Vers une discographie du rap francophone (1) : Québec

Ca fait longtemps que je veux mettre en ligne la discographie du rap en France et en français que j’…

Ca fait longtemps que je veux mettre en ligne la discographie du rap en France et en français que j’ai constitué lors de ma thèse, puis de la rédaction du livre. C’est chose faite, dans une nouvelle rubrique fixe, discographie. Mais le rap en français ne se résumé pas aux albums distribués en France. Il en existe un nombre important qui n’ont été distribué qu’au Canada, en Suisse, en Belgique, au Sénégal, au Mali, etc. Dans le cadre d’un article en préparation sur le « rap fancophone », j’ai essayé de répertorier les différentes ressources en ligne permettant de constituer une première ébauche de discographie du rap francophone.

Chômage: la marée noire qui nous menace

L’explosion du chômage est désormais un fait incontestable. Le dernier baromètre de l’intérim, publi…

L’explosion du chômage est désormais un fait incontestable. Le dernier baromètre de l’intérim, publié par Prisme (Baromètre Prisme Emploi National_Janvier 2013), indique que de janvier 2012 à janvier 2013, les effectifs de l’intérim ont baissé de 16,2%, l’effondrement étant particulièrement significatif dans le Bâtiment et Travaux Publics (BTP) avec une baisse de 23% et dans l’industrie avec 19,1%. On constate d’ailleurs que cet effondrement est proportionnellement plus important chez les cadres (16,5%) et chez les ouvriers qualifiés (17,9%). La vielle rengaine selon laquelle le chômage toucherait essentiellement les ouvriers non-qualifiés, et traduirait ainsi un défaut de qualification lié au système d’enseignement et de formation est ainsi battue en brèche. Notons que la chute de l’intérim est plus rapide que celle des emplois stables. On constate la même chose dans le rapport entre les CDD et les CDI. Ceci éclaire d’un jour cru les projets du gouvernement et du MEDEF qui veulent « faciliter » les licenciements dans le but supposé d’accélérer les embauches : en réalité, dans une période de récession, le démantèlement des obstacles juridiques aux licenciements ne peut qu’accélérer la montée du chômage et ceci sans aucune contrepartie. Ceci est une condamnation sans appel de l’accord signé par la CFDT avec la patronat. Car la hausse générale du chômage se poursuit inexorablement. Les chiffres sur la France Métropolitaine l’indiquent clairement et montrent que cette hausse date de la fin de 2010 mais s’accélère depuis peu.

Graphique 1

G1chom-global

Source: INSEE

Il est en effet de bon ton de faire porter la responsabilité du chômage sur le précédent gouvernement. Mais c’est oublier que les grandes orientations économiques, en particulier la « rigueur » budgétaire mise en place pour sauver l’Euro et articulée sur le TSCG, sont communes au gouvernement Ayrault comme au gouvernement Fillon, à François Hollande comme à Nicolas Sarkozy. L’accroissement du chômage depuis juin 2012 a été de près de 250 000 personnes. La prévision faite à la fin de l’été dernier d’un accroissement de 400 à 500 000 chômeurs de juin 2012 à juin 2013 est donc en passe de se réaliser. L’accroissement du chômage a fortement repris en janvier dernier.

Graphique 2

G2-chom Dares

Source: Ministère du Travail et des Affaires Sociales, DARES

L’accroissement du nombre des demandeurs d’emplois sur la France Métropolitaine, en incluant les trois catégories de la DARE, a été de 320 000 sur la même période. La progression au rythme de janvier nous donne donc un chiffre total de 560 000 demandeurs d’emploi supplémentaires fin mai 2013.

Graphique 3

Gr3-Chom DARES (ABC)

Source: DARES

Mais, ces prévisions supposent que nous restions dans les prochains mois sur une trajectoire inertielle. Or, rien n’est moins sûr. Les signes d’un possible effondrement de l’emploi salarié, en particulier dans l’industrie, mais qui se répercuterait sur l’ensemble des activités, se multiplient depuis les dernières semaines. Les statistiques des défaillances d’entreprises, recueillies par l’INSEE, sont l’un de ces signes.

Graphique 4

 Gr-4 def entrep

Source: INSEE

On voit nettement une accélération du mouvement des défaillances. Or, dans la situation actuelle, les PME/PMI, où se trouve concentré l’essentiel de l’emploi industriel, sont particulièrement fragiles. Une chute de la consommation, alors qu’elles ne peuvent attendre aucun soutien ni recours des exportations du fait du taux de change de l’Euro, serait en mesure de produire cet effondrement. Or, les dernières données montrent que cette chute de la consommation est en train de se produire. La chute de la consommation de biens manufacturés est importante. Elle est liée à la contraction du marché automobile, mais elle est loin de s’y réduire.

