Crise politique

La crise politique, que l’on avait annoncé dans une note publiée il y a un mois1, est désormais une …

L'Elysée de nuitLa crise politique, que l’on avait annoncé dans une note publiée il y a un mois1, est désormais une réalité. Elle n’attendait qu’un détonateur pour exploser, et ce dernier a été fourni par la funeste « affaire Cahuzac ». Notons qu’entre temps les nouvelles, mauvaises pour ce gouvernement, se sont accumulées. Le rejet par la cour constitutionnelle portugaise d’une partie du plan d’austérité2, mais aussi l’annonce officielle de la chute de la consommation en France pour le mois de février3, sont venues apporter de l’eau à notre moulin. La politique suivie par le gouvernement français est aujourd’hui dans une dramatique impasse. Plus il persistera à la poursuivre et plus grave sera la situation. Il est d’ailleurs exemplaire, et très symbolique, qu’elle soit survenue au moment même où était discuté à l’assemblée le projet de loi sur l’Accord National Interprofessionnel, dit ANI, accord signé à la sauvette par trois syndicats et le MEDEF. Ce scandale, car c’en est un pour un gouvernement qui se prétend « de gauche » que de faire passer dans la loi un train de mesures dont certaines sont en réalité contraires au droit européen et international du travail, pour moins spectaculaire qu’il soit, valait bien en réalité l’affaire Cahuzac.

L’affaire Cahuzac et ses conséquences

Cette affaire est en réalité fort simple. Elle démarre par des accusations portées sur le site de Médiapart le 4 décembre 2012. Elle combine une fraude fiscale sur des montants visiblement bien plus grands que ce que Jérôme Cahuzac a reconnu, car l’on parle désormais de 15 millions et non plus de 650 000 euros4 et un mensonge politique. Le ministre Cahuzac ayant publiquement, et en séance de l’Assemblée Nationale, affirmé qu’il ne détenait pas de compte en Suisse. Le second aspect de cette affaire est, bien entendu, le plus révoltant. On notera cependant, à propos du premier aspect de cette affaire, que la banque Julius Baer avait exigé de Cahuzac une déclaration fiscale, redoutant un problème, et que ce dernier avait fourni un faux. Il pourrait dès lors être passible de poursuites en Suisse. Ajoutons que la Julius Baer, qui est une banque de gestion de patrimoine, n’a pas dans ses habitudes d’accepter des clients pour moins de 2 à 5 millions d’Euros suivant les opérations. Ceci réduit à néant l’affirmation de Cahuzac de n’avoir « que » 650 000 euros sur ce compte.

Mais, cette affaire prend désormais une nouvelle dimension. Les affirmations de M. Pierre Moscovici, Ministre des Finances, selon lesquelles il aurait tout ignoré de la situation litigieuse de son ancien ministre délégué ne sont, hélas, absolument pas crédibles. Il est aujourd’hui avéré qu’il a évoqué le « cas » Cahuzac lors du Forum de Davos, en janvier 2013, comme l’a révélé un journaliste de la RTS helvétique, Darius Rochebin [Voir ici la vidéo]. Cela pose un nouveau problème politique. Pierre Moscovici prétend avoir fait « tout ce qu’il devait, tout ce qu’il pouvait »5. Il se refuse, pour l’instant, de communiquer à la presse française les informations qu’il aurait reçues de la part des autorités suisses, un doute justifié sur  l’authenticité de ses déclarations existe. En fait, ce doute porte sur la réalité de ces informations, qui avaient permis à certains journaux d’affirmer, fort imprudemment, que « Cahuzac était blanchi »6. Il ne semble pas, en réalité, qu’il y ait eu une demande officielle auprès des autorités judiciaires suisses7. Dans ces conditions, on est en droit de s’interroger. Quel fut le contenu de la discussion qu’eurent à Davos Pierre Moscovici et son homologue suisse ? Pourquoi avoir évoqué l’affaire Cahuzac alors, si rien d’inquiétant n’était connu par Pierre Moscovici ? Il est hélas plus probable que Pierre Moscovici a couvert, soit en connaissance de cause soit en refusant de mettre en œuvre les moyens de savoir, son confrère Jérôme Cahuzac. Dans les deux cas, il est coupable soit d’une complicité dans une affaire de fraude fiscale soit d’une incompétence rare que l’on peut assumer à un abandon de poste. Le simple sentiment de la dignité de la fonction qu’il occupe devrait alors le pousser à la démission au lieu d’attendre que s’accumulent les révélations qui le contraindront, en fin de compte, à démissionner. L’intérêt de l’État voudrait que le Premier Ministre et le Président le rappellent à son devoir.

Car, au-delà, se pose la question de la légitimité du gouvernement et du Président. Ni l’un ni l’autre ne peuvent prétendre être indemnes de l’affaire Cahuzac et de ses conséquences. Pourtant, réduire à cette affaire le discrédit qui les frappe aujourd’hui, et le Président vient de connaître une nouvelle chute dans les sondages, serait une erreur. L’affaire Cahuzac n’est pas le premier scandale qui frappe la République, même s’il faut bien admettre qu’il s’agit d’un scandale majeur. Ce scandale, à lui seul, ne pourrait créer l’émotion politique justifiée qu’il a produit. Il y a plus ; il y a pire.

Ce discrédit date de cet été, de l’entêtement avec lequel tant le Président que le gouvernement poursuivent une politique inefficace et dangereuse, de l’indifférence coupable montrée, à l’exception d’un ministre, dans la gestion des crises sociales tant à Florange qu’ailleurs, du reniement sur la question du TSCG qui apparaît, rétrospectivement, comme le pêché originel de cette Présidence. Ce discrédit est désormais en passe de devenir une véritable crise de légitimité qui conduira tant le gouvernement que le Président à la paralysie.

Les réactions possibles

Faisons, alors, le tour des réactions à cette situation que peut envisager le Président. La première réaction serait de prendre, en un sens, les Français au mot. Parce qu’ils veulent aujourd’hui une république irréprochable, parce que, après tout, ce fut une des promesses de la campagne présidentielle, qu’on la leur donne. Sauf que c’est plus facile à dire qu’à faire. La corruption, petite ou grande, est endémique depuis les années Mitterrand, depuis que les socialistes ne sont plus socialistes et que la Droite aime toujours autant l’argent. Concrètement, on pourra faire voter de nouvelles lois sur les déclarations fiscales des députés, des sénateurs et des ministres ; cela ne remplacera pas la probité et le sens de l’État. Or d’État, il n’y en a plus guère, dépecé entre les multitudes d’empiètements européens et la voracité des élites locales. Quant à la probité, il faudra revenir sur plus de trente ans de promotion de l’argent et de la fortune personnelle. Vaste programme, et pas quelque chose que l’on met en place en quelques années. Donc, ces lois de moralisation que l’on nous promet ne régleront pas le problème, même si elles peuvent apporter un petit mieux en certains domaines. Surtout, ces lois ne sont pas une réponse à la question posée. Les Français, oui, veulent une république irréprochable, mais ils veulent d’abord et avant tout des emplois et une autre politique économique. À se tromper dans les priorités, on s’exposerait à des déconvenues d’importance. Rien ne serait pire que de faire apparaître ces mesures pour une nouvelle opération de communication. Les Français ont soupé de cela. Cette communication ne nourrit pas son homme (ni sa femme), et ventre creux n’a plus d’oreilles.

On peut, ensuite, penser à un remaniement ministériel. Il est demandé par de nombreux observateurs, et constituerait à l’évidence une manière élégante de se débarrasser de Moscovici. Il faut aussi compter avec la curiosité des médias qui s’intéresseront aux nouvelles têtes de ce gouvernement. Mais, sur le fond, un remaniement pour quoi faire ? Si l’idée est de continuer la même politique avec des habits différents, ce n’est guère une bonne idée. Elle fera gagner trois mois au Président, guère plus. Elle le privera d’un pareil recours par la suite ou du moins en affaiblira la portée symbolique. Cela revient à un « coup » de communication, et l’on a dit que l’époque où l’on pouvait croire faire de la politique par ces derniers était révolue.

Un remaniement ne fait sens que s’il met en scène une réelle inflexion de la politique conduite depuis mai dernier. Mais est-ce possible tant que nous restons dans le cadre de contraintes qui est le nôtre depuis ces derniers mois et même ces dernières années ? En fait, si l’on regarde bien des mesures prises, on voit qu’elles découlent directement du pacte budgétaire européen, officiellement appelé Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG). Même l’ANI est une tentative de réponse à la crise de compétitivité qui frappe la France dans le cadre de l’Euro. C’est bien parce que nous nous sommes liés les mains en matière de dévaluation que nous sommes contraints d’appliquer ce genre de mesure. Tant que nous serons connivents, par la voix de nos gouvernements, à notre propre malheur, il n’y a rien à espérer.

Il reste l’hypothèse d’une dissolution. C’est d’ailleurs celle qui a, aujourd’hui, la préférence d’une majorité des Français. En fait, un sondage d’OpinionWay, pour Le Figaro et LCI, diffusé le dimanche 7 avril montre que 33% des personnes interrogées sont pour une dissolution, 28% pour un remaniement total du gouvernement, 10% pour un remaniement partiel tandis que 28% seulement souhaitent que rien ne bouge8. Mais une dissolution, compte tenu du mode de scrutin actuellement en vigueur, n’apporterait que peu de changements. Peut-être impliquerait-il une nouvelle cohabitation. Mais ceci est une réponse très inférieure à ce qu’attendent les Français.

Quelle sortie de crise ?

Nous en sommes là aujourd’hui. Le Président ne voulant pas changer de politique, il devra affronter la crise qui s’est levée et qui ne manquera pas de s’amplifier tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il verra chacune de ses actions manquer son but, chacun de ses efforts se perdre dans la tourmente, tant il est vrai que la défaite appelle la défaite. Il aura beau dire « j’ai essayé », nul ne lui en saura gré. S’il s’intéressait à la stratégie militaire, il saurait que c’est dans une situation de ce type qu’il faut surprendre. En refusant le renoncement, en renversant la table tant qu’il en est encore temps, en renouvelant son équipe, il peut sortir par le haut de cette crise. Mais pour cela, il faudra qu’il sacrifie ce qui lui tient le plus à cœur, c’est-à-dire l’Euro.

Citation

Jacques Sapir, “Crise politique”, billet publié sur le carnet Russeurope le 07/04/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/1116
  1. Jacques Sapir, “Vers une crise de régime ?”, billet publié sur le carnet Russeurope le 09/03/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/1007
  2. Boursier.com, « Le Portugal au pied d’un mur d’austérité », le 7 avril 2013, URL : http://www.boursier.com/actualites/economie/le-portugal-au-pied-d-un-mur-d-austerite-19293.html
  3. Voir Eurostat, « Le volume des ventes du commerce de détail en baisse de 0,3% dans la zone euro », communiqué du 5 avril 2013, 53/2013.
  4. AFP, « Jérôme Cahuzac a menti à une banque suisse, selon un quotidien », le 6 avril 2013, URL : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iAnzOdPras . Ces informations confirment ce qu’affirme Edwy Plenel, le directeur de Mediapart.
  5. Le Monde.fr, « Pierre Moscovici assure avoir fait “tout ce qu’il devait », le 7 avril 2013, URL : http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/07/pierre-moscovici-assure-avoir-fait-tout-ce-qu-il-devait_3155520_823448.html
  6. Voir Le Figaro du 10 février 2013, URL : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/02/10/97001-20130210FILWWW00015-cahuzac-blanchi-par-le-fisc-suisse.php
  7. http://blogs.mediapart.fr/blog/jolemanique/070413/scandaleux-moscovici-semble-mentir-la-republique-la-representation-nationale-et-aux-citoyens-selon
  8. A. Zennou, « Le fossé se creuse entre les Français et les politiques », 7/04/2013, http://www.lefigaro.fr/politique/2013/04/07/01002-20130407ARTFIG00141-le-fosse-se-creuse-entre-les-francais-et-les-politiques.php

Vers une crise de régime ?

Les sondages indiquent un effondrement de la popularité du Président, mais aussi du Premier Ministre…

Les sondages indiquent un effondrement de la popularité du Président, mais aussi du Premier Ministre et des ministres du gouvernement. Moins d’un an après l’élection présidentielle, et les élections législatives, c’est un phénomène très rare de désaffection massive1, qui conduit certains commentateurs à parler d’« enfer ». François Hollande se retrouve avec seulement 33% de réponses lui accordant leur confiance pour résoudre les problèmes du pays. Il est au plus bas d’un Président dans l’année suivant l’élection2. Jean-Marc Ayrault, avec pour sa part 30% d’opinions favorables, enregistre un record absolu. De manière significative, la chute des opinions favorables est la plus forte chez les ouvriers et les employés ainsi que chez les jeunes (avec 30%), et la plus faible chez les cadres. Notons enfin le faible nombre de réponses « ne se prononce pas » avec 5% de l’échantillon. Les résultats du sondage sont donc représentatifs de l’opinion des Français. Des résultats à peu près similaires avaient été obtenus dans un sondage IFOP-Paris Match réalisés quelques jours auparavant3. On dira que ce gouvernement et ce Président l’ont bien cherché. Rarement a-t-on vu en aussi peu de temps autant de promesses se transformer en leurs contraires. Rarement aussi aura-t-on vu s’établir, dans le cadre d’une supposée alternance politique, une telle continuité avec la politique du précédent gouvernement, politique qui avait été rejetée tant aux élections présidentielle que législatives du printemps dernier. Ceci explique sans doute la chute de François Hollande dans les sondages, chute à la hauteur des espérances qui s’étaient portées sur sa personne. À cela ajoutons un style de gouvernement quelque peu déroutant. Et l’on sait bien que « le style c’est l’homme » (ou la femme).

L’effondrement de la popularité du pouvoir et ses conséquences

Le problème posé par cet effondrement de la cote de popularité tant du Président que du gouvernement est qu’a priori ceci ne devrait pas avoir de conséquences. Les prochaines échéances électorales sont en 2014. Et c’est l’un des raisons pour lesquelles le pouvoir fait actuellement le dos rond, espérant qu’une amélioration de la situation économique se produira entre la fin de cette année et le début de l’année prochaine. On a déjà, et à plusieurs reprises, expliqué pourquoi une telle hypothèse avait très peu de chance de se réaliser. La France s’enfoncera progressivement dans la récession, à moins qu’un effondrement de la consommation des ménages ne provoque un basculement de la récession vers la dépression, et une accélération brutale de la progression du chômage (Chômage, la marée noire qui nous menace). Les implications politiques de la trajectoire économique doivent donc être étudiées avec attention.

Au mieux, les élections prévues en 2014 se transformeront en un vote sanction qui sera d’autant plus massif que les enjeux électoraux sont limités. Car en matière d’élections, nous serons servis pour 2014. Tout d’abord nous aurons en mars 2014 des élections municipales, les élections cantonales et régionales devant être repoussées à 2015. Dans des élections municipales, le facteur « local » a traditionnellement une grande importance. C’est ce qui explique qu’à l’heure actuelle on ne prévoit pas de grands déplacements de voix4. Mais, ceci pourrait changer d’ici aux élections. Dans le contexte probable qui dominera en France, il n’est pas impossible qu’elles puissent prendre l’allure d’un test national. Puis, en juin 2014, se tiendront les élections européennes. Ces élections prendront, elles, naturellement la dimension d’un test national. Mais elles auront aussi des enjeux limités, compte tenu des faibles pouvoirs du Parlement européen. Il est donc probable que le message envoyé par les électeurs soit très clair, mais qu’il soit ignoré par le pouvoir et les états-majors politiques. On voit très bien qu’il n’est pas impossible que le Front National, ou l’un de ses avatars, se hisse à plus de 30% des suffrages dans une élection marquée par ailleurs par une faible participation. Ce serait un coup de tonnerre dans la vie politique française, mais un coup de tonnerre que les médias n’auraient de cesse de transformer en coup de cymbales. Tout sera mis en œuvre pour que les leçons d’un tel scrutin ne soient pas entendues, et nous continuerons, en brinquebalant, à aller jusqu’à l’élection présidentielle de 2017. Tel est, fondamentalement, le scénario dans lequel François Hollande met ses espérances, comptant bien être réélu, en dépit de tout ce qu’il a fait et n’a pas fait, s’il devait affronter au deuxième tour Marine Le Pen. Ce pari est risqué ; bien des choses peuvent changer d’ici 2017. Cependant, convenons qu’il est tentable. Il est en tout cas dans la logique « mitterrandienne » qui inspire aujourd’hui François Hollande.

Mais une autre hypothèse, tout aussi et même plus probable, est aujourd’hui parfaitement possible. Elle représente le pire, du point de vue du pouvoir actuel, et ne doit pas être écartée à la légère. Si l’économie française connaît une chute brutale d’activité dans le cours de 2013, la perte de crédibilité du gouvernement et du Président se transformera en une perte de légitimité. Cette crise de légitimité pourrait survenir de la conjonction de trois mouvements dont on sent dès aujourd’hui la montée dans la société : une colère politique, une colère sociale, une colère issue d’un sentiment de la perte d’identité. C’est là l’hypothèse la plus sérieuse sur laquelle il convient de réfléchir, car la crise de légitimité implique une crise de régime.

