Fantômes, 1 – Se montrer au travail, asseoir son autorité

Merci beaucoup aux habitants de la Villa de m’accueillir pour une colocation temporaire – une Zwisch…

Merci beaucoup aux habitants de la Villa de m’accueillir pour une colocation temporaire – une Zwischenmiete, dirait-on en Allemagne où la circulation des logements est bien plus fluide – et merci à Martine Sonnet de me laisser poser sur un coin de son bureau mes transcriptions et mes manuscrits, pas trop mités, guère ornés, qui furent la grande surprise et le grand plaisir de mon dernier été d’archives. A son plus-que-présent je répondrais par un écho du très lointain, lointain car éloigné de 500 ans et un peu plus, lointain car à sept heures de train – de chez moi –,  lointain car médiéval ou presque, encore un peu dans ce monde absolument autre. Cette colocation ouvre la Villa aux historiens ; je me réjouis d’ajouter ce regard aux réflexions déjà menées, mais suis bien incapable de le caractériser, ou son éventuelle singularité. Serait-ce de proposer une sorte d’archéologie de la réflexivité ? Qu’est-ce qui fait la spécificité de l’historien face à un autre scientifique ? Face à un amateur d’histoire ?

Cela se dessinera peut-être en creux dans mes pérégrinations tardo-médiévales, puisque j’ai commencé par faire ce que je fais d’habitude : me tourner vers les sources. Sans chercher à établir un corpus rigoureux lié à la question de la réflexivité, mais plutôt en profitant d’un heureux hasard – dont on pourrait d’ailleurs interroger le rôle, en général, dans les pratiques de l’historien : on ne trouve jamais vraiment ce que l’on cherche, mais les sources sont toujours pleines de surprises. Ces sources ont été d’abord ouvertes pour interroger la façon dont a dit alors l’histoire d’une révolte urbaine un peu sanglante : elles sont toutes trouvées pour interroger la présence, ou non, d’une réflexivité conçue comme la façon de se voir et se raconter en train de faire. De se présenter et re-présenter, en somme.

Mon « regard d’historienne » se réduira donc en réalité à chercher des traces de  réflexivité dans ce que je connais : le Moyen Age, le Moyen Age allemand.

Mensonge, déjà. Les sources que j’évoquerai ici ne sont pas toutes médiévales. Ce sont des sources qui m’accompagnent épisodiquement dans mon travail de thèse mais avec lesquelles j’entretiens un rapport particulier : elles furent, pour certaines, ma porte d’entrée vers le moyen haut allemand ; pour d’autres, une bouffée d’air et d’anecdotes après une longue plongée dans les sources principales. Elles ont en commun de contenir des traces d’un regard de l’auteur sur lui-même et son œuvre.

Cette mise en scène de l’auteur n’est pas rare au Moyen Age, et les enluminures de l’auteur-scribe (un historien ici, par exemple), de l’auteur en Evangéliste, ou de l’auteur offrant son texte au dédicataire, prestigieux, sont nombreuses. Mais il s’agit toujours d’une représentation, au sens à la fois de présence seconde1 – ce que la réflexivité pourrait être – mais aussi sans doute de travestissement2– ce que la réflexivité n’est pas.

Salluste rédigeant. Salluste, De conjuratione Catilinae. De bello Jugurthino, début du XVe siècle, BnF, Lat. 9684, f. 1. (source)

Dans une chronique conservée à Erfurt et écrite probablement dans le premier quart du XVIe siècle, on trouve une autre trace de l’auteur se montrant et se regardant écrire. Cette trace de l’auteur apparaît notamment (c’est à vrai dire la seule partie de la chronique que j’ai lue) dans son récit de « l’année terrible » d’Erfurt, nom donné par l’historiographie depuis au moins le XIXe siècle à plusieurs mois de révolte urbaine entre juin 1509 et janvier 1510 (pour le premier moment). La révolte est provoquée d’abord par la situation économique catastrophique de la ville : les guerres perdues contre l’archevêque de Mayence et le duc de Saxe ont entraîné le paiement de très lourdes amendes, financées par la mise en gage de territoires urbains et la multiplication de taxes indirectes sur le pain, la bière et le vin. Lorsque le conseil refuse de présenter les livres de comptes, une partie des bourgeois s’empare de ce prétexte pour tenter d’accéder au pouvoir, en utilisant à leur profit le mécontentement des masses. Le manuscrit probablement le plus ancien relatant les événements est conservé aux Archives municipales d’Erfurt et date de la première moitié du XVIe siècle. Son premier intérêt, du point de vue de la réflexivité, c’est cette déclaration :

