une organisation politique comme les autres, soumise à l’épreuve des élections et ne possédant aucun privilège sur les autres. C’est le peuple qui désormais détient la souveraineté. La propriété du peuple tout entier (c’est-à-dire, concrètement, l’Etat) sur les terres est, elle aussi, mise en cause. Les droits de l’homme sont énumérés et définis. Le régime institué par le nouveau texte serait une république de type présidentiel [7].

La requête rencontra rapidement un immense succès avec, lors de sa soumission officielle le 3 février 2013, au comité de l’Assemblée nationale chargé de relever les avis, plus de 2500 signataires et l’adhésion de la Fédération des étudiants catholiques du Vietnam [8]. Elle continue de recueillir des centaines de signatures.

GauUngHo

La jeunesse mobilise ses avatars : vu sur le blog Dân Luận.

L’affaire a pris un nouveau tournant lorsque le 26 février 2013 le journaliste hanoïen Nguyen Dac Kien fut forcé de quitter la rédaction du journal Gia đình & Xã hội (Famille et Société) à la suite d’un article critique vis-à-vis du Secrétaire général du PCV Nguyen Phu Trong [9]. En effet, ce dernier soulignait, plutôt timidement d’ailleurs, les « Points de vue politiques dégradés » proposés pour réformer la constitution [10]. Cette opinion maladroitement divulguée laisse entrevoir que la consultation populaire n’a en réalité aucun sens. Elle souleva des protestations et des interrogations sur les objectifs réels du pouvoir (voir plus bas). Courageusement, le journaliste Nguyen Dac Kien avait exprimé, en cinq points, un certain nombre d’idées partagées par de nombreux blogueurs et citoyens sur ce qu’il considérait comme nécessaire pour sortir le pays de l’impasse politique. Nous reproduisons ci-dessous ces propositions révolutionnaires traduites en français sur le blog Dân Làm Báo :

1. Nous voulons non seulement supprimer l’article 4 de la Constitution, mais aussi organiser un Congrès constitutionnel pour établir une nouvelle Constitution; celle qui reflèterait la vraie volonté de l’ensemble du peuple vietnamien, et non pas la volonté du Parti communiste telle que défend la Constitution actuelle.

2. Nous soutenons le pluralisme, le multipartisme, et tous les partis politiques qui se concurrencent loyalement pour la liberté, la démocratie, la paix et le progrès du peuple vietnamien. Aucun parti politique, quelque que soit le statut, n’aura le droit de manipuler notre nation par le totalitarisme.

3. Nous soutenons la création d’un Etat fondé non seulement sur la séparation des pouvoirs (séparation du législatif, de l’exécutif et du judiciaire), mais aussi sur la décentralisation du pouvoir gouvernemental, c’est-à-dire un système qui augmente l’autonomie des régions et établit des administrations locales fortes. Nous soutenons la suppression de grandes entreprises nationales (ou entreprises soutenues par l’État) ainsi que celle des institutions publiques qui emploient improprement le budget national, qui détournent les biens collectifs, et qui détruisent la confiance, l’esprit et la solidarité du peuple vietnamien.

4. Nous soutenons l’apolitisme de l’armée. L’existence de l’armée a pour but de protéger le peuple et la patrie, de défendre la souveraineté nationale, et non pas de servir n’importe quel parti politique.

5. Nous affirmons avoir le droit de faire la déclaration ci-présente, et que tous les autres vietnamiens possèdent le même droit. Nous sommes en train d’appliquer les droits fondamentaux de l’homme qu’il s’agisse de la liberté d’expression et la liberté de pensée. Ces droits sont acquis par chaque être humain à la naissance; ils sont reconnus et respectés par le peuple vietnamien; Ces droits n’ont pas été octroyés par le Parti Communiste Vietnamien, par conséquent, ce dernier n’a en aucun cas le droit de nous en déposséder, ni d’en juger. De ce fait, nous considérons que tous les jugements et accusations à notre égard sont des diffamations. Et nous croyons que ceux qui s’opposent à ces droits de l’homme s’opposent aussi aux intérêts nationaux et au progrès de l’humanité. [11].

Cette véritable déclaration politique a suscité une troisième initiative citoyenne intitulée « Déclaration des ces citoyens libres » [12]. Elle s’est affichée sur la toile sous la forme d’une pétition en ligne en reprenant mots pour mots la missive du journaliste expulsé (ci-dessus, le “je” de Nguyen Dac Kien étant remplacé par le “nous” des citoyens libres). La première phrase de ce nouvel appel est un signe de solidarité : « Nous, les premiers signataires du texte qui suit, nous dressons aux côtés du journaliste Nguyen Dac Kien et appelons les autres citoyens à déclarer avec nous » les cinq mesures phares avancées par le jeune journaliste [13]. Voici donc l’essentiel de ce qui s’est dit dans le premier volet de cette affaire.

… ou fin de partie ?

Hienphap2La consultation populaire en a fait rêver plus d’un et des groupes d’intellectuels issus des rangs même du PCV se sont pris au jeu. Mais le projet de réécriture pour l’avènement d’une nouvelle constitution porté par les 72 personnalités n’a pas fait long feu. Quatre jours seulement après le dépôt de la requête, la commission de l’Assemblée nationale faisait connaître son avis. Très habilement, elle ne discutait pas du contenu mais pointait le caractère déplacé de la demande, qui ne s’inscrivait pas, selon elle, dans le cahier des charges de l’arrêté de novembre 2012 puisque la requête n’était ni plus ni moins un projet concurrent [14]. Notez que cette agitation soudaine se manifesta juste avant les festivités du nouvel an lunaire (dimanche 10 février). Fait peu habituel, la joute fut reprise ce jour-là par le cardinal archevêque de Saigon, Mgr Jean-Baptiste Pham Minh Mân, qui, de son côté, en guise de cadeau de nouvel an, édita une lettre ouverte adressée aux autorités comme aux citoyens appelant à une rénovation totale (toàn diện) du pays [15]. La lettre, modérée, humaniste et pleine bon sens, propose une refonte de la société sur des bases plus morales, sur l’Etat de droit, le respect mutuel. Cette rénovation intégrale, souligne-t-il, « doit s’effectuer non dans la violence, mais dans le dialogue, la collaboration et en plein accord avec la culture vietnamienne » [16]. Puis, à partir de Hanoi, la Conférence épiscopale a emboîté le pas de Saigon pour annoncer ses propositions de réforme dans une nouvelle lettre ouverte dûment argumentée le 4 mars 2013 [17].

