Risques chimiques : un fort besoin de dialogue (3)

Développer de nouveaux outils de dialogue
Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à …

Développer de nouveaux outils de dialogue

Retour en 3 billets sur le cycle de rencontres consacré à la chimie (2011). Les propos et avis rassemblés dans ces billets ont émané des différents temps d’ateliers et de débat.

Lire le 1er billet – Les risques au cœur des préoccupation des professionnels et des citoyens ?

Lire le 2ème billet – Le refus contemporain des risques en question

Article initialement publié dans la revue L’actualité chimique – octobre/novembre 2012 – n°367-368

 

Un défi de taille : décider de la part de risque socialement acceptable

Au-delà de la recherche, de l’information et de la communication sur les risques, les participants aux débats ont pointé les difficultés à effectuer des choix et à arbitrer entre bénéfices et risques : comment déterminer ce qui est acceptable du point de vue de la société et choisir la solution ayant le plus de bénéfices pour l’ensemble des acteurs ? Comment construire une position commune et collectivement partagée, par-delà les éventuels intérêts divergents ?

Les nombreuses incertitudes qui entourent les développements des produits chimiques ajoutent encore de la complexité : comment s’assurer que la solution apportée à un problème, ou que le produit de substitution proposé, ne génère pas de problèmes plus importants ? S’il est déjà difficile de choisir entre des technologies aux bénéfices et aux risques bien évalués, il apparaît encore plus complexe de choisir entre des technologies qui n’existent pas encore ou dont les résultats et impacts ne sont pas ou peu connus.

Une réflexion collective sur les risques, et la part de risque ou d’incertitude qui peut être acceptée socialement, mérite ainsi d’être engagée. Cette réflexion ne saurait être dissociée d’une réflexion sur les usages et les bénéfices attendus. Pour Lydie Nemausat (FRAPNA) [1], il ne suffit pas de s’assurer que les produits ont un cycle de vie qui respecte l’environnement, il faut aussi vérifier que les nouveaux produits sont vraiment nécessaires et utiles, d’un point de vue collectif. La chimie contribue largement à façonner le monde de demain. Le slogan du syndicat professionnel de la Chimie allemande, traduit par un participant, est d’ailleurs explicite : « Formons le futur ! ». Ce constat invite à interroger la place et le rôle des différents acteurs dans les choix de recherche et de développement, qui sont aussi des choix de société.

 

Développer des outils de dialogue pour rêver ensemble la chimie de demain

Les participants ont souligné l’intérêt d’une contribution des sciences humaines et sociales pour éclairer les choix. Lors d’une visite publique dans son laboratoire, le chimiste Jean-Pierre Cloarec, enseignant-chercheur à l’Institut des Nanotechnologies de Lyon [2], a ainsi fait état des travaux menés au sein du Laboratoire International Associé en Nanotechnologies et Nanosystèmes, un laboratoire franco-québécois qui comporte un volet d’étude « Innovations en nanotechnologies : Éthique, usages et sociétés ».

La société civile gagnerait également à être associée à ces réflexions, même si la participation des citoyens ne va pas de soi, car la chimie souffre aujourd’hui d’un manque d’intérêt. Laurence Lestel rappelle qu’au moment de sa création au Conservatoire National des Arts et Métiers, à Paris, au 19ème siècle, la chaire de chimie industrielle attirait plus de 600 personnes soucieuses de s’informer et de comprendre. En comparaison, les débats sur la chimie peinent aujourd’hui à trouver leur public.

Plusieurs pistes ont finalement été esquissées pour encourager la participation des citoyens aux choix en matière de chimie. Il a notamment été proposé que les citoyens soient consultés lors des évaluations et promotions des chercheurs, pour émettre un avis sur l’intérêt des recherches menées d’un point de vue social. Diverses instances d’expression collective pourraient également être créées, pour réfléchir aux orientations à donner à la chimie en général, dans un esprit de dialogue ouvert et de co-élaboration progressive de solutions.

 

Il reste fort à faire pour créer les conditions d’une confiance réciproque entre les professionnels de la chimie et les citoyens. Les recherches en toxicologie et en écotoxicologie méritent d’être fortement soutenues. Mais il ne suffit pas de connaître les risques, il faut aussi les appréhender et les apprivoiser collectivement. Une profonde évolution des pratiques s’avère nécessaire, pour favoriser la participation des citoyens et l’émergence d’une culture commune des risques. La période de crise actuelle pourrait constituer un terreau favorable au renouveau des espaces de concertation, en s’inspirant des pistes ébauchées lors de nos rencontres et compilées dans cet article.

 

Nathalie FABRE

 

[1] Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

[2] Jean-Pierre Cloraec est chimiste au Laboratoire de Chimie du Département Sciences et Technologies des Matériaux et des Surfaces (STMS) à l’Institut de Nanotechnologies de Lyon (INL), Ecole Centrale.