Les trois colères

La colère politique est facile à prévoir. Elle s’enracine sur un mécontentement allant s’approfondissant et sur le fait que ce dernier ne peut, en théorie, trouver de solution d’ici 2017. Ce mécontentement est redoublé du fait qu’une partie des électeurs qui font partie du socle traditionnel de la gauche s’estime flouée par la politique actuelle du Président et du gouvernement. Ceci est visible dans les sondages récents où le recul de François Hollande est le plus important dans les catégories qui l’ont le plus soutenu : les ouvriers, les employés, les professions intermédiaires et les jeunes. Une partie des responsables du Parti Socialiste s’en inquiète d’ailleurs. Cette déception pourrait, si elle s’enracinait d’ici les prochains mois, se transformer en un mouvement d’abstention massif lors des élections de mars 2014, modifiant ainsi brutalement les rapports de force. Mais, il convient immédiatement de dire que la droite traditionnelle n’est pas une alternative, et qu’elle est encore très peu audible sur les préoccupations de cet électorat. Voilà qui incite à penser que cette colère politique pourrait s’exprimer hors du cadre électoral, ou s’incarner dans tout mouvement rejetant d’emblée les partis traditionnels.

Des salariés de l'usine Continental de Clairoix après l'annonce de la fermeture du site, le 12 mars 2009 (photo Reuters)La colère sociale est elle aussi facilement prévisible. Elle s’exprime à la fois dans la montée de la violence sur des sites qui sont devenus emblématiques de la crise (PSA-Aulnay, Continental-Amiens) et dans une désespérance très sensible dans des milliers de petits sites où, à une échelle plus réduite, se rejoue le même drame. L’échec relatif de la mobilisation syndicale contre le projet d’accord ANI entre le MEDEF et quelques syndicats minoritaires ne doit pas faire illusion. Il n’y a eu échec que parce que l’on a proposé à des gens en colère et désespérés des formes bien trop traditionnelles d’expression de leur colère et de leur désespérance. Cet échec est avant tout celui des formes classiques de mobilisation syndicale. Notons déjà que la conjonction de la colère politique et de la colère sociale est redoutable. Le potentiel d’une explosion massive ne fait donc que se renforcer, mais cette explosion suivra des voies différentes de celles qui ont été tracées par les syndicats. Seuls ceux qui sauront s’y adapter y survivront. Cette explosion sera, selon toute vraisemblance, violente. Elle confrontera directement les organes du maintien de l’ordre (Police et Gendarmerie) au choc frontal avec cette colère. Comme ces organismes sont eux aussi travaillés, pour des raisons générales mais aussi des raisons particulières, par un fort mécontentement, nul ne peut dire quelle sera l’issue de ce choc. Si le gouvernement met en œuvre une politique directement répressive, il risque d’aggraver dans des proportions considérables la fracture politique qui se dessine. S’il tergiverse, il peut être emporté par une succession de mouvements se renforçant l’un l’autre.

La colère issue du sentiment de perte de l’identité est un phénomène encore plus complexe à décrypter. Elle a, bien entendu, une dimension politique, qui s’enracine dans le déni de démocratie auquel on a assisté en 2005 lors du référendum sur le projet de constitution européenne. Les partisans du « non », largement victorieux, ont été dépossédés de leur victoire, une manœuvre à laquelle François Hollande a été connivent. Les Français ont eu, à ce moment, le sentiment d’être dépossédés de la démocratie, de leur démocratie. Les gouvernants et une partie de l’opposition ont cru que ce sentiment serait passager. C’était oublier le lien très profond, enraciné dans l’histoire, qui unit en France le peuple avec le principe de la démocratie (et non nécessairement ses formes). De là date une fracture symbolique5. Cette fracture s’est transformée en une facture qu’il faudra bien solder. Il n’est pas sans une certaine ironie que cette facture retombe sur François Hollande qui, en tant que dirigeant du Parti Socialiste, a beaucoup fait pour l’existence de cette fracture et de cette facture. Cette colère a aussi une dimension sociale, en ceci que le mouvement de désindustrialisation qui s’accélère aujourd’hui nous confronte à l’image d’une France qui n’est plus celle que nous connaissions, ou que nous pensions connaître : un pays fier de ses réalisations industrielles. Une partie importante de la population, qui excède de loin le nombre des simples ouvriers d’industrie, est très profondément attachée à cette image de la France. C’est ce qui explique le succès initial du Ministère du « Redressement productif ». Mais la maîtrise du verbe ne masque qu’un instant les réalités. L’importance de ce sentiment de perte de l’identité, qui peut s’incarner passagèrement dans un rejet de l’« autre », tient en ce que s’articulant avec la colère politique et la colère sociale, il va provoquer provoquer une délégitimation massive du pouvoir.

Vers la guerre civile ?

La crise qui s’annonce va faire voler en éclats l’idée d’une « démocratie apaisée ». D’une part, cette expression est une contradiction dans les termes. Les intérêts qui divisent une société ne sont pas de ceux qui peuvent se régler dans le calme feutré des cénacles privés. Leur exposition au grand jour, qui est l’une des conditions nécessaires à l’existence d’une véritable démocratie, implique un degré d’affrontement qui rend illusoire toute idée d’apaisement. D’autre part, quand les conditions d’exercice de la démocratie sont à ce point fautives que des colères convergentes ne trouveront pas de formes institutionnelles d’expression, il est illusoire de chercher à s’abriter derrière l’idée d’une « démocratie apaisée ». Il faut d’ailleurs remarquer que, de ce point de vue, la France n’est nullement une exception. C’est à un phénomène du même ordre que l’on a assisté lors des récentes élections italiennes.

Dès lors, le pouvoir actuel a devant lui trois options. Il peut rester « droit dans ses bottes », et supporter la totalité du choc de ces trois colères. Il est possible qu’il y survive, mais au prix d’une répression qui le fera changer de nature et se transformer en Tyrannie. Il est aussi possible, et c’est l’hypothèse la plus probable, qu’il soit brisé par cet affrontement, ouvrant alors une période d’incertitudes politiques et institutionnelles comme la France n’en a pas connues depuis 1958. Il peut chercher à dévier la lame de fond qui monte, en organisant des élections anticipées, donnant ainsi une forme d’expression dans le cadre institutionnel actuel à ces trois colères. Mais, le système électoral français est ici mal adapté. Rien ne serait pire que l’élection d’un nouveau Parlement qui ne soit pas à l’unisson des sentiments de la majorité de la population. Il peut, enfin, chercher à anticiper sur ces événements et changer radicalement de politique, apaisant ainsi la colère sociale et la colère identitaire. C’est la voie de la logique et de la raison, chose dit-on la plus mal partagée au monde…

Citation

Jacques Sapir, “Vers une crise de régime ?”, billet publié sur le carnet Russeurope le 09/03/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/1007
  1. La cote de Hollande au plus bas, Les échos, 07/03/2013
  2. Nicolas Sarkozy était tombé à 38% d’opinions favorables en mars 2008.
  3. Sondage: François Hollande toujours en baisse, 20 minutes, 05/03/2013
  4. Municipales : premier sondage avant le scrutin, Le Figaro, 08/03/2013
  5. J. Sapir, La Fin de l’eurolibéralisme, Paris, Le Seuil, 2006.

Un “marché” des nationalités ou de quoi Arnault, Bardot et Depardieu sont-ils le nom

Un commentaire sur une note de Michel Wieviorka
Michel Wieviorka vient de publier sur son carnet une…

Un commentaire sur une note de Michel Wieviorka

Michel Wieviorka vient de publier sur son carnet une réaction aux cas Arnault, Depardieu et Bardot1 qui soulève des problèmes de fond. Avec ce texte, court mais dense, nous sommes à mille lieux des remarques et réactions journalistiques suscitées par l’« exil fiscal » des uns et des autres. Ce texte est important, et sans doute plus que ne le pense son auteur, car il touche à des problèmes qui sont réellement fondamentaux. C’est la raison pour laquelle il me semble nécessaire d’aller au fond de ce débat.

Michel Wieviorka pointe, à très juste titre, que ces comportements remettent en cause l’idée même de Nation. Il dit, et je le cite :

« La citoyenneté, l’identité nationale deviennent un attribut de la personne, qui peut dans cette perspective nouvelle juger bon de s’en dessaisir, de faire le choix d’une autre citoyenneté. »

Comment ne pas constater que telle est bien la logique dans laquelle s’inscrivent, pour des raisons d’ailleurs différentes, tant Arnault que Depardieu ou Bardot. Cette citation cependant renvoie à une remarque antérieure sur le débat que Nicolas Sarkozy a voulu lancer sur l’identité nationale (et que Jean-François Copé à sa manière très instrumentale a repris). Michel Wieviorka remarque alors :

« Il n’est pas ici question de droit du sang, puisque l’appartenance à une nation devient un choix personnel qui n’a rien à voir avec un quelconque déterminisme sanguin.

Il ne s’agit pas pour autant de droit du sol, la question n’est pas de savoir où l’on vit en citoyen, physiquement, géographiquement, sur quel territoire, en solidarité avec la population et, comme dit Renan, avec une conscience morale partagée. Mais de soupeser et de comparer les législations fiscales pour opter pour celle qui apparaît la plus avantageuse, ou tout simplement de faire de son appartenance nationale un instrument de chantage (Bardot).

Ainsi s’esquisse une mise en cause du cadre philosophique et politique à l’intérieur duquel s’est construit le grand débat sur l’identité nationale à partir de la fin du XVIIIème siècle. »

En remarquant que ces comportements s’inscrivent dans ce qu’il appelle le « grand débat » sur l’identité nationale, Michel Wieviorka a certainement raison, mais sans doute pas pour les raisons qu’il croit ; de plus, il fait une erreur de perspective en opposant que ce soit Renan ou Fichte aux comportements de notre « sainte trinité » bien française. Les choses sont à la fois plus profondes et plus triviales. Il est par contre parfaitement à sa place quand, en sociologue, il pressent que ceci pourrait anticiper sur des fractures radicales dans nos sociétés. Pour tenter de démêler l’écheveau de cette affaire, entre représentations immédiates et problèmes réels, il faut commencer par revenir sur l’Histoire.

La Nation, le noble, et le bourgeois

Rappelons, tout d’abord, qu’un tel comportement où l’on met les États, et leurs souverains, en concurrence, a été considéré comme « normal » dans la très haute noblesse d’ancien régime qui se considérait naturellement comme apatride. Pour cette haute noblesse, la notion de Patrie n’avait pas de sens. Seul comptait le lien de vassalité et les alliances familiales. Or, ces dernières étaient suffisamment entrelacées entre pays pour que tel ou tel puisse décider de servir un jour le Roi de France, le lendemain celui d’Espagne, ou le surlendemain le Prince d’Orange. Il suffit de rappeler quelles furent les carrières militaires du Grand Condé, de Turenne et de bien d’autres. Et, lorsque Condé négocie son ralliement à Louis XIV après l’échec de la Fronde et avoir offert ses services au Roi d’Espagne, il ne le fait point sur une base « nationale » mais sur une base dynastique. D’ailleurs Louis XIV lui-même est autant espagnol ou autrichien qu’il n’est français. Eugène Lavisse remarque dans son livre qu’il est autant un « infant » qu’un dauphin. Mazarin fut d’ailleurs le serviteur de plusieurs maîtres avant de se donner à la famille royale française. Est-ce donc à dire que le patriotisme n’existe pas à l’époque ?

Le sentiment d’appartenance nationale apparaît en fait autour de deux événements clefs de l’Histoire de France. Le premier est bien connu, c’est l’épisode symbolisé par Jeanne d’Arc. Issue des frontières de l’Est, elle est particulièrement réceptive à l’idée de Nation qui s’oppose ici directement au principe dynastique. Dans cette guerre de 100 ans, qualifiée par un historien anglais de « problème d’héritage envenimé par des avocats ambitieux », se heurtent ces deux principes, celui de la logique dynastique et celui de la Nation. Jeanne d’Arc symbolise alors une forme de soulèvement populaire contre le premier et en faveur du second. Le second événement fondateur se situe à l’époque des guerres de religions. À un principe religieux transcendant les frontières s’oppose, porté tant par la bourgeoisie, la noblesse de robe et une partie de la noblesse d’épée, le principe de Nation. C’est lui qui motive le camp des Catholiques dits « politiques » qui finiront par s’allier aux Protestants conduits par Henri de Navarre pour chasser la Ligue et ses alliés espagnols du territoire français.  Et c’est aussi pourquoi Henry IV, même après son abjuration, reste le symbole d’une unité nationale dépassant les religions. Il forme d’ailleurs avec son double protestant, Sully, l’intéressante figure d’un Janus uni pour l’intérêt du Royaume.

Dans ces deux cas, on constate que des principes que l’on pourrait qualifier, au prix d’un anachronisme, « d’internationalistes », comme le principe dynastique et le principe religieux, se sont heurtés à l’idée d’un enracinement du « vivre ensemble » sur un territoire donné. Dans le « Dialogue du Maheustre et du Manant », texte datant de la fin des guerres de religions, l’auteur met en scène l’opposition entre un principe fondamental, Dieu est Dieu et ne peut être que catholique, et ce principe du vivre ensemble qu’ouvre la cohabitation de deux religions via l’Edit de Nantes. Jean Bodin, l’un des pères de la pensée politique moderne en France au XVIème siècle en avait pris conscience. En contrepoint à son chef d’œuvre, Les Six livres de la République, il a produit un ouvrage bien moins connu mais non moins important, le “Colloque des Sept” ou Colloquium Heptaplomeres2. Organisant, sous la forme classique du “banquet” socratique, un dialogue entre sept personnages incarnant les diverses religions de son temps, Bodin montre la futilité des controverses théologiques. Dans le domaine de la croyance, on ne peut convaincre l’autre, seulement le convertir. Il prend alors le deuil de l’unité religieuse et en tire la seule conclusion possible. Pour vivre ensemble, ses sept personnages décident de ne plus jamais parler entre eux de religion, c’est-à-dire d’exclure le religieux de l’espace public et de le renvoyer à l’espace privé. Bodin fonde ainsi la notion moderne de laïcité.

Mais, si l’unicité de religion ne peut plus être un principe fondateur, alors il faut organiser autour de la « chose publique » les principes de la politique. Ce n’est pas un hasard si Jean Bodin écrit à ce moment même les Six livres de la République3. Car, ce que l’on oublie un peu vite, est que si l’on veut « dépasser » la Nation, il faut nécessairement trouver des principes légitimes alternatifs. Mais, pour l’instant, les seuls compétiteurs possibles restent le marché ou la religion, et l’on sait trop à quelles abominations ils conduisent.

L’adhésion au principe national n’a jamais été totale. Le XVIIIème siècle témoigne justement de la coexistence d’une élite apatride et d’une majorité qui s’enracine dans le sentiment national. Pour Louis XVI, il était « normal » d’aller chercher de l’aide auprès d’autres souverains. Pour la bourgeoisie comme pour la paysannerie française, cela constituait une trahison qui délégitimait radicalement la dynastie. Et c’est là que nous butons sur le principe de souveraineté.

Le principe de souveraineté

À l’origine, nous trouvons l’articulation entre légitimité et légalité. La légitimité est fonctionnellement antérieure à la légalité en ceci que toute action légale peut être questionnée en justesse et non pas seulement en justice (la vérification technique de la légalité). Un monde qui confondrait justesse et justice serait une tyrannie en ceci qu’il supposerait que le législateur ne puisse se tromper. La souveraineté signifie donc l’identification de qui règle et organise les modalités de vérification de la légitimité, soit l’organisation d’une Constitution. Hors de ces modalités, la légitimité ne serait qu’un vain mot. La souveraineté signifie donc le pouvoir de décider et la capacité à déterminer des procédures de légitimation. Il reste que ces procédures ne peuvent se matérialiser que si l’on a précisé qui était soumis aux lois dont on vérifie la légitimité, qui pouvait être contrôlé par l’institution chargée de faire exécuter la loi. La légitimité n’a de sens que dans une communauté sociale et politique définie. Elle implique un principe d’inclusion (qui est citoyen) et un principe d’exclusion (qui ne l’est pas).

Mais la souveraineté n’est pas seulement cela. Elle est la capacité à décider en ultime recours dans le cadre d’une communauté sociale et politique donnée. Cette capacité représente une extension ultime du principe précédent. La souveraineté signifie la capacité à définir quelle est l’idée de droit valable pour une communauté donnée. Ceci implique qu’il ne saurait y avoir de droit sans définition simultanée de la communauté souveraine. Si l’on admet l’idée qu’il n’est pas de droit qui ne pense la légitimité, alors il n’est pas de droit sans une définition préalable de l’espace de souveraineté et une identification du souverain.

Comme une décision sans mise en œuvre n’est qu’un mot, la souveraineté implique que la communauté sociale et politique ait la possibilité de faire pleinement appliquer les principes du droit qu’elle a décidée. Une souveraineté qui ne pourrait dire qu’une partie du droit, ou qu’un droit ne s’appliquant que sur des segments de la communauté, est une contradiction dans les termes. Il faut donc que la possibilité de dire le droit soit pleine et entière ou que la communauté prenne conscience qu’elle a été privée de sa souveraineté.