NguyenPhuTrong2013

Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV

La réponse du pouvoir à ces différentes vues pour tenter d’influer sur l’avenir du Viêt-Nam reste ambiguë. Les ténors du PCV et de l’Assemblée nationale poursuivirent la contre-offensive en assénant la ligne à ne pas franchir. Les derniers propos de Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV, qui mirent le feu aux poudres, en date du 25 février, ne sont guère rassurants mais se sont pas étonnants non plus [18]. Il assimilait les différentes propositions de réforme démocratique de ses collègues (la requête des 72) à une « régression à la fois politique et morale ». Il mettait en garde les cadres du parti contre ces « dérives » pour que la consultation populaire soit mieux dirigée. Signe d’un possible désarroi, il reprenait les mots principaux mots d’ordre des intellectuels frondeurs (abrogation de l’article 4, multipartisme, séparation des pouvoirs, dépolitisation de l’armée) pour marteler qu’il s’agissait bien, selon lui, d’une dégradation et non d’une avancée politique [19]. Qu’à cela ne tienne, les réponses aux inquiétudes soudaines du secrétaire général du PCV se sont fait connaître sur la toile : outre l’article très exceptionnel de Nguyen Dac Kien, d’autres voix continuent de s’exprimer. Le maintien de l’article 4 illustrerait à lui seul la régression politique actuelle défend le journaliste Vo Van Tao sur RFA [20]. De Hanoi, le dissident Nguyễn Thanh Giang décrypte les ambiguïtés du secrétaire général [21]. Quant au journaliste dissident Huy Duc, il exprime sur son blog Osin son point de vue sur la réforme de la constitution qui selon lui ne devrait pas consister pas à construire des abris pour le pouvoir communiste en déclin [22]. Et la liste des avis frondeurs est encore longue [23].

Quels sont les enseignements à tirer de cette joute politique ou de ce dialogue de sourds qui se répètent depuis plusieurs années ?

  • La chose la plus importante est illustrée par le fait que le PCV est désormais attaqué non plus sur son bilan mais sur sa raison d’être, sur son essence même, sur son utilité et son efficacité réelles pour le pays, et ceci  à l’intérieur du pays. Et cette contestation est désormais ouverte, déclarée, exprimée sur la place publique. Entaché par les affaires de corruption, par la mauvaise gestion économique, par la richesse accumulée au profit d’une nomenklatura méprisante, beaucoup pensent qu’il n’est plus crédible.
  • Deuxièmement, cela démontre aussi que le divorce entre une partie de la population et le PCV est consommé. La dislocation de cette osmose entre le Parti et le peuple, construite, promue, nourrie et contrôlée par le PCV est désormais un processus reconnu dont on ne peut prévoir l’issue. Autant la période de la guerre dans un Viêt-Nam divisé donnait à la RDVN le visage d’une population soudée derrière le Parti des Travailleurs (il aurait été dangereux de signifier alors une dissidence), autant la période du retour à la paix véritable, c’est-à-dire depuis la fin de l’aventure militaire au Cambodge (1989), a révélé le visage multiple et complexe d’un Viêt-Nam que les autorités communiste voulaient « unique » (mais qui ne l’a jamais été).
  • Troisièmement, le nombre de citoyens-dissidents de l’Etat-Parti est en constante augmentation et affiche désormais non plus quelques dizaines d’individus courageux mais rassemble aujourd’hui des dizaines de milliers de Vietnamiens dont une bonne partie vit et travaille au Viêt-Nam. Qui plus est, la contestation est le fait d’anciens « camarades », d’anciens responsables politiques, d’intellectuels membres du PCV ou proches de lui et donc hors de tout soupçon.

Cette nouvelle contestation intérieure est portée par des groupes de citoyens que le pouvoir communiste ne peut aisément taxer de « réactionnaires » ou d’organisation voulant « renverser le gouvernement populaire ». Ces intellectuels sont par ailleurs conscients de la portée surtout symbolique de leur acte :

Interrogé par Radio Free Asia, un des membres du groupe des premiers signataires, Mme Pham Chi Lan, a déclaré que, selon elle, les réformes suggérées dans la requête étaient à la fois conformes aux aspirations du peuple et accordées à l’évolution des divers pays dans le monde. Elle pense que les réformes démocratiques demandées seront difficilement acceptées par le Parti communiste vietnamien. Pourtant, souligne-t-elle, les dirigeants eux-mêmes sont persuadés que seules des réformes profondes pourront arracher le Parti à la crise qu’il traverse actuellement [23].

Face à cette situation inédite, le pouvoir va être obligé de choisir. Engager le second Renouveau préconisé depuis 2010 par les experts politiques et économiques ou faire le dos rond avant de lancer une nouvelle répression lorsque la fièvre « démocratique » sera apaisée. Le choix est cornélien car il engage l’avenir du Viêt-Nam sur le plan intérieur et extérieur. L’échec de la réforme constitutionnelle enverrait un signe négatif et désespérant pour les centaines de milliers de petits acteurs économiques et sociaux du pays et surtout pour la jeunesse en soif de changement. Un capital social non négligeable pour sortir de la crise et de la concurrence économique implacable que se livrent les pays de la région. Sur le plan extérieur, l’impossibilité de changer démontrerait que l’Etat-Parti vietnamien est acculé à une impasse historique. Pour ainsi dire, afin de conserver une certaine aura, en partie due à la couteuse guerre de réunification, le PCV a le devoir de prendre la mesure de la nouvelle aversion vietnamienne pour l’idéologie marxiste-léniniste que certains intellectuels dénoncent aujourd’hui clairement comme un « stalinisme », historiquement dépassé et politiquement nocif (voir à titre d’exemple les propos très directs du Professeur Tuong Lai).