 

L’expert : une posture en évolution

Dans le monde globalisé et technologique dans lequel nous vivons, l’expert joue un rôle crucial dans…

Pete Prodoehl, Licence Creative CommonsDans le monde globalisé et technologique dans lequel nous vivons, l’expert joue un rôle crucial dans la mise en place des politiques publiques ou encore dans l’évaluation de programmes gouvernementaux, de nouveaux produits et de nouvelles technologies. Qu’ils soient associés aux changements climatiques, à la production alimentaire, à la gestion de l’eau, à la pollution atmosphérique, à l’aménagement du territoire urbain, les problèmes environnementaux contemporains sont tous sujets à des controverses sociales où le rôle de l’expert devient essentiel. Sans compter que ceux-ci sont souvent tributaires de risques vérifiés ou pressentis pour la santé humaine. Ce rôle crucial, dont on oublie trop souvent les enjeux, interpelle directement tous chercheurs ou professionnels de terrain, que ceux-ci soient en environnement ou en d’autres domaines.

Des instruments de vigilance et des structures de surveillance ont bien entendu été mis en place afin de gérer les risques sanitaires associés aux expériences humaines ou aux grands projets de développement. Mais, que ce soit le cas récent du chercheur Gilles-Eric Séralini sur la toxicité du maïs OGM NK603 et du Round Up ou encore celle plus ancienne des années 90 de celui d’André Cicolella avec les effets des éthers de glycol sur la santé, on peut se demander si la posture de l’expert « traditionnel » est encore adaptée à la réalité d’aujourd’hui. Une réalité où l’incertitude est plus souvent qu’à son tour la grande caractéristique des dossiers traités. On a pu le constater de manière fragrante avec le cas de Gilles-Eric Séralini, les experts doivent interagir avec de nouveaux outils afin de pouvoir jouer leur rôle d’acteurs dans la mise à jour des politiques publiques. Mais comment se fait-il que des chercheurs doivent mettre sur pied un plan de communication complexe[1] pour qu’un gouvernement (gouvernement français en l’occurrence) s’engage dans des travaux sur les effets à long terme de la consommation d’OGM associés à des pesticides ? Depuis de nombreuses années, de nombreux experts indépendants disent qu’il faut faire évoluer les instruments et les structures de vigilance de ses nouveaux composés. Ce qui est vrai pour les OGM devrait aussi l’être pour les nanoparticules qui sont de plus en plus présentes dans notre environnement et même dans nos assiettes (Nanoparticules : l’ingrédient qui s’est discrètement invité à notre table). Les changements climatiques, cet enjeu identifié depuis la fin des années 80 s’y retrouve aussi. L’incertitude autour des résultats à jouer un rôle certain dans sa prise en compte tardive (si une réelle prise en compte il y a) dans les politiques. Ou encore, de manière insidieuse, l’incertitude peut être utilisée par des acteurs, qui tout en reconnaissance l’importance de l’enjeu, considère qu’eux ne sont pas concernés, car l’incertitude les concernant est trop grande. Un double discours qui pourrait se lire comme suit : Les changements climatiques sont une réalité malgré les incertitudes observées, mais vous comprenez que dans notre cas l’incertitude sur les mesures fait en sorte que notre industrie ne doit pas être considérée.

Ainsi, on se retrouve avec une approche d’experts “business-as-usual” où la certitude est l’aune à laquelle tout doit être jugé et considéré, tandis qu’un d’un autre côté on retrouve la vision de l’expertise de l’incertitude ou de la précaution. Dans le premier cas l’expert s’enchâsse dans les méthodologies que l’on pourrait cataloguer de classiques tandis que le second tente de développer de nouvelles approches et une refonte des cadres/structure qui évitent à tout prix la déification de l‘expert et la mise à l’écart du citoyen.

Que ce soit dans le cadre de ses dossiers Gouvernance et environnement : quelles échelles de construction du commun ?(Vol9no1, mai 2009) Comprendre et maitriser les risques techniques et environnementaux : aller au-delà du risque ? (Vol12no1, mai 2012) ou encore dans le dossier en préparation Controverses environnementales : expertise et expertise de l’expertise (prévu en décembre 2013), [VertigO] aborde cette délicate question.

L’article Renouveler la gestion du risque par l’ouverture à un système de vigilance ? de Fallon et al (2012) aborde aussi cette question[2].

