Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire

« Gears and Wheels »
Écrire pour soi, écrire pour les autres
L’ensemble des écrits constitués …

« Gears and Wheels »

Écrire pour soi, écrire pour les autres

L’ensemble des écrits constitués dans le cadre d’une recherche scientifique pourraient, comme Anne Vérin le suggère1, être organisés en deux catégories. D’un coté on trouverait les écrits dits alternativement “d’investigations“, “instrumentaux“, ou “de travail“, qui « accompagnent l’activité de [celui] qui cherche à apprendre : ils sont élaborés pour l’usage de l’auteur lui-même avant tout. Ils obéissent à une logique de la découverte », c’est-à-dire destinés à faire avancer chez le chercheur l’analyse et la compréhension des faits observés. D’un autre coté, on aurait, occupant une place à part, les écrits dits expositifs qui « sont une reconstruction à partir des écrits précédents [instrumentaux] mais obéissent à une logique différente. Il s’agit de bâtir un discours explicatif cohérent, où tous les éléments du raisonnement sont explicités, et qui soit convaincant pour un destinataire », c’est-à-dire ayant vocation à mettre en forme des connaissances établies dans une visée de communication.

Si, pour l’auteur, ce qui différencie ces deux formes d’écrits est essentiellement didactique, linguistique et voire épistémologique2, il me semble intéressant de noter que cette opposition s’articule aussi (surtout ?) autour de ce qui doit et ce qui ne doit pas être rendu public. Les hypothèses, les notes de lectures, les réflexions en cours sont contenus dans la sphère des écrits privés, en tant éléments constitutifs d’une recherche en cours, alors que les conclusions sous proposées au public, sous différentes formes, en tant que résultat d’une recherche. Voilà qui m’interroge (on l’aura deviné) sur le statut du carnet de recherche en ligne.

Montrer la science en train de se faire

« Fonction des écrits dans une pédagogie constructiviste », Anne Vérin, 1988

D’évidence, le carnet de recherche est fondamentalement les deux :  à la fois écrit d’investigation et écrit expositif. Peut-être ne recouvre-t-il pas les deux catégories entièrement, mais assurément il participe des deux logiques en même temps qu’il en est le fruit, il est un peu des deux, voire entre les deux. En tant que recueil d’écrits privés rendus publics, le carnet est autant le lieu de la recherche en train de se faire que le lieu de l’explicitation, autant destiné à comprendre qu’à faire comprendre. De fait, on peut dire en reprenant les termes d’A. Vérin, que le carnet invite à formuler sa pensée au fur et à mesure des mises en texte successives, c’est-à-dire à produire des écrits publics simultanément aux écrits privés, et en ce sens procède d’une manière originale (nouvelle ?) de faire de la recherche.

Mieux encore, le carnet peut-être considéré comme un écrit qui justement expose cette investigation, où pour le dire avec les mots de Bruno Latour, qui donne à voir la « science en train de se faire »3. Le carnet de recherche, en brouillant les frontières et en mélangeant les genres, ouvre les boites noires que sont les écrits d’investigation, montre une « science incertaine et vivante »4 sous la forme d’un « récit moins lisse, où l’activité scientifique résulte d’un processus de construction aussi bien social que technique, où les scientifiques sont plongés dans des controverses, où ils fonctionnent en collectif et doivent composer avec des instruments et des objets techniques »5.

Comme le pointe Antoine Blanchard dans Comment montrer la “science en train de se faire” ?, il est dans les faits difficile de suivre au plus près et au jour le jour l’activité scientifique en cours, comme le ferait un ethnographe des sciences. Tenir un carnet de recherche en ligne peut être une occasion de résoudre en partie ce dilemme, ne faisant pas de cette opération de connaissance l’initiative d’un tiers extérieur qui tenterait de pénétrer dans les quatre murs d’un laboratoire, mais plutôt celle de l’acteur de la recherche lui-même. Cette idée n’est pas nouvelle, déjà évoquée en 2008 par A. Blanchard, elle n’a (à ma connaissance) pourtant pas fait d’émules. Difficile pénétration de l’exigence réflexive au sein de la communauté scientifique, ou manque de demande sociale ?

L’ethnographie comme processus

Du point de vue de l’ethnographie, les exigences scientifiques actuelles imposent d’expliciter non seulement les données à disposition, mais aussi le cheminement intellectuel qui a conduit aux résultats présentés. Or, écrire publiquement par l’intermédiaire du carnet de recherche en ligne, c’est d’une certaine manière insister sur le caractère “in progress” de la recherche, c’est affirmer que – en anthropologie en tout cas – le processus (l’observation participante) et le produit (le texte ethnographique) sont deux dimensions intimement inter-reliées. Cette idée est exprimée ici par Christian Ghasarian :

