Pourquoi s’intéresser à l’histoire du fait religieux ?

Madeleine en prière par Jean-Baptiste-Camille Corot (1796–1875) – Domaine public via Wikimedia…

Madeleine en prière par Jean-Baptiste-Camille Corot (1796–1875)

Madeleine en prière par Jean-Baptiste-Camille Corot (1796–1875) – Domaine public via Wikimedia Commons

L’histoire religieuse souffre aujourd’hui d’une image plutôt négative au sein du monde universitaire. Le fait religieux ne justifierait plus d’études approfondies tant il serait passé de mode. Cela peut paraître paradoxal au vu des débats qui agitent l’actualité, notamment autour de la place de la religion dans nos sociétés. Cette thématique continue d’irriguer les débats publics : il existe une demande sociale de réflexion scientifique à ce sujet. Malgré cela, la place de cette approche « tend à s’amoindrir depuis quelques années, ce qui pose la question de la spécificité de l’histoire religieuse contemporaine »1. Ce recul s’explique notamment par un regard critique très fort sur cette histoire, sur ses méthodes et le choix de ses objets, plutôt que sur le bien fondé d’une réflexion sur le fait religieux lui-même.

Face à ces critiques et à ce constat d’une « crise » de l’histoire religieuse, j’aimerais proposer dans cette contribution un aperçu modeste des renouvellements historiographiques du champ, tout en évoquant l’usage que je fais de l’étude du fait religieux dans mes propres recherches.. Cependant, je concentrerai mon propos sur ce que je connais : l’histoire du catholicisme2

Les hasards de la recherche

À titre personnel, j’ai longtemps partagé cette perception d’une histoire religieuse poussiéreuse, éloignée des problématiques scientifiques centrales. Mes goûts s’orientaient clairement vers l’histoire des femmes et du genre, et j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire religieuse par hasard. À la recherche d’un sujet de mémoire en première année de master, Anne-Marie Sohn me suggère alors de travailler sur les jeunes filles et leurs pratiques religieuses au XIXe siècle. J’ai d’abord trouvé l’idée ennuyeuse : je m’intéressais au départ aux sociabilités des femmes tenant des salons. Mais ma directrice avait l’air convaincue de la fécondité d’une approche des jeunes femmes du XIXe par le fait religieux. Je me suis donc emparée du sujet, par défi, mais aussi parce que la perspective d’utiliser un corpus de journaux personnels m’enthousiasmait. Au fil de l’année, j’ai découvert les différentes branches de l’histoire religieuse française, ses classiques incontournables. J’ai exploré un nouveau continent de savoirs : n’appartenant pas à un univers social familier du catholicisme, il s’agissait de me forger une culture minimale des spiritualités et de leurs écoles, de l’histoire des catholiques et de leurs institutions. Dans un article récent, Jacques Boudon souligne cette particularité de l’histoire religieuse : « la génération des historiens du religieux qui émerge alors {depuis les années 1970} est encore très marquée par la culture religieuse reçue dans le milieu familial »3.

Ces lectures furent parfois âpres : je ne comprenais pas l’approche extrêmement descriptive qui prévalait dans de nombreux ouvrages, et je n’étais pas à l’aise avec la méthode quantitative. Cette approche était souvent le fait de « prêtres historiens » qui s’attachaient à l’étude détaillée d’une paroisse ou d’un diocèse. Il me manquait également des repères nécessaires pour comprendre les informulés de certaines démonstrations. La dimension datée des problématiques abordées par l’histoire religieuse m’est apparue très claire au cours de ces lectures. Cependant, ce long travail de familiarisation a abouti à des questionnements féconds : comment pouvait-on mobiliser le genre pour nuancer et complexifier l’étude du fait religieux ? Inversement, que pouvait apporter l’histoire religieuse à la compréhension de la construction des relations de genre ?

