Yes we can (predict the popular vote)

Barack Obama se dirige apparemment vers sa réélection : je n’ai pas le temps de reprendre tou…

xkcd

Barack Obama se dirige apparemment vers sa réélection : je n’ai pas le temps de reprendre tout ce que j’ai pu lire d’intéressant, mais l’analyse d’Yves Surel reprend les éléments-clés du mandat et les dernières prédictions du vote populaire, à compléter par quelques chiffres de plus et les observations de John Sides. À noter aussi : le reste du monde a un avis assez tranché que je comprends comme une (saine) allergie au Parti républicain suite aux mandats Bush.

Dans les derniers jours, les Républicains se sont trouvés une cible de choix avec Nate Silver, le “quant” du New York Times qui publie régulièrement son modèle de l’élection à partir de sondages agrégés. La plupart des modèles, y compris celui de Silver, donnent une forte probabilité de réélection au président actuel. Pour ma part, j’ai décidé depuis plusieurs mois de suivre le modèle “Bread and Peace”, l’un des rares qui donne Obama perdant sur le vote populaire :

Le modèle reste valide si Obama gagne sur les grands électeurs avec légèrement moins de 48% du vote populaire, soit la prédiction modale. À vérifier dans quelques heures.

Allo le Texas, ici l’OSCE… Bip. Bip. Bip.

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la pein…

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la peine. Depuis 2002, l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) envoie des observateurs aux élections américaines. À la suite de quoi elle rédige des rapports très riches, très intéressants sur les problèmes et les améliorations à apporter au système électoral. La vision comparatiste que l’OSCE est à même d’adopter offre un éclairage particulier et permet d’offrir des pistes pour modifier le système électoral.

En 2012, comme à l’accoutumée, la délégation américaine à l’OSCE a donc convié l’organisation à déployer des observateurs à travers le pays, le 6 novembre.

Mais voilà. Le Texas ne l’entend pas ainsi. Et ainsi que le rapporte Fox, le procureur général de l’État, Greg Abbott, menace de poursuivre tout observateur qui se tiendrait trop près d’un bureau de vote – contrevenant de ce fait à la loi de l’État. Sa lettre à l’OSCE est sans ambiguité:

 

Il faut savoir que Abbott envisage de se présenter comme gouverneur de l’État, ce qui pourrait laisser entendre qu’il a un agenda politique, et qu’il entend jouer sur la fibre souverainiste des Texans.

Et l’OSCE a produit un rapport intérimaire le 26 octobre dans lequel elle souligne les problèmes liés aux lois sur l’identification de l’électeur. Or la législature texane, à majorité républicaine, a adopté une loi en 2011 (imposant aux Texans de présenter une pièce d’identité avec photo – nommément un permis de conduire, un permis de port d’arme de poing, un passeport américain, un certificat de citoyenneté, une carte d’identité militaire) que la cour d’appel fédérale a invalidé en août, affirmant qu’elle privait de leurs droits les minorités et les pauvres.

De toute évidence, les Texans n’ont pas bien pris la critique. Même le gouverneur Perry s’en est mêlé sur Twitter:

Bref, la saga du comptage-décomptage-recomptage ne fait que commencer…

 

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendema…

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

Arizona. D’autres bulletins, d’autres problèmes.

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

On le sait en 20…

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

On le sait en 2012 le vote latino est un facteur clef de défaite ou de victoire pour les candidats aux diverses élections. En Arizona, le vote latino est notamment crucial pour l’élection du Sénateur. Et dans le comté de Maricopa qui englobe la majeure partie de la ville de Phoenix, le vote latino est également déterminant puisque d’après dernier le recensement 30% des résidents sont hispaniques et 20% ne parlent qu’espagnol. Il est d’autant plus crucial lorsqu’il s’agit de reconduire (ou non) pour la sixième fois le shérif Joe Arpaio qui se définit lui-même comme le « shérif le plus dur d’Amérique » en matière de lutte contre les clandestins, et dont les pratiques sont jugées discriminantes envers les Latinos. Rappelons en effet que ACLU (American Civil Liberties Union) aide actuellement des associations du comté à attaquer en justice le shérif pour discriminations à leur égard et que celui-ci est également sous le coup d’un jugement pour pratiques discriminantes de la part du Ministère fédéral de la Justice américain. (J’y reviendrai dans un prochain article) Or, à deux semaines de l’élection, une erreur dans les dates sur des documents d’inscription au vote vient réveiller l’indignation si ce n’est la théorie du complot chez les défenseurs des droits des Hispaniques.

La semaine dernière, l’association PAZ-en Accion – Arizona a demandé aux autorités du Comté en charge de l’organisation du vote de corriger certaines erreurs formulées en espagnol sur des documents officiels au prétexte qu’elles peuvent désinformer les électeurs latinos. Une jeune femme hispanique est venue le 9 octobre demander auprès d’un des trois bureaux du Comté de Maricopa un document d’inscription en espagnol. Elle a notifié à ce même bureau le 15 octobre que la date sur la carte était erronée.  Une nouvelle carte corrigée lui a alors été remise.

Il semblerait donc que depuis Juin, les autorités du Comté de Maricopa distribuent des documents d’inscription aux votes (voter registration cards) mentionnant pour le jour de l’élection le 8 novembre dans la section en espagnol et le 6 novembre dans la section en anglais. Comme le suppose le titre de ce blog, l’élection générale américaine aura bien lieu le 6 novembre prochain.

Le 16 octobre dernier, le comté de Maricopa a annoncé par communiqué de presse qu’il avait envoyé de nouveaux bulletins d’inscription au vote corrigés et que seuls les bulletins distribués manuellement dans les bureaux du comté aux électeurs possédaient une date erronée. Il a également précisé que l’erreur a été modifiée dans les logiciels informatiques… L’administration du Comté estime qu’environ 50 documents comportant la mauvaise date ont été distribués.

Cet incident a indigné les leaders latinos du comté, mais aussi les militants démocrates pour qui il apparaît étrange qu’une erreur de frappe dans un chiffre soit à l’origine du changement de date sur un document où les sections en anglais et en espagnol sont côte à côte… Quoiqu’il en soit, cet incident vient raviver la tension déjà préexistante entre la communauté latino et les autorités du comté de Maricopa.

Exemple de bulletin de vote
Crédit Photo : Damien Simonneau

L’auteur: Damien Simonneau est un jeune chercheur rattaché au Centre Emile Durkheim –Sciences Po Bordeaux et à l’IRSEM, au beau milieu d’une thèse de sciences politiques financée par la DGA/CNRS. Il travaille sur les murs de séparation contemporains israélien et américain. Il est actuellement au NACTS à l’Arizona State University à Phoenix. Ce papier est d’abord paru sur son blogue: http://enattendantle6novembre.wordpress.com/

 

Vos papiers! Le retour automnal de SB1070 en Arizona

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.
Deux Présid…

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

Deux Présidents se sont succédé à la Maison Blanche depuis 2000, et aucune nouvelle réforme globale du système légal migratoire n’a été adoptée faute d’accord entre Démocrates et Républicains au Congrès. Tel est le constat en 2012. Face à ce vide politique, les initiatives Pro ou Anti-immigrants sont venues des Etats de l’Union frustrés par l’immobilisme à Washington. C’est notamment ce que décrivent les recherches de Els de Graauw (Baruch College, New York) : les réponses des Etats de l’Union face au problème de l’immigration illégale varient entre ceux comme l’Arizona, la Géorgie, l’Alabama, la Caroline du Sud ou l’Utah et certaines villes qui ont adopté des mesures Anti-immigrants ; et ceux qui ont mis en place des programmes pour intégrer ces sans-papiers en leur attribuant une forme d’identification. L’Arizona se situe donc à la pointe du combat Anti-clandestin notamment depuis le passage en 2010 de la loi Senate Bill 1070 ou SB 1070, une des plus restrictives en la matière.