En ce sens, la souveraineté fait tout autant référence à un espace qu’à un mécanisme d’inclusion/exclusion, à un principe qu’à l’ensemble des domaines sur lesquels se manifestera la vérification de ce principe. Le Souverain est donc, par nature, au-dessus de tout statut constitutionnel puisqu’il le crée4. Mais il n’est pas au-dessus d’une communauté politique. C’est un point extrêmement important quand on veut penser la Nation comme communauté politique.

Ce statut particulier ouvre la possibilité au Souverain en des temps exceptionnels d’user de méthodes exceptionnelles. Une action exceptionnelle qui n’aurait d’autres buts que de rétablir les conditions de fonctionnement de la légitimité et de ses principes fondateurs, palliant les effets d’une situation d’exception risquant de mettre à mal ces principes et d’empêcher leur application, ne saurait constituer une violence hors de toute règle. Elle peut s’affranchir pour un temps limité des règles communes pour rétablir le cadre d’application des principes fondamentaux. Elle n’en reste pas moins liée au cadre dont elle est issue. Et ce cadre au sein duquel elle peut s’exercer, c’est justement la Nation. Les formes et la taille de cette dernière peuvent varier. Une Nation peut se fondre dans une autre, mais sans souveraineté il ne peut y avoir de constitution.

La souveraineté doit se penser avec le principe de légitimité. C’est cela qui permet de faire la distinction entre le Dictateur (forme de la démocratie) et le Tyran (qui est la négation de la démocratie). Ainsi, l’action d’un gouvernement qui, face à une crise économique et financière extrême, suspend les règles de circulation des capitaux, ou les règles comptables, afin d’empêcher un petit groupe d’agents d’imposer indûment leur volonté au plus grand nombre par l’agiotage et la spéculation, n’est pas un acte d’arbitraire, quand bien même seraient alors piétinées règles et lois nationales et internationales. Ce serait bien au contraire un acte plus fidèle à l’esprit des principes de la démocratie que l’application procédurière des lois et règlements qui, elle, serait alors un acte illégitime. Affirmer cela implique, bien entendu, que la responsabilité du gouvernant face aux gouvernés soit préservée. Ceci implique bien le maintien de la formule du Peuple Souverain comme seul fondement possible, hors les dérives théologiques, à la possibilité d’une action exceptionnelle.

La critique de la souveraineté

Le principe de souveraineté, tout comme celui de légitimité, ont fait l’objet de nombreuses critiques. Ainsi, la  critique de la souveraineté comme concept vide de sens ou dépassé est un point de passage obligé des argumentations qui prétendent « dépasser » le stade de la Nation. Traditionnellement, la critique porte alors sur les limitations « objectives » de l’État.

Dans la mesure où ce dernier contrôlerait du moins les choses en raison des effets d’interdépendance avec d’autres acteurs étatiques, son importance et sa pertinence en diminueraient d’autant. La thèse de la « mondialisation » de l’économie sert ainsi à « démontrer » la réduction des pouvoirs de l’État et à justifier des abandons progressifs de souveraineté. Mais il y a là une série de confusions. Comme le montre Simone Goyard-Fabre, le fait que l’exercice de la souveraineté puisse être techniquement difficile, par exemple pour des raisons de complexité, n’affecte nullement la nature de la souveraineté.

Que l’exercice de la souveraineté ne puisse se faire qu’au moyen d’organes différenciés, aux compétences spécifiques et travaillant indépendamment les uns des autres, n’implique rien quant à la nature de la puissance souveraine de l’État. Le pluralisme organique (…) ne divise pas l’essence ou la forme de l’État; la souveraineté est une et indivisible5.

L’argument prétendant fonder sur la limitation pratique de la souveraineté une limitation du principe de celle-ci est, quant au fond, d’une grande faiblesse. Les États n’ont pas prétendu pouvoir tout contrôler matériellement, même et y compris sur le territoire qui est le leur. Le despote le plus puissant et le plus absolu était sans effet devant l’orage ou la sécheresse. Il ne faut pas confondre les limites liées au domaine de la nature et la question des limites de la compétence du Souverain.

On avance souvent l’hypothèse que les traités internationaux limitent la souveraineté des États. Les traités sont en effet perçus comme des obligations absolues au nom du principe Pacta sunt servanda 6. Mais, ce principe peut donner lieu à deux interprétations. On peut considérer qu’il n’est rien d’autre qu’une mise en œuvre d’un autre principe, celui de la rationalité instrumentale. Il implique donc de supposer une Raison Immanente et une complétude des contrats que sont les traités, deux hypothèses dont il est facile de montrer la fausseté. Nul traité n’est rédigé pour durer jusqu’à la fin des temps. On peut aussi considérer qu’il signifie que la capacité des gouvernements à prendre des décisions suppose que toutes les décisions antérieures ne soient pas tout le temps et en même temps remises en cause. Dans ce cas, l’argument fait appel à une vision réaliste des capacités cognitives des agents. Un traité qui serait immédiatement rediscuté, l’encre de la signature à peine sèche, impliquerait un monde d’une confusion et d’une incertitude dommageables pour tous. Si tel était le cas mieux vaudrait n’en pas signer. Mais dire qu’il est souhaitable qu’un traité ne soit pas immédiatement contesté n’implique pas qu’il ne puisse jamais l’être. Il est opportun de pouvoir compter, à certaines périodes, sur la stabilité des cadres qu’organisent des traités, mais ceci ne fonde nullement leur supériorité sur le pouvoir décisionnel des parties signataires.

C’est pourquoi d’ailleurs le droit international est nécessairement un droit de coordination et non un droit de subordination7. L’unanimité y est la règle et non la majorité. Cela veut dire que la communauté politique est celle des États participants, et non la somme indifférenciée des populations de ces États. Un traité n’est contraignant que pour ses signataires, et chaque signataire y jouit d’un droit égal quand il s’engage par signature, quelle que soit sa taille, sa richesse, ou le nombre de ses habitants. Il ne peut y avoir de droit de subordination que si les États signataires se fondent en une seule et même communauté sociale et politique. C’est le cas de la fédération. Dès lors, un souverain unique se substitue à tous les autres. Quand l’État indépendant du Texas décida librement au début du XIXème siècle de rejoindre les États-Unis, il abandonna sa souveraineté pour rejoindre tous les autres composants de cette fédération.

Fors ce processus, vouloir substituer le droit de subordination au droit de coordination n’a qu’une seule signification : la création d’un droit qui serait séparé du principe de souveraineté et n’aurait d’autre fondement à son existence que lui-même. Un tel droit, s’il se rattache ou prétend se rattacher à un principe démocratique, nie le principe de légitimité.

De l’origine de la souveraineté

Cela conduit à revenir sur l’origine des deux origines du principe de souveraineté de l’État et donc de la Nation. La première, telle qu’elle se manifeste en France au XIVème siècle, vise à dégager un espace d’action sur un territoire donné et d’une puissance qui se veut non territorialisée, celle du pape, et d’une puissance qui au contraire se fonde sur un micro-territoire, la seigneurie8. La seconde, telle qu’elle s’exprime deux siècles plus tard dans l’œuvre de Jean Bodin, réside dans la prise en compte d’intérêts collectifs, se matérialisant dans la chose publique. Le principe de souveraineté se fonde alors sur ce qui est commun dans une collectivité, et non plus sur celui qui exerce cette souveraineté9. La souveraineté correspond ainsi à la prise de conscience des effets d’interdépendance et des conséquences de ce que l’on a appelé le principe de densité. Elle traduit la nécessité de fonder une légitimation de la constitution d’un espace de méta-cohérence, conçu comme le cadre d’articulation de cohérences locales et sectorielles. Cette nécessité n’existe que comme prise en compte subjective d’intérêts communs articulés à des conflits. Que des éléments objectifs puissent intervenir ici est évident ; néanmoins la collectivité politique ne naît pas d’une réalité « objective » mais d’une volonté affirmée de vivre ensemble.

La question de la souveraineté ne dépend donc pas seulement de qui prend les décisions, autrement dit de savoir si le processus est interne ou externe à la communauté politique concernée. La souveraineté dépend aussi de la pertinence des décisions qui peuvent être prises sur la situation de cette communauté et de ses membres. Une communauté qui ne pourrait prendre que des décisions sans importance sur la vie de ses membres ne serait pas moins asservie que celle sous la botte d’une puissance étrangère. Ceci rejoint alors la conception de la démocratie développée par Adam Przeworski. Pour cet auteur, dans un article où il s’interroge justement sur les transitions à la démocratie en Europe de l’Est et en Amérique du Sud, la démocratie ne peut résulter d’un compromis sur un résultat. Toute tentative pour pré-déterminer le résultat du jeu politique, que ce soit dans le domaine du politique, de l’économique ou du social, ne peut que vicier la démocratie. Le compromis ne peut porter que sur les procédures organisant ce jeu politique10.

Cela implique de déterminer ce qu’est l’ordre démocratique, qui s’oppose tant à l’ordre d’ancien régime qu’à l’ordre marchand que nous voyons en action sous nos yeux.

L’ordre démocratique et Jurgen Habermas

L’ordre démocratique a, alors, deux fondements. Il est d’abord une chaîne logique qui découle de la notion de souveraineté du peuple et des contraintes qui en découlent quant aux possibilités de dévolution. La souveraineté du peuple est première, à travers, d’une part le couple contrôle/responsabilité fondateur de la liberté comme on l’a montré plus haut. Elle fonde la légitimité du cadre politique qui est alors organisé par des lois, et soumis au principe de légalité. D’autre part, si l’on prend le parti de considérer les principes fonctionnels de la décision de manière réaliste11, l’ordre démocratique est une réponse au fait que la coordination de décisions décentralisées, dans une société répondant au principe d’hétérogénéité, implique que des agents ayant des positions inégales se voient mis dans une position formelle d’égalité. Le couple contrôle/responsabilité résulte ainsi du principe de densité sociale ; il en est une manifestation.Il implique alors que le peuple soit identifié à travers la détermination d’un espace de souveraineté. C’est pourquoi l’ordre démocratique implique des frontières (qui est responsable de quoi), mais aussi une conception de l’appartenance qui soit territoriale (le droit du sol). On le voit, ici resurgit un débat que l’on croyait pouvoir dépasser. Le droit du sol est une des conditions d’existence du couple contrôle/responsabilité qui, dans une société hétérogène est nécessaire à l’existence d’un ordre démocratique. De ce point de vue, l’absence de frontières, l’indétermination de la communauté de référence, conduit au découplage du contrôle et de la responsabilité.

Nier les frontières et les Nations est une démarche tentante. Telle est la base de la pensée politique de Jurgen Habermas qui propose un « dépassement » de l’opposition entre la conception dite « française » de la Nation (le droit du sol) et la conception dite « allemande » (le droit du sang) dans une Constitution européenne et dans un « patriotisme de la Constitution ». Le problème est de savoir ce qui rattacherait cette Constitution tant à la légitimité qu’à la souveraineté. La démocratie, soit l’existence d’un espace politique où l’on puisse vérifier et le contrôle et la responsabilité, implique l’une et l’autre. Cette dernière, en effet, ne peut se contenter, comme chez Jurgen Habermas d’être simplement délibérative12, ce qui reviendrait à concevoir le principe de légalité comme incluant la légitimité. Il y a certainement de nombreux points positifs dans la conception délibérative de la démocratie. Néanmoins, elle contient des dimensions idéalistes et irréalistes qui la rendent très vulnérable à la critique. Rappelons que la délibération doit être gouvernée par des normes d’égalité et de symétrie, que chacun a le droit de mettre en cause l’ordre du jour, et qu’il n’y a pas de règles limitant l’ordre du jour ou l’identité des participants aussi longtemps que chaque personne exclue peut de manière justifiée montrer qu’elle est affectée par les normes en discussion. De plus, si nous incluons la légitimité dans la légalité, cela revient à dire que tout ce qui a été décidé dans les règles démocratiques est par essence juste. On ne peut plus distinguer la justesse de la justice. Le législateur se constitue alors en Tyran.

On peut aller plus loin dans le questionnement de cette démocratie délibérative. Pour qu’une délibération ait un sens, il faut nécessairement qu’elle ait un enjeu. Il faut qu’elle porte sur un objet par rapport auquel existent des moyens d’action. Discuter d’une chose sur laquelle nous ne pouvons agir n’a pas de sens d’un point de vue démocratique. Une délibération n’a de sens que si elle se conclut sur une décision se traduisant par une action. Seulement, si l’action existe, la responsabilité des conséquences de cette action existe aussi par définition. L’identité des participants à la délibération doit donc être clairement déterminée pour savoir qui est responsable de quoi. On ne peut laisser dans l’indétermination le corps politique. Une constitution européenne est en théorie possible, mais à la condition que l’existence d’un peuple européen ait été au préalable constatée. Or, il faut ici rappeler l’arrêt de la cour constitutionnelle de Karlsruhe qui constate que la démocratie n’existe QUE dans le cadre des nations européennes13. De ce point de vue, la position d’Habermas revient à supposer qu’une Raison s’imposera sur toutes les autres, alors que l’on sait qu’il existe des modèles multiples de rationalité, et que les choix des individus sont changeants tout comme le sont leurs préférences individuelles14. En fait, sur ce point, Habermas ne fait que reprendre les hypothèses les plus discutables de l’économie orthodoxe15.

Ensuite, s’il est juste de mettre en garde contre des limitations des ordres du jour16, il est aussi clair que les ordres du jour doivent être organisés. Une discussion où tout pourrait être simultanément débattu ne serait plus une délibération. Il est légitime, compte tenu des limites cognitives des individus, de penser des ordres de priorité. Ces derniers peuvent être l’objet de discussions. Ils sont néanmoins contraignants et impliquent l’existence de procédures d’autorité et de vérification. Il n’est pas possible, sauf à accepter que la délibération soit vidée de son sens, de prétendre que ces ordres de priorité peuvent être en permanence contestés par n’importe qui. Il y a là une grande faiblesse dans la conception pure de la démocratie délibérative.

Supposer que la délibération puisse se faire dans un cadre entièrement homogène, ignorant la présence de routines et de délégations de pouvoir, témoigne d’hypothèses implicites quant aux capacités cognitives des individus qui ne sont pas recevables. En ce sens la position d’Habermas n’est pas compatible avec l’approche réaliste que l’on défend que ce soit dans ce texte ou dans d’autres qui sont antérieures17. Seulement, si on admet la présence des routines et des délégations de pouvoir, la composition des participants au débat doit être relativement stable au moins pour les périodes marquées par ces routines et délégations. De plus, il faut que les effets des routines et délégations que l’on doit mettre en œuvre s’appliquent bien sur ceux qui les ont décidées. La démocratie délibérative proposée par Habermas, et qui fonde son projet de Constitution Européenne, porte en elle un risque de dissolution à l’infini du constituant du pouvoir, et donc le risque de l’irresponsabilité généralisée. Il en est ainsi en raison des limites cognitives des individus et de ce qui en découle, le principe de densité et celui de la contrainte temporelle. On ne peut considérer les effets d’une délibération en niant la densité ou en considérant, ce qui revient au même, que le degré de densité est uniforme au niveau mondial.

Nous sommes donc bien obligés de constater la justesse et la force de l’arrêt du 30 juin 2009 de la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe. La démocratie est toujours enracinée dans un cadre national, non par tradition (encore que le rôle de cette dernière ne soit pas négligeable) mais pour des raisons fonctionnelles et de principe. Toute tentative pour dépasser la Nation ne fait qu’ouvrir la voie soit à une régression de type technocratique ou à une régression de type religieux.

De quoi Arnault, Depardieu et Bardot sont-ils le nom ?

Nous voici loin de la France de cette fin d’année 2012, des aventures de Bernard Arnault, de Gérard Depardieu ou de Brigitte Bardot semble-t-il. En fait, bien au contraire.

Ce que montrent ces comportements, ce n’est pas une crise de l’idée de Nation, ni une remise en cause des différents modèles de définition de la nationalité. C’est au contraire le retour à une situation de l’Ancien Régime à la fin du XVIIIème siècle. Nous avons aujourd’hui une petite élite de « super-riches » qui s’est internationalisée au point de devenir apatride. Cette élite attire idéologiquement à elle de 5% à 8% de la population, soit la proportion des Français qui voyagent régulièrement à l’étranger. Cette élite rejette les entraves d’un pouvoir national, et en particulier son droit de lever l’impôt, tout comme elle a rejeté l’idée d’une monnaie nationale. Son mode de vie est cohérent avec ses intérêts et ses comportements. Mais, face à elle, nous avons l’immense majorité de la population, celle qui affirme à 62% son attachement à cette monnaie nationale (et 66% des moins de 35 ans)18. Les comportements des Arnault, Depardieu et Bardot indique que la confrontation entre cette petite minorité et cette immense majorité est devenue inévitable, et qu’elle sera probablement violente.

À cet égard l’article de Michel Wieviorka est le bienvenu. Il attire notre attention sur un problème majeur de notre société, sur un clivage qui va s’approfondissant ; telle est la tache du sociologue.