Une histoire en renouvellement

L’étude du fait religieux pouvait dès lors trouver un nouvel intérêt à condition de changer la manière dont on l’envisageait. Je ne l’aborde pas seulement comme un ensemble de pratiques et de croyances à décrire : je le mobilise en tant que facteur explicatif, parmi d’autres, des comportements des acteurs En première année, mon intérêt portait ainsi sur les pratiques religieuses des jeunes femmes du XIXe siècle, mais aussi et surtout sur la façon dont elles intégraient leurs convictions religieuses dans la construction de leur identité sociale et de leur identité de genre. Il m’est apparu que la pratique religieuse leur permettait de construire des réseaux de sociabilités, de se confronter à des classes sociales différentes par le biais des œuvres de charité. De même, certaines jeunes femmes valorisaient leurs convictions religieuses pour légitimer leur désir de parler de politique, er exprimer leurs positions ultramontaines. Dans ce cas, la mise en avant de la foi justifie la prise de parole politique des jeunes femmes, et annule sa dimension transgressive. Il reste que la religion était pour elles l’occasion d’adopter des attitudes qui échappaient aux modèles normatifs de genre.

Dans cette perspective, je me suis largement inspirée des approches d’une nouvelle génération de chercheurs s’intéressant au fait religieux. L’histoire religieuse est en cours de transformation, d’abord parce que ceux qui l’écrivent ont changé. Ils se sont largement autonomisés par rapport aux institutions ecclésiales, et ne sont plus nécessairement issus de milieux sociaux marqués par la pratique religieuse. Le renouvellement est aussi disciplinaire : sociologues et littéraires proposent des études novatrices. On peut notamment citer les travaux de sociologie de Céline Béraud autour du « métier de prêtre »4, ou ceux d’Elisabeth Pillet en histoire de l’art, sur le vitrail5. L’appellation même « d’histoire religieuse » est questionnée : on lui préfère désormais « histoire du fait religieux ». Cela souligne que la démarche s’attache au religieux comme « fait » en interaction avec d’autres (économiques, sociaux, culturels) et non à la description de « mondes » religieux dont l’organisation s’expliquerait par les croyances religieuses uniquement.

Des thématiques neuves

Cette nouvelle prise en compte du fait religieux enrichit nos connaissances au sujet de thématiques qui ne recoupent pas forcément les intérêts traditionnels de l’histoire religieuse. L’histoire du corps et des sexualités est un domaine peu investi par l’histoire religieuse traditionnelle. Dans le cadre de ma thèse, je m’intéresse aux discours que les directeurs de conscience tiennent aux femmes à propos du corps. Ce sont des prêtres qui sont chargés de guider les catholiques sur la voie du progrès spirituel, dans le cadre d’une relation très personnelle. Ces conseils sont dispensés à l’oral lors des rencontres entre le prêtre et son « dirigé », mais aussi par le biais de correspondances suivies. Ce dialogue porte sur des thèmes très variés : la spiritualité, le couple, les œuvres de charité, la vie mondaine, le corps et la sexualité. Par leurs prescriptions, les directeurs de conscience produisent des modèles de comportement liés aux questionnements spirituels et moraux. La construction de ces modèles est centrale pour comprendre la perception que les femmes ont d’elles mêmes, mais aussi pour élucider les logiques qui sous-tendent leurs attitudes. Par exemple, je m’étonnais dans mon mémoire de master de la fréquence du discours sur la souffrance dans les journaux personnels de jeunes filles. À première vue, la problématique était donc d’ordre médical, s’inscrivant plutôt dans une histoire de la santé ou de la perception de la souffrance. Or, j’ai compris un peu plus tard que mon questionnement était incomplet : en réalité, la souffrance est présentée par les directeurs spirituels, et par le clergé en général, comme une voie d’accès privilégiée à Dieu6. Dans cette perspective, la dimension spirituelle du discours des jeunes femmes sur leur corps souffrant m’apparaissait évidente, encore fallait-il avoir posé la question en ces termes !

Redonner une place au fait religieux au sein d’études plus générales

Plus directement, l’étude de certains champs historiques ne peut se passer d’une véritable analyse de ce qui se joue dans les pratiques religieuses. Ainsi, il serait vain d’occulter la place de la direction de conscience dans le processus de création d’œuvres sociales majeures dans le tissu associatif français, comme l’a montré Anne Cova au sujet de la Ligue des femmes françaises7. Les directeurs spirituels sont présents à toutes les étapes de la création de ces associations. Des pratiques personnelles de piété dépassent ainsi largement ce qu’on a appelé la « sphère privée », et façonnent la manière dont les catholiques agissent dans le monde. Centrée sur la direction de conscience, ma recherche n’entend pas faire l’historique de cette pratique religieuse particulière mais bien plutôt comprendre en quoi elle est le lieu de l’élaboration d’un rapport au monde qui dépasse les problématiques spirituelles. De ce fait, je préfère dire que je travaille sur l’histoire du genre à partir d’une pratique religieuse, plutôt que de me présenter comme une historienne du fait religieux.