* * *

En bref, comme en décembre 1986 lors du VIe congrès du PCV, il convient de « parler vrai » mais plus encore : il faut agir. Le PCV doit réfléchir à une nouvelle stratégie : le « changer pour faire du neuf » de l’époque de l’avènement du Đổi Mới (Renouveau) ne risque plus de faire recette tant il s’est concrétisé par un « changer pour survivre » en permettant l’avènement d’une riche et puissante nomenklatura aujourd’hui soucieuse de ses privilèges.

Il faudra donc être inventif, saisir cette occasion favorable pour passer en douceur à la transition démocratique. Sans quoi, à la fronde courtoise engagée par les intellectuels conquis par les rêves de démocratie et de multipartisme risque de succéder une déflagration sociale ou militaire entraînant le pays dans l’instabilité. Le risque est sérieux, c’est pourquoi une transition raisonnée, à la cambodgienne ou à la birmane – et le Viêt-Nam est dans une meilleure position -, permettrait au PCV de réformer le système en profondeur tout en conservant les clés du nouveau pouvoir (cas des transitions russes et des pays de l’Europe de l’Est des années 1990) ou à se ménager une porte de sortie sans conséquences politiques lourdes. Le second Đổi Mới prendra-t-il la forme d’un « changer pour rester » ou offrira-t-il au Viêt-Nam l’évolution pacifique qu’il mérite après des années de guerre et de totalitarisme ?

François Guillemot, 05/03/2013

 

Notes

[1] Nghị quyết số 38/2012/QH13 ngày 23/11/2012.

[2] Voir l’annonce officielle sur le site du gouvernement : VGP News, “Chính thức công bố Dự thảo sửa đổi Hiến pháp 1992“, 02/01/2013.

[3] Voir : Les constitutions du Vietnam, 1946-1959-1980-1992, Hanoi, Editions The Gioi, 1995, p. 154. La constitution de 1992 sur le portail du gouvernement de la RSVN : “Hiến pháp nước CHXHCN Việt Nam“.

[4] Cf. Guillemot, François, “Viêt-Nam, résistances, révolutions, réunification”, in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, 30 chercheurs enquêtent sur l’identité nationale, Paris, Choiseul éditions & RFI, 2011, p. 365.

[5] Voir : “Kiến nghị về sửa đổi Hiến pháp 1992“. Voir l’analyse d’Eglises d’Asie : EDA, “Déjà 800 signatures pour une lettre ouverte demandant le remaniement de la Constitution“, 24/01/2013.

[6] L’article 45 stipule actuellement : “Les forces armées populaires doivent être d’une fidélité absolue envers la Patrie et le peuple ; se tenir prêtes à combattre pour défendre l’indépendance, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de la Patrie, la sûreté nationale, l’ordre et la sécurité sociale [sic], défendre le régime socialiste et les acquis de la révolution ; ensemble avec tout le peuple, édifier le pays”. Il n’est donc pas officiellement fait mention de la protection du PCV comme le stipule l’amendement n°70 : “Điều 70 (sửa đổi, bổ sung Điều 45) Lực lượng vũ trang nhân dân phải tuyệt đối trung thành với Đảng cộng sản Việt Nam, Tổ quốc và nhân dân, có nhiệm vụ bảo vệ độc lập, chủ quyền, thống nhất, toàn vẹn lãnh thổ của Tổ quốc, an ninh quốc gia và trật tự, an toàn xã hội; bảo vệ Đảng, Nhà nước, nhân dân, chế độ xã hội chủ nghĩa, cùng toàn dân xây dựng đất nước và thực hiện nghĩa vụ quốc tế”.

[7] Souligné par nous. EDA : “La requête pour la refonte de la Constitution, signée par des milliers de personnes, a été remise au bureau de l’Assemblée nationale“, 07/02/2013.

[8] Voir sur Mémoires d’Indochine : “Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp” et EDA : “Des évêques et des étudiants catholiques signent la requête pour la refonte de la Constitution“, 25/01/2013. Voir aussi les photographies de “supporters” sur le blog Dân Luận : “Cùng chụp ảnh ủng hộ Bản Kiến Nghị về Sửa Đổi Hiến Pháp 1992“.

[9] Voir RFA : “Vietnamese Reporter Fired for Critical Essay“, 26/02/2013 (Reported by Chan Nhu. Written in English by Joshua Lipes).

[10] Voir l’extrait vidéographique de l’émission de VTV1 sur le site de la BBC, 26/02/2013.

[11] Dan Lam Bao, “Déclaration des Citoyens libres“. Voir la version originale sur son blog : Nguyễn Đắc Kiên, “Vài lời với TBT ĐCS VN Nguyễn Phú Trọng“, 26/02/2013 et une autre traduction française sur le site Dân Luận.

[12] Voir sur le blog DanLamBao : “Lời Tuyên Bố của các Công Dân Tự Do“, 28/02/2013. Le blog annonce 4300 signatures après la mise à jour de la pétition en ligne le 05/03/2013.

[13] Voir aussi : Gia Minh, “Nhóm “Công dân tự do” ra tuyên bố ủng hộ PV Nguyễn Đắc Kiên“, RFA, 28/02/2013.

[14] voir l’analyse d’EDA : “L’Assemblée nationale embarrassée par la requête pour la refonte de la Constitution“, 20/02/2013.

[15] Voir EDA : “Le cardinal archevêque de Saigon propose un programme de rénovation (dôi moi) intégrale du pays“, 27/02/2013.

[16] id.

[17] Cf. : VNRs, “Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam gửi Ủy ban Dự thảo sửa đổi Hiến pháp năm 1992 nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp“, 01/03/2013. Voir l’analyse d’EDA : Pour approfondir. “Contribution de la Conférence épiscopale à la refonte de la Constitution de 1992“, 04/03/2013. Le texte original en vietnamien est disponible sur le site officiel de la Conférence épiscopale : “Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp“, 01/03/2013.