« Alors j’ai demandé avec grand zèle à des hommes vieux et dignes de foi, qui m’ont ainsi dit […] »3

L’auteur se montre au travail et décline sa méthode. L’homme renaissant quitte la symbolique et les codes pour se  montrer lui-même, nu, agissant et enquêtant ? Non plus un texte absolu mais le produit d’un individu ? Mais l’auteur, qui ne donne jamais son nom, se montre en action de manière incomplète : la lecture des chroniques montre qu’à ce questionnement de témoins il a ajouté le travail en archives (il inclue ainsi un acte d’accusation dont, à l’évidence, il a l’original sous les yeux4) et la participation directe aux événements :

« Nous autres bourgeois partirent alors avec [la charrette du condamné], et comme nous arrivions à la Porte Krampfer, nous fîmes place, […] »5

Mais le travail de compilation d’autres sources, d’éclairage6, et de compréhension de l’événement, transforme cette mémoire personnelle en document « historien ». L’auteur cependant semble n’avoir pas conscience de l’ensemble des processus utilisés pour faire du discours un discours critique – il est impossible de développer ici, mais il l’est, du moins en partie  et implicitement. En tous cas, il choisit de ne pas les évoquer tous. Il s’agit moins pour lui de signaler la mise en place d’une méthodologie particulière et la conscience de cette méthodologie, que de manifester des pratiques garantes de vérité :

« Qu’aucun homme ne le croit pas. Je dis cela en vérité […]  », « […] de cela je ne veux rien laisser de côté. »7

L’important n’est pas la scientificité des processus, mais les autorités dont elles se réclament. La critique évoquée plus haut n’est en effet pas la « critique des sources » mais la critique des acteurs et l’inscription du récit des événements dans un discours plus général de condamnation d’une révolte et de valorisation des nouvelles élites politiques.

L’auteur a donc choisi ce qui lui paraissait propre à caractériser son rôle et surtout à le légitimer. Il s’agit encore d’une mise en scène, d’une affirmation de soi comme historien, et de soi comme crédible. Ce n’est pas l’aspect « scientifique » qui est choisi, ni l’ensemble des pratiques, mais deux qualités essentielles aux yeux des hommes du Moyen Age, même finissant/fini : l’expérience directe du témoin interrogé, et surtout l’appui sur un témoin fiable car âgé. Le chroniqueur erfurtois se présente, à l’instar de ses prédécesseurs, comme tributaire des autorités antérieures qui rendent le discours respectable et inattaquable.

Le regard porté sur ses pratiques par le chroniqueur n’est donc pas de la réflexivité au sens où ce n’est pas une interrogation globale, ni elle-même porteuse de caractéristiques « scientifiques ». Il vise à construire une figure fiable, et à fermer la discussion. Et c’est paradoxalement justement en cela qu’il me semble se rapprocher de la réflexivité : la construction d’un chercheur conscient de lui-même comme gage de qualité scientifique.

  1. Deux articles, parmi d’autres, sur la représentation : Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, 1989, 6, p. 1514-1515 ; Carlo Ginzburg, « Représentation : le mot, l’idée, la chose », Annales ESC, 1991, 46-6, p. 1219-1234.
  2. Une référence classique, pas tout à fait sur le travestissement d’ailleurs: Claude Lévi-Strauss, La voie des masques, Paris, Plon, 1950.
  3. Anonyme, Erfurtish-thüringische Chronik 1300-1510 [titre donné par un archiviste], Stadtarchiv Erfurt [StAE] 5-100/4, f. 257, je traduis. Un autre texte, datant du dernier quart du XVIe siècle, insiste également sur cette dimension de l’auteur comme enquêteur : « je vous écris des choses extraordinaires que j’ai collectées dans la seigneurie de Thuringe », anonyme, Eine Chronica über doringer land, StAE 5-100/16, f. 78-78v.
  4. StAE 5-100/4 f. 314-314v.
  5. f. 315-315v. A moins qu’il ne s’agisse du discours des hommes « vieux et dignes de foi » ici retranscrit sans démarcation par rapport au discours du chroniqueur, et donc totalement approprié.
  6. Le chroniqueur ne se prive pas d’apostropher son lecteur et de donner son avis.
  7. f. 259 et f. 261-261v.