Leur article montre que la plupart des moyens proposés par les autorités, pour faire face à une crise ou un risque sanitaire, « reposent sur une logique de gestion des risques connus », ce qui laisse tous les risques des maladies émergentes ou de nouveaux produits (OGM, nanomatériaux) orphelins d’une évaluation adaptée et cohérente. Selon les auteurs ont « observe toutefois des tentatives de renouvellement et d’ouverture, par la mise en place de nouveaux instruments de vigilance » qui s’appuieraient sur « une double logique de prévention et d’anticipation de la catastrophe ». Les responsables administratifs et des scientifiques « tentent d’adapter les structures de surveillance et d’alerte pour améliorer leur réactivité face aux évènements non prévus » amenant « une double remise en cause se dessine dans la gestion des risques, qui pousserait à admettre la permanence d’une incertitude irréductible et à reconnaître le nécessaire décloisonnement des savoirs experts». Certainement, mais je dirais qu’l faut un décloisonnement plus large permettant l’inclusion du « savoir citoyen » ou encore une plus grande ouverture à qui est un expert.

Toutefois, malgré tous les décloisonnements, ou la considération de l’incertitude comme une responsabilité (voir le texte de Guy Bourgeault dans le Vol1no1 de la revue : L’incertitude et la responsabilité : jalons pour une éthique de l’environnement), des lanceurs d’alerte toujours plus inventifs, structurés et courageux, seront nécessaires. Les gouvernements ont tout intérêt à permettre l’expression de ceux-ci, mais aussi de les entendre, car lorsque le mal sera fait il sera souvent trop tard….

[1] Pour détails : Étude sur les OGM, comment Gilles-Eric Séralini a gagné la partie http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/22/etude-sur-les-ogm-comment-seralini-a-gagne_n_1999907.html

[2] Cet article rédigé par un groupe multidisciplinaire de vétérinaires et de politologues propose une analyse contextualisée des transformations à l’œuvre dans le réseau de surveillance des maladies animales face aux menaces nouvelles dites « émergentes » suite aux changements globaux, en l’inscrivant dans le cadre de la gestion des risques. Le travail se base sur une présentation d’une émergence récente, celle de la fièvre catarrhale ovine due au Bluetongue virus serotype 8 (BTV-8) en 2006 en Belgique.

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Honneur aux soixante-dix !

Soixante-dix députés ont osé voter contre le TSCG.
Soixante-dix sur cinq cent soixante-huit votants,…

Soixante-dix députés ont osé voter contre le TSCG.

Soixante-dix sur cinq cent soixante-huit votants, c’est peu.

Soixante-dix contre quatre cent soixante-dix-sept qui ont voté pour, c’est peu.

Mais soixante-dix qui, venant de tous les horizons politiques, ont osé se dresser contre les consignes d’état-major, contre l’intense pression médiatique, contre le conformisme, contre les petits calculs politiciens, contre la lâcheté servile, cela, en vérité, fait beaucoup.

 

Ce Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance, contient trois mensonges pour le prix d’un.

Quelle stabilité, quand on voit dans le rapport récent du FMI, posté sur ce carnet[1], que les mécanismes mis en oeuvre depuis 2010 n’ont fait qu’aggraver la crise? Quelle stabilité encore quand on voit la dépression que connaissent certains des pays en crise? Parler de stabilité est ici un mensonge flagrant.

Quelle coordination quand on sait qu’il n’y a de coordination qu’entre des agents libres, sinon c’est à une autorité hiérarchique que l’on a affaire, et qu’il n’y a dans ce traité qu’asservissement à des agences dites indépendantes ? Ce Traité organise en fait le dépérissement de la démocratie en Europe avec la fin de l’autorité suprême des Parlements nationaux en matière budgétaire. Or, il faut s’en souvenir, c’est par le consentement à l’impôt que commence la démocratie.

Quelle gouvernance enfin dans un Traité qui est en fait inapplicable et qui n’a pas d’autres fonctions que d’être violé à peine signé ? Est-ce ainsi que l’on croit créer un « bonne gouvernance » dans les mots dont on se gargarise à Bruxelles et ailleurs ?

 

On dit aussi, et c’est un argument avancé en sa faveur, que ce Traité institue une solidarité en Europe. Mais quelle solidarité, dans un traité qui condamne l’Europe à l’austérité et à la récession ? C’est la solidarité de la matraque et du bâton, de l’oppression et de la répression, comme l’expérimentent les manifestants qui, d’Athènes à Madrid en passant par Lisbonne, se sont levés contre la misère qui leur est imposée. User alors d’un tel argument revient à déconsidérer pleinement l’idée d’une possible solidarité européenne

Trouvera-t-on ces mots excessifs ? Que l’on regarde alors le rapport du Fond Monétaire International, le World Economic Outlook d’octobre 2012[2] qui explique bien la marche à la misère entamée au nom d’une austérité qui n’a donc pour but que de sauver un fétiche : l’Euro. Que l’on regarde ce rapport, qui reste prudent dans ses projections, mais qui n’en établit pas moins que la majorité des pays ne pourront respecter les clauses de ce traité qui vient d’être ratifié. Que l’on regarde aussi la note commune à trois instituts (l’INSEE, l’IFO et l’ISTAT) sur la récession dans la zone Euro[3]. Que l’on regarde enfin les rapports de l’UNICEF qui établissent la montée de la dénutrition et du manque de soin chez les enfants grecs[4]. Je pense avoir, par ailleurs, montré dans de nombreux textes et notes, tous les effets pervers de ce traité[5].

