Bâle : aux portes de Pétra

Il peut sembler curieux de tenter un rapprochement entre Bâle, chef-lieu du canton suisse du même no…

Il peut sembler curieux de tenter un rapprochement entre Bâle, chef-lieu du canton suisse du même nom et Pétra, l’antique capitale du royaume nabatéen, se trouvant dans le sud de l’actuelle Jordanie. Pourtant, le 22 août 1812, c’est un Bâlois, Jean-Louis Burckhardt, qui allait être le premier Européen à se rendre sur le site de Pétra. Il avait été commissionné par l’African Association, en 1806, pour suivre la route caravanière allant du Caire à Tombouctou. Au cours d’un voyage de préparation réalisé dans le but de parfaire sa maîtrise de l’arabe, dès 1809, J.-L. Burckhardt, alias Sheikh Ibrahim Ibn Abdallah, se rendit en Syrie, au Liban, en Transjordanie, en Égypte, en Nubie, ainsi qu’en Arabie et dans le Sinaï. Il ne put malheureusement jamais entreprendre l’expédition projetée et mourut au Caire en 1817.

À l’occasion du bicentenaire de la redécouverte du site, l’Antikenmuseum de Bâle propose, depuis le 23 octobre 2012 et jusqu’au 17 mars 2013, de revenir sur l’héritage laissé par J.-L. Burckhardt, en mettant plus particulièrement l’accent sur les découvertes archéologiques des équipes suisses travaillant à Pétra. Les 150 pièces que comprend cette exposition sont réparties sur deux salles. Malheureusement, la scénographie, apparentée à un jeu de piste, se révèle déroutante. Si cela ne pose pas de problème au visiteur familier de la culture nabatéenne et qui n’est guère embarrassé dans son parcours, on peut en éprouver quelque gêne quand on manque de connaissances en la matière.

Les premiers panneaux retracent la vie de J.-L. Burckhardt et présentent également quelques publications d’explorateurs du xixe siècle ayant effectué à sa suite un séjour d’étude plus ou moins long à Pétra.

Figure 1 : Bétyle dans sa niche. Siq de Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 1 : Bétyle dans sa niche. Siq de Pétra (Photo A. Hamm)

Les vitrines suivantes nous introduisent à la culture nabatéenne. Un point sur l’écriture concerne notamment l’inscription la plus ancienne de Pétra, qui se trouve dans le triclinium d’Aslah, fouillé par le R. Wenning, Professeur à l’Université de Münster, et L. Gorgerat, de l’Antikenmuseum de Bâle (The International Aslah Project, IAP). Ensuite, le visiteur aborde la religion nabatéenne. Il découvre la signification des bétyles, ces pierres de forme généralement cubique ou rectangulaire qui représentent les divinités et qui peuvent être taillées, semi-taillées ou non-taillées (Wenning, 2001) [Figure 1]. Les temples de Khirbetal-Dharih et de Khirbet al-Tannur, situés à 80 kilomètres au nord de Pétra, sont également évoqués. Distants l’un de l’autre de 7 kilomètres, ces deux monuments se trouvent par ailleurs sur l’axe nord-sud du royaume, ce qui permet de supposer que chacun constituait également une station caravanière (Villeneuve 1988, p. 461), dont l’importance est notamment soulignée par la richesse et l’omniprésence du décor architectural. L’exposition de Bâle en présente un petit échantillon.

Une parenthèse est ensuite ouverte sur la culture urbaine du nord de la Jordanie, avec une évocation des cités de Philadelphia (l’actuelle Amman) et de Gerasa (aujourd’hui Jerash), qui formaient la Décapole, groupées avec huit autres cités de la rive orientale du Jourdain. Une courte présentation de leur production artistique souligne le poids de la culture hellénistique dans cette région.

Les espaces suivants sont consacrés aux découvertes archéologiques de Pétra. Dans un premier temps, une animation multimédia réalisée par l’École polytechnique fédérale de Zürich (ETH) présente l’ingénierie des Nabatéens qui étaient parvenus à capter et à redistribuer les eaux de pluie en élaborant un système hydraulique ingénieux.