Histoire complexe d’une loi  controversée

Les lois fédérales américaines obligent les étrangers séjournant plus de 30 jours sur le territoire à s’enregistrer auprès des autorités et à disposer en permanence de leurs documents d’identification. Les législateurs de l’Arizona avec SB 1070 (Support Our Law Enforcement and Safe Neighborhoods Act) sont allez plus loin dans la criminalisation des sans-papiers. SB 1070 commence par définir comme acte criminel le fait d’être sans-papier en Arizona. Elle autorise les officiers de Police lors d’arrestations ou de contrôles à vérifier les papiers (et donc déterminer le statut migratoire) de la personne si celle-ci est « raisonnablement suspectée » (reasonable suspicion) d’être illégale. Une autre disposition de la loi interdit aux forces de l’ordre de restreindre l’application de cette disposition obligeant les agents à appliquer la loi. Enfin, une dernière disposition prévoit des sanctions pour ceux qui hébergent, embauchent ou transportent des clandestins. Les dispositions de la loi peuvent donc laisser place à l’appréciation des policiers pour estimer si une personne est suspectée d’immigration illégale ou non. Pour les opposants à la loi, il s’agit ni plus ni moins que d’une discrimination raciale (racial profiling) visant en premier lieu les immigrants Latinos ou citoyens américains Hispaniques.

Au cours des années 2000, et suite au blindage de la frontière mexicaine dans les zones urbaines et en Californie pendant les années 90, l’Arizona est devenu la porte d’entrée principale pour les clandestins vers les Etats-Unis. Les débats se sont multipliés sur la criminalité avérée des immigrants. Des projets de loi ont été adoptés par l’Arizona, comme des sanctions aux employeurs contre l’emploi d’illégaux, finalement bloqués par l’ancienne Gouverneure démocrate Janet Napolitano. En 2010, dans un contexte de crise économique, de changement démographique profond en Arizona avec l’augmentation du nombre de Latinos et l’absence d’initiative face à l’immigration illégale de la part de Washington, un sénateur de l’Arizona Russel Pearce élabore une loi avec l’aide d’un professeur de droit Kris Kobach associé à l’ONG conservatrice FAIR  Federation for American Immigration Reform. Dans ce contexte, un évènement est venu focaliser l’attention médiatique sur ce projet controversé : l’assassinat le 27 mars 2010 de Robert Kentz, un propriétaire de ranch. Rapidement, l’idée que le meurtrier soit un clandestin se propage. En avril, la loi est adoptée par la Chambre des Représentants de l’Arizona à 35 pour /21 contre, puis au Sénat à 17 pour /11 contre . Jusque-là un suspens demeurait : la nouvelle Gouverneure républicaine de l’Arizona, Jan Brewer, allait-elle signer la loi car jusqu’à présent, elle n’avait pas fait de l’immigration son cheval de bataille ? Elle la signa le 23 avril dans une fuite en avant Anti-immigration clandestine qui continue aujourd’hui de déterminer ses décisions contre les initiatives de l’Administration Obama (Voir l’article sur les DREAMers).

Ce type de loi a fait des émules dans d’autres Etats. Elle a suscité un très vif débat médiatique et politique en 2010 au niveau national ainsi que des manifestations dans de nombreux Etats et des appels au boycott économique contre l’Arizona. Aujourd’hui la tension est apaisée médiatiquement, mais pourtant sur le terrain, elle génère toujours de nombreuses formes de résistance.

Rencontre en pleine tourmente à Washington en juin 2010 entre la Gouverneure de l’Arizona Jan Brewer et le Président B. Obama
Crédit Photo : Arizona Republic / Associated Press

Résistances

La première vague de résistance a déferlé devant les tribunaux à l’été 2010. Plusieurs procèsont été  intentés contre l’Etat d’Arizona ou la Gouverneure Jan Brewer par des organisations, des policiers de l’Arizona attaquant l’applicabilité de la disposition concernant les contrôles d’identité  qui violeraient les droits des Hispaniques américains, puis par le Ministère Fédéral de la Justice. En juillet 2010 peu avant le début de son application, il attaqua l’Etat d’Arizona au motif que la loi ne respecterait pas la Constitution et que seul le gouvernement fédéral peut créer et appliquer des lois en matière d’immigration. Ces procès bloquèrent la mise en application de la plupart des dispositions de la loi.

Finalement, le contentieux entre Washington et l’Arizona s’est soldé par une décision mitigée le 25 juin 2012 de la Cour Suprême. La Cour a examiné la constitutionnalité de 4 dispositions de la loi. 3 d’entre elles ont été annulées au motif qu’elles contrecarraient les lois Fédérales. Toutefois, la disposition la plus controversée autorisant la Police a demandé les papiers de tout personne suspectée d’immigration illégale en Arizona a été maintenue.

Développements récents

C’est cette dernière disposition qui a fait ressurgir SB1070 au cœur de l’actualité en Arizona ce mois de septembre 2012. Le 18 septembre, une juge du District de l’Arizona Susan Bolton (celle-là même qui avait en Juillet 2010 bloqué l’application de la loi pensant que l’Administration Obama réussirait à démontrer qu’elle contrecarre les lois fédérales en la matière) a décidé que la loi présentait désormais toutes les conditions nécessaires pour que la Police puisse appliquer cette disposition mettant ainsi fin à 2 ans de procédures judiciaires. La Gouverneure de l’Arizona Jan Brewer s’est félicité de cette décision l’interprétant comme une victoire face à l’Administration Obama. Elle continue de faire appel contre les blocages d’autres dispositions mineures de la loi (comme l’interdiction pour les forces de l’ordre depuis le 5 septembre de sanctionner les citoyens suspectés d’héberger des clandestins).

Manifestation contre SB 1070 à Washington devant la Cour Suprême Crédits : Mandel Ngan/AFP/Getty Images

Une petite douzaine de manifestants devant le bâtiment de l’agence fédérale ICE (Immigration and Customs Enforcement) à Phoenix manifestait mercredi  19 septembre contre l’entrée en vigueur de cette disposition. Les actions de désobéissance civique se multiplient pour tenter localement de traîner de nouveau la disposition ‘show me your papers’ de la loi dans le circuit judiciaire et ainsi bloquer son application. Les associations de défense des immigrants ont par exemple décidé à Phoenix d’apprendre aux immigrants comment réagir et répondre lors d’un contrôle de police, comment utiliser un téléphone portable pour filmer l’interaction avec les policiers et ainsi repérer tout cas de discrimination. Les défendeurs de la loi estiment que la ‘race’, contrairement à la violation constatée, n’est pas un facteur déterminant pour contrôler l’identité du suspect. Ces associations attendent donc le premier cas de contrôle jugé discriminant pour entamer un nouveau cycle de combats devant les tribunaux…

L’auteur: Damien Simonneau est un jeune chercheur rattaché au Centre Emile Durkheim –Sciences Po Bordeaux et à l’IRSEM, au beau milieu d’une thèse de sciences politiques financée par la DGA/CNRS. Il travaille sur les murs de séparation contemporains israélien et américain. Il est actuellement au NACTS à l’Arizona State University à Phoenix. Ce papier est d’abord paru sur son blogue: http://enattendantle6novembre.wordpress.com/

Premier débat – La gaffe de Romney… (celle que personne n’a vu venir)?

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier dé…

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier débat de la saison. Et ce n’est traditionnellement pas une réussite pour le président sortant. Rien de nouveau sur ce front là. Mitt Romney a fait des étincelles. James Fallows l’avait prédit.

Par contre, lorsque Mitt Romney se tourne vers l’animateur Jim Lehrer (qui a été lui-même une des pierres angulaires du réseau) et l’interpelle personnellement pour ajouter  « I like PBS » (la télévision publique américaine) et « I love Big Bird » (le fameux personnage de Sesame Street – 1 rue Sésame) en ajoutant qu’il ne financera quelque chose (comme PBS) pour lequel il faut emprunter auprès de la Chine, il ne joue peut-être pas sa meilleure carte:

 

Pendant le débat, « Big Bird » est mentionné à raison de 17 000 tweets par minute. Très vite le compte twitter @FiredBigBird est créé et poste une image du célèbre personnage en plein coeur de la grande dépression :

Le lendemain, selon le National Post,  le compte twitter @FiredBigBird avait plus de 23 000 followers tandis que  @BigBirdRomney avait un peu plus de 8000 et @BlGBlRD un peu moins de 17,000.