Le carnet réflexif (II). Donner corps à sa pensée

Quand les pensées prennent vie…
J’ai précédemment développé l’idée que l’activit…

Quand les pensées prennent vie…

J’ai précédemment développé l’idée que l’activité d’écriture privée dans le cadre de l’écrit de travail (selon les termes de Anne Vignié) avait ceci de paradoxal qu’elle était amputé de toute forme de communication vers autrui. Ceci n’est à vrai dire qu’à moitié vrai, on peut tout à fait avancer l’argument que le soi-lecteur puisse être en certaines circonstances étranger au soi-auteur, ainsi que l’expose joliment Baudouin Jurdant :

Au moment même où je me relis, je deviens un autre, un lecteur plus ou moins impitoyable pour l’auteur qui vient d’agir. Ce lecteur est déjà un étranger. Il se demande ce que cet auteur a bien pu vouloir dire quand il a écrit. Mais il s’agit là d’une illusion. Mon premier lecteur c’est-à-dire moi-même, n’est pas un étranger. Certes ce qu’il a écrit va lui paraître quelque peu étrange. Autrement dit, l’étranger, en l’occurrence, c’est l’auteur, celui qui meurt aussitôt après avoir écrit, celui qui se cache derrière le texte. Le texte est son tombeau.1

Ainsi il y a bien une forme de communication lorsque l’on écrit pour soi et uniquement pour soi. Écrire, se lire, réécrire, se relire, voilà qui forme une communication constructive de soi à soi-même. Les états successifs de sa propre pensée y sont vus comme autant d’auteurs différents qui reçoivent, sous la forme une version de texte plus aboutie, un message de leur prédécesseur pour en émettre un nouveau à l’attention de son successeur, et ainsi de suite jusqu’à obtenir l’écrit final. Mais une autre illusion se niche ici, le dialogue qui exige réciprocité n’en est ici pas un, dans une dynamique en sens unique, il est difficile d’imaginer que chaque soi-auteur successif puisse recevoir un message (alors moins abouti ?) en retour de la part de son successeur.

Alors qu’en écrivant publiquement ce qui relève usuellement de la sphère privée, on permet non pas une communication (à sens unique) mais plus justement un dialogue (réciproque). Écrire publiquement apporte une dimension supplémentaire, sans abandonner la communication entre le soi-auteur et le soi-lecteur, toujours présente lors de la phase de rédaction du billet. Sans même évoquer qu’écrire à destination d’un public n’est pas sans influer sur la formulation et le contenu, le fait de rendre une idée écrite publique lui donne corps.

Donner corps à une idée, c’est l’extraire de la nébuleuse de sa pensée, pour lui donner une existence propre et la regarder à distance. Je n’observe pas le même phénomène dans le cas d’un écrit demeurant privé. Pour employer les mots d’Howard S. Becker, une idée exposée au regard d’autrui c’est commencer à sortir le produit de l’atelier2, c’est-à-dire la confronter à la réalité, en esquisser les contours, lui donner une forme, et donc lui trouver une cohérence interne telle qu’elle puisse se tenir seule.

Le dialogue entre le soi-auteur et le soi-lecteur s’installe au moment où le billet est publié, quand l’idée se détache de l’auteur et de ses affects propres. Pour le lecteur que je deviens, l’auteur étranger ne meure plus dans le tombeau du texte, puisqu’il demeure cet étranger qui tient le carnet de recherche public, support de publication du même texte. Je ne doute pas que cet auteur existe puisqu’il soumettra à notre lecture d’autres billets. La meilleure preuve de son existence est que je peux en tant que lecteur utiliser le formulaire disponible sous le billet pour lui soumettre un commentaire critique, auquel – le connaissant – il répondra probablement.

Ce qui pourra paraître à certains (et je m’adresse notamment à mon futur moi-lecteur) comme relevant d’une certaine schizophrénie (au sens courant), je le perçois comme un outil méthodologique précieux. Formaliser ainsi ces deux facettes auteur/lecteur de l’activité de chercheur, permet d’insérer une distance critique qui me permet de gagner en rigueur d’analyse, pour juger plus scrupuleusement de la pertinence d’une idée et de ses limites.

Après tout, n’est-ce pas plus facile de critiquer les autres que soi ?