L’accès à la seconde salle, où se trouvent véritablement exposées les splendeurs de Pétra, se fait grâce à un passage matérialisé par deux cartons couleur grès évoquant le « Siq », cette gorge étroite qui conduit à la cité rocheuse. Au bout de celui-ci, comme au bout du véritable « Siq », se trouve la « Khazneh » (le « trésor », nom arabe que les bédouins ont donné à ce célèbre tombeau-temple), ici représentée par une photographie. Au sol sont projetés des extraits de films rappelant que la bande dessinée (Tintin, Coke en stock) et le cinéma (Indiana Jones et la dernière croisade, Transformers 2) ont revisité le site de Pétra, pour le meilleur et pour le pire.

Un premier focus est fait sur le centre monumental de la ville, incluant des vues du « Great Temple », du « Temple aux lions ailés », ainsi que du « Qasr al-Bint » (le « Château de la fille »), avec la porte monumentale de son téménos. Malheureusement, l’absence de plan rend la restitution du contexte topographique difficile à saisir pour le visiteur ne connaissant pas le site. Les pièces présentées témoignent néanmoins de la richesse du décor architectural de Pétra. Ainsi l’un des chapiteaux à tête d’éléphant exposé dans la salle semble encore plus imposant que ses répondants qui se trouvent encore au sommet des colonnes du « Great Temple » (Joukowsky 1998) [Figure 2].

Figure 2 : Chapiteau à tête d’éléphant in situ. ”Great Temple”, Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 2 : Chapiteau à tête d’éléphant in situ. “Great Temple”, Pétra (Photo A. Hamm)

La présentation du « Qasr al-Bint » évoque en particulier l’exèdre de cet imposant monument, qui abritait notamment les deux statues monumentales de Lucius Verus et de Marc-Aurèle, la tête du second ayant été découverte en 2004 par la mission française. Un panneau explicatif fait également découvrir au visiteur le décor de stuc qui habillait l’ensemble du bâtiment (Zayadine, Larché, Dentzer-Feydy 2003) [Figure 3].

Figure 3 : Angle nord-est du Qasr al-Bint avec décor stuqué, Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 3 : Angle nord-est du Qasr al-Bint avec décor stuqué, Pétra (Photo A. Hamm)

La présence de ce décor d’applique offre une parfaite transition avec l’architecture privée abordée dans un second temps. Deux secteurs de Pétra sont présentés. D’une part, la villa d’ « al-Zantur IV » (The International Ez-Zantur Project, IEZP), fouillée et restaurée par l’équipe dirigée par B. Kolb, Professeur à l’Université de Bâle, et, d’autre part, le complexe palatial mis au jour par S. G. Schmid, Professeur à l’Université Humboldt de Berlin, et son équipe, au sommet de l’« Umm al-Biyara » (The International Umm al-Biyara Project, IUBP). La présentation du décor stuqué et peint de la villa nabatéenne permet au visiteur de mesurer combien la finesse des réalisations nabatéennes n’a rien à envier aux fresques de Pompéi dont elles reprennent par ailleurs les codes. Quant aux découvertes réalisées au sommet de l’ « Umm al-Biyara », elles fournissent un parallèle aux palais hérodiens qui, eux aussi, dominaient leur environnement.

Puis le visiteur abandonne l’architecture pour se consacrer trop brièvement à l’artisanat nabatéen. En effet, la céramique et la coroplastie (représentations animales ou humaines en terre cuite) se trouvent rapidement résumées en quelques vitrines ; il en va de même pour les petits objets ou les bijoux.

Les dernières étapes de l’exposition sont consacrées aux fameuses façades rupestres. Une photo présente le « Deir » (« monastère », en arabe), l’une des réalisations rupestres les plus célèbres de Pétra. L’accent est mis ensuite sur la restitution en trois dimensions du complexe du « Tombeau du Soldat Romain », qui se trouve dans le secteur du Wadi Farasa. Elle résulte des fouilles menées par le Stephan G. Schmid dans la première décennie des années 2000 (The International Wadi Farasa Project, IWFP). Il est néanmoins regrettable qu’une part plus grande n’ait pas été consacrée aux questions rupestre et funéraire. De la sorte, une grande partie du site n’a pas été présentée. Par ailleurs, un point sur la typologie des façades, suivi de leur restitution tridimensionnelle, aurait permis une approche plus pédagogique, puisque le visiteur aurait compris que Pétra ne se résume pas à ses seules façades rupestres.

En fin de compte, l’exposition rend hommage à J.-L. Burckhardt et célèbre le site de Pétra. Elle offre également l’occasion d’aborder la culture nabatéenne en Europe. Pourtant, sa scénographie est pour le moins troublante, même si l’intention était de rendre le visiteur moins passif. L’absence d’un plan de Pétra rend aussi difficile la perception de la topographie de la ville. Enfin, la part réduite réservée à l’artisanat, ainsi que l’absence d’une introduction à la typologie des façades, ne manque pas de frustrer celui qui connaît les richesses de la culture nabatéenne.