L’acteur George Takei  poste d’ailleurs immédiatement une image qui fait référence au fameux blogue Tumblr sur les textos d’Hillary : “c’est confirmé, nous avons l’oiseau, nous le déménagerons demain en lieu sûr”.

Après le débat, le Super-Pac American Bridge 21rst Century (qui a déjà dépensé 6 millions de dollars en faveur des démocrates durant ce cycle électoral) lance une campagne sur le web critiquant Romney en mettant en scène Big Bird.

Les médias sociaux également se sont emparés de l’idée… et ce qui n’était qu’une réflexion anodine est devenu un buzz.

Pendant ce temps, le site Million Muppet March appelle d’ailleurs à une manifestation – sur le Mall à Washington – contre Mitt Romney, le 3 novembre prochain. Ainsi, ce qui appartient pour l’instant au monde télévisuel et virtuel pourrait connaître une traduction concrète.

Et les caricaturistes ont quelque chose à se mettre sous la dent, à la veille des débats qui toucheront la politique étrangère aussi – et au demeurant les points forts  d’Obama.

*

Ce n’est pas la première fois que le parti républicain propose l’idée de couper les fonds à la radiodiffusion publique. De  manière récurrente, les Républicains au Congrès proposent des amendements pour réduire ou supprimer ce financement.D’ailleurs l’un des plans de réduction du déficit de la commission Bowles-Simpson envisageait la suppression.

(L’ex-candidat à l’investiture républicaine) Rick Santorum avoue avoir déjà voté pour « tuer Big bird ».

 

Pourtant, vouloir occire Big Bird et la radio-télé-diffusion publique tient plus du symbole que de la nécessité budgétaire. PBS ne représente que 0,00014 % du budget fédéral. Big Bird est quant à lui est rentable,  depuis sa création en 1969 à la télévision.. L’organisation à but non lucratif qui produit le programme fait 46,9 millions de revenus et embauche 1320 salariés et les produits dérivés représentent pour la compagnie de jouet qui le distribue environ 75 millions de dollars par an. Big Bird dépend de PBS qui distribue l’émission. Des emplois et des petites entreprises en bénéficient également.

Au demeurant, le financement octroyé par le Congrès va à la Corporation for Public Broadcasting  qui est une organisation privée à but non lucratif. Les coupures préconisées par les Républicains  mettraient à mal le réseau des stations locales de NPR qui repose sur ce financement (72% du financement de PBS  va au réseau local de télévision et radio) et contribueraient à l’isolement d’un grand nombre de communautés rurales.

Là où Romney a probablement commis – inconsciemment – une erreur, c’est qu’il a donné à l’équipe de campagne de Barack Obama  un « moment » qui pourrait définitivement marquer ce premier débat, un outil facile à “spinner”. Il pourrait avoir créé une mascotte, qui parle de coupes budgétaires et de chômage, d’économie difficile, ce qui est au coeur des préoccupations des Américains à quelques semaines de l’élection.

L’instrumentalisation de cette déclaration par l’équipe d’Obama ne s’est d’ailleurs pas fait pas attendre. Le président-candidat déclare dans la foulée, à Denver, qu’Elmo (autre personnage célèbre de la série) doit faire attention à lui. Tandis que Big Bird apparaît à Abingdon en Virginie, dans une réunion électorale de Mitt Romney, portant la pancarte : “Crack down on Wall Street, not Sesame Street.”

La protection de Big Bird pourrait donc devenir le cri de ralliement du fameux 47% et des autres (au moins dans les campagnes publicitaires démocrates). D’autant plus aisé que Michèle Obama a déjà fait une apparition sur le plateau de l’émission:

 Comme le dit fort justement James Poniewozik du Time , toute la question n’est pas que Romney ait dit vouloir couper les vivres à PBS et NPR, mais la façon dont il l’a dit. En donnant un visage aux coupes budgétaires et à la rigueur, en utilisant un personnage enfantin donc vulnérable, en personnalisant le débat autour d’un personnage qui touche les enfants, en en faisant une icône.

Est-ce vraiment une gaffe ? Selon le journaliste du Time, la personnalisation du débat et le fait de rapporter les choses à lui (“moi aussi j’aime Big Bird, mais on n’a pas le choix”) est une formule à laquelle Romney recourt souvent car cela lui permet de sortir du registre des guerres culturelles (“les libéraux utilisent l’argent du contribuable pour altérer les valeurs américaines”) et d’être sur un terrain qui lui est plus familier (je vous comprends, on ne peut pas faire autrement).

Est-ce que ce sera payant? Au  Washington Post, Suzi Parker prévoit  que Romney pourrait regretter sa réflexion. Selon elle, d’après un sondage de 2008, «  77 millions de personnes ux États-Unis ont regardé Sesame Street lorsqu’ils étaient enfants. En période de crise économique, la nostalgie est une raison comme une autre d’aller voter…

 

 

Une course serrée? Les États pivots au coeur de la campagne

Le système de scrutin (suffrage universel indirect, grands électeurs attribués par État, poids du …

Le système de scrutin (suffrage universel indirect, grands électeurs attribués par État, poids du Winner-take-all) a pour effet de figer le plus souvent la carte électorale qui présente en fait une grande stabilité d’une élection à l’autre, n’évoluant que de manière cyclique, lentement, presque de manière décennale.

 

Barack Obama a pourtant , en 2008, emporté des États qu’aucun Démocrate n’avait gagné (Virginie, Caroline du Nord, Indiana, Colorado) auparavant et il a obtenu les suffrages d’États traditionnellement volatiles comme la Floride et l’Ohio.

Ils appartiennent à la catégorie des États pivots, ces États remportés par une faible marge (en général et à quelques exceptions près inférieure à cinq points) lors des élections précédentes. Plus fragiles, moins stables, ils sont donc plus susceptibles de basculer d’un côté ou de l’autre. Ils ont également pour eux qu’ils représentent un large bassin de grands électeurs.

En 2012, une douzaine d’États entre dans cette catégorie. Sept États détiennent, ensemble, la clé de l’élection avec un total de 85 grands électeurs : le Colorado, la Floride, l’Iowa, le Nevada, le New Hampshire, l’Ohio et la Virginie. On ajoute le plus souvent le Michigan, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie, le Nouveau Mexique et l’Indiana.

Et au lendemain de la convention républicaine, à la veille de la convention démocrate, la course paraît serrée:

source: http://www.knowtex.com/nav/election-presidentielle-aux-etats-unis_36068

 Deux éléments viennent brouiller les cartes. D’un côté, la répartition des grands électeurs est proportionnelle à la démographie et, sur la base du recensement décennale cette redéfinition est véritablement favorable aux Républicains. D’autre part, la réforme de l’identification de l’électeur dans un grand nombre d’États pourrait avoir une incidence sur le taux de participation et le taux de votes valides. Comme le dirait le professeur Rick Hasen, le spectre de l’élection de 2000 n’est jamais très loin.