[18] BBC, “TBT Trọng nói về sửa đổi Hiến pháp“, 26/02/2013 et Thanh Quang, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, RFA, 04/03/2013.

[19] RFA, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, 04/03/2013.

[20] Voir le blog Ba Sàm : Võ Văn Tạo, “Giữ Điều 4 mới chính là suy thoái đạo đức, thưa ông Tổng Bí thư!“, 26/02/2013.

[21] Voir sur le site de Viet Tan : Nguyễn Thanh Giang, “Ông Nguyễn Phú Trọng rất hàm hồ“, 27/02/2013.

[22] Voir sur le site Facebook de Huy Đức : “Sửa Hiến Pháp Chứ Không Phải Xây Hầm Trú Ẩn“, 19/02/2013. Voir également sur Nam Nguyên, “Đảng yếu nên sợ hãi đa nguyên đa đảng?“, RFA, 01/03/2013.

[23] Voir Chân Như, “Người dân nghĩ gì về phát biểu của Tổng bí thư?“, RFA, 26/02/2013.

[24] EDA, art. cit., 07/02/2013.

* * *

Nhà báo Nguyễn Đắc Kiên trả lời phỏng vấn RFA

Paul Ricoeur : La mémoire, l’histoire, l’oubli – CR de lecture par Pauline Seguin

CR de lecture de Pauline Seguin. Ouvrage de réf. : Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, P…

CR de lecture de Pauline Seguin. Ouvrage de réf. : Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Editions du Seuil, Points Seuil, Essais, 2000, 689 p.

Paul Ricoeur, intellectuel français majeur du XXème siècle, a profondément marqué toute la pensée en sciences sociales, aussi bien en France qu’à l’étranger, notamment aux Etats Unis, où il enseigna pendant plusieurs années.

Sa vie de philosophe éclairé et militant s’est achevée en 2005, et il est fort probable que nous ne soyons pas encore en mesure de saisir toute l’ampleur de la portée de sa pensée, sur l’ensemble du champ des sciences humaines.

Maintes fois cité, dans des domaines souvent extérieurs à sa discipline, la philosophie, il s’agit là d’un grand penseur humaniste qui apparaît déjà comme absolument incontournable sur plusieurs questions, et notamment sur la question qui nous intéresse, à savoir, la mémoire.

Il s’agit donc d’essayer, en toute modestie, de faire un compte rendu synthétique, au risque de sembler schématique, des thèses complexes défendues dans l’ouvrage La mémoire, l’histoire, l’oubli (Edition du Seuil, Paris, 2000), et de mettre à jour quels sont les enseignements majeurs que l’on peut en retenir afin d’éclairer notre étude sur la mémoire de la décolonisation en Indochine.

Tout en gardant à l’esprit que la complexité du langage et des concepts employés est telle que l’étude de cet ouvrage mériterait d’y consacrer beaucoup plus de temps, et d’en proposer un compte rendu plus abouti et mûri que la présente note de synthèse.

La démarche consiste tout d’abord, à faire une brève présentation de l’auteur, un éclairage sur les éléments de contexte déterminants pour la compréhension de cet ouvrage, avant de retracer, à grands traits, les thèses défendues par l’auteur.

Paul Ricoeur (1913‐2005) est né à la veille de la première guerre mondiale, en 1913, et sera fait prisonnier de guerre entre 1940 et 1945, en Poméranie, lors de la deuxième guerre mondiale. Il apparaît donc d’emblée comme quelqu’un de « profondément marqué par un siècle tragique qu’il traverse en s’engageant pleinement dans ses enjeux majeurs, pour en éclairer le sens » [1]. Les drames et les tragédies du XXème siècle, auxquels il semble très sensible, marquent profondément sa pensée et son questionnement, et cette sensibilité accrue est perceptible tout au fil de son œuvre.

Influencé par la phénoménologie de Husserl (dont il semble être un héritier direct) et par l’existentialisme, il construit, en intégrant les apports de la psychanalyse, et de la pensée de Freud, une philosophie de l’interprétation, et apparaît comme un des représentants majeurs de l’herméneutique contemporaine. Les grandes questions qui marquent toute son œuvre sont celles de la volonté, du temps, du sujet, de l’altérité et des valeurs, dans la perspective d’un humanisme chrétien optimiste.[2]

Le temps et l’histoire constituent, dés les années 1950, un de ses thèmes privilégiés de recherche. Il publie Histoire et Vérité [3] en 1955, où il tente une définition délicate de la notion de vérité en histoire, et détermine les contours de l’objectivité en histoire (à distinguer de l’objectivité en sciences exactes). En 1983, il poursuit sa réflexion en publiant, en trois volumes, Temps et Récit [4], où il s’interroge sur les ressources de la narrativité, du récit et de la fiction, et sur leurs incidences sur le récit du temps passé.

Le présent ouvrage se définit, dès les premières pages, comme une réponse à ces deux ouvrages précédents, où Ricoeur se propose d’approfondir sa réflexion en palliant les lacunes de ses écrits antérieurs, et d’explorer les problématiques liées aux relations entretenues entre les trois pôles d’accès au passé que sont la mémoire, l’histoire, et l’oubli.

Si Ricoeur s’intéresse très tôt à l’histoire et aux problématiques soulevées par son écriture, ce n’est jamais dans la perspective de constituer une philosophie de l’histoire, ou d’établir une reconstruction téléologique de l’histoire.