Le catalogue fournit toutefois un bon complément permettant de pallier certains manques de l’exposition, puisqu’il réunit globalement des articles rédigés par les spécialistes de chacun des domaines abordés.

Ressources citées

Petra. Begleitbuch zur Ausstellung Petra – Wunder in der Wüste. Auf den Spuren von J. L. Burckhardt alias Scheich Ibrahim, Antikenmuseum Basel und Sammlung Ludwig, Bâle, 2012.

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Aslah Project (IAP). [En ligne]http://www.auac.ch/iap/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Ez-Zantur Project (IEZP). [En ligne] http://www.auac.ch/iezp/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Umm al-Biyara Project (IUBP). [En ligne] http://www.auac.ch/iubp/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Wadi Farasa Project (IWFP). [En ligne] http://www.auac.ch/iwfp/

Villeneuve François et Al-Muheisen Zeidoun, 1988, « Fouilles à Khirbet-Edh-Dharih (Jordanie), 1984-1987 – un village, son sanctuaire et sa nécropole aux époques nabatéenne et romaine (ierive siècles ap. J.-C.) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 132/2, p. 458479. [En ligne] DOI : 10.3406/crai.1988.14625

Wenning Robert, 2001, « The Betyls of Petra », Bulletin of the American Schools of Oriental Research 324, p. 79-95. [En ligne]  http://www.jstor.org/stable/1357633

Zayadine Fawzi, Larché François et Dentzer-Feydy Jacqueline, 2003, Le Qasr Al-Bint de Pétra : l’architecture, le décor, la chronologie et les dieux, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations.

Pour citer ce billet : Aurore Hamm, « Bâle : aux portes de Pétra  », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 30 janvier 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4767

Aurore Hamm, doctorante (Aide à la mobilité internationale) en archéologie, est basée à Amman depuis septembre 2011 pour une période de deux ans. Inscrite en thèse depuis septembre 2010 à l’Université de Strasbourg sous la direction de Jean-Yves Marc (Université de Strasbourg) et de Jacqueline Dentzer-Feydy (CNRS 7041), elle s’intéresse à la question des influences du décor architectural nabatéen. Elle est associée à la mission archéologique française de Pétra.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/aurore-hamm

Tous les billets de Aurore Hamm

Exposition Alice in Wonderland (Tate Liverpool)

Comme j’y faisais référence dans un billet précédent, je me suis rendue à l’exposition …

banner

Comme j’y faisais référence dans un billet précédent, je me suis rendue à l’exposition Alice in Wonderland à la Tate Liverpool en janvier. Je suis absolument ravie d’avoir pu parcourir les trois étages exclusivement consacrés à Alice car ils m’ont permis de voir les choses sous un angle tout différent de celui sous lequel on voit traditionnellement le texte de Lewis Carroll.

(© Justine Houyaux)

Située sur l’Albert Dock, la Tate Liverpool jouit d’une localisation idéale pour diriger le visiteur vers son entrée. Les couleurs vives de ses colonnes contrastent avec les briques rouges qui entourent un ancien bassin. Derrière elle, la Mersey s’écoule paisiblement, tandis que passe au loin un car amphibie d’un jaune criard. Il fait un peu gris. Le soir tombe. C’est le moment idéal, entre deux états du jour, pour visiter une exposition qui m’entraînera, je l’espère, vers l’énigmatique pays des Merveilles.

(© Justine Houyaux)

Cette incursion dans le monde d’Alice débute par une étrange surprise. En effet, à l’entrée, le personnel de la Tate encourage le visiteur à commencer sa visite par une salle située au rez-de-chaussée qui présente des installations contemporaines. Sur le moment, commencer par là ne semble pas incongru, mais le doute s’installe quand on franchit le seuil des salles suivantes. Cette première salle présente en fait des œuvres contemporaines dans lesquelles des artistes expliquent leur point de vue sur Alice. On notera particulièrement:

1. Tate Touche from My Madinah: in pursuit of my ermitage de Jason Rhoades, 2004 – Il est particulièrement difficile de décrire cette œuvre car elle est très complexe. En résumé, il s’agit d’une installation d’enseignes lumineuses au néon, qui m’ont fait l’impression d’être au nombre d’une quarantaine, pendues au plafond par des câbles électriques. Elles sont allumées et certaines d’entre elles comportent des allusions littérales à Alice (“Drink me”, “grinning”, etc.) sans pour autant que le texte soit réellement la source d’inspiration principale de l’artiste. L’ensemble est une masse confuse, presque informe et multicolore. [Image ici]

2. Nyima 438 d’Annelies Strba, 2009 – Ce tableau représente une sorte de collage infographique d’images (avant-plan, arrière-plan) représentant une petite fille endormie dans un sous-bois. Elle porte une robe immaculée et est entourée de petites taches blanches que l’on peut voir à la fois comme de petites fleurs ou des étincelles de magie. Il est bien plus aisé ici de voir le lien qui existe entre cette œuvre et Alice, car il est manifeste que la petite fille est en train de rêver. Une autre toile est exposée sur le mur perpendiculaire, Nyima 445, sur le même thème, sauf que la petite fille porte une robe rouge à pois blancs et qu’une certaine angoisse se dégage du tableau là où Nyima 438 montrerait plutôt de la sérénité.


(© Tate Liverpool)

3. Measurement: Eye-Level Peimeter (Ask Alice) de Mel Bochner – De loin mon œuvre préférée de cette première salle, principalement parce qu’elle est très amusante et que sa manière de faire allusion à Alice est irrésistible. En réalité, cette installation qui est d’une simplicité déconcertante prend toute la pièce. Concrètement, une ligne noire horizontale d’à peu près trois centimètres de large est peinte tout le long des murs, à deux mètres du sol, seulement coupée, sur le mur droit par 854″ et par l’image en miroir de cette même mesure sur le mur gauche. Sur les deux murs du fond, la ligne mesure 416″, et les colonnes de la pièce, qui comportent elles une ligne verticale, montrent 108″. C’est ici que réside tout l’humour de cette création : les lignes ne sont rien d’autre que le périmètre de la pièce, et les mesures qui y figurent permettent de le calculer. “Pourquoi ?” se demandera le spectateur. Tout simplement parce que les dimensions, dans Alice au pays des Merveilles, sont capitales. Alice ne cesse de changer de taille, jusqu’à ne plus savoir quelle était sa taille de départ. Et là voilà bientôt, alors qu’elle essaie de se souvenir de ses leçons, tenter d’énoncer la formule qui permet de calculer le périmètre. C’est cet instant que représente Measurement. [Réflexion sur l’œuvre par Nick Cass sur le Leeds University Art Gallery and Museum Studies Blog]

Le visiteur est ensuite invité à se rendre dans les étages, où la plus grande partie de l’exposition l’attend. Et c’est là que le choc se produit. Exit, les murs blancs, les néons fluo, les toiles contemporaines. On entre ici de plain-pied dans l’Angleterre victorienne qui a donné naissance à Alice. Les murs sont couverts de velours rouge. Les toiles sont encadrées de lourdes moulures de bois, comme autant de fenêtres sur un monde pas si éloigné. On est loin du pays des Merveilles. Tout ici est réaliste et concret. Il n’est plus question de montrer ce qu’est l’univers d’Alice, mais bien de documenter les circonstances de la naissance d’une œuvre majeure. Tout dans cette pièce est sérieux, bien rangé, soigneusement étiqueté. Et pour cause, nous entrons dans le cabinet de Charles L. Dodgson, pas dans la tête de Lewis Carroll. Et ça aussi, c’est extrêmement intéressant. 

La plupart des objets présentés appartiennent soir à Edward Wakeling, dont on a l’impression que l’intégralité de la collection attendait son jour de gloire et qu’il est enfin venu, soit à Mark Richards, le président de la Lewis Carroll Society, soit, dans une moindre proportion, à la British Library, quelques collectionneurs privés américains ou à la famille Dodgson.

Le premier tableau, exposé face à l’entrée, est tout simplement Alice in Wonderland de George Dunlop Leslie, peint en 1879. On y voit une femme, assise sur un canapé rayé, lisant un petit livre relié de cuir. Une petite fille est appuyée contre elle. Le tout semble très classique. Cependant, le live ressemble curieusement à la première édition d’Alice. Et si toutefois ce détail était insuffisant pour l’œil distrait du spectateur, la petite fille à moitié assoupie qui jette un regard curieux aux visiteurs porte une robe bleue et un tablier blanc, tenue que l’on attribue traditionnellement à Alice et ce depuis le début, bien avant Disney, comme en atteste un service à thé en porcelaine décoré des illustrations de Tenniel – en couleurs ! – de la fin du XIXe siècle exposé plus loin. 