Le FN à Paris: la fin d’un cycle ? (par Matthieu Jeanne, juillet 2012)

Working paper n°8 – PDF à télécharger
A propos de l’auteur :
Professeur agrégé, Matthieu…

Working paper n°8 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

————————————————————————————————————–

Au premier tour des élections présidentielles de 2012, Marine Le Pen a recueilli près de 13,95% des suffrages des électeurs inscrits à l’échelle nationale. C’est une nouvelle progression après le scrutin présidentiel de 2002, où Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret avaient rassemblé ensemble 13,28% du corps électoral. Ces deux poussées ont suscité une production scientifique importante en sciences politiques et géographie électorale visant à analyser les ressorts politiques et spatiaux du vote frontiste. Ces analyses se sont focalisées tôt sur les espaces les plus favorables au vote d’extrême-droite à l’échelle nationale notamment la France du Nord, de l’Est et l’arc méditerranéen [Alidières, 2004; Alidières 2012] et, à l’échelle régionale, les espaces périurbains et ruraux [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Le Bras, 2002]. Peu d’études ont analysé une autre évolution majeure du vote frontiste : le reflux de ce dernier au centre des espaces métropolitains. Le premier d’entre eux, l’agglomération parisienne, fut dans les années 1980 un bastion du FN, quand ce dernier apparut soudainement sur la scène politique nationale. D’abord élu poujadiste en 1956, Jean-Marie Le Pen, son leader fait de Paris son fief dès 1983 [Lacoste, 1986, p.601]. Au contraire, aujourd’hui, la capitale figure parmi les territoires les plus réfractaires à l’extrême-droite. En 2012, Paris intra muros est au sein des communes peuplées de plus de 30 000 habitants celle qui accorde le moins de suffrages au Front National. Cette évolution est-elle unique sur le territoire français ou au contraire caractéristique des centre-villes ? Quelles sont les origines de cette nouvelle géographie électorale ?
Il convient d’abord d’analyser le vote frontiste à Paris en le comparant, à l’échelle nationale, aux autres centres des espaces métropolitains pour en mesurer sa spécificité. Néanmoins, le vote parisien ne peut se comprendre sans l’analyse au plan local du contexte économique, social et culturel [Giblin, 2012], et celui de l’ensemble de l’aire urbaine parisienne, de laquelle on ne peut extraire la capitale. Il faut donc s’interroger sur la spécificité du vote parisien  à l’échelle francilienne[1].

Enfin, au sein du territoire parisien, l’étude des évolutions spatiales du vote FN depuis 1988 apportent des premières clés d’explication du reflux de l’extrême-droite. Cette approche multiscalaire est au coeur même de l’analyse géopolitique.

1. Le vote FN à Paris depuis 1983 : apogée et déclin

Comme sur l’ensemble du territoire français, le Front National connaît une ascension fulgurante dans le paysage politique parisien dans les années 1980. La comparaison des différents scrutins permet d’établir la chronologie précise de l’essor et du déclin du Front National à Paris.

Graphique 1: Le FN à Paris aux différents scrutins, en % des inscrits.

De 1983 à 1992, le parti de Jean-Marie Le Pen surgit brutalement sur la scène parisienne. Marginal aux élections présidentielles de 1974, absent au scrutin de 1981, Jean-Marie Le Pen apparaît soudainement en 1983 en parvenant pour la première fois à se maintenir au second tour des élections municipales de 1983 dans le 20ème arrondissement. Le FN provoque ici sa première triangulaire. Ce succès lui permet de siéger au Conseil de Paris[2] à partir de ce scrutin, sa progression est rapide. En 1984, aux élections européennes, le FN recueille plus de 15% des suffrages exprimés dans l’ensemble de la capitale, soit 8,48% des inscrits. Deux ans plus tard, lors élections législatives qui se déroulent au scrutin proportionnel, le Front National obtient à l’échelle nationale un groupe de 35 députés. Parmi eux figurent deux élus parisiens, Jean-Marie Le Pen et Edouard Frédéric-Dupont. En 1988, au premier tour des élections présidentielles, pour la première fois il rassemble à Paris plus de 10% des inscrits. Enfin, l’année suivante, aux élections municipales, le FN poursuit sons ascension. Il progresse par rapport au scrutin municipal précédent en recueillant plus de 58 000 voix, soit 4,76% des inscrits, et en provoquant quatre triangulaires dans les quartiers populaires de l’Est et du Nord parisien[3]. En 1992, la progression du FN ralentit, mais le parti semble s’installer durablement dans le paysage politique parisien.

Cette courte séquence électorale, 1988-1992, constitue l’apogée du votre frontiste à Paris. En effet dès 1989, malgré sa présence au deuxième tour dans quatre arrondissements, le FN n’obtient aucune représentation au Conseil de Paris. Aucune fusion des listes n’est alors envisagée avec le RPR et lorsque les listes FN se maintiennent, leurs résultats au second tour demeurent trop faibles. Surtout, à partir de 1995, le FN commence à décliner : aux élections présidentielles, il perd alors plus du tiers de ses électeurs.

Ce reflux est en partie lié à la baisse de la participation assez sensible dans les quartiers populaires dans lesquels le FN obtenait ses meilleurs résultats sept années auparavant[4]. Néanmoins, il conserve un “pouvoir de nuisance” [Alidières, 2012, p.27] face à la droite. Aux élections municipales de la même année, il provoque 5 triangulaires dans le Nord et l’Est parisien qui contribuent à la défaite de plusieurs maires de la majorité sortante. En effet, dans 5 arrondissements le FN parvient toujours à dépasser le seuil minimum de 10% des exprimés nécessaire pour se maintenir au second tour.

Enfin, la décennie 2001-2010 confirme le déclin du FN à Paris. En 2001, aux élections municipales, le FN ne parvient à se maintenir nulle part au second tour : il ne rassemble nulle part 10% des exprimés. Malgré les succès qu’elle remporte lors des élections présidentielles de 2002 et des élections régionales de 2004 au niveau national, l’extrême-droite demeure marginale à Paris. à la fin de la période, en 2012, pour la première fois, le FN progresse de nouveau. Il profite en partie de la désaffection dont pâtit Nicolas Sarkozy, notamment dans les quartiers populaires[5].

Mais il ne parvient pas à rassembler plus de 62 000 électeurs, soit deux fois moins qu’en 1988 au même scrutin.

Cette chronologie faite d’une ascension fulgurante et d’un lent déclin entamé dès 1995 se distingue nettement de l’évolution nationale. La comparaison des résultats obtenus aux scrutins présidentiels l’illustre clairement.

Graphique 2 : Evolution comparée du vote FN en France et à Paris au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

En France, sur le long terme, les positions du FN progressent lentement dans l’électorat de 1988 à 2012. Seul le scrutin présidentiel de 2007 marque une rupture : du fait du transfert massif de voix de l’extrême-droite vers l’UMP dans certaines régions, le FN marque un recul inédit. Néanmoins, si, en 2002, on ajoute aux voix obtenues par Jean-Marie Le Pen celles de Bruno Mégret, l’extrême-droite semble connaître à l’échelle nationale une hausse régulière. La situation est inverse à l’échelle parisienne.

2. L’évolution singulière du territoire parisien au sein des métropoles françaises

A l’échelle nationale, le territoire parisien n’est pas le seul à connaître une baisse importante du vote FN. Au coeur de chaque aire urbaine, dans les centre villes des grandes agglomérations [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Lévy et Le Bras, 2012], le FN obtient désormais ses résultats les plus faibles.  Les villes-centre[6] des plus grandes agglomérations connaissent ainsi un reflux du vote FN depuis 1988. L’étude des villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées en 2009 permet néanmoins de mettre en valeur l’évolution divergente de ces espaces urbains selon leur position dans l’espace français mais aussi la singularité du territoire parisien.

Graphique 3 :Le vote Le Pen aux présidentielles dans les villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées, en % des inscrits

Sur le long terme, dans l’ensemble des espaces centraux des 10 premières aires urbaines à l’exception de Lille le vote FN décroit. Surtout, le comportement électoral de ces espaces se singularise. En 1988, les villes-centre des métropoles se répartissent de façon presque égale autour de la moyenne nationale du résultat obtenu par Jean-Marie Le Pen. A l’Est, à l’exception de Paris, les métropoles (Marseille-Aix, Nice, Strasbourg, Lyon et Lille) votent plus massivement pour l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Au contraire, les métropoles situées à l’Ouest accordent moins de suffrages à l’extrême-droite. En 2012 seules les villes-centre de l’arc méditerranéen se distinguent par un vote frontiste plus élevé que la moyenne nationale. Dans la majorité de ces espaces moins de 10% des inscrits accorde son suffrage à l’extrême-droite. Enfin, le territoire parisien se distingue des autres espaces centraux. Dans la capitale, la baisse est plus forte et le FN est presque marginalisé : la formation d’extrême-droite y rassemble moins de 5% des inscrits. De fait, Paris est désormais la ville où l’on vote le moins pour le FN.