 

Crédit photo : « when your thoughts get painted on the wall », par Ibrahim Iujaz, 2007 (CC-by)

  1. Baudouin Jurdant, Écriture/lecture : questions sur la réflexivité, en février 2012 dans ces mêmes Espaces réflexifs.
  2. 1986, Writing for Social Scientists, 2004 pour l’édition française Écrire les sciences sociales chez Économica, traduit de l’anglais par P. Fogarty et A. Guillemin.

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website - Twitter

Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire

« Gears and Wheels »
Écrire pour soi, écrire pour les autres
L’ensemble des écrits constitués …

« Gears and Wheels »

Écrire pour soi, écrire pour les autres

L’ensemble des écrits constitués dans le cadre d’une recherche scientifique pourraient, comme Anne Vérin le suggère1, être organisés en deux catégories. D’un coté on trouverait les écrits dits alternativement “d’investigations“, “instrumentaux“, ou “de travail“, qui « accompagnent l’activité de [celui] qui cherche à apprendre : ils sont élaborés pour l’usage de l’auteur lui-même avant tout. Ils obéissent à une logique de la découverte », c’est-à-dire destinés à faire avancer chez le chercheur l’analyse et la compréhension des faits observés. D’un autre coté, on aurait, occupant une place à part, les écrits dits expositifs qui « sont une reconstruction à partir des écrits précédents [instrumentaux] mais obéissent à une logique différente. Il s’agit de bâtir un discours explicatif cohérent, où tous les éléments du raisonnement sont explicités, et qui soit convaincant pour un destinataire », c’est-à-dire ayant vocation à mettre en forme des connaissances établies dans une visée de communication.

Si, pour l’auteur, ce qui différencie ces deux formes d’écrits est essentiellement didactique, linguistique et voire épistémologique2, il me semble intéressant de noter que cette opposition s’articule aussi (surtout ?) autour de ce qui doit et ce qui ne doit pas être rendu public. Les hypothèses, les notes de lectures, les réflexions en cours sont contenus dans la sphère des écrits privés, en tant éléments constitutifs d’une recherche en cours, alors que les conclusions sous proposées au public, sous différentes formes, en tant que résultat d’une recherche. Voilà qui m’interroge (on l’aura deviné) sur le statut du carnet de recherche en ligne.

Montrer la science en train de se faire

« Fonction des écrits dans une pédagogie constructiviste », Anne Vérin, 1988

D’évidence, le carnet de recherche est fondamentalement les deux :  à la fois écrit d’investigation et écrit expositif. Peut-être ne recouvre-t-il pas les deux catégories entièrement, mais assurément il participe des deux logiques en même temps qu’il en est le fruit, il est un peu des deux, voire entre les deux. En tant que recueil d’écrits privés rendus publics, le carnet est autant le lieu de la recherche en train de se faire que le lieu de l’explicitation, autant destiné à comprendre qu’à faire comprendre. De fait, on peut dire en reprenant les termes d’A. Vérin, que le carnet invite à formuler sa pensée au fur et à mesure des mises en texte successives, c’est-à-dire à produire des écrits publics simultanément aux écrits privés, et en ce sens procède d’une manière originale (nouvelle ?) de faire de la recherche.

Mieux encore, le carnet peut-être considéré comme un écrit qui justement expose cette investigation, où pour le dire avec les mots de Bruno Latour, qui donne à voir la « science en train de se faire »3. Le carnet de recherche, en brouillant les frontières et en mélangeant les genres, ouvre les boites noires que sont les écrits d’investigation, montre une « science incertaine et vivante »4 sous la forme d’un « récit moins lisse, où l’activité scientifique résulte d’un processus de construction aussi bien social que technique, où les scientifiques sont plongés dans des controverses, où ils fonctionnent en collectif et doivent composer avec des instruments et des objets techniques »5.

Comme le pointe Antoine Blanchard dans Comment montrer la “science en train de se faire” ?, il est dans les faits difficile de suivre au plus près et au jour le jour l’activité scientifique en cours, comme le ferait un ethnographe des sciences. Tenir un carnet de recherche en ligne peut être une occasion de résoudre en partie ce dilemme, ne faisant pas de cette opération de connaissance l’initiative d’un tiers extérieur qui tenterait de pénétrer dans les quatre murs d’un laboratoire, mais plutôt celle de l’acteur de la recherche lui-même. Cette idée n’est pas nouvelle, déjà évoquée en 2008 par A. Blanchard, elle n’a (à ma connaissance) pourtant pas fait d’émules. Difficile pénétration de l’exigence réflexive au sein de la communauté scientifique, ou manque de demande sociale ?