Cet ouvrage publié en 2000 peut apparaître comme le résultat de la somme des réflexions que les drames du XXème siècle et les questionnements de l’historiographie contemporaine ont inspiré à l’auteur, conjuguée à la lecture croisée des différents philosophes et penseurs ayant écrit sur l’histoire. En effet, l’auteur s’ingénue à entrecroiser les textes de nombreux penseurs ayant écrit sur la mémoire, l’histoire et son écriture ; comme il le dit lui même, c’est un auteur « devant qui tous les livres sont simultanément ouverts » [5]. Il a tout lu, des philosophes, en passant par les sociologues, les historiens, les linguistes et les scientifiques. Et cette étude se présente donc à la fois comme l’expression de la thèse originale de son auteur, et comme une synthèse de tout ce qui a été pensé et publié avant, sur le sujet.

Pour resituer cet ouvrage sur le plan des idées, il convient de préciser que cette étude s’inscrit, en histoire, dans la lignée des travaux des historiens de la fin du XXème siècle (il fait notamment référence à J. Le Goff, P. Nora, M. de Certeau) qui s’interrogent sur la pratique de l’histoire et sur son écriture. En philosophie, cette recherche fait écho aux réflexions phénoménologiques sur l’essence des phénomènes de mémoire, sur les structures fondamentales de l’historiographie et de l’écriture de l’histoire, entreprises par des philosophes tels que Husserl ou Bergson. Par rapport aux sciences sociales, l’auteur se situe dans l’héritage de Foucault et de Halbwacks (auteur de travaux sur les questions de mémoire collective [6]), et tente de déchiffrer les enjeux identitaires et politiques des usages et des détournements, ou abus, aussi bien de la mémoire que de l’oubli.

Mais Paul Ricoeur est avant tout un humaniste et un philosophe militant qui revendique son devoir de citoyen. Il écrit cet ouvrage en réaction aux thèses négationnistes, et dans l’espoir de pouvoir indiquer à ses contemporains la voie d’une mémoire apaisée, réconciliée, et la voie du pardon.

Dès la première page, l’auteur annonce son engagement. Il précise que ce livre, issu d’une réflexion sur les problèmes relatifs aux liens entre mémoire et histoire, est une réponse « aux troubles (suscités) par l’inquiétant spectacle que donnent le trop de mémoire ici, le trop d’oubli ailleurs, pour ne rien dire de l’influence des commémorations et des abus de mémoire et d’oubli. L’idée d’une politique de la juste mémoire est à cet égard un de (ses) thèmes civiques avoués ».[7]

La problématique d’ensemble de l’ouvrage concerne la question de la représentation du passé, « qu’en est-il de l’énigme d’une image […] qui se donne comme présence d’une chose absente marquée par le sceau de l’antérieur » [8], annonce t-il dès son introduction. Il entend rendre compte de cette problématique à travers une triple perspective : la phénoménologie de la mémoire, l’épistémologie de l’histoire, l’herméneutique de la condition historique, où s’inscrit une réflexion sur la question de l’oubli.

Dans la partie consacrée à la phénoménologie de l’histoire, il pose la question suivante : de quoi se souvient-on quand on se souvient ? Il entend par là faire référence au débat philosophique traditionnel qui oppose réalité et fiction. Il part du présupposé que la mémoire prétend être fidèle au passé, alors qu’elle relève de l’ordre de l’affection et du sensible. Quand on se souvient, nous dit‐il, se souvient‐on de cette impression sensible ou de l’objet réel dont elle procède ? A la suite de Platon et d’Aristote, P. Ricoeur distingue deux types de mémoire, la mnémé et l’anamésis. La mnémé désigne cette mémoire sensible, qui nous affecte, sans qu’il y ait intervention d’une volonté, alors que l’anamésis renvoie à ce que l’auteur appelle le rappel, et qu’il entend comme une mémoire exercée, une recherche active et volontaire, dirigée contre l’oubli. En effet, en ce sens, une des principales fonctions de la mémoire consiste à lutter contre l’oubli, et de là, l’idée de devoir de mémoire renvoie, en fait, à celle d’un « devoir de ne pas oublier » [9].

Abus de mémoire

La principale différence entre la mémoire et l’imagination, alors que l’une et l’autre relève de la problématique de la présence de quelque chose d’absent, et que la mémoire est le garant du caractère passé de ce dont elle déclare se souvenir [10]. La mémoire est forcément mémoire de quelque chose qui n’est plus, mais ayant été, elle fait donc référence à un réel antérieur. Mais la mise en image du souvenir premier suppose une reconstruction, ce qui pose la question de la fiabilité de la mémoire, et avec elle, celle de sa vulnérabilité structurelle. En effet, c’est cette vulnérabilité, issue du rapport entre l’absence de la chose souvenue et sa présence sur le mode de la représentation, qui fait que la mémoire est sujette à de multiples formes d’abus.

L’auteur distingue trois types d’abus : la mémoire empêchée, la mémoire manipulée, et la mémoire obligée [11]. En s’appuyant sur les apports des théories psychanalytiques, il entend par mémoire empêchée la difficulté de se souvenir d’un traumatisme. Dans l’idéal, un tel souvenir nécessite le recours à un travail de mémoire, qui passe par un travail de deuil, afin de pouvoir renoncer à l’objet perdu et de pouvoir tendre vers une mémoire apaisée, et vers une réconciliation avec le passé. En effet, le souvenir traumatique, que peut constituer par exemple, à l’échelle de la mémoire collective, la « blessure de l’amour propre national » [12], s’il ne fait pas l’objet d’un travail de remémoration, impliquant un réel travail de deuil et de recul critique, s’expose au danger de ce que les psychanalystes appelle la « compulsion de répétition » [13] (manifeste notamment en cas de « trop de mémoire » ou de répétition de célébrations funèbres, comme dans le cas du sanctuaire de Yasukuni au Japon). Seul un travail de deuil et de recul critique, fondé sur l’effort de remémoration, permet à une société de tendre vers une réconciliation apaisée avec son passé.