La cartographie du vote FN à l’échelle communale sur le territoire français en 2012 permet de préciser les fractures nationales et régionales observées précédemment.

Carte 1 : Le vote Front National à l’échelle des communes.

L’opposition des zones de force en rouge (supérieures à la moyenne nationale) et des zones de faiblesse en bleu (inférieures à la moyenne nationale permet de distinguer deux lignes de fracture dans la géographie électorale du FN : une ligne Le Havre-Valence-Montpellier [Alidières, 2012] et une forte opposition entre les centres et les périphéries à l’échelle des agglomérations. Toutefois, les espaces les plus réfractaires au vote Front National ne recoupent que partiellement les espaces centraux des grandes agglomérations. C’est le cas, à l’Ouest d’une ligne Rouen-Montpellier : on repère facilement les centres des agglomérations de Caen, Rennes, Saint-Nazaire, Nantes, Bordeaux et Toulouse. ils offrent tous peu de suffrages au Front National. Néanmoins, dans cette France occidentale, le vote FN est faible aussi dans des espaces ruraux ou faiblement urbanisés, tels que la Bretagne, le Limousin ou les Pyrénées. A l’Est de cette ligne, les espaces urbains centraux semblent moins réfractaires au vote Front National, où seuls les centres des agglomérations parisienne et lyonnaise se distinguent réellement par la faible adhésion à l’extrême droite. Mais dans l’arc méditerranéen et la vallée du Rhône les bastions frontistes sont aussi des espaces urbains densément peuplés. L’Ile-de-France est un des espaces les plus contrastés : le vote FN y est très faible dans un espace central assez vaste, et au contraire très élevé dans les périphéries régionales.

3. L’exacerbation des contrastes spatiaux du vote FN en Ile-de-France

Graphique 4 : Le Front National en France, en Ile-de-France et à Paris. Premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

L’étude diachronique des résultats obtenus par le FN en Ile-de-France permet de préciser la spécificité de ce territoire parisien. Paris est au coeur d’une région dont l’évolution est inédite. D’abord sur l’ensemble de la période le vote pour l’extrême-doite connaît une forte érosion. Ensuite, depuis 1995, l’Ile-de-France accorde moins de suffrages à l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Cette tendance s’accentue depuis 2002. En 2012, Marine Le Pen y obtient 4,5 points de moins que sur l’ensemble du territoire français. Ainsi, l’Ile-de-France est devenue la région la plus réfractaire au FN alors qu’elle constituait une zone de force du parti de 1974 à 1986 [Bon, Cheylan, 1986, p.251]. En 1986, sur les 35 députés frontistes élus au scrutin proportionnel, 10 étaient issus des 8 départements franciliens.
Néanmoins, au sein de l’espace francilien, le reflux du vote frontiste n’est pas homogène. Alors que l’extrême-droite se maintient dans les quatre départements périphériques, elle régresse assez fortement à Paris et dans les trois départements de la petite couronne.

Carte 2 : Le vote FN de 2002 à 2012 par commune au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

La baisse de l’audience de l’extrême-droite entre les scrutins de 2002 et 2012 à l’échelle francilienne cache en réalité des évolutions opposées. La hausse de l’écart-type de la distribution communale du vote FN (5,86 en 2012 contre 4,42 en 2002) traduit bien l’accentuation des contrastes de la géographie du vote frontiste. Au coeur de l’agglomération francilienne (Paris, Hauts-de-Seine, Nord du Val-de-Marne et Ouest de la Seine-Saint-Denis, l’extrême-droite régresse de 2002 à 2012. Bien qu’elle ne soit pas aussi faible en 2012 qu’en 2007, la tendance est à la baisse. Aux limites départementales de la petite et de la grande couronne, le FN paraît assez stable. En revanche, aux marges de l’Essonne et de la Seine-et-Marne, le vote FN prospère. Marine Le Pen dépasse les résultats obtenus par son père et Bruno Mégret dix ans auparavant.
Le clivage politique fondé sur la distance aux villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.469] observé dès 2002 ne cesse donc de se renforcer. En effet, depuis ce scrutin, le candidat frontiste obtient dans le coeur des agglomérations un score plus faible que dans les périphéries urbaines et rurales. Le maximum est atteint entre 20 et 50 km du centre des agglomérations. Si les géographes s’accordent sur l’importance de la distance à la ville dans l’explication du vote, les analyses divergent sur l’origine de ce dernier. Jacques Lévy et Hervé Le Bras estiment pour leur part que la localisation de l’habitat est devenu un élément plus prédictif de l’orientation politique que les distinctions socio-économiques [Lévy, Le Bras, 2012]. A l’opposé, Jean Rivière dénonce le piège du spatialisme [Rivière, 2012] et appelle à l’analyse des déterminants sociaux contextuels. De fait, le gradient d’urbanité est bien l’illustration des dynamiques socio-spatiales centrifuges à l’oeuvre dans les grandes agglomérations. Les classes populaires sont aujourd’hui sur-représentées loin des centre-villes du fait du prix du foncier et de la géographie de l’emploi. Du fait de la pénurie de logements sociaux en Ile-de-France et de la hausse du prix du foncier, certaines familles aux revenus modestes ont été contraintes de s’installer dans l’Oise [Giblin, 2012b]. Pour autant, la composante spatiale du vote n’est pas à négliger. Même quand les géographes s’efforcent de neutraliser les effets de la structure sociale, en dissociant vote réel et vote théorique[7], le FN demeure sous-représenté au coeur des aires urbaines et sur-représentés entre 20 et 50 km des centre-villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.476]. Le vote FN semble alors exprimer un sentiment d’abandon [Giblin, 2012b] et une part du ressentiment lié à une relégation spatiale subie : à l’évidence, il constitue une défiance à l’égard des élites économiques et politiques qui résident dans les territoires centraux des agglomérations. Le sociologue Jean Viard évoque ainsi les rancoeurs face à “l’indifférence urbaine au prix de l’essence” et à “un certain soutien bobo-écologiste à la hausse répétée des carburants”[8]. Mais le vote FN traduit aussi les angoisses qui président au choix du repli spatial des habitants des espaces périurbains: la volonté de se mettre à distance de la grande ville et la crainte d’être “rattrapé par la banlieue” [Fourquet, 2012, p.51]. Ici géographie sociale et géographie politique se conjuguent. Les différents votes des classes populaires traduisent donc leur localisation dans l’espace urbain mais aussi les stratégies résidentielles qu’elles adoptent.

4. Au coeur de la métropole parisienne, les évolutions du vote parisien

Lorsque Jean-Marie Le Pen se présente en 1974 aux élections présidentielles, il obtient 0,77% des inscrits dans l’ensemble de la capitale. La distribution de ses résultats est relativement homogène à l’échelle de la capitale. Ces derniers oscillent entre 0,47% dans le quartier Monnaie (6ème arrondissement) et 1,16% dans le quartier Chaussée d’Antin (dans le 9ème arrondissement).

Carte 3 : Les zones de force du vote frontiste en 1984 et 1988, en % des inscrits

La période 1983-1986 constitue pour le Front National une phase de « décollage » [Mayer 2002, p.31] au cours de laquelle la géographie du vote frontiste est assez changeante. Après le premier succès de Jean-Marie Le Pen dans le 20ème arrondissement en 1983, le Front National s’implante dans l’ensemble de la capitale et parvient à fédérer des électorats très différents. Aux élections européennes de 1984, l’extrême-droite obtient ses meilleurs résultats dans les arrondissements bourgeois (7ème, 8ème, 16ème) quand le 13ème arrondissement plus populaire est le territoire qui résiste le mieux à la poussée frontiste. Le discours lepéniste s’adresse alors à un électorat de droite déçu, exaspéré par la victoire des socialistes. La mobilisation des beaux quartiers traduit la radicalisation de l’électorat conservateur qui ne se reconnaît pas la candidature de Simone Veil qui symbolise la politique progressiste de Valéry Giscard d’Estaing [Mayer, 1987, p. 902]. Le FN profite d’une crise de représentativité des grands partis traditionnels [Giblin, 2005, p.170].