De cela, les thuriféraires du TSCG, les sectateurs de l’Euro, n’en ont cure. Même l’appel des économistes hétérodoxes, avec lequel j’avais des désaccords suffisamment importants pour ne pouvoir le signer, a été scandaleusement censuré par Le Monde[6]. Il était dit que pour faire passer cette amère pilule, on ne reculerait devant aucune bassesse, devant aucune ignominie.

Le TSCG nous a donné l’exemple éclatant du cynisme en politique, quand un candidat à l’élection présidentielle se prononce pour sa réécriture et s’empresse, une fois élu, de le faire voter. Ce n’est pas le codicille sur la croissance, malheureux engagement de 140 milliards d’euros étalé sur trois ans, une aumône, qui peut en changer la nature. Même ses amis politiques le reconnaissent aujourd’hui publiquement. Ce Traité ne fut pas renégocié, et  d’ailleurs ce gouvernement n’a jamais cherché à s’en donner les moyens.

C’est ainsi que l’on détruit la démocratie.Le mensonge électoral nourrit la colère et produit le mépris pour une classe politique qui affiche sa solidarité profonde contre le peuple. Bientôt montera le vieux cri de l’anti-parlementarisme : « tous pourris » ! On dira, c’est le populisme qui monte. Et l’on se trompera, car ce sera alors devenu la stricte vérité.

Oui, le fétichisme de l’Euro – car c’est bien de cela qu’il s’agit avec cette transformation dans l’imaginaire d’un instrument en une fin en soi – et la volonté de pouvoir de ses grands prêtres nous condamnent à un appauvrissement généralisé, à une montée du chômage sans limites et, à la fin des fins, comme en Grèce et en Espagne, à la destruction de nos sociétés.

Alors, si dire la vérité vaut que l’on soit taxé d’être excessif, je veux bien être excessif et je l’assume. Car, aujourd’hui, la raison et l’intelligence vomissent les tièdes.

Honneur donc à ces soixante-dix députés !

Ils ont eu le bon réflexe et ils ont raisonné de manière juste, en refusant d’accorder leurs suffrages à ce texte inique. Qu’importe leurs raisons circonstancielles ; qu’importe d’où ils viennent et à quel parti ils appartiennent ! Quand il s’agit de résister, on ne mégote pas sur ses alliés.

Il y a soixante-douze ans de cela, le 10 juillet 1940, quatre-vingts parlementaires, députés et sénateurs (57 députés et 23 sénateurs) refusèrent d’accorder les pleins pouvoirs constituants à Philippe Pétain. Le vote de l’écrasante majorité mit fin à la République, et institua un régime de fait et non de droit. Le vote de ces quatre-vingts minoritaires fut, avec l’appel du 18 juin, le deuxième acte fondateur de la France Libre, préparant la résurrection de la République défunte.

Ce rappel est aujourd’hui nécessaire.

Puissent les soixante-dix députés qui ont refusé de voter être rejoints par autant de sénateurs que possible. Puissent-ils voir leur nombre croître quand ce texte viendra en seconde lecture.

Les canons furent, par le passé, l’ultime raison des rois.

Les traités sont aujourd’hui l’ultime raison des élites oligarchiques.

Qu’ils se rappellent que l’ultime raison des peuples reste le pavé.

Ici, le compte-rendu officiel du vote avec le nom des députés

VOTE du 09-30-2012

Citation

Jacques Sapir, “Honneur aux soixante-dix !”, billet publié sur le carnet Russeurope le 09/10/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/266

 

[2] IMF / FMI, « IMF Sees Heightened Risks Sapping Slower Global Recovery », Economic Outlook, 9 octobre 2012, URL : http://www.imf.org/external/pubs/ft/survey/so/2012/res100812a.htm

[3] Association des trois Instituts Économiques Européens, La zone Euro en récession, www.ifo.de , www.insee.fr , www.istat.it

[6] Jacques Sapir, “Sur le TSCG”, RusseEurope. Le Carnet de Jacques Sapir sur la Russie et l’Europe (Hypotheses.org), 23 septembre 2012. [En ligne] http://russeurope.hypotheses.org/133.

(Ce texte est aujourd’hui définitif)