Graphique 5

 Gr-5-Consom

Source: INSEE

Que ce passerait-il si la consommation des ménages devait baisser de 4% à 5% ? Compte tenu des contraintes que s’est fixé de lui-même le gouvernement, ce n’est pas dans la consommation publique qu’il faudra attendre un soutien à l’économie. Par ailleurs, la baisse de la consommation entraîne la baisse de la production, qui elle-même entraîne une baisse de l’investissement. La relation entre la croissance du PIB et celle de la Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) est bien établie. En fait, rien de plus logique : les entreprises confrontées à des carnets de commandes peu remplis n’investissent pas, ou peu. Cela signifie qu’elles ne se modernisent pas non plus car pour se moderniser, pour faire progresser l’appareil productif, il faut renouveler le parc de machine et donc faire un pari sur les capacités d’absorption du marché. On comprend pourquoi, dès que le marché se réduit non pas seulement de manière relative mais de manière absolue, le pari sur le futur devient, ou est perçu, comme de plus en plus dangereux. C’est d’ailleurs particulièrement le cas si les ajouts en capital ont une forte spécificité, c’est-à-dire s’il faut s’attendre à une forte perte de leur valeur en cas de revente pour une autre utilisation. Or, la modernisation de l’appareil productif passe justement par des achats d’unités de capital qui sont toujours plus spécifiques. Progressivement donc, en cas de stagnation de l’économie et de contraction de la demande, c’est tout l’appareil productif qui est atteint par une atonie croissante. C’est en grande partie la raison pour laquelle l’investissement s’est littéralement effondré dans les pays soumis à une austérité draconienne qui a entraîné un fort repli de la production, comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne. On doit donc craindre qu’un tel mécanisme ne se mette en place en France, s’il ne s’est pas déjà mis en place, car la stagnation de l’économie dure depuis près d’un an.

Graphique 6

 Gr-6 Invest

Source: Calculs réalisés au CEMI-EHESS sur sources INSEE

Si ce scénario « noir » est celui qui se dévoilera dans les prochains mois, cela implique que l’accroissement du chômage sera supérieur à 40 000 personnes sans emploi par mois. Il faudrait donc s’attendre à plus de 480 000 chômeurs sur l’année 2013, soit à une hausse de plus de 700 000 depuis juin 2012. La progression du nombre des chômeurs sur l’année 2014 serait probablement aussi rapide, voire peut-être plus rapide avec une hausse du chômage qui serait comprise entre 500 000 et 700 000. Il n’est donc pas impossible que la France achève l’année 2014 avec un nombre de chômeurs, sur le territoire métropolitain compris entre 3,9 et 4,1 millions soit représentant plus de 13% de la population active (au sens BIT ou DARES catégorie A). Des phénomènes d’irréversibilité qui caractérisent un chômage de masse commenceraient à se manifester. Par contre, si la consommation se stabilisait, le nombre de chômeurs ne devrait pas excéder 300 000 en 2013 et sans doute 200 000 en 2014. Ce scénario, que l’on ne peut décemment qualifier de « rose », limiterait le nombre des chômeurs sur le territoire métropolitain à 3,4 millions à la fin de 2014, ce qui implique néanmoins un accroissement de 500 000 par rapport à janvier 2013. La différence entre les deux scénarii est essentiellement politique. Autant le gouvernement sera confronté à une montée lente des tensions et des problèmes sociaux et économiques dans le cadre d’un scénario de hausse « modérée » du chômage, autant ces mêmes problèmes prendront une tournure véritablement explosive si la consommation recule, comme on peut le craindre, et si le chômage voit sa progression accélérer.

Mais les conséquences d’une telle situation pourraient bien dépasser les tensions et mouvements politiques et sociaux. Avec un chômage autour de 4 millions, et un appareil productif dévasté, il deviendra très difficile de réamorcer un mouvement de croissance ultérieur. La France peut soit connaître une longue période avec un taux de chômage très élevé, soit même s’enfoncer toujours plus dans la récession puis la dépression. En fait, les conséquences d’une telle situation apparaissent tellement catastrophiques qu’il est difficile de faire des prévisions raisonnables.

On dira que ceci ne tient pas compte du contexte extérieur, et que la croissance américaine voir chinoise pourrait nous tirer d’affaire. Mais le contexte international est bien plus détérioré qu’on ne le croit (Zone Euro : pourquoi le potentiel de croissance est-il faible dans le reste du monde ? ). La véritable solution réside plutôt dans une rupture avec le « pacte de chômage » passé par l’Europe et mis en scène avec le TSCG et l’Euro.

Citation

Jacques Sapir, “Chômage: la marée noire qui nous menace”, billet publié sur le carnet Russeurope le 03/03/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/974

La Science-fiction en France Théorie et histoire d’une littérature

Parution de l’ouvrage La Science-fiction en France : Théorie et histoire d’une littératu…

Parution de l’ouvrage La Science-fiction en France : Théorie et histoire d’une littérature de Simon Bréan, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 501 p. (préface de Gérard Klein).
ISBN : 978-2-84050-850-2

Présentation de l’éditeur :
« La science-fiction vaincra ! », lance Raymond Queneau à des lecteurs français incrédules, en 1953. Soixante ans plus tard, la science-fiction s’est bel et bien répandue partout. Ses images sont connues de tous. 
Il a pourtant fallu des générations d’écrivains avant que cette littérature n’obtienne une reconnaissance de fait.