Le RPR est dépassé par la frange la plus à droite de son électorat. Le PCF perd quant à lui son rôle sa fonction tribunitienne en participant au gouvernement, puis en le soutenant au parlement.

Dès les élections législatives de 1986, le Front National remporte ses plus grands succès dans les quartiers périphériques du Nord et de l’Est parisien d’Epinettes à Charonne. Le discours lepéniste est désormais tourné vers la dénonciation de l’insécurité et la stigmatisation de la présence immigrée. C’est donc dans les quartiers à forte présence étrangère, spécialement maghrébine et turque, que Jean-Marie Le Pen remporte ses plus grands succès. Le FN s’implante dans les quartiers de gauche [Giblin, 2012a, p.5] et séduit un électorat populaire confronté au quotidien aux difficultés que peut poser l’intégration d’une population étrangère qui a rapidement crû. L’électorat conservateur de l’ouest est quant à lui revenu vers l’UDF et le RPR préférant, à l’occasion d’élections décisives, un vote non plus protestataire, mais utile.

Carte 4 : Le FN de 1974 à 2007 aux élections présidentielles, en % des inscrits.

A partir de 1995, la décrue du vote frontiste semble se réaliser en deux temps. Le reflux du FN se concentre d’abord dans les quartiers populaires précédemment décrits. Seuls trois quartiers « résistent » : La Chapelle, Goutte d’or et Pont de Flandres. La géographie du vote frontiste à Paris devient alors plus homogène (écart-type fortement réduit en 1995 et 2002). A partir de 2007, le vote FN se marginalise et, à l’échelle du quartier, seuls trois quartiers dépassent le seuil de 6% des inscrits

Le reflux du FN à Paris paraît de prime abord assez paradoxal. Le territoire parisien réunit en effet de nombreuses caractéristiques sociologiques propices à l’implantation durable de l’extrême-droite : chômage, violence individuelle et fortes proportions d’immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p.245]. Si le chômage n’atteint pas des records dans la capitale, en revanche la présence des étrangers y est plus forte qu’ailleurs [Pinçon, Pinçon-Charlot, 2004, p. 31] et la violence y demeure très élevée[9].

En effet, quand le FN fait irruption dans le paysage politique parisien entre 1983 et 1988, la capitale connaît tout d’abord une forte augmentation du poids des étrangers depuis plus de 20 ans. à Paris, du fait de la baisse démographique et de la hausse du nombre d’étrangers et de naturalisés, la part des étrangers est exceptionnellement élevée. Elle est passée de 8% en 1962 à 16,61% en 1982[10]. Si l’on compte les naturalisés, près d’un parisien sur cinq est d’origine étrangère en 1982. Malgré cela, dès la période 1984-1986, le FN obtient dans la capitale des résultats plus faibles que l’on attendrait en fonction de la corrélation observée à petite échelle, à l’échelle des départements français, entre le vote frontiste et la présence des immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p. 256; Perrineau, 1997, p.146]. Alors que Paris est le département accueillant la plus forte proportion d’étrangers avec la Seine-Saint-Denis, la capitale n’arrive qu’en 9ème position des départements accordant le plus de suffrages exprimés au Front National en 1984 et en 20ème position en 1986 [Mayer, 1987]. Néanmoins, à grande échelle, la géographie du vote FN est étroitement corrélée à la présence des populations étrangères dès 1986 : +0.40 avec la proportion des Maghrébins à l’échelle du quartier en 1986 [Mayer, 1987]. Mais la baisse constatée du FN dès 1995 vient contredire cette relation. Elle ne correspond en aucune façon à un recul de la population étrangère à Paris. Si cette dernière a atteint son poids maximum dans la population parisienne en 1982, elle demeure importante au cours des décennies suivantes et sa hausse est continue si on y ajoute les naturalisations. Surtout, cette corrélation a aujourd’hui quasiment disparu. Aux élections présidentielles de 2007, elle est quasi nulle : le coefficient de corrélation entre vote FN et présence étrangère est de 0,008[11](0,086 si l’on prend en compte les immigrés). En 2012, la corrélation est même devenue négative (-0,15 et -0,05). La présence étrangère peut donc expliquer la chronologie de la croissance du vote FN, sa géographie dans la décennie 1980, mais elle se révèle inefficiente pour expliquer sa décrue.

L’insécurité apparaît par ailleurs comme un des éléments les plus prédictifs du vote FN, comme l’a démontré Bernard Alidières.

« Alors que le rôle de l’immigration a éte fortement discuté, la question de l’insécurité a été presque totalement délaisseée dans les analyses du «symptôme Le Pen». Pourtant, ce que l’on a pu observer très précisément à l’échelle d’une ville moyenne comme Tourcoing, où le FN obtient en 1984 son meilleur score pour les villes de plus de 30 000 habitants [Alidières, 2004, 2006], se vérifie pour l’ensemble de la France: la percée électorale du Front national a été précédé par une nette hausse de la délinquance constatée entre le milieu des années 1970 et 1983. (…) Les zones de force du vote FN se localisent dès 1984 (et jusqu’à aujourd’hui) exclusivement à l’est de cette même ligne, là même où est enregistrée la plus forte dégradation de la sureté » [Alidières, 2012a, p. 22]

C’est en Ile-de-France et à Paris que cette violence progresse le plus de 1997 à 2006 [Alidières, 2012a, p.31] et c’est dans ces mêmes espaces que le Front National régresse le plus sur cette même période et qu’il obtient en 2012 ses plus mauvais résultats.

En réalité, plus que l’insécurité ou l’importance relative de la présence des différentes communautés étrangères, ce sont les évolutions des structures sociales et politiques des quartiers où ces dernières sont installées qui éclairent le reflux du vote Le Pen à Paris. En effet, depuis 1982, la population parisienne a connu un important renouvellement et de profondes mutations sociologiques. Si les ménages qui ont quitté la capitale ne sont pas majoritairement issus des classes populaires, en revanche, au sein des arrivants les classes supérieures sont surreprésentées [Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, p.107]. Aujourd’hui la capitale est marquée par une sur-représentation des cadres et professions intellectuelles supérieures (CPIS) et sous-représentation des classes sociales populaires. Au total, ces dernières ont perdu presque neuf points dans la population des ménages parisiens entre 1982 et 1999, alors qu’elle n’en ont perdu que six en France [Clerval, 2008, p.155].

Dans les espaces du vote du FN de 1986, le changement sociologique est radical. Au recensement de 1982, dans les quatre arrondissements les plus favorables au FN, si l’on s’en tient à la seule population française – qui peut donc être inscrite sur les listes électorales – les ouvriers et employés sont majoritaires. 26 années plus tard, ce n’est plus le cas. Seul le 19ème arrondissement compte plus d’ouvriers et d’employés que de cadres et professions intellectuelles supérieures. Ailleurs, c’est le contraire. Et les seconds sont presque deux fois plus nombreux que les premiers dans le 10ème arrondissement (46% de CPIS).

Tableau 1: Les ouvriers et les employés dans la population active française à Paris.

1982 2008
10ème arrondissement 51% 26%
11ème arrondissement 50% 23%
18ème arrondissement 55% 31%
19ème arrondissement 56% 37%
20ème arrondissement 54% 34%
(Source : RGP 1982, 2008.)

Les premiers bastions du FN au Nord et à l’Est ont donc disparu en grande partie du fait du fort renouvellement de population. Désormais dans les 10ème et 11ème arrondissement, on observe une sociologie et une pyramide des âges particulières : les jeunes actifs (25-40 ans), fortement diplômés y sont fortement surreprésentés. Or ce sont ces derniers qui grâce à leur capital culturel sont aujourd’hui les réfractaires aux thématiques de repli identitaire développées par le Front National [Fourquet, Mergier, 2011] et au contraire plus sensibles aux valeurs d’ouverture et de tolérance [Fourquet, 2012]. Ce même phénomène a été aussi observé à l’étranger, notamment en centre ville de la Haye [Wouter, Sako, 2012, p.107].