Dans le cas de la mémoire manipulée, l’auteur fait référence aux manipulations idéologiques de la mémoire. En effet, les détenteur du pouvoir mobilisent la mémoire à des fins idéologiques « au service de la quête, de la reconquête ou de la revendication d’identité » [14]. Ce type de phénomènes idéologiques vise à légitimer l’autorité du pouvoir en place, à la faire apparaître comme un « pouvoir légitime de se faire obéir » [15]. L’auteur pose le caractère narratif du récit comme principal agent de l’idéologisation de la mémoire. Le récit, par définition, est sélection et mise en cohérence. C’est donc de la narrativité du récit que relève les stratégies d’oubli et de remémoration. L’histoire officielle est donc aussi une mémoire imposée, au sens où c’est elle qui est enseignée, « apprise, et célébrée publiquement » [16]. Todorov et ses travaux sur les abus de la mémoire [17] précisent que tout travail sur le passé est un travail de sélection et de combinaison réfléchie des évènements les uns avec les autres, c’est un travail qui est nécessairement orienté, non vers une recherche de vérité objective, mais vers une recherche du bien (selon le contexte, il peut s’agir de la recherche d’une certaine paix sociale, de légitimation de pouvoir en place etc.). Ce penseur révèle aussi que la manipulation de la mémoire a souvent tendance à user des stratégies de victimisation, dans la mesure où revendiquer la position de victime place le reste du monde en position de redevable, et de là, la victime apparaît légitime de se plaindre, de protester, de réclamer. En ce sens, la manipulation du souvenir traumatique permet de revendiquer une attente sur le futur, car la mémoire du passé traumatique oriente le projet assigné au futur.

Avec la mémoire obligée, l’auteur entend traiter de la question de « devoir de mémoire ». Lors de sa conférence sur la juste mémoire [18], il prend soin de préciser que le devoir de mémoire n’est pas comme tel un abus, c’est un vrai devoir qui consiste à rendre justice aux victime et à la cause (qui fait que les victimes sont des victimes), et à identifier les victimes et l’agresseur. Et c’est sur l’authenticité de ce devoir légitime que se greffe la possibilité des abus. C’est en effet, aux vues des conditions historiques et du contexte dans lequel ce devoir de mémoire est requis, que l’on est à même d’en saisir l’enjeu moral, la signification et la vision du futur dont il est porteur. L’idée de devoir de mémoire fait nécessairement intervenir la notion de dette, dans la mesure où il place les contemporains dans la position de redevables à l’égard de ceux qui les ont précédé. Ricoeur suppose ensuite qu’il y ait une constitution distincte mais mutuelle de la mémoire collective et de la mémoire individuelle, et il émet notamment l’hypothèse d’une triple attribution de la mémoire, à soi, aux proches et aux autres [19].

Mémoire, histoire et oubli : entrelacements

L’analyse de l’épistémologie de la connaissance historique fait apparaître les problèmes issus des rapports entre connaissance, pratique de l’histoire et expérience vive. L’auteur présuppose qu’il y a un rapport de concurrence et de confrontation entre l’intention de vérité de l’histoire et la prétention de fidélité de la mémoire. Le travail de distanciation, selon des méthodes propres aux historiens, permet à la connaissance historique de s’autonomiser et de prendre ses distances par rapport à l’expérience de la mémoire vive. La matière de l’historien est constituée, pour une large part, par les archives, elles‐mêmes issues du témoignage des hommes du passé. Ce qui renvoie encore une fois, à la question de la fiabilité du témoignage, car celui‐ci comprend les composantes narrative et rhétorique, il répond en effet à l’exigence de la cohérence et à celle de convaincre son interlocuteur. L’historien doit donc passer par une nécessaire confrontation entre les différents témoignages, afin d’être en mesure d’établir un récit probable, et plausible des événements. Le recours au témoignage est pleinement justifié, dans la mesure où l’objet de l’histoire, ce n’est pas le passé, ce n’est pas le temps, mais ce sont « les hommes dans le temps » [20]. P. Ricoeur prend le soin de préciser la différence qu’il existe entre le fait historique et l’événement réel remémoré, différence qui peut, notamment, occasionner des conflits entre la mémoire des survivants et l’histoire écrite.

Le fait historique est construit par le travail qui le dégage d’une série documentaire. L’histoire affirme que tel fait a eu lieu, « tel qu’on le dit ? C’est là toute la question » [21]. L’historien ne peut rien affirmer sans preuve, or, pour qu’un document puisse faire office de preuve, il faut que celui qui le consulte lui pose une question, et la question posée est nécessairement sous tendue par un projet d’explication [22]. L’interprétation, et ses écueils, sont donc présents à tous les niveaux de l’opération historiographiques (à savoir : niveau documentaire, niveau explicatif, niveau de la représentation narrative du passé) [23]. L’interprétation apparaît ainsi comme une composante structurelle de l’intention de vérité de toutes les opérations historiographiques. Cependant, l’historien a la prétention de « représenter en vérité le passé » [24], et, en ce sens, l’histoire apparaît comme le « prolongement critique » [25] de l’ambition de fidélité au passé de la mémoire, l’histoire se veut « l’héritière savante de la mémoire » [26]. Or P. Ricoeur se plait à remettre en cause la capacité du discours historique à représenter en vérité le passé, ce qui renvoie directement à la dialectique de la mise en récit, supposant une double composante narrative et rhétorique. Avant d’être l’objet de la connaissance historique, un événement est d’abord objet de récit (archive), d’où le retour de l’aporie rencontrée sur la question de la mémoire, à savoir celle du débat entre réalité et fiction. Qu’elle différence y a‐t‐il entre histoire (history) et fiction (story), si l’une et l’autre raconte, c’est à dire, mettent en récit ? [27] Il s’agit de ce que l’auteur appelle « l’aporie de la vérité en histoire », manifeste notamment lorsque à partir d’événements identiques, des historiens construisent des récits différents [28]. De là, l’historien n’est pas un agent neutre, c’est un être social, qui est dans une position de « spectateur engagé » (R. Aron) [29], ce que rend d’autant plus manifeste les événements « aux limites » [30], où l’historien a clairement une « responsabilité à l’égard du passé » [31]. La distinction entre récit historique et récit de fiction réside « dans la nature du pacte implicite » [32] passé avec le lecteur. En effet, il est convenu que l’historien traite d’événements, de situations, de personnages qui préexistent au récit qui en est fait [33]. De même, ce pacte comprend une prétention à la correspondance et à l’adéquation au passé [34]. Mais, il s’agit là d’une adéquation présumée [35], et pas forcément effective, entre la représentation historienne et la réalité du passé.