Ce livre retrace l’histoire de la lutte pour l’affirmation du genre en France et pour la légitimité d’une science-fiction française, unissant l’imagination scientifique à la Jules Verne aux inventions des maîtres américains. À travers une histoire éditoriale complexe et de longue haleine, il propose une initiation originale aux thèmes de la science-fiction, qui vivent, mûrissent et évoluent avec le temps, pour former un riche patrimoine littéraire. Sous la plume des écrivains français, Gérard Klein, Stefan Wul, Philippe Curval, Pierre Pelot, et bien d’autres, le lecteur verra naître des mondes possibles et extraordinaires, dont l’étude pourrait apporter un sang neuf aux théories contemporaines de la fiction.

Table des matières

Comment ne (toujours) rien comprendre aux sondages

Mise à jour : si les sondages vous laissent de marbre, essayez les modèles. Le dernier en date, très…

Mise à jour : si les sondages vous laissent de marbre, essayez les modèles. Le dernier en date, très cohérent avec tout ce que l’on sait du vote, donne François Hollande à 51% au second tour sans réellement modéliser la prime du meilleur score au premier tour.

Comme l’a bien compris la blogosphère économiste, le moment est venu d’en remettre une couche. Ça tombe bien, Le Monde publie un texte de circonstance, par Albert Camus, qui s’exprime mieux par lui-même que par Michel Onfray :

En face de la marée montante de la bêtise, il est nécessaire également d’opposer quelques refus. Toutes les contraintes du monde ne feront pas qu’un esprit un peu propre accepte d’être malhonnête. Or, et pour peu qu’on connaisse le mécanisme des informations, il est facile de s’assurer de l’authenticité d’une nouvelle. C’est à cela qu’un journaliste libre doit donner toute son attention.

Les geeks auront remarqué que le site Internet du Monde vient de passer en HTML5, un standard toujours en cours de développement. Jolie performance ! Malheureusement, Le Monde et les médias en général ne sont pas toujours à la frange de l’innovation, et les sondages en sont la meilleure illustration.

Pour rappel, l’accord tacite entre les médias et les instituts de sondage sera bientôt à la retraite : il y a 64 ans, les médias américains faisaient découvrir à leur lectorat la course hippique avec des candidats à l’élection présidentielle, et même si tout le monde déplore le côté panem et circenses, tout le monde lit les sondages aujourd’hui, ne serait-ce que pour rappeler qu’ils construisent la réalité au moins autant qu’ils ne la capturent. L’argument bourdieusien était moins agressif que sa version actuelle, mais la connivence instituts-médias-politiques polarise les positions.

En France, on a en plus la chance d’avoir de fabuleux instituts de sondage qui échantillonnent et redressent de manière endogène, ce qui garantit qu’aucune contrainte scientifique ne viendra gâcher le spectacle. Parmi ces contraintes, la théorie des probabilités. Ce que l’on appelle “méthode par quotas”, et que les sondeurs eux-mêmes désignent comme une “recette de cuisine”, est en substance un affranchissement total du théorème central-limite ; vous êtes prévenus, mais vous regarderez quand même les courbes et lirez quand même les décimales flottantes.

Il est possible de modéliser sérieusement les données issues des sondages, sur le modèle de ce qui se fait aux États-Unis, mais aucun média ne joue actuellement ce jeu-là. Au lieu de ça, on lit des interviews affligeantes dans Le Monde ou dans Slate, qui a récemment redéfini le degré zéro de l’analyse journalistique appliquée aux pronostics électoraux. Je n’ai aucun grief personnel contre l’auteur ou contre Slate ; les deux publient certainement des feuillets de bonne facture en parallèle. Je suis plus inquiet pour les grandes rédactions qui dilapident le prestige de leurs titres, et pour la qualité du travail dans l’espace médiatique en général.

Si vous aimez la science-fiction de Moebius, alors vous êtes à peu près autant dans la réalité que si vous aimez les données des instituts de sondage et des quelques personnalités qui se prêtent au jeu de leur analyse. Et quand je vois une partie de l’humanité se réunir autour d’un cadavre, je pense très fort aux lecteurs de 20 Minutes dans le métro qui parcourent les baromètres “Plus/Moins” avec tout autant de naïveté.

Il me semble que voter pour la science passe aussi par un calibrage plus intelligent de la science des sondages, qui n’a presque aucune chance de s’exprimer dans le contexte que je décris ici à grands traits. Le duel Buisson-Garrigou n’a eu aucune conséquence positive sur ce contexte, ce qui est très dommage.

P.S. J’ai malencontreusement oublié de parler du frelatage de graphiques, en rapport avec les instituts de sondage qui prennent de moins en moins le soin de publier autre chose que des “slideshows” fabriqués sur des gabarits PowerPoint. Mais ce défaut dépasse leur sphère de responsabilité.