L’ethnographie comme processus

Du point de vue de l’ethnographie, les exigences scientifiques actuelles imposent d’expliciter non seulement les données à disposition, mais aussi le cheminement intellectuel qui a conduit aux résultats présentés. Or, écrire publiquement par l’intermédiaire du carnet de recherche en ligne, c’est d’une certaine manière insister sur le caractère “in progress” de la recherche, c’est affirmer que – en anthropologie en tout cas – le processus (l’observation participante) et le produit (le texte ethnographique) sont deux dimensions intimement inter-reliées. Cette idée est exprimée ici par Christian Ghasarian :

Il est présomptueux et naïf d’opérer une séparation empirique entre l’observation et la représentation, car la recherche et l’écriture sont clairement des pratiques discursives politiques. C’est pourquoi il importe de prendre conscience que les modèles d’analyse structurent la vision. Si les ethnographies sont les fondations de la théorie anthropologique, elles sont aussi, avec le processus ethnographique d’où elles dérivent, façonnées par la théorie. L’ethnographie comme processus, suggère la prise en compte de la connexion entre les activités qui ont lieu pendant (et avant) la recherche et les principes et procédures employés pour en rendre compte. (…) Le discours de savoir sur un objet met en jeu les questions de pouvoir et de contrôle. (…) Pour toutes ces raisons, il est nécessaire d’amenuiser les distinctions entre le terrain, l’analyse et l’écrit ethnographique.6

Le carnet de recherche en ligne pourrait alors incarner la conscience de ces enjeux, en amenuisant les distinctions entre le terrain, l’analyse et l’écrit ethnographique pour ne faire qu’une de ces trois étapes usuellement distinctes.

 

Crédit illustrations : « Gears and Wheels » de Pietro Izzo (CC-by-nc-sa), 2007 ; « Figure 2 : Fonction des écrits dans une pédagogie constructiviste » in Anne Vérin, “Les élèves et l’écriture en science”, ASTER n°6, 1988 (p.21)

  1. Anne Vérin, “Les élèves et l’écriture en science”, ASTER, n°6, 1988 (p.20-21).
  2. Anne Vérin et Pierre Fillon, “Écrire pour comprendre les sciences”, ASTER, n°33, 2001, p. 12.
  3. Bruno Latour, La Science en action, 1989
  4. ibid.
  5. Franck Aggeri et Armand Hatchuel, “Ordres socio-économiques et polarisation de la recherche dans l’agriculture : pour une critique des rapports science/société”, Sociologie du travail, vol. 45, pp. 113-133. Cité par Antoine Blanchard, in Comment montrer la “science en train de se faire” ?
  6. Christian Ghasarian, “Sur les chemin de l’ethnographie réflexive”, 2004, p.14-15

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website - Twitter

Écrire (publiquement) pour penser

 
J’ai écris mon premier livre en huit semaines : huit chapitres. (…)  Si j’ai écrit en h…

 

J’ai écris mon premier livre en huit semaines : huit chapitres. (…)  Si j’ai écrit en huit semaines huit chapitres, c’est parce que j’étais « enceint ». J’avais tellement médité et construit mon livre dans la tête qu’une fois que j’ai commencé à écrire, j’ai écris un chapitre par semaine. (…) Je me sentais dans une sorte d’auto-possession, j’avais ajusté toutes ces pensées d’avance.

Cette anecdote de Maurice Godelier1 suscite chez moi autant d’interrogations que d’admiration, tant il me semble improbable que l’acte de penser et celui d’écrire puissent être distincts.

« Brainstorming »

Écrire pour penser

La pensée vient par l’écriture, en ce qui me concerne en tout cas. Pour approfondir, déduire, contester, rebondir, bref pour avancer, j’ai besoin de rédiger. Pour les deux raisons (au moins) que sont la narration et l’audience, il n’y a que dans cet exercice que je parviens à me soumettre à une rigueur de définition, de hiérarchisation et d’argumentation. Ceci me fait dire que pour celui qui écrit, le texte final est souvent secondaire au vu de l’importance de l’écriture en tant qu’acte de production et de mise en forme de la pensée.