Dans la partie concernant l’herméneutique de la condition historique, l’auteur met en exergue la relation d’interdépendance qui existe entre la lecture historique du passé, la manière dont le « présent est vécu et agi », et les attentes qu’on assigne au futur [36]. « La projection du futur est (effectivement) […] solidaire de la rétrospection sur les temps passés » [37]. Or, l’historien, comme le juge, occupe une position de tiers, et, de fait, aspire à l’impartialité [38]. Mais, il s’agit là d’une aspiration nécessairement inassouvie, au sens où l’impartialité totale est impossible. L’historien ne peut, ni ne veut, porter un jugement historique (et quand bien même il le ferait, le jugement historique est par nature provisoire et sujet à controverse) [39]. Dans le prolongement, de même qu’il est impossible d’accéder à l’impartialité absolue, l’historien n’a pas les moyens d’écrire une histoire globale, qui annulerait les différences entre points de vue [40], une histoire unique qui embrasserait celle des exécutants, celles des victimes et celles des témoins [41]. P. Ricoeur pose par là la question du traitement historiographique de l’inacceptable. En effet, « comment traiter de l’extraordinaire avec les moyens ordinaires de la compréhension historique ? » [42]. Ce type d’événements « aux limites », dont l’auteur fut à la fois témoin et victime, rend d’autant plus manifeste le caractère inévitable de l’intervention de la subjectivité en histoire. Le phénomène d’interprétation est présent d’un bout à l’autre des opérations historiographiques, et il est toujours possible d’interpréter quelque chose autrement. La controverse semble donc inévitable, et l’histoire est vouée à un perpétuel révisionnisme [43].

L’oubli relève de la problématique de la mémoire et de la fidélité au passé. Il englobe la problématique du pardon, au sens où celui‐ci apparaît comme la dernière étape du cheminement de l’oubli. Le pardon relève de la problématique de la culpabilité et de la réconciliation avec le passé. Mais, tous deux tendent vers l’horizon d’une mémoire apaisée [44]. Dans son acception courante, l’oubli est d’abord ressenti négativement, comme une atteinte à la prétention de fiabilité de la mémoire [45]. Or, selon l’auteur, il convient de distinguer deux sortes d’oubli. La figure négative de l’oubli, d’une part, qui est source d’angoisse, c’est l’oubli par « effacement des traces » [46]. Et la figure positive de l’oubli, d’autre part, dit « oubli de réserve » [47], celui qui est source de plaisir, quand, à l’instar de M. Proust avec la fameuse madeleine de La recherche du temps perdu, on se souvient de ce que l’on a un jour vu, entendu, éprouvé, acquis. Cette idée fait écho à la théorie d’un oubli réversible, défendue par Bergson dans Matière et Mémoire [48], ou encore, renvoie à l’hypothèse de l’inconscient et à l’idée d’inoubliable, représentées par Freud. L’œuvre de mémoire est dirigée contre l’oubli par effacement des traces. Celui‐ci a donc partie liée avec la mémoire [49], il constitue en quelque sorte son versant négatif, voire la condition même de la mémoire et de son exercice. En effet, « le souvenir n’est possible que sur la base d’un oublier, et non pas l’inverse » [50]. Et c’est en tant que pendant négatif de la mémoire que l‘oubli peut être l’objet des mêmes abus que celle‐ci.

Dans le cas de la mémoire empêchée d’un événement traumatique, la compulsion de répétition vaut oubli, au sens où elle empêche la prise de conscience de l’événement traumatique. En ce qui concerne la mémoire manipulée, les abus de mémoire sont aussi des abus d’oubli [51] (car la mémoire étant récit, elle est par définition sélective), il est toujours possible de raconter différemment « en supprimant, et en déplaçant les accents d’importance » [52]. Mais pour l’auteur, ce « trop peu de mémoire », s’il est imposé d’en haut, est assimilable à une sorte d’oubli « semi passif », dans la mesure où il suppose une certaine complicité des acteurs sociaux, qui font preuve d’un « vouloir-ne-pas-savoir » [53]. Dans le cadre de l’oubli commandé et institutionnalisé, l’auteur entend traiter principalement du cas de l’amnistie, dont la proximité phonétique avec amnésie éveille son questionnement [54]. L’amnistie constitue pour lui une forme « d’oubli institutionnel » [55], il s’agit d’un « déni de mémoire […] (qui) éloigne en vérité du pardon après en avoir proposé la simulation » [56]. L’amnistie revient à faire comme si de rien n’était, c’est une injonction de l’État à « ne pas oublier d’oublier » [57]. Mais il s’avère que le prix à payer est lourd, car en cas d’amnésie institutionnalisée, la mémoire collective est privée de la crise identitaire salutaire qui permettrait à la société concernée d’effectuer une réappropriation lucide du passé et de sa charge traumatique, en passant par un travail de mémoire et un travail de deuil, tous deux guidés par l’esprit de pardon. L’oubli, selon P. Ricoeur, a une fonction légitime et salutaire, non pas sous la forme d’une injonction, mais sous celle d’un vœu. S’il devoir d’oubli il y a, ce n’est pas « un devoir de taire le mal, mais de le dire sur un mode apaisé, sans colère » [58].

Le pardon apparaît alors comme « l’horizon commun d’accomplissement » [59] de la mémoire, de l’histoire et de l’oubli, mais il ne s’agit en aucun cas d’un « happy end » [60], il ne peut être question que d’un «pardon difficile » [61], « ni facile, ni impossible » [62]. Il est de l’ordre du vœu, de l’idéal vers lequel tendre. L’auteur souligne la fonction politique d’une mémoire apaisée et du pardon, en se demandant si la politique ne commence pas là où finit la vengeance, dans la mesure où il serait contre productif pour une société de rester indéfiniment en colère contre elle‐même [63]. L’auteur tient à mettre en garde ses contemporain en rappelant à la toute fin de son ouvrage, que ce n’est que par un travail de deuil, guidé par l’horizon de réconciliation avec le passé, et par l’idéal du pardon, qu’une société est à même de se séparer définitivement du passé, afin de faire place au futur [64].