Ailleurs dans la même salle, on trouve aussi des traductions d’Alice dans de nombreuses langues, des lettres de Charles L. Dodgson, son album de coupures de presse, son appareil photographique, des brouillons d’illustrations de sa main, tous les dessins originaux de Tenniel qui ont servi à illustrer Alice in Wonderland, mais surtout, contre un mur, dans une vitrine, le manuscrit d’Alice’s Adventures Under Ground, celui-là même qu’avait offert Lewis Carroll à Alice Liddell, celui par lequel tout a commencé, celui qu’il a écrit à la main, celui, enfin, qui a été vendu pour la dernière fois en 1946 pour la somme alors délirante de 50.000 livres, prix qui était malgré tout considéré comme très bas puisqu’il était le symbole de la bonne volonté américaine de restituer cet ouvrage à la Grande-Bretagne.

Personnellement, si j’avais été commissaire de l’exposition, j’aurais sans doute posté un garde de faction jour et nuit à côté de cette vitrine. J’aurais probablement placé un système d’alarme très visible, et j’aurais moi-même campé dans un recoin de la pièce pour mieux observer les moindres faits et gestes de tous les visiteurs dans un rayon de quinze mètres. Mais ces précautions semblent superflues à la Tate. Ici, pas de risque qu’un maniaque brise la vitre et s’enfuie avec le manuscrit ou ne colle des doigts couverts de gras sur la fine vitre qui sépare le spectateur du texte. Un coup d’œil sur la dédicace, en première page du manuscrit, nous rappelle que Carroll/Dodgson avait offert le petit volume à la “vraie” Alice, ce qui nous en dit long sur le skopos auquel auraient sans doute dû prêter plus d’attention les traducteurs français qui se sont attaqués à l’œuvre, des dizaines d’années plus tard. [Pour en savoir plus sur le manuscrit, veuillez consulter la bibliothèque en ligne de la British Library]

(© British Library)

Toujours dans cette salle, le visiteur pourra s’extasier devant la diversité des artefacts sur le thème d’Alice in Wonderland. Du papier peint aux cartes à jouer, en passant par les automates, les boîtes à musique, les couverts, les jeux, le tout datant du XIXe siècle, il y a de quoi satisfaire tous les goûts, tous les sens esthétiques, toutes les curiosités.

La salle suivante nous éloigne de l’univers de Dodgson pour nous rapprocher de celui d’Alice Liddell. On y voit des tableaux et des photographies, certaines prises par Dodgson lui-même, d’elle et de sa famille. Des portraits, des lettres et des coupures de journaux viennent compléter la biographie d’ “Alice dans l’après-Alice”.

Et c’est là que le visiteur entre à nouveau dans le monde des interprétations d’Alice. Ici, on trouve des éditions plus modernes du livre, des illustrations d’artistes de réputations variables (dont le point d’orgue est sans aucun doute la série d’œuvres originales qu’avait peintes Salvador Dali pour illustrer une édition française des Aventures d’Alice au pays des Merveilles). Cependant, malgré la débauche de grands noms, de couleurs et de prétentions illustratives plus ou moins capillotractées, on ne décolle pas. Le visiteur commencera à se lasser de voir et de revoir le lapin blanc sous toutes ses coutures, dadaïstes ou postmodernes. Heureusement, c’est ici que la vidéo entre en scène.

Dans une toute petite pièce, à peine une grosse caisse de béton blanc, à vrai dire, sont projetés en boucle les premiers pas d’Alice dans le monde du cinématographe. Ces petits films du tout début du XXe siècle sont absolument charmants et nous éclairent beaucoup sur la perception “vivante” qu’avaient les artistes de l’époque de ce que devait être leur Alice. Cette pièce fait en outre la transition entre le clivage texte/peinture et les médias modernes.

Plus loin, un projecteur de diapositives montre en boucle des photographies qui rappellent le pays des Merveilles sur fond de musique assourdissante. Une lourde installation de papier semble déverser à tout jamais des pages du livre, qui s’écoulent d’une sorte de corne d’abondance stylisée. Le bizarre English Heritage – Humpty Fucking Dumpty de Bill Woodrow (1987) empile des caisses dans un équilibre instable fait de déchets nucléaires, d’un livre et de parodies de technologie aux accents steampunk, avec un Humpty Dumpty de fer, portant un nœud-papillon rose, assis de guingois à son sommet. La critique de l’ordre établi passe par la certitude que nous avons, instinctivement, que quand le moindre des appuis cèdera, l’œuf de fer s’écrasera au sol. 