Il faut d’ailleurs souligner que la prise en compte du fait religieux en histoire du genre est encore rare, malgré les recherches suggestives auxquelles ont abouti cette démarche8. La revivification du champ de l’histoire religieuse vient de cet apport d’autres façons de d’écrire l’histoire et d’autres disciplines.

*

L’histoire religieuse connaît des bouleversements majeurs depuis quelques années, et évolue plus vite que son image désuète. Ces mutations ne sont pas sans lien avec les questionnements religieux contemporains : quelle est la place de l’Eglise dans les sociétés contemporaines ? Comment celle-ci définit cette place à l’aune de considérations multiples ? Comment les croyants reçoivent le discours du Pape ? Comment les femmes et les hommes perçoivent leur rôle au sein de la communauté catholique? Un sacerdoce féminin est il envisageable ? Comment comprendre les réactions des ecclésiastiques au projet de loi sur le mariage pour tous ? Toutes ces interrogations ne peuvent se passer de mises en perspective historiques. D’autre part, de nombreuses thématiques de recherche gagneraient à intégrer davantage l’étude du fait religieux dans leur approche ; citons pêle-mêle l’histoire des jeunes, l’histoire du corps et des sexualités, l’histoire du sport, l’histoire des migrations, l’histoire de la santé.

  1. Jacques-Olivier Boudon, « L’histoire religieuse en France depuis le milieu des années 1970 », Histoire, économie et société, 2012/31e année, p 71-86.
  2. Ma thèse porte sur la direction de conscience, ou direction spirituelle, entre 1830 et le début des années 1920. Cette pratique ne concerne que les catholiques.
  3. Jacques-Olivier Boudon, « L’histoire religieuse en France depuis le milieu des années 1970 », op. cit.
  4. Céline Béraud, Le métier de prêtre. Approche sociologique, Paris, Éditions de l’Atelier, 2006.
  5. Elisabeth Pillet, Le vitrail à Paris au XIXe siècle : entretenir, conserver, restaurer, PUR, Rennes, 2010.
  6. A ce propos, on peut évoquer les travaux de Richard Burton, Holy Tears, Holy Blood, Women, Catholicism and the culture of suffering in France (1840-1970), Ithaca, Cornell University Press, 2004, ou ceux, plus datés, de Marcel Denis : La spiritualité victimale en France, Rome, Studia dehoniana, 1981.
  7. Anne Cova, « Au service de l’Église, de la patrie et de la famille ». Femmes catholiques et maternité sous la IIIe République, Paris, L’Harmattan, 2000.
  8. On peut penser par exemple aux travaux de Dominique-Marie Dauzet sur l’écriture des femmes mystiques : La mystique bien tempérée. Écriture féminine de l’expérience spirituelle (XIXe-XXe siècles), Paris, Cerf, 2006. Plus récemment : Anne Cova, Bruno Dumons (éd.), Destins de femmes. Religion, culture et société (France, XIXe-XXe siècles), Paris, Letouzey et Ané, coll. « Mémoire chrétienne au présent », 2010.

Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

More Posts

Les multiples sources de l’histoire de l’intégration européenne

Xavier Häpe en CC via Wikicommons
Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il exist…

Xavier Häpe en CC via Wikicommons

Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il existe de bonnes raisons pour s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne, d’autres questions se posent. Où commencer ? Où l’historien peut-il trouver ses sources ? Il est évident que celui qui veut écrire une histoire véritablement « européenne », dépassant la seule perspective nationale, devrait voyager beaucoup pour consulter diverses archives partout en Europe. Cette dispersion des archives pose un obstacle logistique majeur auquel se trouvent confrontés de nombreux jeunes chercheurs, et a fortiori les étudiants en Master qui, souvent, ne disposent pas des ressources financières et temporelles suffisantes pour effectuer une telle recherche. Néanmoins, il y a un nombre croissant de base de données en ligne qui proposent d’accès direct à de nombreux documents originaux. Outre l’introduction à des approches plus traditionnelles, notre présentation des sources se focalise donc sur ces possibilités qu’offre l’Internet à l’historien de l’intégration européenne.