Citation

Jacques Sapir, “Un “marché” des nationalités ou de quoi Arnault, Bardot et Depardieu sont-ils le nom”, billet publié sur le carnet Russeurope le 10/01/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/713
  1. Michel Wieviorka, “Arnault, Bardot et Depardieu : qu’est ce qu’une nation ?”, billet publié sur le carnet de Michel Wieviorka sur hypotheses.org le 07/01/2013, URL: http://wieviorka.hypotheses.org/109
  2. Cet ouvrage, publié bien après la mort de Jean Bodin, peut être téléchargé sur le site de la Bibliothèque Nationale (manuscrit). On trouvera un commentaire éclairant de sa contribution aux idées de tolérance et de laicité dans: J. Lecler, Histoire de la Tolérance au siècle de la réforme, Aubier Montaigne, Paris, 1955, 2 vol; vol. 2; pp. 153-159. Voir aussi, Marion L. Kuntz, “Bodin’s Demons” in New York Review of Books, vol. 24, n°3/1977, mars.
  3. J. Bodin, Les six livres de la République, Réimpression, Scientia Aulem, Amsterdam, 1961.
  4. G. Burdeau, Droit Constitutionnel et Institutions Politiques, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, Paris, 1972, 15ème édition, pp. 28-29.
  5. S. Goyard-Fabre, “Y-a-t-il une crise de la souveraineté?”, in Revue Internationale de Philosophie, Vol. 45, n°4/1991, pp. 459-498, p. 480-1.
  6. Idem, p. 485.
  7. R. J. Dupuy, Le Droit International, PUF, Paris, 1963.
  8. Voir R. Carré de Malberg, Contribution à la Théorie Générale de l’État, Éditions du CNRS, Paris, 1962 (première édition, Paris, 1920-1922), 2 volumes. T. 1, pp. 75-76.
  9. J. Bodin, Les Six Livres de la République, Réimpression, Scientia Aulem, Amsterdam, 1961.
  10. A. Przeworski, “Democracy as a contingent outcome of conflicts”, in J. Elster & R. Slagstad, (eds.), Constitutionalism and Democracy, Cambridge University Press, Cambridge, 1993, pp. 59-80.
  11. J’ai expliqué ce qu’il fallait entendre par « réalisme » dans deux ouvrages ; J. Sapir, Les Économistes contre la démocratie, Albin Michel, Paris, 2002 et J. Sapir, Quelle Économie pour le XXIe Siècle ?, Odile Jacob, Paris, 2005.
  12. Pour un exposé précis des conceptions d’Habermas, S. Benhabib, “Deliberative Rationality and Models of Democratic Legitimacy”, in Constellations, vol.I, n°1/avril 1994.
  13. Arrêt du 30 juin 2009, affirmant la suprématie du Parlement allemand sur les institutions européennes. Marie-François Bechtel, Fondation ResPublica, URL : http://www.fondation-res-publica.org/L-arret-du-30-juin-2009-de-la-cour-constitutionnelle-et-l-Europe-une-revolution-juridique_a431.html
  14. J. Sapir, Quelle Économie pour le XXIe siècle, Odile Jacob, Paris, 2005, chap 1.
  15. J. Sapir, Les Trous noirs de la science économique, Albin Michel, Paris, 2000.
  16. S. Holmes, “Gag rules or the politics of omission”, in J. Elster & R. Slagstad, (eds.), Constitutionalism and Democracy, pp. 19-58.
  17. J. Sapir, Les Économistes contre la démocratie – Les économistes et la politique économique entre pouvoir, mondialisation et démocratie, Albin Michel, Paris, 2002. Idem, Quelle Économie pour le XXIe siècle ?, op.cit.
  18. « Onze ans après la mise en place de l’euro, 62% des Français regrettent le Franc », Atlantico-IFOP, Atlantico, URL : http://www.atlantico.fr/decryptage/onze-ans-apres-mise-en-place-euro-62-francais-regrettent-franc-jerome-fourquet-590903.html

Florange: la trahison… BIS

Ainsi, c’était donc ça. L’accord avec MITTAL, sur lequel on pouvait déjà avoir des doutes importants…

Ainsi, c’était donc ça. L’accord avec MITTAL, sur lequel on pouvait déjà avoir des doutes importants compte tenu de la « réputation » de la société à ne pas tenir ses promesses, se révèle n’être qu’un plan social camouflé. On annonce déjà plusieurs centaines de départs en préretraite. Les investissements promis ne sont que ce qui était prévu avant la négociation, essentiellement pour le partie « froide » du site. Les travailleurs ont été roulés dans la farine par le Premier ministre et le Président. À vrai dire, on s’y attendait. Mais pas que le vernis craque aussi vite, en moins de 72h. Le problème, en l’occurrence, est que ceci était d’emblée dans la tête de J.-M. Ayrault, qui semble avoir été plus intéressé à sauver des emplois dans sa région que par le sort des ouvriers de Florange. Tel est le « secret » d’un accord qui n’en est pas un et qui constitue une capitulation en rase campagne de la part du gouvernement.

Reprenons depuis le début ; MITTAL veut liquider la partie « chaude » du site (les hauts-fourneaux), mais tient à garder la partie « froide » qui fabrique des emballages à partir du métal, et qui gagne de l’argent. MITTAL, par ailleurs, emploie 20 000 ouvriers sur divers sites en France. Le gouvernement a fait l’erreur de traiter ce problème de manière parcellaire, se mettant ainsi lui-même la tête sur le billot, et celle des ouvriers de Florange par la même occasion. On lit sans problème la stratégie de MITTAL, qui consiste à menacer, en cas de nationalisation de l’ensemble du site de Florange, de cesser ses investissements dans le reste du pays, et qui menace donc l’emploi. Cette stratégie est efficace, mais elle ne l’est que parce que le gouvernement ne veut pas traiter du problème dans son ensemble, c’est-à-dire de l’ensemble des installations de MITTAL en France. On dira que le coût serait extrêmement élevé. Non, si on le fait dans une logique où ces activités seraient reprises par un ou plusieurs repreneurs. La question de la gestion et des activités commerciales serait réglée par des sociétés déjà existantes.

Jean-Marc Ayrault prétend que ce repreneur n’existe pas. Or, les deux sites de Florange sont connus pour intéresser beaucoup de monde, le groupe russe SEVERSTAL entre autres, mais pas seulement. La possibilité de trouver un repreneur était bien présente, mais à la condition d’une reprise globale du site. C’est sur cette ambiguïté qu’a jouée le Premier ministre pour imposer l’accord qu’il voulait. Cet homme, de Notre-Dame-des-Landes à Florange, sera désespérément resté un élu local.

Le problème fondamental est celui de la logique financière qui est celle du groupe MITTAL. Entendre qualifier « d’entrepreneur » Lakshi Mittal a de quoi faire se retourner dans sa tombe Joseph Schumpeter. Dors en paix, pauvre Joseph, ils ne savent pas ce qu’ils disent. Lakshi Mittal est essentiellement un financier, sans logique industrielle d’ensemble, qui n’est intéressé que par le rendement immédiat de ses entreprises. Il n’a de cesse, pour utiliser une expression un peu vulgaire, que de faire « pisser du cash », et ceci sans souci du moyen ou du long terme. Un entrepreneur, et il faut le rappeler à tous ceux qui n’ont que ce mot à la bouche, y compris au MEDEF et à la sinistre Parisot, est quelqu’un qui entreprend une activité dont il pense que grâce à une innovation de produit ou de procédé, il tirera profit. Un entrepreneur industriel, de plus, a dans la tête la notion de filière et de pérennité de son entreprise. Pas un opportuniste ou un preneur de rente.

La mise en place d’une logique industrielle d’ensemble cohérente est la seule réponse possible à l’attitude du groupe MITTAL. Les éléments de cette logique existent, ainsi que les partenaires, qu’il s’agisse de sociétés françaises ou de sociétés étrangères. Mais, cette logique étant contradictoire avec celle de MITTAL, il convient donc de se débarrasser de ce groupe, et pour cela d’en nationaliser l’ensemble des établissements sur le territoire français. On fera l’objection des obstacles que pourrait soulever l’Union européenne. Mais, étant contributrice nette à hauteur de 7 milliards d’euros par an, la France peut parler fort à Bruxelles. La véritable réponse à l’arnaque que prépare MITTAL, avec l’assentiment du Premier ministre, est bien une nationalisation d’ensemble, mais accompagnée de la constitution d’un syndicat de repreneurs, appelé à reprendre les diverses activités et à les développer dans la lignée de ce que l’on a décrit dans la première note. Ici encore, cela implique une politique industrielle d’ensemble sur la filière sidérurgique de la part du gouvernement français. Or, c’est bien ce qui manque aujourd’hui.

Ou, plus précisément, c’est bien la volonté de penser le développement d’ensemble de l’industrie, les coexistences de filières sur un même site, qui est aujourd’hui absente dans le pôle libéral de ce gouvernement, représenté par Sapin, l’homme qui accepte le chômage, par Moscovici, l’homme qui accepte l’Euro et les pertes de compétitivité qui en découlent, et par Ayrault, Premier ministre plus attaché à sa circonscription qu’aux intérêts du pays et de l’ensemble de ses travailleurs.

Oui, le « socialisme » compassionnel a bien trahi les travailleurs de Florange, et d’autres trahisons se préparent, qui laisseront toutes un goût de plus en plus amer. Jusqu’à ce que ce gouvernement soit régurgité par ceux-là même qui l’ont élu.

Citation

Jacques Sapir, “Florange: la trahison… BIS”, billet publié sur le carnet Russeurope le 03/12/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/567

La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance

L’économie russe pourrait être sérieusement affectée par la récession qui s’annonce au sein de la zo…

L’économie russe pourrait être sérieusement affectée par la récession qui s’annonce au sein de la zone Euro, mais qui menace aussi dans un certain nombre d’autres pays. D’ores et déjà on voit un certain nombre d’indicateurs commencer à se dégrader. Le ralentissement de l’économie pourrait se confirmer au quatrième trimestre de 2012 comme semblent l’indiquer les résultats de ces derniers mois.

Graphique 1

Source : Comité d’État aux statistiques et Banque Centrale de Russie

Certes, la hausse du revenu moyen se maintient et le chômage est retombé à un niveau très bas. Mais, ceci est, semble-t-il, dû à la hausse des prestations sociales ainsi qu’aux interventions de l’État. Si la situation n’apparaît pas encore comme dangereuse, et si l’ampleur des réserves de la Banque Centrale (522 milliards de dollars) et la faiblesse de la dette publique (11% du PIB) sont des bons points de l’économie russe, il est clair que la dynamique de croissance reste bien trop liée à la croissance des principaux marchés de la Russie, et de l’Europe en particulier.

Graphique 2

Source : Comité d’État aux statistiques et Banque Centrale de Russie

Ceci met en lumière, une nouvelle fois, la dépendance de l’économie russe vis-à-vis des exportations. C’est à dessein que l’on a écrit « exportations » et non « exportations de matières premières ». En effet, le problème ici provient essentiellement de la dépendance du pays par rapport à une demande extérieure. On retrouve ce problème au Japon ou en Allemagne, deux pays dont les profils durant la crise de 2008-2009 ont été identiques, et semblables à celui de la Russie. Mais il est exact que la Russie exporte essentiellement des matières premières et des produits semi-finis comme les métaux. Cette structure de l’économie pose, bien entendu, un problème, pour un pays largement peuplé. On le mesurera avec les deux tableaux suivants.

Tableaux 1 et 2

Structure par produits des exportations et importations russes

 

Source : Comité d’État aux statistiques

Il convient cependant de lire ces tableaux en se souvenant que le prix relatif des minéraux (pétrole et gaz) par rapport aux prix des équipements et machines a fortement augmenté dans la période 2000 – 2010. C’est en particulier vrai pour le pétrole, dont le prix sur le marché international a augmenté de près de 2,5 fois dans la période. La Russie mise donc sur la diversification et la modernisation de son économie pour résoudre en partie ce problème. Ce n’est pas une nouveauté. Néanmoins, cette priorité a été répétée tant par des personnalités éminentes. Ceci invite à s’interroger sur ce que pourrait être une stratégie cohérente de développement pour les dix années qui viennent.

(i) Du bon usage des matières premières

De manière symptomatique, une question fréquemment posée est de savoir si le pire pour la Russie était des prix mondiaux des matières premières faibles ou élevés. Certains experts réunis soutiennent que des prix élevés des matières premières bloquent le processus de modernisation et de diversification de la Russie. Il est exact que des revenus très importants issus des matières premières peuvent créer un sentiment d’euphorie économique qui n’est pas favorable à des réformes de structure. Cependant, on ne peut nier qu’il est de l’intérêt de la Russie que les prix restent élevés ne serait-ce que pour pouvoir financer ces dites réformes.

Par ailleurs il a été souligné que les activités extractrices pouvaient favoriser la modernisation et la diversification de l’économie. C’est absolument exact, et c’est un fait souvent ignoré des profanes. En effet, ces activités font de plus en plus usage de techniques avancées voire très avancées, qu’il s’agisse du processus d’extraction ou de recherche de nouvelles sources. Les effets induits de ces activités sur le reste de l’industrie sont potentiellement loin d’être négligeables. Ils peuvent conduire à la mise en place de filières modernisatrices dans le tissu industriel russe, en particulier en ce qui concerne les compresseurs, les robots, l’électronique de télécommande, etc… Cela implique cependant l’entrée en Russie d’entreprises étrangères qui maîtrisent ces techniques (soit sous la forme d’investissements directs soit sous celle de cession de licences). De même, la disponibilité de ressources importantes, incluant l’agriculture, peut être la base du développement d’industries de transformation, qui elles-mêmes seront très sophistiquées. L’agriculture ne sera plus, et ce dès un proche avenir, productrice uniquement de produits alimentaires. Les biotechnologies et les biomatériaux utiliseront de plus en plus la matière première en provenance de l’agriculture.

Cela implique le renforcement des activités agricoles, et le développement d’une chaîne complète de transformation, incluant la biochimie et le développement des biomatériaux. Ici aussi, l’entrée de firmes étrangères est largement souhaitée.

(ii) L’impact de la réorganisation du secteur pétrolier

C’est dans ce contexte qu’il faut analyse la consolidation qui est en train de se produire au sein non seulement du secteur pétrolier mais aussi du secteur gazier.

L’accord entre ROSNEFT, société contrôlée par l’État, et BP pour le rachat des parts de BP dans la société TNK-BP est à cet égard symptomatique. Cet accord à plusieurs conséquences : il fait de ROSNEFT l’une des toutes premières compagnies pétrolières dans le monde avec des réserves prouvées égales à 5% du total mondial ; il confère à ROSNEFT un rôle dominant en Russie et lui donne un quasi-monopole sur les ressources dans l’Arctique russe. Désormais, toute compagnie désireuse d’exploiter ces ressources devra en passer par ROSNEFT. C’est ce qui explique l’empressement d’Exxon-Mobil à passer un tel accord et ce dès 2011. Dans le même temps, BP rachète des actions de ROSNEFT « libres » et a eu la possibilité de réinvestir dans les actions détenues par l’État à hauteur de 5,7%. En conséquence, BP est désormais associée au capital de ROSNEFT à hauteur de 20%, ce qui en fait le premier partenaire privé de l’État russe. Mais on sait que BP est fragilisée financièrement par la catastrophe de 2010 dans le golf du Mexique. Il n’est donc pas dit qu’à terme BP conserve la totalité des actions de ROSNEFT qu’elle possède. Elle pourrait les céder à d’autres sociétés (pourquoi pas chinoises…) voire à l’État russe lui-même s’il lui venait l’idée de renforcer son contrôle sur ROSNEFT.

Mais les aspects « cachés » de cet accord sont tout aussi importants. ROSNEFT a obtenu l’accès à la technologie de BP. ROSNEFT avait déjà accès à la technologie d’Exxon-Mobil par l’accord de 2011. Ces deux accord combinés aboutissent à transférer à ROSNEFT des capacités techniques de premier ordre tant dans l’exploitation du pétrole « conventionnel » et du gaz associé (qui est pour l’instant largement perdu en Russie) que dans l’exploitation du gaz et de l’huile de schistes par des méthodes peu ou même non-polluantes. ROSNEFT devient ainsi la première société russe à disposer de ces capacités, et deviendra à relativement court terme un acteur majeur dans le secteur du gaz où elle sera le principal concurrent de GAZPROM. Le développement technologique correspond exactement à ce que décrivent les autorités russes. Il a de plus l’intérêt de déstabiliser GAZPROM, dont la qualité de gestion interne est très déficiente et qui fait mauvaise figure face à ROSNEFT qui, elle, est bien gérée. GAZPROM apparaît comme indirectement le grand perdant de cet accord. Mais, avec GAZPROM c’est toute l’équipe du Premier ministre Dmitry Medvedev qui est affaiblie.

Dans le même temps, le contrôle ainsi acquis sur TNK-BP va permettre aux autorités russes de mettre fin à l’un des scandales restant dans l’industrie pétrolière. La direction de TNK-BP utilisait environ 70% des profits de la société en dividendes. Les investissements représentaient moins d’un cinquième des dividendes. Si ce rachat a eu pour conséquence le paiement d’une somme importante à M. Veckselberg, cette somme (22 Milliards de dollars) ne représente qu’un peu plus de trois ans de dividendes de la société. L’État russe a ainsi récupéré une des principales sources de financement qui lui échappait encore et va pouvoir à terme augmenter les investissements dans l’industrie pétrolière.