Avant d’écrire pour communiquer, j’écris donc (égoïstement) pour penser. Un texte sous sa forme finale, c’est-à-dire, travaillé et bien construit, ne m’est dans une certaine mesure plus d’aucune utilité2. Une fois une idée écrite, elle est intégrée à la nébuleuse de ma pensée en gestation. Même envisager de m’appuyer un jour sur ce produit fini pour la rédaction de ma thèse est illusoire, puisqu’un message dont on veut favoriser la réception s’adapte toujours aux interlocuteurs ciblés. Pour recycler, il faut reformuler, donc reconstruire, repenser, bref : ré-écrire. Le produit de mon écriture – le fruit de mes réflexions – n’a alors pas d’autre vocation que d’être le message que je destine à des lecteurs : penser est en ce sens un acte de communication.

Écrire sans lecteurs

Or, nous n’écrivons pas toujours publiquement, et même à vrai dire rarement (proportionnellement parlant). L’écrit privé précède l’écrit publique, nous n’attendons (heureusement) pas l’occasion d’être lu pour commencer à travailler. Écrire pour soi, c’est être son propre lecteur, mais en ce cas écrire n’est plus un acte de communication vers autrui, le fruit de ma pensée n’est plus un message, les lecteurs pour qui je prends tant de soins à formuler, expliciter, argumenter disparaissent.

Les lecteurs absents, l’exercice d’écriture n’a plus de raison d’être. Si écrire pour penser c’est formuler son propos pour s’adresser à des lecteurs, pourquoi (comment ?) alors écrire pour soi ? Non seulement le temps et l’énergie sont des ressources suffisamment rares pour être difficile à mobiliser si les enjeux manquent, mais en plus l’audience est un moteur de la rigueur et de l’exigence.

Paradoxalement, avoir conscience du fait que le processus prime sur le produit (peu importe ce qu’on écrit, l’essentiel est d’avancer) ne libère pas l’écriture, mais me paralyse en faisant disparaître les enjeux. Dans le travail quotidien de la recherche, ce qui aurait pu être une invitation à une écriture foisonnante, décomplexée, inventive, est surtout une incitation à l’errance, au sens d’une déambulation durable sans autre but que le voyage lui-même3.

Écrire publiquement

Rédiger des billets de blog n’est donc pas une activité annexe à la thèse. Mes billets, en tant qu’écrits publiques d’une pensée en cours d’élaboration, sont des morceaux à part entière du produit final de mon travail, puisque c’est avant tout en les rédigeant que j’ébauche, développe, et peaufine mon propos.

Le billet est à mi-chemin entre le brouillon et le texte rédigé […] comme un texte “in progress“, qui est une version à statut scientifique, mais qui n’en est pas le simple brouillon.4

Bien sûr, cela nécessite que j’assume dès à présent les (probables) futures erreurs et ce « temps des hypothèses »5, ce qui ne me semble pas insurmontable au vu de la souplesse de ce support qui autorise les corrections a posteriori et les mea culpa. Moins un risque qu’un parti pris, il me plaît en effet de montrer que la pensée n’est jamais définitivement figée, que la recherche est vivante6.

Par la possibilité de rendre public des écrits usuellement privés, ce qu’offre en définitive le carnet en ligne c’est pour le chercheur « la maîtrise de son espace de publication », selon les mots d’André Gunthert7. Une telle formule n’est pas anodine car de fait, dans une vision politique de l’édition scientifique, elle oppose deux conceptions de la recherche : l’une où le chercheur est asservi « aux choix thématiques ou disciplinaires d’une revue ou à l’agenda d’un éditeur », l’autre où il joue de sa liberté individuelle pour décider de l’objet et des modalités de ses publications (donc de sa pensée).

S’il n’est pas question de remettre en cause le bien-fondé des pratiques collectives d’évaluation par les pairs (“peer-reviewed“), cette voie parallèle offre un rééquilibrage bienvenu, à un moment où le monde savant entame une course à la rationalisation inspirée par les regroupements industriels.8

 

Crédit illustration : « Brainstorming », Mike Oliveri, 2007 (CC-by-nc-sa)

  1. in Ghasarian, 2004, p-199-200
  2. si ce n’est pour me rappeler quelle forme avait ma pensée ce jour.
  3. Source : Wiktionnaire
  4. Benoît Kermoal (Enklask), cité par Marie-Anne Paveau
  5. Frédérique Giraud et Mélodie Faury, Le carnet de thèse, Les Espaces Réflexifs, 02/2012
  6. évoqué ici dans F. Giraud et M. Faury, ibid.
  7. A. Gunthert, Why Blog ?, ARHV, 11/2009
  8. A. Gunthert, ibid.

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website - Twitter