Il est présomptueux et naïf d’opérer une séparation empirique entre l’observation et la représentation, car la recherche et l’écriture sont clairement des pratiques discursives politiques. C’est pourquoi il importe de prendre conscience que les modèles d’analyse structurent la vision. Si les ethnographies sont les fondations de la théorie anthropologique, elles sont aussi, avec le processus ethnographique d’où elles dérivent, façonnées par la théorie. L’ethnographie comme processus, suggère la prise en compte de la connexion entre les activités qui ont lieu pendant (et avant) la recherche et les principes et procédures employés pour en rendre compte. (…) Le discours de savoir sur un objet met en jeu les questions de pouvoir et de contrôle. (…) Pour toutes ces raisons, il est nécessaire d’amenuiser les distinctions entre le terrain, l’analyse et l’écrit ethnographique.6

Le carnet de recherche en ligne pourrait alors incarner la conscience de ces enjeux, en amenuisant les distinctions entre le terrain, l’analyse et l’écrit ethnographique pour ne faire qu’une de ces trois étapes usuellement distinctes.

 

Crédit illustrations : « Gears and Wheels » de Pietro Izzo (CC-by-nc-sa), 2007 ; « Figure 2 : Fonction des écrits dans une pédagogie constructiviste » in Anne Vérin, “Les élèves et l’écriture en science”, ASTER n°6, 1988 (p.21)

  1. Anne Vérin, “Les élèves et l’écriture en science”, ASTER, n°6, 1988 (p.20-21).
  2. Anne Vérin et Pierre Fillon, “Écrire pour comprendre les sciences”, ASTER, n°33, 2001, p. 12.
  3. Bruno Latour, La Science en action, 1989
  4. ibid.
  5. Franck Aggeri et Armand Hatchuel, “Ordres socio-économiques et polarisation de la recherche dans l’agriculture : pour une critique des rapports science/société”, Sociologie du travail, vol. 45, pp. 113-133. Cité par Antoine Blanchard, in Comment montrer la “science en train de se faire” ?
  6. Christian Ghasarian, “Sur les chemin de l’ethnographie réflexive”, 2004, p.14-15

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website - Twitter

Écrire (publiquement) pour penser

 
J’ai écris mon premier livre en huit semaines : huit chapitres. (…)  Si j’ai écrit en h…

 

J’ai écris mon premier livre en huit semaines : huit chapitres. (…)  Si j’ai écrit en huit semaines huit chapitres, c’est parce que j’étais « enceint ». J’avais tellement médité et construit mon livre dans la tête qu’une fois que j’ai commencé à écrire, j’ai écris un chapitre par semaine. (…) Je me sentais dans une sorte d’auto-possession, j’avais ajusté toutes ces pensées d’avance.

Cette anecdote de Maurice Godelier1 suscite chez moi autant d’interrogations que d’admiration, tant il me semble improbable que l’acte de penser et celui d’écrire puissent être distincts.

« Brainstorming »

Écrire pour penser

La pensée vient par l’écriture, en ce qui me concerne en tout cas. Pour approfondir, déduire, contester, rebondir, bref pour avancer, j’ai besoin de rédiger. Pour les deux raisons (au moins) que sont la narration et l’audience, il n’y a que dans cet exercice que je parviens à me soumettre à une rigueur de définition, de hiérarchisation et d’argumentation. Ceci me fait dire que pour celui qui écrit, le texte final est souvent secondaire au vu de l’importance de l’écriture en tant qu’acte de production et de mise en forme de la pensée.

Avant d’écrire pour communiquer, j’écris donc (égoïstement) pour penser. Un texte sous sa forme finale, c’est-à-dire, travaillé et bien construit, ne m’est dans une certaine mesure plus d’aucune utilité2. Une fois une idée écrite, elle est intégrée à la nébuleuse de ma pensée en gestation. Même envisager de m’appuyer un jour sur ce produit fini pour la rédaction de ma thèse est illusoire, puisqu’un message dont on veut favoriser la réception s’adapte toujours aux interlocuteurs ciblés. Pour recycler, il faut reformuler, donc reconstruire, repenser, bref : ré-écrire. Le produit de mon écriture – le fruit de mes réflexions – n’a alors pas d’autre vocation que d’être le message que je destine à des lecteurs : penser est en ce sens un acte de communication.

Écrire sans lecteurs

Or, nous n’écrivons pas toujours publiquement, et même à vrai dire rarement (proportionnellement parlant). L’écrit privé précède l’écrit publique, nous n’attendons (heureusement) pas l’occasion d’être lu pour commencer à travailler. Écrire pour soi, c’est être son propre lecteur, mais en ce cas écrire n’est plus un acte de communication vers autrui, le fruit de ma pensée n’est plus un message, les lecteurs pour qui je prends tant de soins à formuler, expliciter, argumenter disparaissent.

Les lecteurs absents, l’exercice d’écriture n’a plus de raison d’être. Si écrire pour penser c’est formuler son propos pour s’adresser à des lecteurs, pourquoi (comment ?) alors écrire pour soi ? Non seulement le temps et l’énergie sont des ressources suffisamment rares pour être difficile à mobiliser si les enjeux manquent, mais en plus l’audience est un moteur de la rigueur et de l’exigence.