Enfin, les autorités britanniques ayant accepté l’accord, on les voit mal relancer la question des actifs de YOUKOS qui avaient été rachetés par ROSNEFT en 2004-2005.

L’accord entre ROSNEFT et BP constitue donc un pas très important dans la restructuration et la consolidation de l’industrie du gaz et du pétrole, qui peut être le début d’une modernisation massive de ce secteur. Il marque aussi un changement important dans le rapport des forces entre GAZPROM et ROSNEFT, et il fait de ROSNEFT l’un des tout premiers acteurs mondiaux en lui donnant un accès aux réserves et à la technologie nécessaire pour les exploiter.

(iii) Attirer plus d’investissements directs étrangers (IDE)

La question des Investissements Directs Étrangers (IDE) est donc posée, et la volonté des autorités de renforcer le flux actuel ne fait aucun doute. Mais, ceci pose plusieurs problèmes dont la sécurité des investissements et la protection légale des actionnaires, le développement des infrastructures en particulier si ces investissements directs doivent se déployer sur des parties peu développées du territoire enfin la stabilité et la prévisibilité des impôts et des prix des produits relevant de l’administration (énergie, eau, chauffage). Aujourd’hui, la structure des IDE est la suivante :

Tableau 3

 

Source : Comité d’État aux statistiques

Il convient de remarquer le poids relativement important de Chypre et des Îles Vierges. On peut penser que les capitaux qui entrent en Russie en provenance des ces pays sont des capitaux qui étaient sortis, il y a quelques années, et qui profitent des opportunités d’investissement qui s’offrent à eux. L’effort de ces dernières années de la part des autorités commence à lentement porter ses fruits. Le développement de l’industrie automobile et de la filière automobile est largement le fait d’Investissements Directs Étrangers (Renault, mais aussi Ford-Allemagne, Volkswagen…). Une partie de la modernisation et de la diversification de l’industrie russe est portée par ces investissements étrangers.

(iv) Développer les investissements russes en Russie elle-même

Les conditions d’une bonne réception des IDE dépendent néanmoins du flux des investissements en Russie elle-même. De ce point de vue il est clair qu’il existe une synergie entre les investissements internes et les IDE, tout comme il existe une forte complémentarité entre les investissements publics et les investissements privés. Les autorités ont clairement fait comprendre qu’elles cherchaient à favoriser les investissements privés russes en Russie. Plusieurs types de projets ont été présentés, comme une défiscalisation pour des investissements réalisés dans des entreprises directement issues de la recherche (développement des technoparcs  et des  incubateurs), des aides pour des investissements dans différentes branches considérées comme prioritaires, et enfin le développement du partenariat public-privé.

L’objectif est d’encourager l’investissement privé russe et de favoriser le rapatriement en Russie des investissements russes aujourd’hui faits à l’étranger.

(v)  La nécessité d’améliorer le cadre institutionnel

Ceci conduit au problème de l’amélioration du cadre institutionnel en Russie. Le problème a été souligné par les différentes autorités rencontrées ces quatre jours, mais avec des inflexions significatives. Les personnes proches du gouvernement, et certains experts russes insistent beaucoup sur l’idée que la Russie n’aurait pas aujourd’hui d’institutions et que ces dernières sont largement à créer. Les personnes proche du Président, d’autres experts russes et des experts étrangers insistent en fait sur le processus d’amélioration des institutions actuelles, et surtout de l’amélioration de leurs moyens de mise en œuvre, point sur lequel tout le monde convient que sans eux la meilleure des institutions du monde ne saurait fonctionner.

Les principales voies d’amélioration qui ont été évoquées ont été une simplification du cadre administratif, une meilleure protection réelle des droits de propriété, et la lutte contre la corruption. Celle-ci est largement le produit de la complexité du cadre institutionnel actuel qui n’offre que trop d’occasions à des fonctionnaires corrompus de lever leur rente. La mise en œuvre des différentes mesures qui semblent importantes pour tous sera par nature un processus complexe. Il est clair à cet égard que l’on ne peut attendre qu’un cadre institutionnel « parfait » soit mis en place pour développer l’investissement. L’amélioration de l’efficacité économique est tout autant le résultat de la croissance que l’une de ses pré-conditions. Ceci explique le retour en force des idées de planification stratégique.

(vi) Un intérêt poussé pour l’expérience française des années 1950-1970

Un des aspects les plus intéressants des débats actuels en Russie est l’importance particulière accordée au thème de la planification stratégique et principalement à l’expérience française en ce domaine jusqu’au années 1990, via le Commissariat Général au Plan. Très clairement la complexité du processus de mise en œuvre d’une politique économique visant à faire structurellement pivoter l’économie russe vers un modèle plus entrepreneurial implique une centralisation des principales orientations. La multiplicité actuelle des centres de décision en matière de politique économique est bien souvent dénoncée comme l’une des principales sources d’inefficacité actuelle de l’économie.

Dans ce cadre, la possibilité de concentrer une réflexion stratégique et la définition de certaines priorités dans un comité à la planification stratégique a été ouvertement discutée. Elle a, naturellement, l’appui des économistes qui travaillent sur le développement des territoires de la Fédération de Russie. La création d’un tel comité pourrait survenir d’ici au printemps 2013. Il est probable qu’il serait rattaché à la Présidence, car le travail de l’équipe présidentielle a été défini comme « stratégique » par opposition aux tâches du gouvernement qui sont elles plus concernées par la gestion au jour le jour des problèmes courants.

(vii) Une perte relative d’influence des « libéraux »

Dans ce cadre, il est clair que l’on assiste actuellement à une relative perte d’influence des « libéraux », et en particulier des personnes entourant le Premier ministre, M. Medvedev. Cette perte d’influence se fait dans un cadre particulier où tous les acteurs se réclament, à un titre ou à un autre, du « libéralisme ». Ceci doit être compris comme une réaction au modèle soviétique de développement mais n’implique pas nécessairement une adhésion au néo-libéralisme, qu’il soit économique ou politique, tel qu’il est habituellement défini dans les pays occidentaux.

Cette perte d’influence a été constatée par la montée en puissance de S. Glazyev (conseiller du Président à l’intégration eurasiatique et délégué présidentiel au conseil national des banques de Russie). De même, on peut constater la montée dans l’entourage du Président de partisans d’un rôle clairement interventionniste de l’État. Vladimir Poutine l’a d’ailleurs rappelé à de nombreuses reprises. Il a décrit l’économie de la Russie comme un « capitalisme d’État » (goskapitalizm) mais un capitalisme d’État par défaut et en raison du manque de vitalité du secteur privé plus enclin à prendre des rentes de court terme que de développer le pays. S’il a clairement exprimé la volonté de réduire à terme le périmètre d’intervention de l’État, il a aussi montré un intérêt très vif pour une meilleure coordination, qui implique, bien entendu, la notion de plan stratégique.

La Russie apparaît bien aujourd’hui à la recherche d’une véritable stratégie de croissance. Si elle s’est déjà dotée de  mesures relativement efficaces, ces dernières nécessitent une mise en cohérence. Pour franchir ce pas, le pays doit tourner le dos à l’idéologie néo-libérale et ne pas hésiter à utiliser les méthodes qui firent le succès de pays comme l’Italie ou la France dans les années cinquante et soixante.

Citation

Jacques Sapir, “La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance”, billet publié sur le carnet Russeurope le 24/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/532

Le FN à Paris: la fin d’un cycle ? (par Matthieu Jeanne, juillet 2012)

Working paper n°8 – PDF à télécharger
A propos de l’auteur :
Professeur agrégé, Matthieu…

Working paper n°8 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

————————————————————————————————————–

Au premier tour des élections présidentielles de 2012, Marine Le Pen a recueilli près de 13,95% des suffrages des électeurs inscrits à l’échelle nationale. C’est une nouvelle progression après le scrutin présidentiel de 2002, où Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret avaient rassemblé ensemble 13,28% du corps électoral. Ces deux poussées ont suscité une production scientifique importante en sciences politiques et géographie électorale visant à analyser les ressorts politiques et spatiaux du vote frontiste. Ces analyses se sont focalisées tôt sur les espaces les plus favorables au vote d’extrême-droite à l’échelle nationale notamment la France du Nord, de l’Est et l’arc méditerranéen [Alidières, 2004; Alidières 2012] et, à l’échelle régionale, les espaces périurbains et ruraux [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Le Bras, 2002]. Peu d’études ont analysé une autre évolution majeure du vote frontiste : le reflux de ce dernier au centre des espaces métropolitains. Le premier d’entre eux, l’agglomération parisienne, fut dans les années 1980 un bastion du FN, quand ce dernier apparut soudainement sur la scène politique nationale. D’abord élu poujadiste en 1956, Jean-Marie Le Pen, son leader fait de Paris son fief dès 1983 [Lacoste, 1986, p.601]. Au contraire, aujourd’hui, la capitale figure parmi les territoires les plus réfractaires à l’extrême-droite. En 2012, Paris intra muros est au sein des communes peuplées de plus de 30 000 habitants celle qui accorde le moins de suffrages au Front National. Cette évolution est-elle unique sur le territoire français ou au contraire caractéristique des centre-villes ? Quelles sont les origines de cette nouvelle géographie électorale ?
Il convient d’abord d’analyser le vote frontiste à Paris en le comparant, à l’échelle nationale, aux autres centres des espaces métropolitains pour en mesurer sa spécificité. Néanmoins, le vote parisien ne peut se comprendre sans l’analyse au plan local du contexte économique, social et culturel [Giblin, 2012], et celui de l’ensemble de l’aire urbaine parisienne, de laquelle on ne peut extraire la capitale. Il faut donc s’interroger sur la spécificité du vote parisien  à l’échelle francilienne[1].

Enfin, au sein du territoire parisien, l’étude des évolutions spatiales du vote FN depuis 1988 apportent des premières clés d’explication du reflux de l’extrême-droite. Cette approche multiscalaire est au coeur même de l’analyse géopolitique.

1. Le vote FN à Paris depuis 1983 : apogée et déclin

Comme sur l’ensemble du territoire français, le Front National connaît une ascension fulgurante dans le paysage politique parisien dans les années 1980. La comparaison des différents scrutins permet d’établir la chronologie précise de l’essor et du déclin du Front National à Paris.

Graphique 1: Le FN à Paris aux différents scrutins, en % des inscrits.

De 1983 à 1992, le parti de Jean-Marie Le Pen surgit brutalement sur la scène parisienne. Marginal aux élections présidentielles de 1974, absent au scrutin de 1981, Jean-Marie Le Pen apparaît soudainement en 1983 en parvenant pour la première fois à se maintenir au second tour des élections municipales de 1983 dans le 20ème arrondissement. Le FN provoque ici sa première triangulaire. Ce succès lui permet de siéger au Conseil de Paris[2] à partir de ce scrutin, sa progression est rapide. En 1984, aux élections européennes, le FN recueille plus de 15% des suffrages exprimés dans l’ensemble de la capitale, soit 8,48% des inscrits. Deux ans plus tard, lors élections législatives qui se déroulent au scrutin proportionnel, le Front National obtient à l’échelle nationale un groupe de 35 députés. Parmi eux figurent deux élus parisiens, Jean-Marie Le Pen et Edouard Frédéric-Dupont. En 1988, au premier tour des élections présidentielles, pour la première fois il rassemble à Paris plus de 10% des inscrits. Enfin, l’année suivante, aux élections municipales, le FN poursuit sons ascension. Il progresse par rapport au scrutin municipal précédent en recueillant plus de 58 000 voix, soit 4,76% des inscrits, et en provoquant quatre triangulaires dans les quartiers populaires de l’Est et du Nord parisien[3]. En 1992, la progression du FN ralentit, mais le parti semble s’installer durablement dans le paysage politique parisien.

Cette courte séquence électorale, 1988-1992, constitue l’apogée du votre frontiste à Paris. En effet dès 1989, malgré sa présence au deuxième tour dans quatre arrondissements, le FN n’obtient aucune représentation au Conseil de Paris. Aucune fusion des listes n’est alors envisagée avec le RPR et lorsque les listes FN se maintiennent, leurs résultats au second tour demeurent trop faibles. Surtout, à partir de 1995, le FN commence à décliner : aux élections présidentielles, il perd alors plus du tiers de ses électeurs.

Ce reflux est en partie lié à la baisse de la participation assez sensible dans les quartiers populaires dans lesquels le FN obtenait ses meilleurs résultats sept années auparavant[4]. Néanmoins, il conserve un “pouvoir de nuisance” [Alidières, 2012, p.27] face à la droite. Aux élections municipales de la même année, il provoque 5 triangulaires dans le Nord et l’Est parisien qui contribuent à la défaite de plusieurs maires de la majorité sortante. En effet, dans 5 arrondissements le FN parvient toujours à dépasser le seuil minimum de 10% des exprimés nécessaire pour se maintenir au second tour.

Enfin, la décennie 2001-2010 confirme le déclin du FN à Paris. En 2001, aux élections municipales, le FN ne parvient à se maintenir nulle part au second tour : il ne rassemble nulle part 10% des exprimés. Malgré les succès qu’elle remporte lors des élections présidentielles de 2002 et des élections régionales de 2004 au niveau national, l’extrême-droite demeure marginale à Paris. à la fin de la période, en 2012, pour la première fois, le FN progresse de nouveau. Il profite en partie de la désaffection dont pâtit Nicolas Sarkozy, notamment dans les quartiers populaires[5].

Mais il ne parvient pas à rassembler plus de 62 000 électeurs, soit deux fois moins qu’en 1988 au même scrutin.

Cette chronologie faite d’une ascension fulgurante et d’un lent déclin entamé dès 1995 se distingue nettement de l’évolution nationale. La comparaison des résultats obtenus aux scrutins présidentiels l’illustre clairement.

Graphique 2 : Evolution comparée du vote FN en France et à Paris au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

En France, sur le long terme, les positions du FN progressent lentement dans l’électorat de 1988 à 2012. Seul le scrutin présidentiel de 2007 marque une rupture : du fait du transfert massif de voix de l’extrême-droite vers l’UMP dans certaines régions, le FN marque un recul inédit. Néanmoins, si, en 2002, on ajoute aux voix obtenues par Jean-Marie Le Pen celles de Bruno Mégret, l’extrême-droite semble connaître à l’échelle nationale une hausse régulière. La situation est inverse à l’échelle parisienne.

2. L’évolution singulière du territoire parisien au sein des métropoles françaises

A l’échelle nationale, le territoire parisien n’est pas le seul à connaître une baisse importante du vote FN. Au coeur de chaque aire urbaine, dans les centre villes des grandes agglomérations [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Lévy et Le Bras, 2012], le FN obtient désormais ses résultats les plus faibles.  Les villes-centre[6] des plus grandes agglomérations connaissent ainsi un reflux du vote FN depuis 1988. L’étude des villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées en 2009 permet néanmoins de mettre en valeur l’évolution divergente de ces espaces urbains selon leur position dans l’espace français mais aussi la singularité du territoire parisien.

Graphique 3 :Le vote Le Pen aux présidentielles dans les villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées, en % des inscrits

Sur le long terme, dans l’ensemble des espaces centraux des 10 premières aires urbaines à l’exception de Lille le vote FN décroit. Surtout, le comportement électoral de ces espaces se singularise. En 1988, les villes-centre des métropoles se répartissent de façon presque égale autour de la moyenne nationale du résultat obtenu par Jean-Marie Le Pen. A l’Est, à l’exception de Paris, les métropoles (Marseille-Aix, Nice, Strasbourg, Lyon et Lille) votent plus massivement pour l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Au contraire, les métropoles situées à l’Ouest accordent moins de suffrages à l’extrême-droite. En 2012 seules les villes-centre de l’arc méditerranéen se distinguent par un vote frontiste plus élevé que la moyenne nationale. Dans la majorité de ces espaces moins de 10% des inscrits accorde son suffrage à l’extrême-droite. Enfin, le territoire parisien se distingue des autres espaces centraux. Dans la capitale, la baisse est plus forte et le FN est presque marginalisé : la formation d’extrême-droite y rassemble moins de 5% des inscrits. De fait, Paris est désormais la ville où l’on vote le moins pour le FN.

La cartographie du vote FN à l’échelle communale sur le territoire français en 2012 permet de préciser les fractures nationales et régionales observées précédemment.

Carte 1 : Le vote Front National à l’échelle des communes.

L’opposition des zones de force en rouge (supérieures à la moyenne nationale) et des zones de faiblesse en bleu (inférieures à la moyenne nationale permet de distinguer deux lignes de fracture dans la géographie électorale du FN : une ligne Le Havre-Valence-Montpellier [Alidières, 2012] et une forte opposition entre les centres et les périphéries à l’échelle des agglomérations. Toutefois, les espaces les plus réfractaires au vote Front National ne recoupent que partiellement les espaces centraux des grandes agglomérations. C’est le cas, à l’Ouest d’une ligne Rouen-Montpellier : on repère facilement les centres des agglomérations de Caen, Rennes, Saint-Nazaire, Nantes, Bordeaux et Toulouse. ils offrent tous peu de suffrages au Front National. Néanmoins, dans cette France occidentale, le vote FN est faible aussi dans des espaces ruraux ou faiblement urbanisés, tels que la Bretagne, le Limousin ou les Pyrénées. A l’Est de cette ligne, les espaces urbains centraux semblent moins réfractaires au vote Front National, où seuls les centres des agglomérations parisienne et lyonnaise se distinguent réellement par la faible adhésion à l’extrême droite. Mais dans l’arc méditerranéen et la vallée du Rhône les bastions frontistes sont aussi des espaces urbains densément peuplés. L’Ile-de-France est un des espaces les plus contrastés : le vote FN y est très faible dans un espace central assez vaste, et au contraire très élevé dans les périphéries régionales.