*

Sources éditées et publications officielles

Les premiers travaux sur l’histoire de l’unification européenne s’appuyèrent avant tout sur l’exploitation des archives nationales. Il en résulta des études décrivant le processus d’intégration européenne dans la perspective nationale de chaque auteur, fondées sur un corpus de sources extrait des sites nationaux. Si une nouvelle génération de chercheurs se met aujourd’hui à écrire une histoire transnationale de l’Europe, basé sur l’exploitation et le croisement de plusieurs archives nationales, il s’agit surtout de bien connaître les particularités des différents sites nationaux. Il faut alors savoir, pour chacun des pays pris en considération, quelles furent les institutions nationales en charge de la politique européenne. Tandis que dans la majorité des pays membres ce sont les ministères des Affaires étrangères qui la coordonnent, c’est, par exemple, en Allemagne le ministère de l’économie qui joua longtemps un rôle prépondérant.

Mais avant d’aller dans les archives on peut se référer à divers recueils de sources éditées. À part les éditions effectuées par des institutions nationales, par exemple La Documentation française, il faut ici mentionner les travaux du « groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes ». C’est avant tout Walter Lipgens qui lança la publication de nombreuses sources importantes.[1] Mais beaucoup d’autres historiens de ce groupe figurent également d’éditeurs de sources, surtout Wilfried Loth, le disciple de Lipgens qui continua l’édition de ces quatre grands volumes sur l’intégration européenne après la mort de son maître.

Au-delà, les autobiographies, les mémoires et les discours des hommes politiques (il n’y en a presque pas de femmes), engagés dans le processus de l’unification européenne, représentent un genre de littérature qui influença particulièrement la première vague de l’historiographie de l’intégration européenne. Quoique ces écrits posent des problèmes d’interprétation non négligeables, les historiens les utilisèrent notamment pour l’analyse des périodes où il y avait encore peu de documents accessibles dans les archives. On s’appuya donc autant sur les œuvres des hommes d’État nationaux, comme Charles de Gaulle, Konrad Adenauer ou Winston Churchill, que sur les publications des représentants des institutions européennes, par exemple Jean Monnet ou Walter Hallstein. Cette approche, pourtant, avait tendance à renforcer l’image téléologique de l’intégration européenne marquée par les « pères fondateurs » dans leurs écrits autobiographiques (sur cette question, voir le billet précédent : « Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne ? ».

Pour compléter la liste des sources éditées il nous faut finalement renvoyer aux documents et publications officielles des institutions européennes elles-mêmes. Le portail de l’Union européenne en donne une vue d’ensemble (voir ici). On y trouve des informations sur les publications actuelles, les archives historiques, les bibliothèques et centres de documentations ainsi que sur les possibilités de commander les documents. Le défi pour l’historien, pourtant, c’est que toutes ces publications changent fréquemment de noms au cours du processus de l’intégration européenne. Cela explique le fait que le titre d’un journal soit modifié à plusieurs reprises pendant seulement quelques années – c’est souvent le cas lors des élargissements de la Communauté européenne. Par conséquent, il est nécessaire de commencer par identifier les publications successives. L’historien économique et social, enfin, peut recourir à la base de données que propose Eurostat, la direction chargée de l’information statistique (voir ici). Elle fournit de multiples statistiques sur les indicateurs économiques de l’Union européenne ; celles-ci ne se réfèrent pas uniquement à la situation actuelle, mais, selon le cas, offrent également des données plus anciennes. À cela s’ajoutent les sondages Eurobarométre que la Commission européenne effectue depuis 1973 et qui peuvent éclairer l’évolution de l’opinion publique envers le processus de l’unification européenne (voir ici).

