Tour de cou et culture de guerre. L’affaire du foulard à tête de Ghost

En ce moment une photo déclenche de nombreuses réactions : celle d’un soldat français portant …

En ce moment une photo déclenche de nombreuses réactions : celle d’un soldat français portant un masque à motif de tête de mort sur son uniforme de combattant au Mali, dans le cadre de l’opération Serval. La description de cette photo et de son making of par un photographe de l’AFP est disponible sur de nombreux sites. J’en ai trouvé trois cadrages, très proches mais cependant distincts. Les réactions sont variées, mais s’organisent quand même autour des deux pôles de l’indignation ou de l’indifférence amusée voire complice. Comme souvent avec les images, celle-ci est décontextualisée, malgré la narration circonstanciée et un peu justificative du photographe, visant à soutenir qu’il n’y a pas eu de pose. La lecture de cette image est donc affaire d’interprétation, et chacun ne peut compter que sur ses connaissances d’arrière-plan, ses cadres culturels, ses savoirs, sa mémoire, ses croyances, un ensemble d’éléments que j’appelle les prédiscours.

Première interprétation, la plus massive, et la plus neutre émotionnellement car elle est juste identificatoire : le foulard anti-poussière du militaire est, lit-on partout, celui d’un personnage d’un jeu vidéo extrêmement connu et populaire, Call of Duty. Le personnage qui le porte, Simon “Ghost” Riley, est également une des figures les plus connues de l’univers du jeu de guerre. Cette identification, plutôt contestée par certains gamers, déclenche une indignation qui repose sur la fameuse opposition entre réel et virtuel : le jeu doit rester le jeu et la réalité doit rester la réalité, le lien entre les deux étant verrouillés par une étanchéité infranchissable. C’est le dogme du Digital Dualism. Tout franchissement entraîne le scandale, comme ici, ou la pathologie, comme le montre le discours récurrent sur la responsabilité des jeux en ligne sur la violence du monde, discours qui reçoit d’ailleurs, fort heureusement, des réponses aussi ludiques que convaincantes.

Deuxième interprétation, la plus négative : celles des internautes, rapportées de manière répétitive par les médias, par la mention systématique du verbe “glacer“, et celle du colonel Thierry Burkhard, relayant cette indignation au nom de la communication de crise du ministère de la défense : il s’agit selon lui d’une image inacceptable non représentative de la présence militaire au Mali, et cette interprétation repose, sans que ce soit explicite, sur la lecture de cette tête de mort comme un signe agressif, belliqueux, porteur de mort, mortel, donc. La même lecture, sans doute, ou à peu près, que cette interprétation cultivée de Quentin Girard dans Libération, qui convoque une peinture de Félix Nussbaum de 1944 dans la tradition européenne de la représentation picturale de la mort guerrière, ainsi que l’imaginaire sombre et menaçant de la Faucheuse, le côté obscur de la force française. On va donc tenter “d’identifier” le coupable qui sera sans doute puni.

Et puis il y en a une troisième, qui ferait appel à la culture de guerre, et qui n’exclut pas les deux précédentes d’ailleurs, mais qui souligne la dimension parodique de ce masque. Je connais peu la culture des gamers mais je connais assez bien celle des militaires. Dans l’armée, et surtout dans les troupes opérationnelles au sol dont fait partie ce soldat, il y a tout un répertoire d’images et de discours guerriers qui intègre des images de mort, donnée ou reçue, et il existe également une culture de groupe, reposant sur une exaltation parodique et souvent ironique de l’excellence guerrière, le “mytho”. Mytho (-mane ?) est une sorte de mot-vicaire qui désigne le guerrier (“ce type est un mytho”), ou qui qualifie les êtres et les choses (“dis donc, il est mytho ton foulard”) et qui désigne enfin cette culture elle-même. “Le mytho”, c’est une mise en scène exagérée des traits combattants, qui vise à construire le stéréotype du guerrier (et je dis bien guerrier, et non pas militaire, puisque la différence est grande entre ces deux catégories, la première faisant la guerre et la seconde faisant juste l’armée, si l’on peut dire, Claude Barrois en parle très bien dans Psychanalyse du guerrier, paru en 1991). Que le soldat photographié soit un légionnaire n’est d’ailleurs pas indifférent : les légionnaires ne se nomment pas des militaires ; le reste de l’armée, pour eux, c’est “la régulière”. Eux, sont légionnaires. Revenons au mytho : le mytho, par exemple, porte un chèche sur sa tenue civile, se fait faire une coupe cyrard excessive (complètement rasé derrière et une mèche un peu trop longue devant), se forge une démarche de combattant un peu chaloupée (forme de corpographèse), retaille ses treillis (héritage de Bigeard et de ses paras en Algérie), et emploie tous les mots de passe de la culture guerrière avec la voix et le débit “qui vont bien”. Et le mytho des années 2010, soldat et gamer, qui a vingt-vingt-cinq ans et qui joue à des jeux de guerre depuis qu’il est gamin, connaît bien la posture du guerrier (et peut-être pas la “pose”, comme s’en défend le photographe) et porte des foulards à tête de mort pour se protéger de la poussière quand un hélico a atterri. Le motif est banal, à la fois dans la culture des jeux mais également dans la culture ambiante : la tête de mort est partout, sur les bijoux dans Elle, sur les sacs dans Madame Figaro, sur les robes et les T-shirts et… sur les foulards des motards, très exactement des tours de cou, qui existent effectivement en modèle “Ghost”. Cette dernière lecture, qui est de plus en plus faite à l’heure où j’écris ce billet, ruine un peu les trois précédentes : et s’il ne s’agissait que d’un bout de tissu utile, et d’une autre culture ?

L’armée française a longtemps été en retard d’une guerre, mais maintenant elle me semble en retard d’une ou deux cultures : si le colonel d’état-major connaissait assez ses hommes pour avoir une idée de leur culture, il aurait pu tenir un discours un peu moins jugulaire et un peu plus intelligent sur le “signe” porté par ce soldat. On n’a pas d’information sur ce combattant, mais s’il s’inspire véritablement de Call of Duty, alors il navigue assez normalement entre deux univers : la culture du jeu de guerre, qui a sans doute contribué à faire de lui ce qu’il est, et la culture de guerre, qui n’est pas sans lien avec les poses et postures “mythos” des jeux de guerre. Il sait très bien faire la différence entre l’écran de son ordinateur et le sol poussiéreux du Mali. Mais il aime peut-être juste la moto.

Crédits : les trois photos sont de Issouf Sanogo, photographe de l’AFP, et je n’ai sans doute pas le droit de les reproduire. Mais soyons mytho.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

More Posts