3. L’exacerbation des contrastes spatiaux du vote FN en Ile-de-France

Graphique 4 : Le Front National en France, en Ile-de-France et à Paris. Premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

L’étude diachronique des résultats obtenus par le FN en Ile-de-France permet de préciser la spécificité de ce territoire parisien. Paris est au coeur d’une région dont l’évolution est inédite. D’abord sur l’ensemble de la période le vote pour l’extrême-doite connaît une forte érosion. Ensuite, depuis 1995, l’Ile-de-France accorde moins de suffrages à l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Cette tendance s’accentue depuis 2002. En 2012, Marine Le Pen y obtient 4,5 points de moins que sur l’ensemble du territoire français. Ainsi, l’Ile-de-France est devenue la région la plus réfractaire au FN alors qu’elle constituait une zone de force du parti de 1974 à 1986 [Bon, Cheylan, 1986, p.251]. En 1986, sur les 35 députés frontistes élus au scrutin proportionnel, 10 étaient issus des 8 départements franciliens.
Néanmoins, au sein de l’espace francilien, le reflux du vote frontiste n’est pas homogène. Alors que l’extrême-droite se maintient dans les quatre départements périphériques, elle régresse assez fortement à Paris et dans les trois départements de la petite couronne.

Carte 2 : Le vote FN de 2002 à 2012 par commune au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

La baisse de l’audience de l’extrême-droite entre les scrutins de 2002 et 2012 à l’échelle francilienne cache en réalité des évolutions opposées. La hausse de l’écart-type de la distribution communale du vote FN (5,86 en 2012 contre 4,42 en 2002) traduit bien l’accentuation des contrastes de la géographie du vote frontiste. Au coeur de l’agglomération francilienne (Paris, Hauts-de-Seine, Nord du Val-de-Marne et Ouest de la Seine-Saint-Denis, l’extrême-droite régresse de 2002 à 2012. Bien qu’elle ne soit pas aussi faible en 2012 qu’en 2007, la tendance est à la baisse. Aux limites départementales de la petite et de la grande couronne, le FN paraît assez stable. En revanche, aux marges de l’Essonne et de la Seine-et-Marne, le vote FN prospère. Marine Le Pen dépasse les résultats obtenus par son père et Bruno Mégret dix ans auparavant.
Le clivage politique fondé sur la distance aux villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.469] observé dès 2002 ne cesse donc de se renforcer. En effet, depuis ce scrutin, le candidat frontiste obtient dans le coeur des agglomérations un score plus faible que dans les périphéries urbaines et rurales. Le maximum est atteint entre 20 et 50 km du centre des agglomérations. Si les géographes s’accordent sur l’importance de la distance à la ville dans l’explication du vote, les analyses divergent sur l’origine de ce dernier. Jacques Lévy et Hervé Le Bras estiment pour leur part que la localisation de l’habitat est devenu un élément plus prédictif de l’orientation politique que les distinctions socio-économiques [Lévy, Le Bras, 2012]. A l’opposé, Jean Rivière dénonce le piège du spatialisme [Rivière, 2012] et appelle à l’analyse des déterminants sociaux contextuels. De fait, le gradient d’urbanité est bien l’illustration des dynamiques socio-spatiales centrifuges à l’oeuvre dans les grandes agglomérations. Les classes populaires sont aujourd’hui sur-représentées loin des centre-villes du fait du prix du foncier et de la géographie de l’emploi. Du fait de la pénurie de logements sociaux en Ile-de-France et de la hausse du prix du foncier, certaines familles aux revenus modestes ont été contraintes de s’installer dans l’Oise [Giblin, 2012b]. Pour autant, la composante spatiale du vote n’est pas à négliger. Même quand les géographes s’efforcent de neutraliser les effets de la structure sociale, en dissociant vote réel et vote théorique[7], le FN demeure sous-représenté au coeur des aires urbaines et sur-représentés entre 20 et 50 km des centre-villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.476]. Le vote FN semble alors exprimer un sentiment d’abandon [Giblin, 2012b] et une part du ressentiment lié à une relégation spatiale subie : à l’évidence, il constitue une défiance à l’égard des élites économiques et politiques qui résident dans les territoires centraux des agglomérations. Le sociologue Jean Viard évoque ainsi les rancoeurs face à “l’indifférence urbaine au prix de l’essence” et à “un certain soutien bobo-écologiste à la hausse répétée des carburants”[8]. Mais le vote FN traduit aussi les angoisses qui président au choix du repli spatial des habitants des espaces périurbains: la volonté de se mettre à distance de la grande ville et la crainte d’être “rattrapé par la banlieue” [Fourquet, 2012, p.51]. Ici géographie sociale et géographie politique se conjuguent. Les différents votes des classes populaires traduisent donc leur localisation dans l’espace urbain mais aussi les stratégies résidentielles qu’elles adoptent.

4. Au coeur de la métropole parisienne, les évolutions du vote parisien

Lorsque Jean-Marie Le Pen se présente en 1974 aux élections présidentielles, il obtient 0,77% des inscrits dans l’ensemble de la capitale. La distribution de ses résultats est relativement homogène à l’échelle de la capitale. Ces derniers oscillent entre 0,47% dans le quartier Monnaie (6ème arrondissement) et 1,16% dans le quartier Chaussée d’Antin (dans le 9ème arrondissement).

Carte 3 : Les zones de force du vote frontiste en 1984 et 1988, en % des inscrits

La période 1983-1986 constitue pour le Front National une phase de « décollage » [Mayer 2002, p.31] au cours de laquelle la géographie du vote frontiste est assez changeante. Après le premier succès de Jean-Marie Le Pen dans le 20ème arrondissement en 1983, le Front National s’implante dans l’ensemble de la capitale et parvient à fédérer des électorats très différents. Aux élections européennes de 1984, l’extrême-droite obtient ses meilleurs résultats dans les arrondissements bourgeois (7ème, 8ème, 16ème) quand le 13ème arrondissement plus populaire est le territoire qui résiste le mieux à la poussée frontiste. Le discours lepéniste s’adresse alors à un électorat de droite déçu, exaspéré par la victoire des socialistes. La mobilisation des beaux quartiers traduit la radicalisation de l’électorat conservateur qui ne se reconnaît pas la candidature de Simone Veil qui symbolise la politique progressiste de Valéry Giscard d’Estaing [Mayer, 1987, p. 902]. Le FN profite d’une crise de représentativité des grands partis traditionnels [Giblin, 2005, p.170].

Le RPR est dépassé par la frange la plus à droite de son électorat. Le PCF perd quant à lui son rôle sa fonction tribunitienne en participant au gouvernement, puis en le soutenant au parlement.

Dès les élections législatives de 1986, le Front National remporte ses plus grands succès dans les quartiers périphériques du Nord et de l’Est parisien d’Epinettes à Charonne. Le discours lepéniste est désormais tourné vers la dénonciation de l’insécurité et la stigmatisation de la présence immigrée. C’est donc dans les quartiers à forte présence étrangère, spécialement maghrébine et turque, que Jean-Marie Le Pen remporte ses plus grands succès. Le FN s’implante dans les quartiers de gauche [Giblin, 2012a, p.5] et séduit un électorat populaire confronté au quotidien aux difficultés que peut poser l’intégration d’une population étrangère qui a rapidement crû. L’électorat conservateur de l’ouest est quant à lui revenu vers l’UDF et le RPR préférant, à l’occasion d’élections décisives, un vote non plus protestataire, mais utile.

Carte 4 : Le FN de 1974 à 2007 aux élections présidentielles, en % des inscrits.

A partir de 1995, la décrue du vote frontiste semble se réaliser en deux temps. Le reflux du FN se concentre d’abord dans les quartiers populaires précédemment décrits. Seuls trois quartiers « résistent » : La Chapelle, Goutte d’or et Pont de Flandres. La géographie du vote frontiste à Paris devient alors plus homogène (écart-type fortement réduit en 1995 et 2002). A partir de 2007, le vote FN se marginalise et, à l’échelle du quartier, seuls trois quartiers dépassent le seuil de 6% des inscrits

Le reflux du FN à Paris paraît de prime abord assez paradoxal. Le territoire parisien réunit en effet de nombreuses caractéristiques sociologiques propices à l’implantation durable de l’extrême-droite : chômage, violence individuelle et fortes proportions d’immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p.245]. Si le chômage n’atteint pas des records dans la capitale, en revanche la présence des étrangers y est plus forte qu’ailleurs [Pinçon, Pinçon-Charlot, 2004, p. 31] et la violence y demeure très élevée[9].

En effet, quand le FN fait irruption dans le paysage politique parisien entre 1983 et 1988, la capitale connaît tout d’abord une forte augmentation du poids des étrangers depuis plus de 20 ans. à Paris, du fait de la baisse démographique et de la hausse du nombre d’étrangers et de naturalisés, la part des étrangers est exceptionnellement élevée. Elle est passée de 8% en 1962 à 16,61% en 1982[10]. Si l’on compte les naturalisés, près d’un parisien sur cinq est d’origine étrangère en 1982. Malgré cela, dès la période 1984-1986, le FN obtient dans la capitale des résultats plus faibles que l’on attendrait en fonction de la corrélation observée à petite échelle, à l’échelle des départements français, entre le vote frontiste et la présence des immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p. 256; Perrineau, 1997, p.146]. Alors que Paris est le département accueillant la plus forte proportion d’étrangers avec la Seine-Saint-Denis, la capitale n’arrive qu’en 9ème position des départements accordant le plus de suffrages exprimés au Front National en 1984 et en 20ème position en 1986 [Mayer, 1987]. Néanmoins, à grande échelle, la géographie du vote FN est étroitement corrélée à la présence des populations étrangères dès 1986 : +0.40 avec la proportion des Maghrébins à l’échelle du quartier en 1986 [Mayer, 1987]. Mais la baisse constatée du FN dès 1995 vient contredire cette relation. Elle ne correspond en aucune façon à un recul de la population étrangère à Paris. Si cette dernière a atteint son poids maximum dans la population parisienne en 1982, elle demeure importante au cours des décennies suivantes et sa hausse est continue si on y ajoute les naturalisations. Surtout, cette corrélation a aujourd’hui quasiment disparu. Aux élections présidentielles de 2007, elle est quasi nulle : le coefficient de corrélation entre vote FN et présence étrangère est de 0,008[11](0,086 si l’on prend en compte les immigrés). En 2012, la corrélation est même devenue négative (-0,15 et -0,05). La présence étrangère peut donc expliquer la chronologie de la croissance du vote FN, sa géographie dans la décennie 1980, mais elle se révèle inefficiente pour expliquer sa décrue.

L’insécurité apparaît par ailleurs comme un des éléments les plus prédictifs du vote FN, comme l’a démontré Bernard Alidières.

« Alors que le rôle de l’immigration a éte fortement discuté, la question de l’insécurité a été presque totalement délaisseée dans les analyses du «symptôme Le Pen». Pourtant, ce que l’on a pu observer très précisément à l’échelle d’une ville moyenne comme Tourcoing, où le FN obtient en 1984 son meilleur score pour les villes de plus de 30 000 habitants [Alidières, 2004, 2006], se vérifie pour l’ensemble de la France: la percée électorale du Front national a été précédé par une nette hausse de la délinquance constatée entre le milieu des années 1970 et 1983. (…) Les zones de force du vote FN se localisent dès 1984 (et jusqu’à aujourd’hui) exclusivement à l’est de cette même ligne, là même où est enregistrée la plus forte dégradation de la sureté » [Alidières, 2012a, p. 22]

C’est en Ile-de-France et à Paris que cette violence progresse le plus de 1997 à 2006 [Alidières, 2012a, p.31] et c’est dans ces mêmes espaces que le Front National régresse le plus sur cette même période et qu’il obtient en 2012 ses plus mauvais résultats.

En réalité, plus que l’insécurité ou l’importance relative de la présence des différentes communautés étrangères, ce sont les évolutions des structures sociales et politiques des quartiers où ces dernières sont installées qui éclairent le reflux du vote Le Pen à Paris. En effet, depuis 1982, la population parisienne a connu un important renouvellement et de profondes mutations sociologiques. Si les ménages qui ont quitté la capitale ne sont pas majoritairement issus des classes populaires, en revanche, au sein des arrivants les classes supérieures sont surreprésentées [Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, p.107]. Aujourd’hui la capitale est marquée par une sur-représentation des cadres et professions intellectuelles supérieures (CPIS) et sous-représentation des classes sociales populaires. Au total, ces dernières ont perdu presque neuf points dans la population des ménages parisiens entre 1982 et 1999, alors qu’elle n’en ont perdu que six en France [Clerval, 2008, p.155].

Dans les espaces du vote du FN de 1986, le changement sociologique est radical. Au recensement de 1982, dans les quatre arrondissements les plus favorables au FN, si l’on s’en tient à la seule population française – qui peut donc être inscrite sur les listes électorales – les ouvriers et employés sont majoritaires. 26 années plus tard, ce n’est plus le cas. Seul le 19ème arrondissement compte plus d’ouvriers et d’employés que de cadres et professions intellectuelles supérieures. Ailleurs, c’est le contraire. Et les seconds sont presque deux fois plus nombreux que les premiers dans le 10ème arrondissement (46% de CPIS).

Tableau 1: Les ouvriers et les employés dans la population active française à Paris.

1982 2008
10ème arrondissement 51% 26%
11ème arrondissement 50% 23%
18ème arrondissement 55% 31%
19ème arrondissement 56% 37%
20ème arrondissement 54% 34%
(Source : RGP 1982, 2008.)

Les premiers bastions du FN au Nord et à l’Est ont donc disparu en grande partie du fait du fort renouvellement de population. Désormais dans les 10ème et 11ème arrondissement, on observe une sociologie et une pyramide des âges particulières : les jeunes actifs (25-40 ans), fortement diplômés y sont fortement surreprésentés. Or ce sont ces derniers qui grâce à leur capital culturel sont aujourd’hui les réfractaires aux thématiques de repli identitaire développées par le Front National [Fourquet, Mergier, 2011] et au contraire plus sensibles aux valeurs d’ouverture et de tolérance [Fourquet, 2012]. Ce même phénomène a été aussi observé à l’étranger, notamment en centre ville de la Haye [Wouter, Sako, 2012, p.107].

La dernière explication du repli du FN à Paris tient au jeu des acteurs politiques. Aussi massifs que soient les flux de population, ils ne peuvent à eux seuls expliquer une évolution des comportements électoraux contraire à celle observée à l’échelle nationale. A partir du début des années 1990, le contexte politique parisien devient défavorable à la croissance du FN. Le départ de Jean-Marie Le Pen de la capitale constitue une première brèche. Elu conseiller de Paris en 1983, puis député en 1986, Jean-Marie Le Pen perd successivement ses deux mandats politique parisien : en 1988 lors des élections législatives organisées au scrutin majoritaire et en 1989 lors des élections municipales. Son départ pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur lors des élections régionales de 1992 prive le FN parisien et francilien d’un leader très médiatique. En 1995, l’efficacité de la campagne de Jacques Chirac qui cible un électorat populaire avec des thématiques sociales empêche le FN de progresser dans la capitale. Dans son fief, le Maire de Paris conserve une grande popularité et parvient alors à capter une partie de l’électorat populaire qui s’était tourné vers le FN sept ans plus tôt. La scission de 1998 fragilise ensuite particulièrement l’appareil militant parisien et francilien [Alidières, 2012b] qui peine à se trouver un nouveau leader avant le parachutage éphémère de la fille du leader historique du FN, Marine Le Pen. Cette dernière hésite avant 2007 à choisir une stratégie territoriale claire. Elle est d’abord candidate aux élections législatives à Paris en 1993, dans la 16ème circonscription qui correspond au 17ème arrondissement. Elle est ensuite élue conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais de 1998 à 2004. En 2004, elle se présente cette fois en Ile-de-France : elle est élue au Parlement européen et au conseil régional d’Ile-de-France. Ce n’est qu’en 2007 que Marine Le Pen décide de s’implanter à Hénin-Beaumont, une commune ouvrière de 26 000 habitants située dans l’ancien bassin minier du Pas-de-Calais. Les hésitations politiques de Marine Le Pen achèvent de fragiliser le FN en Ile-de-France, toujours dépourvu de leader depuis 2007.