La dernière explication du repli du FN à Paris tient au jeu des acteurs politiques. Aussi massifs que soient les flux de population, ils ne peuvent à eux seuls expliquer une évolution des comportements électoraux contraire à celle observée à l’échelle nationale. A partir du début des années 1990, le contexte politique parisien devient défavorable à la croissance du FN. Le départ de Jean-Marie Le Pen de la capitale constitue une première brèche. Elu conseiller de Paris en 1983, puis député en 1986, Jean-Marie Le Pen perd successivement ses deux mandats politique parisien : en 1988 lors des élections législatives organisées au scrutin majoritaire et en 1989 lors des élections municipales. Son départ pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur lors des élections régionales de 1992 prive le FN parisien et francilien d’un leader très médiatique. En 1995, l’efficacité de la campagne de Jacques Chirac qui cible un électorat populaire avec des thématiques sociales empêche le FN de progresser dans la capitale. Dans son fief, le Maire de Paris conserve une grande popularité et parvient alors à capter une partie de l’électorat populaire qui s’était tourné vers le FN sept ans plus tôt. La scission de 1998 fragilise ensuite particulièrement l’appareil militant parisien et francilien [Alidières, 2012b] qui peine à se trouver un nouveau leader avant le parachutage éphémère de la fille du leader historique du FN, Marine Le Pen. Cette dernière hésite avant 2007 à choisir une stratégie territoriale claire. Elle est d’abord candidate aux élections législatives à Paris en 1993, dans la 16ème circonscription qui correspond au 17ème arrondissement. Elle est ensuite élue conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais de 1998 à 2004. En 2004, elle se présente cette fois en Ile-de-France : elle est élue au Parlement européen et au conseil régional d’Ile-de-France. Ce n’est qu’en 2007 que Marine Le Pen décide de s’implanter à Hénin-Beaumont, une commune ouvrière de 26 000 habitants située dans l’ancien bassin minier du Pas-de-Calais. Les hésitations politiques de Marine Le Pen achèvent de fragiliser le FN en Ile-de-France, toujours dépourvu de leader depuis 2007.

Conclusion

Après une rapide ascension de 1984 à 1988, et près de 20 ans de déclin, le FN semble assez marginalisé dans le paysage politique parisien. Traditionnellement, l’Ile-de-France, et singulièrement Paris, est un creuset politique, un lieu propice à la formation d’idées neuves [Lacoste, 1986, p.602]. C’est ainsi à Paris que s’est développé le courant écologiste dès les élections municipales de 1977. Apparu spectaculairement à Paris, le FN est désormais solidement ancré dans certains territoires français. Il n’est plus une formation aux idées neuves, pour qui Paris constitue une “scène sur laquelle il est utile de monter pour faire une carrière de haut niveau” [Le Bras, 2002, p.180]. Au-delà des mutations sociologiques profondes de la population parisienne, essentielles pour comprendre le déclin du FN dans la capitale, il faut certainement aussi prendre en compte cette notion de cycle politique qui s’achève désormais.

[1] Les limites de l’aire urbaine ne coïncident pas exactement avec les frontières de l’Ile-de-France. Néanmoins, les résultats électoraux sont collectés à l’échelle départementale puis régionale. L’étude du territoire francilien est donc plus aisée.

[2] Jean-Marie Le Pen est le seul Conseiller de Paris. Il ne peut pas fonder de groupe politique.

[3] Le FN parvient à se maintenir dans les 10ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissement.

[4] Les distributions de la baisse de la participation et du recul du FN sont corrélées positivement (0.19).

[5] Les évolutions du vote Sarkozy et du vote Le Pen sont corrélées négativement (-0.29) et plus encore dans les arrondissements populaires du Nord et de l’Est (-0,31).

[6] Les villes-centre des agglomérations ne recoupent pas exactement les espaces de centre-ville que l’on définit par la spécificité des fonctions urbaines, la densité de population et la morphologie urbaine. Les espaces peuvent déborder des limites administratives des villes-centre. Au contraire, certaines villes-centre intègrent dans leur territoire de façon marginale des espaces s’apparentant à de la banlieue ou du périurbain. C’est le cas de Marseille, dans laquelle les quartiers Nord qui s’apparent à des espaces de banlieue sont pourtant dans le territoire communal (Giblin, 2012). Néanmoins, pour la collecte des résultats électoraux, la prise en compte des limites communales administratives est plus aisée.

[7] Le modèle de Johnston définit le vote théorique comme le vote attendu pour un espace donné en fonction de sa structure sociale. On projette sur cet espace le comportement électoral de chaque CSP au niveau national. Ce modèle permet donc d’estimer le vote d’une zone comme si chaque électeur avait voté conformément au comportement des électeurs sondés nationalement. [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.474]

[8] Tribune de Jean Viard dans Libération, 3 mai 2012.

[9] Frédéric Bon et Jen-Paul Cheylan retiennent deux critères pour mesurer la violence individuelle : le port d’arme prohibée et les outrages et violences envers les agents de l’autorité. A chaque fois, Paris figure dans les territoires les plus touchés par ces formes de violence (Bon, Cheylan, 1988, p.246)

[10] Source : RGP, Insee.

[11] Source : Chiffres de l’INSEE 2006 par quartiers.

Bibliographie

Alidières, B., 2004, « Anciens et nouveaux territoires du vote Front national : le cas du Nord-Pas-de-Calais », Hérodote, 2004/2 N°113, p. 48-67.

Alidières B., 2012a, « Les temps du vote Front national et de ses représentations», Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 18-37.

Le Bras, H., Une autre France, Paris : Odile Jacob, 2002

Alidières B., 2012b,”Le vote Marine Le Pen en 2012 : quelle progression ?”, Working-atlas pour l’Institut Français de Géopolitique.

Clerval, A., 2008, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse sous la co-direction de Petros PETSIMERIS et de Catherine RHEIN

Bon, F., Cheylan, J-P.,1988, La France qui vote, Paris : Hachette.

Fourquet, J., Mergier, A., 2011, Le point de rupture, Enquête sur les ressorts du vote FN en milieux populaires, Fondation Jean Jaurès.

Gibin, B. (dir), 2005, Nouvelle géopolitique des régions françaises, Paris: Fayard.

Giblin, B., 2012a, « Extrême droite en Europe : une analyse géopolitique », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 3-17.

Giblin, B., 2012b, « La géographie du FN, une carte aux contours de plus en plus nets », Libération, 26 avril 2012.

Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, Paris à l’épreuve de la déconcentration, Paris: Belin.

Lévy, J., Le Bras, H., « La France des marges s’est fait entendre le 22 avril », Le Monde, 25 avril 2012, pp.8-9Lacoste, Y, (dir), 1986, Géopolitique des régions françaises, Paris : Fayard.

Le Bras, H., 2002, Une autre France, Paris : Odile Jacob

Mayer, N., 1987, « De Passy à Barbès : deux visages du vote Le Pen à Paris », Revue français de science politique, 37ème année n°6, pp.891-906.

Mayer, N., 2002, Ces Français qui votent Le Pen, Flammarion.

Rivière, J., 2012, « Vote et géographie des inégalités sociales : Paris et sa petite couronne », Métropolitiques, 16 avril 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/Vote-et-geographie-des-inegalites.html

Perrineau, P., 1985, « Le Front National : un électorat autoritaire », Revue politique et parlementaire, p.24-31

Perrineau, P., 1997, Le symptôme Le Pen, Paris : Fayard.

Ravenel, L., Buleon, P. , Fourquet, J., Vote et gradient d’urbanité: les nouveaux territoires des élections présidentielles de 2002″, Espace, populations et sociétés, 2003-3, p.469-482

Salmon, F., 2001, Atlas électoral de la France, Paris : Seuil.