(© Tate Liverpool)

À quelques mètres de là, dans une pièce sombre et bien isolée, Douglas Gordon a choisi de présenter son interprétation de Through the Looking-Glass (1999) sous les traits de Robert De Niro dans la scène culte de Taxi Driver où il menace un ennemi imaginaire devant … son miroir (vidéo ici). Le génie de l’artiste, ici, se manifeste par son idée de se placer de l’autre côté du miroir. Le spectateur, une fois dans la pièce a le choix de regarder la projection de la vidéo sur le mur de gauche ou sur celui de droite. Mais en y regardant bien, les deux vidéos projetées ne sont pas les mêmes. Chacune d’elles est l’image inverse de l’autre. C’est comme si nous étions le miroir. Que l’on se tourne vers la gauche ou la droite, les mouvements de De Niro sont inversés. L’idée de miroir est peut-être un peu trop évidente, de prime abord, mais elle est vraiment très intéressante lorsque l’on se rend compte qu’elle est répétée trois fois (le miroir dans le film, l’effet miroir entre les deux vidéos, le spectateur). De plus, un léger décalage entre les deux projections donne l’impression que l’acteur se répond à lui même, provoquant un autre effet miroir, celui-là infini, puisque la vidéo se répète en boucle. Quelqu’un qui aurait placé deux miroirs face-à-face n’aurait certainement pas pu exprimer mieux cet effet.

On trouve également, dans cette dernière pièce, des photographies d’un happening psychédélique organisé par l’artiste japonais Yayoi Kusama autour de la statue d’Alice à Central Park en 1968, une série de photos de Duane Michals, une installation d’Allen Ruppersberg intitulée The Never Ending Book (à laquelle, pour être honnête, je n’ai rien compris) et tout un tas d’autres installations autour du thème des horloges, des montres et du temps.

L’exposition se termine par un couloir blanc sur les murs duquel sont pendus des miroirs. Si on s’approche, on peut distinguer des brides du texte d’Alice dans leur eau. 

En résumé, Alice in Wonderland à la Tate a les défauts des ses qualités. Il était intéressant de présenter Alice dans tous ses états (visuels, sonores, graphiques, textuels, etc.) mais il n’était sans doute pas nécessaire de plonger le visiteur dans un catalogue aussi exhaustif. Au bout de deux heures d’illustrations divers du texte, l’attention retombe et il devient difficile de se concentrer. Il y avait en fait des centaines d’œuvres, et certaines auxquelles je ne fais pas allusion ici n’ont absolument pas retenu mon attention. Je les ai vues sans les voir.

Points négatifs :

  • Trop d’œuvres ;
  • Certaines œuvres présentaient une distance telle avec le sujet qu’il était difficile de saisir le lien qu’il pouvait exister entre elles et l’univers d’Alice ;
  • L’ordre de la visite était incohérent. Commencer par des œuvres contemporaines pour passer au livre qui leur a servi de base puis reprendre le long cheminement des interprétations ne me paraît pas pertinent.

Points positifs :

  • Une réelle séparation entre l’univers de Dodgson et l’univers de Carroll ;
  • Une présentation exhaustive de l’œuvre originale ;
  • Des représentations vraiment inattendues mélangées aux représentations “classiques”.

Mais le point positif le plus intéressant de cette exposition est sans aucun doute le lien qu’il permet d’établir entre le texte et ses représentations à travers plusieurs catégories d’arts et de médias. Ce qui obligera finalement le visiteur à se poser la question : pourquoi ? Qu’est-ce qui, dans Alice, permet de l’adapter aussi facilement ? Chacun y trouvera sa réponse.

L’excellent catalogue de l’exposition est disponible sur Amazon UK.


Justine Houyaux

Après l'obtention d'un master en traduction, Justine Houyaux s'est lancée dans l'aventure du doctorat à la Faculté de Traduction et d'Interprétation de l'UMONS (Belgique), où elle enseigne la langue de Shakespeare et prépare une thèse sur les realia dans les traductions françaises d' "Alice's Adventures in Wonderland" et de "Through the Looking-Glass and What Alice Found There" de Lewis Carroll. Elle aime les tortues et déteste les carottes râpées.

More Posts - Website - Twitter