Conclusion

Après une rapide ascension de 1984 à 1988, et près de 20 ans de déclin, le FN semble assez marginalisé dans le paysage politique parisien. Traditionnellement, l’Ile-de-France, et singulièrement Paris, est un creuset politique, un lieu propice à la formation d’idées neuves [Lacoste, 1986, p.602]. C’est ainsi à Paris que s’est développé le courant écologiste dès les élections municipales de 1977. Apparu spectaculairement à Paris, le FN est désormais solidement ancré dans certains territoires français. Il n’est plus une formation aux idées neuves, pour qui Paris constitue une “scène sur laquelle il est utile de monter pour faire une carrière de haut niveau” [Le Bras, 2002, p.180]. Au-delà des mutations sociologiques profondes de la population parisienne, essentielles pour comprendre le déclin du FN dans la capitale, il faut certainement aussi prendre en compte cette notion de cycle politique qui s’achève désormais.

[1] Les limites de l’aire urbaine ne coïncident pas exactement avec les frontières de l’Ile-de-France. Néanmoins, les résultats électoraux sont collectés à l’échelle départementale puis régionale. L’étude du territoire francilien est donc plus aisée.

[2] Jean-Marie Le Pen est le seul Conseiller de Paris. Il ne peut pas fonder de groupe politique.

[3] Le FN parvient à se maintenir dans les 10ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissement.

[4] Les distributions de la baisse de la participation et du recul du FN sont corrélées positivement (0.19).

[5] Les évolutions du vote Sarkozy et du vote Le Pen sont corrélées négativement (-0.29) et plus encore dans les arrondissements populaires du Nord et de l’Est (-0,31).

[6] Les villes-centre des agglomérations ne recoupent pas exactement les espaces de centre-ville que l’on définit par la spécificité des fonctions urbaines, la densité de population et la morphologie urbaine. Les espaces peuvent déborder des limites administratives des villes-centre. Au contraire, certaines villes-centre intègrent dans leur territoire de façon marginale des espaces s’apparentant à de la banlieue ou du périurbain. C’est le cas de Marseille, dans laquelle les quartiers Nord qui s’apparent à des espaces de banlieue sont pourtant dans le territoire communal (Giblin, 2012). Néanmoins, pour la collecte des résultats électoraux, la prise en compte des limites communales administratives est plus aisée.

[7] Le modèle de Johnston définit le vote théorique comme le vote attendu pour un espace donné en fonction de sa structure sociale. On projette sur cet espace le comportement électoral de chaque CSP au niveau national. Ce modèle permet donc d’estimer le vote d’une zone comme si chaque électeur avait voté conformément au comportement des électeurs sondés nationalement. [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.474]

[8] Tribune de Jean Viard dans Libération, 3 mai 2012.

[9] Frédéric Bon et Jen-Paul Cheylan retiennent deux critères pour mesurer la violence individuelle : le port d’arme prohibée et les outrages et violences envers les agents de l’autorité. A chaque fois, Paris figure dans les territoires les plus touchés par ces formes de violence (Bon, Cheylan, 1988, p.246)

[10] Source : RGP, Insee.

[11] Source : Chiffres de l’INSEE 2006 par quartiers.

Bibliographie

Alidières, B., 2004, « Anciens et nouveaux territoires du vote Front national : le cas du Nord-Pas-de-Calais », Hérodote, 2004/2 N°113, p. 48-67.

Alidières B., 2012a, « Les temps du vote Front national et de ses représentations», Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 18-37.

Le Bras, H., Une autre France, Paris : Odile Jacob, 2002

Alidières B., 2012b,”Le vote Marine Le Pen en 2012 : quelle progression ?”, Working-atlas pour l’Institut Français de Géopolitique.

Clerval, A., 2008, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse sous la co-direction de Petros PETSIMERIS et de Catherine RHEIN

Bon, F., Cheylan, J-P.,1988, La France qui vote, Paris : Hachette.

Fourquet, J., Mergier, A., 2011, Le point de rupture, Enquête sur les ressorts du vote FN en milieux populaires, Fondation Jean Jaurès.

Gibin, B. (dir), 2005, Nouvelle géopolitique des régions françaises, Paris: Fayard.

Giblin, B., 2012a, « Extrême droite en Europe : une analyse géopolitique », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 3-17.

Giblin, B., 2012b, « La géographie du FN, une carte aux contours de plus en plus nets », Libération, 26 avril 2012.

Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, Paris à l’épreuve de la déconcentration, Paris: Belin.

Lévy, J., Le Bras, H., « La France des marges s’est fait entendre le 22 avril », Le Monde, 25 avril 2012, pp.8-9Lacoste, Y, (dir), 1986, Géopolitique des régions françaises, Paris : Fayard.

Le Bras, H., 2002, Une autre France, Paris : Odile Jacob

Mayer, N., 1987, « De Passy à Barbès : deux visages du vote Le Pen à Paris », Revue français de science politique, 37ème année n°6, pp.891-906.

Mayer, N., 2002, Ces Français qui votent Le Pen, Flammarion.

Rivière, J., 2012, « Vote et géographie des inégalités sociales : Paris et sa petite couronne », Métropolitiques, 16 avril 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/Vote-et-geographie-des-inegalites.html

Perrineau, P., 1985, « Le Front National : un électorat autoritaire », Revue politique et parlementaire, p.24-31

Perrineau, P., 1997, Le symptôme Le Pen, Paris : Fayard.

Ravenel, L., Buleon, P. , Fourquet, J., Vote et gradient d’urbanité: les nouveaux territoires des élections présidentielles de 2002″, Espace, populations et sociétés, 2003-3, p.469-482

Salmon, F., 2001, Atlas électoral de la France, Paris : Seuil.

Van Gent Wouter et Musterd Sako, « Les transformations urbaines et l’émergence des partis populistes de la droite radicale en Europe. Le cas de la ville de La Haye », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 99-112

La Tunisie et ses Palestine. De Habib Bourguiba à Umran Kilani Muqaddami

Drapeau palestiniens et tunisiens, entourant celui de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT)….

Drapeau palestiniens et tunisiens, entourant celui de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). Manifestation, Paris, sans date. Source : UGTT Facebook (page officielle, https://www.facebook.com/ugtt.page.officielle).

Cet article est le fruit d’une recherche développée par l’auteur au sein de l’Institut français du Proche-Orient : « La Palestine internationalisée ». Elle porte sur les mobilisations transnationales et les réseaux activistes globalisés autour de la question palestinienne. Il ne s’agit donc que d’un long work in progress.

Une cartographie politique transnationale

Le 8 avril 2012 s’est tenue à Tunis une cérémonie officielle à l’aéroport de Tunis-Carthage : la dépouille de Umran Kilani Muqaddami retournait au pays, 24 ans après sa mort au Sud-Liban, lors d’un accrochage avec l’armée israélienne1. Né en 1962 à Mdhilla, dans le bassin minier de Gafsa, province paupérisée du sud-ouest de la Tunisie, Umran Kilani Muqaddami était membre du Mouvement des patriotes démocrates-Watad2, une formation d’extrême-gauche implantée jusqu’à aujourd’hui dans cette région, notamment au sein de la centrale syndicale de l’Union générale tunisienne du travail3. En 1984, il part en Syrie, et s’inscrit à la faculté de Damas pour suivre des études de psychologie, pendant deux ans4. C’est à cette époque qu’il aurait adhéré au Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP) de Nayef Hawatmeh5. Parti au Liban, il mène le 26 avril 1988 une attaque contre des soldats israéliens dans la zone des fermes de Chebaa, au cours de laquelle il décède, à l’âge de 26 ans. Son corps est alors récupéré par l’armée israélienne6. L’opération se voulait une réponse à l’assassinat de Khalil al-Wazir, plus connu sous le nom de Abu Jihad : le numéro deux de l’Organisation pour la libération de la Palestine était en effet décédé à Sidi Bou Saïd, dans la banlieue nord de Tunis, sous les balles d’un commando israélien, le 16 avril 19887.

Ce n’est qu’en janvier 2004 que le Hezbollah récupère sa dépouille, au terme d’un échange de prisonniers et de restes mortuaires avec l’État israélien, sous médiation allemande. Mais le président Ben Ali refuse toute cérémonie officielle en Tunisie pour recevoir le corps : la famille préfère alors qu’il reste au Liban, à défaut de reconnaissance présidentielle. Il faudra attendre la chute du régime pour le voir revenir. Début avril 2012, la dépouille est exhumée du cimetière des martyrs (Maqbarat ash-Chuhadâ’), dans la banlieue sud de Beyrouth, non loin du camp de réfugiés palestiniens de Chatila. Une première cérémonie officielle se tient à Beyrouth le 6 avril en présence de son frère, Rachid Kilani Muqaddami, d’un représentant de la direction de l’UGTT venu pour l’occasion au Liban, Qasem Afiah, de l’ambassadeur tunisien, Muhammad Faouzi Balout, de délégués d’organisations politiques palestiniennes, ainsi que de personnalités syndicales et associatives proches du Hezbollah, dont le Cheikh Attalah Hamoud, président de l’Association des prisonniers (Jam’iyat al-Usra)8. Le 8 avril, le corps arrive à l’aéroport de Tunis-Carthage. L’accueil de Umran Kilani Muqaddami est officiel – des militaires attendent le cercueil sur le tarmac – et aussi politique : plusieurs dizaines de membres de l’Union générale tunisienne du travail, du Mouvement des patriotes démocrates, du Parti des ouvriers communiste tunisien (POCT)9 et de formations nationalistes arabes célèbrent son arrivée. Le jour même, le cercueil part à Gafsa, dans un avion militaire. Il est alors enterré le 9 avril. La date, symbolique, a été choisie par la famille : ce jour, férié en Tunisie, est celui de la « fête des martyrs », commémorant la mort de manifestants, le 9 avril 1938, face aux troupes françaises10.

Arrivée du corps de Umran Kilani Muqaddami à Gafsa, en Tunisie. Le cercueil est entouré du drapeau de l’UGTT. Source : UGTT Facebook, page officielle (https://www.facebook.com/ugtt.page.officielle)

Le cas de Umran Kilani Muqaddami n’est pas isolé. Depuis 2004, ce sont ainsi huit dépouilles de combattants tunisiens décédés lors d’opérations contre l’armée israélienne au sud-Liban, ou lors d’infiltrations dans le nord d’Israël, qui ont été peu à peu récupérées lors d’échanges de prisonniers et de dépouilles mortuaires entre le Hezbollah et l’armée israélienne11. Les similitudes des trajectoires sont frappantes : ils appartiennent à une génération née dans la Tunisie bourguibiste des années 1960 et 1970. Ils ont en général une culture politique se situant à la confluence de la gauche radicale et du nationalisme arabe, ce qui se traduit par une militance dans des formations politiques palestiniennes du même bord. Ils sont moins issus du milieu des élites tunisiennes de la côte et du Sahel, principal berceau du Néo-Destour de Habib Bourguiba et du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) de Zine al-Abidin Ben Ali, que des régions périphériques et paupérisées du centre et du sud, de bassins ouvriers historiquement contestataires, et de provinces ayant porté historiquement les oppositions au bourguibisme12 : Médénine, Gafsa, Gabès, Kerouan, Metlaoui, Sfax, Jerba. Ils signent enfin une singulière géographie politique, en forme de globalisation militante dont la question palestinienne serait l’épicentre symbolique, mais jamais atteint. Le cas de Umran Kilani Muqaddami est en ce sens paradigmatique : il met en scène, par son départ en 1984 et son retour, mortuaire, en 2012, une cartographie politique transfrontalière engageant plusieurs espaces (successivement le bassin minier de Gafsa, la Syrie, puis le sud-Liban), des organisations politiques aux idéologies politiques parfois non-concordantes (l’extrême-gauche tunisienne et palestinienne, le mouvement syndical de l’UGTT, le Hezbollah libanais), et des temporalités discordantes (partant de la Tunisie bourguibiste en 1984, n’ayant pas connu celle de Ben Ali, sa dépouille revient dans celle de l’après révolution). Dans cette globalisation politique de la question palestinienne, la Tunisie ne fait pas, à cet égard, figure d’exception : des années 1960 aux années 1980, de nombreux activistes issus de la mouvance nationaliste et d’extrême-gauche et en provenance de l’ensemble du monde arabe ont pu incorporer des formations politiques palestiniennes, y tenant parfois de hautes fonctions politiques et militaires13.

Affiche produite par le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), avril 2012. On distingue, en plus de l’emblème du FPLP, du portrait de Umran Kilani Muqaddami et d’un extrait de son testament manuscrit, les drapeaux palestiniens et tunisiens. Source : pflp.ps

Affiche produite par le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), avril 2012. On distingue, en plus de l’emblème du FPLP, du portrait de Umran Kilani Muqaddami et d’un extrait de son testament manuscrit, les drapeaux palestiniens et tunisiens. Source : pflp.ps

La Tunisie de Bourguiba : une politique de la distanciation

Rares sont les écrits consacrés aux rapports entre la Palestine et le Maghreb, et plus particulièrement la Tunisie14. Le sujet ne devrait pourtant pas laisser complètement indifférent, au-delà du simple cas de Umran Kilani Muqaddami, et il ne se limite pas à la seule transnationalisation activiste adoptant la violence politique comme principal répertoire d’action. La position du fondateur du Néo-Destour et premier Président de la République tunisienne, Habib Bourguiba, se caractérise par son hétérodoxie stratégique. Il ne se reconnaît pas dans la position d’un Gamal Abdel-Nasser, et ne croît pas dans l’établissement d’un rapport de force militaire face à Israël de la part des États arabes. En faisant exécuter, en août 1961, son principal adversaire, Salah Ben Youssef15, il a également sonné le glas d’un mouvement nationaliste tunisien qui aurait encore pu se teinter de thèses panarabistes.

Fidèle à sa politique de « l’indépendance par étapes »16, il est enclin aux compromis : le premier, il appelle , lors de deux discours tenus en mars 1965 à Jéricho, en Cisjordanie, et dans la partie Est de Jérusalem, les Palestiniens à adopter une solution négociée avec Israël, sur la base des résolutions de l’ONU. La politique bourguibiste de distanciation consiste certes à se dissocier de ce que le père de l’indépendance tunisienne peut bien considérer comme un certain maximalisme des États arabes vis-à-vis d’Israël, incarné dans la position du sommet de la Ligue arabe de 1967, tenu à Khartoum, au Soudan. Elle ne va cependant pas jusqu’à reconnaître Israël, à l’instar de l’Égypte ou de la Jordanie. Si caractéristique de la geste politique de Habib Bourguiba, il s’agit encore, jusqu’au coup d’État de Zine al-Abidin Ben Ali qui l’évince du pouvoir en novembre 1987, de souffler le chaud et le froid à l’encontre d’Israël, la Tunisie se devant de préserver des lignes d’alliances géopolitiques aussi diverses que parfois contradictoires. Ainsi, le « combattant suprême», comme il aimait à être nommé, ouvre les portes du port de Bizerte, en août 1982, à une Organisation pour la libération de la Palestine désormais exilée du Liban, et qui allait faire de la Tunisie son refuge principal17.

Photo de Habib Bourguiba (deuxième en partant de la gauche), avec le fondateur de l’UGTT, Farhat Hached (troisième en partant de la gauche). Source : www.ugtt.org.tn

Habib Bourguiba (deuxième en partant de la gauche), avec le fondateur de l’UGTT, Farhat Hached (troisième en partant de la gauche). Source : www.ugtt.org.tn

La gauche et les islamistes, ou la double inclusion palestinienne

La politique de distanciation prudente de l’État bourguibiste concernant le conflit israélo-arabe ne fut pas celle des oppositions tunisiennes au régime. Des années soixante-dix aux années 1980, d’abord dans la mouvance de la gauche radicale, celle du Travailleur tunisien (al ‘Âmil at-tûnisi) notamment et de ses nombreux héritiers18, puis au sein du Mouvement de la tendance islamique (Harakat al-Ittijâh al-islâmi)19, c’est bien plutôt la politique de la double inclusion qui joue : sous un registre « internationaliste » et « tiers-mondiste» pour la gauche tunisienne20, « panislamique » pour la mouvance islamiste, c’est alors la Tunisie qui doit être raccrochée au conflit israélo-arabe, et, de manière concomitante, la Palestine qui se doit de devenir un symbole mobilisateur pour la société tunisienne. Il n’est alors plus question, comme avait pu le faire Habib Bourguiba, de reconnaître la possibilité de deux États palestiniens et israéliens. La Palestine peut aussi servir de levier symbolique pour contester, en interne, le régime lui-même. Au contraire de la gauche radicale, l’attachement du mouvement islamiste Ennahda à la question palestinienne ne se traduit cependant pas par un engagement de type politico-militaire : en revanche, c’est au Soudan, mais aussi au Royaume-Uni et au Liban, que les principaux dirigeants d’Ennahda prennent contacts, du milieu des années 1980 au début des années 1990, avec les Frères musulmans palestiniens, qui forment, à partir de 1987, le Hamas (Mouvement de la résistance islamique)21.