Van Gent Wouter et Musterd Sako, « Les transformations urbaines et l’émergence des partis populistes de la droite radicale en Europe. Le cas de la ville de La Haye », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 99-112

Comment ne (toujours) rien comprendre aux sondages

Mise à jour : si les sondages vous laissent de marbre, essayez les modèles. Le dernier en date, très…

Mise à jour : si les sondages vous laissent de marbre, essayez les modèles. Le dernier en date, très cohérent avec tout ce que l’on sait du vote, donne François Hollande à 51% au second tour sans réellement modéliser la prime du meilleur score au premier tour.

Comme l’a bien compris la blogosphère économiste, le moment est venu d’en remettre une couche. Ça tombe bien, Le Monde publie un texte de circonstance, par Albert Camus, qui s’exprime mieux par lui-même que par Michel Onfray :

En face de la marée montante de la bêtise, il est nécessaire également d’opposer quelques refus. Toutes les contraintes du monde ne feront pas qu’un esprit un peu propre accepte d’être malhonnête. Or, et pour peu qu’on connaisse le mécanisme des informations, il est facile de s’assurer de l’authenticité d’une nouvelle. C’est à cela qu’un journaliste libre doit donner toute son attention.

Les geeks auront remarqué que le site Internet du Monde vient de passer en HTML5, un standard toujours en cours de développement. Jolie performance ! Malheureusement, Le Monde et les médias en général ne sont pas toujours à la frange de l’innovation, et les sondages en sont la meilleure illustration.

Pour rappel, l’accord tacite entre les médias et les instituts de sondage sera bientôt à la retraite : il y a 64 ans, les médias américains faisaient découvrir à leur lectorat la course hippique avec des candidats à l’élection présidentielle, et même si tout le monde déplore le côté panem et circenses, tout le monde lit les sondages aujourd’hui, ne serait-ce que pour rappeler qu’ils construisent la réalité au moins autant qu’ils ne la capturent. L’argument bourdieusien était moins agressif que sa version actuelle, mais la connivence instituts-médias-politiques polarise les positions.

En France, on a en plus la chance d’avoir de fabuleux instituts de sondage qui échantillonnent et redressent de manière endogène, ce qui garantit qu’aucune contrainte scientifique ne viendra gâcher le spectacle. Parmi ces contraintes, la théorie des probabilités. Ce que l’on appelle “méthode par quotas”, et que les sondeurs eux-mêmes désignent comme une “recette de cuisine”, est en substance un affranchissement total du théorème central-limite ; vous êtes prévenus, mais vous regarderez quand même les courbes et lirez quand même les décimales flottantes.

Il est possible de modéliser sérieusement les données issues des sondages, sur le modèle de ce qui se fait aux États-Unis, mais aucun média ne joue actuellement ce jeu-là. Au lieu de ça, on lit des interviews affligeantes dans Le Monde ou dans Slate, qui a récemment redéfini le degré zéro de l’analyse journalistique appliquée aux pronostics électoraux. Je n’ai aucun grief personnel contre l’auteur ou contre Slate ; les deux publient certainement des feuillets de bonne facture en parallèle. Je suis plus inquiet pour les grandes rédactions qui dilapident le prestige de leurs titres, et pour la qualité du travail dans l’espace médiatique en général.

Si vous aimez la science-fiction de Moebius, alors vous êtes à peu près autant dans la réalité que si vous aimez les données des instituts de sondage et des quelques personnalités qui se prêtent au jeu de leur analyse. Et quand je vois une partie de l’humanité se réunir autour d’un cadavre, je pense très fort aux lecteurs de 20 Minutes dans le métro qui parcourent les baromètres “Plus/Moins” avec tout autant de naïveté.

Il me semble que voter pour la science passe aussi par un calibrage plus intelligent de la science des sondages, qui n’a presque aucune chance de s’exprimer dans le contexte que je décris ici à grands traits. Le duel Buisson-Garrigou n’a eu aucune conséquence positive sur ce contexte, ce qui est très dommage.

P.S. J’ai malencontreusement oublié de parler du frelatage de graphiques, en rapport avec les instituts de sondage qui prennent de moins en moins le soin de publier autre chose que des “slideshows” fabriqués sur des gabarits PowerPoint. Mais ce défaut dépasse leur sphère de responsabilité.

Savez-vous compter? (controverse arithmétique en élections ou l’inverse).

Au lendemain du Super Tuesday et à la veille des derniers (ou presque) scrutins du Deep South, l…

Au lendemain du Super Tuesday et à la veille des derniers (ou presque) scrutins du Deep South, l’arithmétique est devenue reine. Et la controverse mathématique ou électorale suivant l’angle sous lequel on prend les choses est réelle.




D’autant que personne ne s’accorde sur le nombre de délégués déjà effectivement attribués à tel ou tel candidat:

  CNN Politico Real Clear Politics Democratic Convention Watch RNC (républicains)
Romney 444 424 446 393 339
Santorum 202 212 199 133 95
Gingrich 115 103 117 110 107
Paul 66 45 61 24 22
Huntsman 0 2 X 2 X
Autres x 82 non liés x 197 non liés 42 super délégués + 258 non liés

Car on parle bien souvent seulement de projections et non de chiffres fermes.

D’un côté, Josh Putman, professeur à Davidson College, explique qu’une convention ouverte (brokered convention) en août est quasiment inimaginable, en raison même de la mathématique électorale.

Pour Putman, Santorum devrait performer bien au-dessus de son niveau actuel (il flirte désormais avec 35% du vote) pour pouvoir imaginer emporter les 1144 délégués. Mais plus encore, tandis que le mois de mars lui est favorable avec des votes dans le Deep South qu’il pourrait/devrait emporter, il perd cet avantage à compter du 20 mars avec le scrutin en Illinois. Selon Putman, Romney devrait retrouver un terrain confortable, tandis qu’un nombre conséquent de délégués n’est pas encore attribué (notamment par les États tenant des caucus). En outre, le changement du mode de scrutin à compter d’avril, et le fait qu’il y ait alors des États qui pratiquent le “winner take all” va dans le même sens. Romney n’est pas encore le nominé, loin s’en faut. Mais comme l’explique Putman, tous les scenarii semblent aller dans son sens: les risques d’une convention ouverte paraissent mineurs.

De l’autre côté le professeur Schultz de Hamline University considère que les chiffres vont dans le sens d’une convention ouverte (brokered convention):

selon lui, aucun des candidats n’ira à la convention de Tampa avec, dans son escarcelle, la majorité absolue des délégués (1144).

Selon lui au Super Tuesday:
Romney   a  421 délégués, Santorum    181,Gingrich    107, Paul     47, Huntsmann 2

Entre les 758  délégués déjà attribués et les 129 qui ont été sélectionnés par caucus dans le Maine et le Minnesota mais ne sont pas encore attribués, il reste 61,2% des délégués à gagner.

Or selon ces calculs, Romney, pour emporter l’investiture, doit gagner 723 délégués de plus soit plus de la moitié de ceux qui restent encore en jeu. Pour Santorum, cela représente 68,8%.

Schultz considère que au vu des performances actuelles de Romney, il faudrait attendre le 5 juin (avec la Californie (172), le Montana (26), le New Jersey (50), le Nouveau Mexique (23), et le Dakota du Sud (28)) pour mettre un terme à l’incertitude.

Mais il souligne également que ce sont les États du Sud, du Deep South qui vont se prononcer en mars. Le Kansas, l’Alabama, le Mississippi, puis le Missouri. Viendront ensuite la Louisiane, l’Arkansas, le Kentucky puis le Texas. Or si l’on observe les performances de Romney en Caroline du Sud et dans le Tennessee, ses résultats sont inférieurs à la moyenne dans le Deep South. Le candidat du Nord-Est ne convainc pas les évangéliques conservateurs, loin s’en faut.


source: Pew Forum on Religion and Public Life

Il part donc avec un handicap majeur dans cette région. Or une performance médiocre, particulièrement en mars, donnerait le signal d’une machine qui se grippe, et l’indication qu’il peinera substantiellement pour obtenir la nomination “avant” la convention. (L’auteur est prudent mais le ton est là: Romney mène le bal mais sa position de leader du peloton est infiniment précaire).