Paradoxalement, avoir conscience du fait que le processus prime sur le produit (peu importe ce qu’on écrit, l’essentiel est d’avancer) ne libère pas l’écriture, mais me paralyse en faisant disparaître les enjeux. Dans le travail quotidien de la recherche, ce qui aurait pu être une invitation à une écriture foisonnante, décomplexée, inventive, est surtout une incitation à l’errance, au sens d’une déambulation durable sans autre but que le voyage lui-même3.

Écrire publiquement

Rédiger des billets de blog n’est donc pas une activité annexe à la thèse. Mes billets, en tant qu’écrits publiques d’une pensée en cours d’élaboration, sont des morceaux à part entière du produit final de mon travail, puisque c’est avant tout en les rédigeant que j’ébauche, développe, et peaufine mon propos.

Le billet est à mi-chemin entre le brouillon et le texte rédigé […] comme un texte “in progress“, qui est une version à statut scientifique, mais qui n’en est pas le simple brouillon.4

Bien sûr, cela nécessite que j’assume dès à présent les (probables) futures erreurs et ce « temps des hypothèses »5, ce qui ne me semble pas insurmontable au vu de la souplesse de ce support qui autorise les corrections a posteriori et les mea culpa. Moins un risque qu’un parti pris, il me plaît en effet de montrer que la pensée n’est jamais définitivement figée, que la recherche est vivante6.

Par la possibilité de rendre public des écrits usuellement privés, ce qu’offre en définitive le carnet en ligne c’est pour le chercheur « la maîtrise de son espace de publication », selon les mots d’André Gunthert7. Une telle formule n’est pas anodine car de fait, dans une vision politique de l’édition scientifique, elle oppose deux conceptions de la recherche : l’une où le chercheur est asservi « aux choix thématiques ou disciplinaires d’une revue ou à l’agenda d’un éditeur », l’autre où il joue de sa liberté individuelle pour décider de l’objet et des modalités de ses publications (donc de sa pensée).

S’il n’est pas question de remettre en cause le bien-fondé des pratiques collectives d’évaluation par les pairs (“peer-reviewed“), cette voie parallèle offre un rééquilibrage bienvenu, à un moment où le monde savant entame une course à la rationalisation inspirée par les regroupements industriels.8

 

Crédit illustration : « Brainstorming », Mike Oliveri, 2007 (CC-by-nc-sa)

  1. in Ghasarian, 2004, p-199-200
  2. si ce n’est pour me rappeler quelle forme avait ma pensée ce jour.
  3. Source : Wiktionnaire
  4. Benoît Kermoal (Enklask), cité par Marie-Anne Paveau
  5. Frédérique Giraud et Mélodie Faury, Le carnet de thèse, Les Espaces Réflexifs, 02/2012
  6. évoqué ici dans F. Giraud et M. Faury, ibid.
  7. A. Gunthert, Why Blog ?, ARHV, 11/2009
  8. A. Gunthert, ibid.

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website - Twitter

OpenEdition in Rome!

Marin Dacos, director of the Centre for Open Electronic Publishing (Cleo), and Jean-François Rivière…

Marin Dacos, director of the Centre for Open Electronic Publishing (Cleo), and Jean-François Rivière, publishing manager at the Cleo will be in Rome from February 6 to 10, 2012, at the invitation of the École française de Rome.

On Monday 6, Marin Dacos will give a lecture on “Open access to academic research results. From ArXiv to OpenEdition freemium” at 5 pm:

Launched by physicians in 1991 in response to their need for swift peer-to-peer exchange, the movement for open access to academic research has now, at the start of the 21st century, become a movement, based on the Berlin Declaration for open access to knowledge, research articles and data (2003). With over 360 signatories from higher education and research establishments, the Declaration is at once a reaction to the problem posed by an industrial publishing oligopoly that governs thousands of journals, a statement of intent about publications’ needs for academic impact, and a democratic principle expressing the need for open access to complete research results for all citizens. From the mainstream perspective, the stakes are obviously clearer when it comes to research into health: medication, health risks, etc.

However, from a democratic perspective, the subject touches upon the foundations of the humanities and social sciences and asks probing questions about the relations that our disciplines might desire and develop with society. Supporters of open access have moved beyond petitioning and now demand for open access, not as an ideal, but as a concrete reality, not as a goodwill-based commando operation, but as an economically viable long-term plan. To this end, they have analyzed the stalling points in the opening process, a process that requires funding to move beyond the state of utopia.

In this hour of budgetary constraints and public deficits, can academic knowledge be provided free-of-charge? Quality electronic academic publishing requires professionals and is expensive, very expensive, much more so than publishing to paper, despite what our old (and inaccurate) prejudices might say. Quality publishing does not come gratis, but it can be open access. As long as creative economic models are found to enable financing, generated by the very fact that the publications themselves are freely accessible to all.

Conference location: École française de Rome, Piazza Navona, 67, Conference room (1st floor).