Un texte profond

Il s’agit là d’un texte très profond, et cité à maintes reprises, mais qui gagnerait à d’avantage de clarté dans l’expression. Le langage hautement conceptualisé, employé par l’auteur, en rend la lecture laborieuse, et il est fort regrettable que la difficulté de l’expression en limite quelque peu l’accès. C’est un ouvrage qui a beaucoup à apprendre aux peuples et aux dirigeants d’aujourd’hui et de demain, mais dont l’audience effective n’est pas à la hauteur des enseignements qu’il apporte.

Sur le fond, il convient de remarquer que , bien que l’auteur soit un rhéteur hors pair et que son raisonnement soit parfaitement mené, si brèche il y a, elle serait à chercher du côté de ses présupposés. En effet, il fonde son raisonnement sur l’idée d’une ambition de vérité de l’histoire, et d’une prétention à la fidélité de la mémoire, et ce, sans la questionner. Or la notion de vérité semble très discutable, car fondamentalement relative. En effet, l’historien a à cœur de prouver ce qu’il pense être la vérité, en s’appuyant sur de vrais documents hérités du passé, mais est‐ce à dire pour autant que la thèse qu’il défend à prétention à être vraie, absolument ? Si l’histoire, comme on l’entend souvent, et l’histoire des vainqueurs, l’ambition première des artisans historiens n’est‐elle pas moins la vérité que la démonstration de la grandeur et de la légitimité de ses commanditaires ?

En ce qui concerne la prétention de la fidélité à la mémoire, il s’agit là d’un point tout aussi discutable. La mémoire semble au contraire assumer sa subjectivité et revendiquer sa sensibilité. Elle se sait certainement bien plus malléable et sujette à caution, que ce que l’auteur semble bien vouloir en dire. Modulable à souhait, en fonction d’exigences extérieures, il est à croire qu’elle aurait des difficultés à désapprouver la maxime de Nietzsche: « “J’ai fait cela”, dit ma mémoire. “Impossible !” dit mon orgueil, et il s’obstine. En fin de compte, c’est la mémoire qui cède. » |65].

Pauline Seguin

 

Notes

1 Site Fonds Ricoeur : http://www.fondsricoeur.fr

2 Référence à l’article sur P. Ricoeur dans Le Grand Larousse Illustré.

3 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, Edition du Seuil, Paris, 2001.

4 P. Ricoeur, Temps et Récit, T. 1, T. 2, T. 3, Edition du Seuil, Paris, 1991.

5 P. Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Edition du Seuil, Paris, 2000, p. III.

6 M. Halbwachs, La Mémoire collective, PUF, Paris, 1950.

7 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, op. cit., p. I.

8 Ibid. p. II.

9 Ibid. p. 37.

10 Ibid. p. 26.

11 Ibid. p. 82.

12 Ibid. p. 96.

13 Ibid. p. 96.

14 Ibid. p. 98.

15 Ibid. p. 101.

16 Ibid. p. 104.

17 T. Todorv, Les abus de la mémoire, Paris, Arléa, 1995.

18 A écouter sur le site de France culture : http://www.radiofrance.fr/chaines/franceculture2/emissions/repliques/fichedoc.php?diffusion_id=31937&dos=2005/ricoeur

19 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, op. cit., p. 152.

20 Ibid. p. 214

21 Ibid. p. 228

22 Ibid. p. 231

23 Ibid. p. 235.

24 Ibid. p. 295.

25 Ibid. p. 296.

26 Ibid. p. 304.

27 Ibid. p. 311.

28 Ibid. p. 311.

29 Ibid. p. 336‐337.

30 Ibid. p. 337.

31 Ibid. p. 337.

32 Ibid. p. 339.

33 Ibid. p. 359.

34 Ibid. p. 365.

35 Ibid. p. 366.

36 Ibid. p. 394.

37 Ibid. p. 404.

38 Ibid. p. 413.

39 Ibid. p. 421.

40 Ibid. p. 427.

41 Ibid. p. 334.

42 Ibid. p. 429.

43 Ibid. p. 447‐448.

44 Ibid. p. 536.

45 Ibid. p. 537.

46 Ibid. p. 543.

47 Ibid. p. 539.

48 H. Bergson, Matière et Mémoire, PUF, Paris, 1963.

49 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, op. cit., p. 553.

50 Ibid. p. 573.

51 Ibid. p. 579.

52 Ibid. p. 580.

53 Ibid. p. 580.

54 Ibid. p. 586.

55 Ibid. p. 586.

56 Ibid. p. 586.

57 Ibid. p. 587.

58 Ibid. p. 589.

59 Ibid. p. 376.

60 Ibid. p. 376.

61 Ibid. p. 376.

62 Ibid. p. 593.

63 Ibid. p. 651.

64 Ibid. p. 649.

65 F. Nietzsche, Par delà le bien et le mal, in 4ème partie Maximes et intermèdes, Edition Christian Bourgois, Paris, 1990, p. 113.

Note de lecture rédigée par Pauline Seguin dans le cadre du séminaire dirigé par François Guillemot : « Décolonisations en Péninsule indochinoise : Regards internes au Viêt-Nam, Laos et Cambodge » (Année universitaire 2008-2009, M2 Asie Orientale Contemporaine – ASIOC, Semestre 1). Publiée avec l’autorisation de l’auteure. Pauline Seguin, diplômée du Master ASIOC en 2009, mention “Très bien”, est actuellement basée à Pékin au poste de responsable des affaires culturelles à la Délégation générale de la Fondation Alliance française en Chine.

    * * *