La centralité de la question palestinienne dans la pratique politique tant des islamistes que de la gauche radicale tunisienne ne s’est pas arrêtée avec la chute du régime de Ben Ali en janvier 2011. Elle sert encore de référent légitimant et de signifiant structurant. Au mois de juin 2011, le parti islamiste Ennahda peut ainsi quitter la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, la réforme politique et la transition démocratique22 au nom de principes « antisionistes » affirmés. La formation de Rachid Ghannouchi demandait en effet que le refus de la normalisation (at-Tatbî’) avec Israël soit clairement évoqué dans la rédaction d’un « Pacte républicain » commun à tous les partis, censé faire consensus en l’absence de constitution. Début janvier 2012, le gouvernement de Hamadi Jebeli, membre du mouvement Ennahda, reçoit à Tunis le Premier ministre palestinien Ismaël Haniyeh, un des principaux dirigeants du Hamas. Depuis la chute de Ben Ali, le penseur et écrivain Mounir Chafiq, un ancien dirigeant du Fatah converti à l’islam politique dans les pas de la révolution iranienne, membre du Maktab at-Tahtît (Bureau de planification) de l’OLP dans les années 1980 et conseiller d’Abu Jihad, le numéro deux de la centrale palestinienne, a été invité à plusieurs reprises à Tunis par le mouvement Ennahda, sur lequel il a pu exercer une certaine attraction intellectuelle23. En mai 2012, ce sont encore quatre membres du gouvernement tunisien, dont deux du mouvement Ennahda24, qui entament une grève de la faim en solidarité avec celle que mènent au même moment les détenus palestiniens en Israël.

Enfin, pour la gauche radicale, tout comme pour la centrale syndicale de l’Union générale tunisienne du travail, l’accueil réservé à la dépouille mortuaire de Umran Kilani Muqaddami au mois d’avril 2012 n’a pas seulement vocation à faire vivre une tradition tiers-mondiste et arabiste, sous un mode éventuellement nostalgique : la présence de membres de la direction de l’UGTT aux cérémonies officielles au Liban comme en Tunisie, la médiatisation de son arrivée à Tunis par les organes de la centrale syndicale, ne sont pas fortuites. Elles s’inscrivent dans un contexte d’opposition politique croissante entre l’UGTT et le mouvement Ennahda, aujourd’hui principale formation au sein de l’assemblée nationale constituante et du gouvernement tunisien. L’UGTT affirmant tenir sa légitimité du soulèvement de décembre 2010 et janvier 2011, et le mouvement Ennahda de celle des urnes, le recours à la thématique palestinienne s’inscrit pour l’un comme pour l’autre dans une stratégie d’instrumentalisation liée à des enjeux politiques internes.

Arrivée du corps d’Umran Kilani Muqaddami à Tunis. Au premier rang (deuxième en partant de la gauche), Houcine Abbassi, secrétaire général de l’UGTT, et, au milieu, la mère de Umran Kilani Muqaddami. Photo : Khansa Ben Tarjem.

Arrivée du corps d’Umran Kilani Muqaddami à Tunis. Au premier rang (deuxième en partant de la gauche), Houcine Abbassi, secrétaire général de l’UGTT, et, au milieu, la mère de Umran Kilani Muqaddami. Photo : Khansa Ben Tarjem.

Imaginer la Palestine pour dessiner la Tunisie

Dans le contexte de l’après révolution, islamistes et syndicalistes sont polarisés. Les premiers craignent une centrale syndicale qui ne manque pas de base populaire, particulièrement dans les régions centrales, berceau de l’insurrection de décembre 2010. Qui plus est, la gauche radicale tunisienne, qui a renforcé son poids au sein du nouveau bureau exécutif de la centrale élu en décembre 201125, ne cache pas son hostilité au mouvement Ennahda, tout à la fois suspecté de vouloir islamiser les institutions et de défendre des orientations économiques à dominante néo-libérale. Les seconds, à la tête du gouvernement, reprochent souvent à l’UGTT son maximalisme revendicatif. C’est aussi dans ce cadre politique qu’il faut chercher le sens de l’utilisation de la thématique palestinienne par les acteurs politiques : les uns comme les autres cherchent dans la question palestinienne, entre autres éléments, le ferment de leur propre légitimité politique. La signification donnée à la question palestinienne sert pour l’essentiel à contester la légitimité de l’adversaire du moment. De l’image de la Palestine qu’on dessine dépend aussi l’image de la Tunisie que l’on souhaite. Pour une partie de l’UGTT, la vision de la Palestine est celle d’Umran Kilani Muqaddami : elle s’attache à l’histoire d’une génération politique formée pour l’essentiel dans le souvenir des nationalismes arabes, des gauches radicales, et des tiers-mondismes dits « progressistes » du passé, qu’il s’agirait encore de réactiver. Pour Ennahda, l’image de la Palestine est intimement liée à celle du mouvement islamiste palestinien, et, partant, à l’essor politique des formations issues des Frères musulmans dans le contexte des soulèvements arabes. Ces deux visions de la Palestine renvoient à un débat interne, portant sur l’identité politique même de la Tunisie : les uns privilégient une vision que l’on pourrait qualifier d’« arabo-tiers-mondiste » ou d’« arabo-progressiste », les autres une identité « arabo-islamique ». Il y a bien une Tunisie avec, en miroir, plusieurs Palestine : celle, distante et passée, de Bourguiba, qui ne se confond pas avec celle du mouvement Ennahda, ni avec celle du mouvement syndical et de la gauche radicale tunisienne. Et pourtant : la diversité des interprétations et des significations données à la question palestinienne en Tunisie, son instrumentalisation politique dans la conjoncture actuelle par les différentes parties, témoignent aussi de son effet continu d’attraction. Elles confirment peut être que la question palestinienne, loin d’être marginalisée par les révolutions arabes, en demeure un des enjeux symboliques majeurs.

Pour citer ce billet : Nicolas Dot-Pouillard, « La Tunisie et ses Palestine. De Habib Bourguiba à Umran Kilani Muqaddami », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 29 mai 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3461

Nicolas Dot-Pouillard est chercheur à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO), à Beyrouth.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/nicolas-pouillard

Tous les billets de Nicolas Dot-Pouillard

Notes

  1. « Wusûl Rifât ach-Chahîd ‘Umrân Kilâni al-Muqaddami ila Tûnis ba‘d Ta‘tîl istamara 24 ‘Âm », (Arrivée des restes du martyr ‘Umrân Kilâni al-Muqaddami après un blocage qui a duré 24 ans), Tunis Afrique Presse (TAP), 9 avril 2012, http://www.tap.info.tn/ar/ar/component/content/article/352-2011-04-09-10-28-00/24741—24-.html.
  2. Watad est la contraction de Harakat al-Wataniyin ad-dîmukrâtiyin, Mouvement des patriotes démocrates. Clandestine sous le régime de Bourguiba et de Ben Ali, légalisée peu après la révolution de janvier 2011, aujourd’hui dirigée par un avocat, Choukri Belaïd, cette formation a deux députés à l’assemblée nationale constituante élue à la fin octobre 2011.
  3. L’UGTT est officiellement crée en 1946. Son principal fondateur, Farhat Hached, assassiné au sud de Tunis, dans la banlieue de Radès, en 1952, par une organisation paramilitaire française, la « Main rouge », a été une des principales figures du mouvement nationaliste tunisien. Les sections régionales de l’UGTT ont été particulièrement actives dans le soulèvement tunisien de décembre 2010 et janvier 2011, notamment à-travers quatre de leurs fédérations : les postes et télécommunications, l’enseignement primaire, l’enseignement secondaire, la santé. Revendiquant un demi-million d’adhérents, l’UGTT a renouvelé sa direction en décembre 2011, à l’occasion de son 22e congrès.
  4. Voir l’interview, réalisée en juillet 2011, de la mère de Umran Kilani Muqadammi, Khalisa Muqaddami : « Hiwâr ma‘a ‘Â’ilat ach-Chahîd ‘Umrân Kilâni Muqaddami » (Dialogue avec la famille de ‘Umrân Kilâni Muqqadami), ach-Churûq, Tûnis, 19 juillet 2011, https://www.facebook.com/note.php?note_id=221624844520476.
  5. Le FDLP est né en 1969 d’une scission du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), fondé par Georges Habache. Ce sont encore aujourd’hui les deux principales formations de la gauche palestinienne.
  6. Rajana Hamyeh, « Omran al-Mokaddemi : from Gafsa to Palestine and back », al-Akhbar English, April 12, 2012, http://english.al-akhbar.com/content/omran-al-mokaddemi-gafsa-palestine-and-back
  7. Abu Jihad était en effet suspecté par les autorités israéliennes d’être l’un des principaux organisateurs de l’Intifada dans les territoires palestiniens depuis décembre 1987.
  8. Voir l’article consacré par le site de la télévision du Hezbollah, al-Manâr, à Umran Kilani Muqaddami : « Ihtifâl wadâ’i lich-Chahîd at-tûnisi Umrân Kilâni fi Beirût » (Fête d’adieu au martyr tunisien Umrân Kilâni à Beyrouth), al-Manâr, 8 avril 2012, http://www.almanar.com.lb/adetails.php?eid=215979&cid=21&fromval=1&frid=21&seccatid=19&s1=1.
  9. Dirigé par Hamma Hammami, longtemps clandestin, le Parti des ouvriers communiste tunisien (Hizb al-‘Ummâl al-chuyû’i at-tûnisi) est aujourd’hui représenté à l’Assemblée nationale constituante par trois députés.
  10. Le 9 avril 1938, plusieurs dizaines de manifestants sont tués et blessés par l’armée française, à Tunis, ainsi que dans plusieurs villes du pays, suite à un appel du parti nationaliste Néo-Destour à des démonstrations de rue contre les autorités protectorales.
  11. En plus de Umran Kilani Muqadammi, originaire de Gafsa, décédé le 26 avril 1988, il s’agit de : Miloud Ben Najah, décédé le 11 novembre 1987 dans une opération armée par deltaplane ; de Faycal al-Hachichi, décédé le 8 juillet 1993 ; de Khaled Ben Salah al-Jalasi, décédé le 25 décembre 1988 ; de Sami Ben Taher al-Hajj Ali, décédé le 19 janvier 1995 ; de Riad Ben al-Hachimi Ben Jama’a, décédé le 19 janvier 1995 ; de Kamel Badri, décédé le 27 janvier 1996 ; et de Baligh Ben Muhammad Anouar al-Lajmi, décédé le 27 janvier 1996. Source : « Chuhadâ’ tûnisiyun ‘ala Darb Tahrîr Filastîn » (Martyrs palestiniens sur le chemin de la libération de la Palestine), Facebook, https://www.facebook.com/note.php?note_id=124849390882152.
  12. Sur les « origines socio-géographico-politiques » des différentes oppositions tunisiennes, se reporter à : Michaël Bechir Ayari, S’engager en régime autoritaire. Gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante, Thèse de sciences politiques, sous la direction de Michel Camau, Université Paul Cézanne/Aix-Marseille III, janvier 2009.
  13. En mars 2012, le décès du penseur égyptien Mahjoub Omar vint rappeler l’histoire de ces activistes arabes ayant intégré les rangs des formations politiques palestiniennes. Né en 1932, d’abord membre du Parti communiste égyptien, il entra en 1967 dans les rangs du Fatah en Jordanie. Proche du numéro deux de l’organisation pour le libération de la Palestine, Abu Jihad, il exercera d’importantes fonctions politico-militaires au sein du Fatah au cours de la guerre civile libanaise, notamment au Sud-Liban. L’ensemble de ses écrits ont été regroupés en 2002 : Mahjoub Omar, Kîtâbât (Écrits), Dâr al-Fikr al-islâmi, 2002.
  14. La thèse de Jean-Paul Chagnollaud, soutenue à l’université de Paris I en septembre 1975, consacrée au « Maghreb et au conflit israélo-arabe », et publiée en 1979 aux éditions Sindbad, constitue une bonne introduction historique aux rapports entre les premières élites indépendantistes algériennes, marocaines et tunisiennes et l’Organisation pour la libération de la Palestine. Cf. Jean-Paul Chagnollaud, Maghreb et Palestine, Paris, Sindbad, 1977 (Bibliothèque arabe).
  15. En juin 1955, Salah Ben Youssef, l’un des fondateurs du Parti Néo-Destour, dénonce les conventions franco-tunisiennes, qui prévoyaient notamment que la France puisse encore gérer la sécurité intérieure et extérieure du pays pendant dix ans. Au contraire de Habib Bourguiba, Salah Ben Youssef est particulièrement influencé par les thèses nationalistes arabes, et fut considéré comme proche du premier président de l’Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella, ainsi que du Président Gamal Abdel Nasser. La mouvance dite « youssefiste », férocement réprimée au début des années 1960, fut considérée comme l’un des premiers mouvements d’opposition au régime bourguibiste. Sur la genèse du mouvement yousséfiste, cf. ‘Arûsiyyah at-Turki, al-Haraka at-yûsufiya fi-Tûnis (1955-1956) (Le mouvement yousséfiste en Tunisie), Sfâqs, Maktabat ‘alâ’ ad-Dîn, 2011.
  16. La politique « d’indépendance par étape » résulte, chez Habib Bourguiba, de l’analyse du rapport de force entre les autorités protectorales françaises et le mouvement national tunisien dans les années 1940 et 1950 : pour le fondateur du Néo-Destour, une révolution populaire, à fortiori armée, est vouée à l’échec en Tunisie. Il faut alors, tout en construisant le mouvement nationaliste, aboutir à l’indépendance par une série de négociations politiques avec l’État français. Sur la politique bourguibiste « d’indépendance par étape », consulter le premier chapitre de la première partie de l’ouvrage de Samy Ghorbal, « Le bourguibisme, une théorie de l’action », in Orphelins de Bourguiba et héritiers du Prophète, Tunis, Cérès éditions, 2012.
  17. Quelques images de l’arrivée des premiers membres de l’OLP dans le port de Bizerte sont disponibles sur le site Dailymotion : https://www.dailymotion.com/video/x2gd82_arrivee-de-l-olp-en-tunisie-1982_news.
  18. La gauche radicale tunisienne s’est structurée à partir de 1963 autour de la revue Perspectives (al-Afâq), publiée par le Groupe d’études et d’action socialiste (GEAST). À partir des années soixante-dix, le GEAST opère un tournant « marxiste-léniniste », considérablement marqué par le maoïsme ainsi que par une certaine forme de nationalisme arabe. C’est à partir de 1970 qu’il est connu sous le nom de al-‘Âmil at-tûnisi (Le Travailleur tunisien), du nom de son journal, clandestin. Aujourd’hui, les principales formations de la gauche radicale tunisienne – Parti des ouvriers communiste tunisien, Mouvement des patriotes démocrates-Watad – sont le fruit de l’éclatement du Travailleur tunisien au début des années 1980. Il est à noter que le Parti démocratique progressiste (PDP) de Ahmed Nejjib Chebbi, aujourd’hui principale formation centriste à l’Assemblée nationale constituante, est lui-même issu d’une organisation sociale-démocrate née en 1983 de l’éclatement du Travailleur tunisien : le Rassemblement socialiste progressiste (RSP). En avril 2012, le PDP a fusionné avec sept partis centristes pour créer le Parti républicain (PR).
  19. Le Mouvement de la tendance islamique a été fondé au début des années 1980. Son visa de légalisation fut alors refusé par le Ministère de l’intérieur en juillet 1981. Ce n’est qu’à partir de 1987 que le mouvement prendra le nom d’Ennahda (La renaissance), sous lequel il est connu aujourd’hui.
  20. Aussi faudrait-il préciser la mouvance tunisienne nationaliste arabe, tant nassérienne que baathiste.
  21. Entretien avec l’auteur d’un membre de la direction du mouvement Ennahda, Paris, mars 2012.
  22. Il s’agissait alors d’une instance représentant partis politiques, mouvements associatifs et syndicaux, pilotant la transition démocratique aux-côtés du gouvernement transitoire de Béji Caïd Essebsi, de mars 2011 jusqu’aux élections pour une Assemblée nationale constituante d’octobre 2011.
  23. Entretien de l’auteur avec Ajmi Lrouimi, membre du Bureau exécutif du mouvement Ennahda, Tunis, janvier 2012. Sur l’évolution intellectuelle et politique de Mounir Chafiq, voir Nicolas Dot-Pouillard, « Al-Yassâr al-mathûl lil-Islâm. Qirâ’ fi-Hâlat al-Katîba at-tullâbiya li-Harakat Fatah » (La gauche convertie à l’islam. Lecture du cas de la Brigade étudiante du mouvement Fatah) », Marâsid, Karâsât ‘alimiya (Observatoires. brochures scientifiques), 2, en langue arabe, Maktabat al-Iskandriya (Bibliothèque d’Alexandrie), Égypte, novembre 2010, http://www.bibalex.org/attachments_ar/Publications/Files/2011062313365476383_.pdf.
  24. Pour le mouvement Ennahda, il s’agit de Moncef Ben Salem, ministre de l’enseignement supérieur, et de Abdel Karim al-Harouni, ministre des transports. Les deux autres grévistes, Muhammad Abbou et Samir Ben Amor, respectivement Ministre délégué à la réforme administrative et conseiller du président de la République, sont membres du Congrès pour la République (CPR).
  25. Sur les 13 membres du bureau exécutif de la centrale syndicale élus en décembre 2011, trois sont explicitement affiliés à l’extrême-gauche : Sami at-Tahiri, Hafedh Hafedh et Mhammed Msalmi. Le nouveau secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abbassi, est un ancien militant du Parti communiste tunisien. Membre du précédent bureau exécutif de l’UGTT, il faisait alors partie de l’opposition de gauche à la direction menée par Abdessalam Jrad, réputé proche du palais présidentiel et du parti dirigeant, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).