Archives des institutions européennes

En ce qui concerne les archives nous nous concentrons ici uniquement sur les fonds des institutions européennes, vu qu’une présentation de toutes les archives nationales des pays membres de l’UE qui contiennent des informations sur le processus de l’intégration dépasserait certainement le cadre de notre article. Chaque institution de l’Union européenne dispose donc de son propre service d’archives qui propose des informations spécifiques sur les fonds de ces différents organes. Pour s’en faire une première idée d’ensemble, il convient de se tourner d’abord vers la page web des « services des archives des institutions de l’Union européenne » (voir ici). De plus, le service d’archives du Conseil de l’Union européenne met à la disposition un « guide bleu » assez détaillé qui n’informe pas seulement sur les fonds d’archives des institutions européennes, mais également sur ceux des ministères des Affaires étrangères des États membres (voir ici). Ce guide – qui est complété par une « base de données sur l’intégration européenne » permettant de procéder à une méta-recherche dans les divers fonds d’archives nationales et européennes (voir ici) – constitue un premier outil très utile pour découvrir quels types de sources peuvent être mobilisés dans quelles archives et sur quels sites. Outre des informations pratiques concernant les conditions d’accès et de brèves esquisses historiques des archives, on y trouve des listes des inventaires les plus importants ainsi que quelques ouvrages de référence. Ensuite, les pages web de chaque service d’archives fournissent des informations plus précises, incluant outils de recherche avancée qui permettent de fouiller les fonds d’archives.

Les fonds d’archives des institutions européennes sont déposés aux « Archives historiques de l’Union européenne », qui sont administrées par l’Institut universitaire européen à Florence. Sa page web propose également une vue d’ensemble des différents fonds y déposés ainsi qu’un outil de recherche (voir ici). Les Archives de l’Union européenne suivent la règle de trente ans, ce qui signifie que seuls les dossiers élaborés il y a plus de trente ans sont accessibles au public. Il faut, de plus, prendre en considération le fait que la production des inventaires prend quelques années après l’ouverture des fonds, ce qui complique encore la recherche.

Les bases de données en ligne

Le problème d’accessibilité des archives peut être contourné, en partie, par le recours à des bases de données en ligne qui offrent accès à de nombreux documents numérisés. Une première liste de ressources électroniques se trouve sur la page web de l’Institut universitaire européen (voir ici). La plus intéressante en constitue la base DORIE – « Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes » – mise en place par la Commission européenne (voir ici). Cette base offre des documents composés par les services de la Commission au cours du processus de l’intégration européenne pour des besoins internes, des comptes rendus des réunions par exemple. Néanmoins, pour le moment, la base de données est encore en construction et il n’y a qu’un nombre limité des documents déjà numérisés.

L’université de Pittsburgh aux États-Unis entretient une autre banque numérique très utile, l’Archive of European Integration (AEI) (voir ici). Il s’agit d’une coopération entre la bibliothèque et le centre de la recherche sur l’Union européenne à Pittsburgh ainsi que l’European Research Papers Archive et l’European Union Studies Association. Deux genres de documents y peuvent être mobilisés. D’une part, on trouve des articles scientifiques portant sur la construction européenne ; d’autre part, des documents officiels de la Communauté européenne sont rendus accessibles. L’AEI constitue donc probablement la base de données la plus importante, librement accessible en ligne, qui offre un nombre toujours croissant de dossiers numérisés. De surcroît, ses outils de recherche avancée permettent une recherche très détaillée.

Ensuite, la page web du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE), un établissement public luxembourgeois, dispose d’une vaste bibliothèque numérique qui rassemble plusieurs milliers de documents concernant l’évolution de la construction européenne depuis ses origines après la Seconde Guerre mondiale (voir ici).[2] Dans ses collections on ne trouve pas seulement des documents papiers numérisés, mais aussi des sources multimédia, comme des vidéos, des entretiens, des photos, des cartes interactives, etc. Les sources sont regroupées en dossiers thématiques et classées par ordre chronologique. Dans l’ensemble, il s’agit d’une page très riche et varié, sur laquelle on peut juste « surfer » pour se faire une idée plus complète de la chronologie de l’unification européenne.

Finalement, nous renvoyons au portail European History Primary Sources qui était crée par l’Institut universitaire européen il y a encore peu de temps (voir ici). Ce  portail ne constitue pas une base de données en lui-même, mais propose un index de pages web offrant accès à des sources numérisées. Cependant, les références ne se limitent pas à la construction européenne d’après-guerre, mais concernent l’histoire du continent depuis l’Antiquité, quoique l’accent soit mis sur le XXe siècle. Avec le nombre de bases de données en ligne augmentant d’une façon continue, ce site devrait se révéler de plus en plus utile.

Bibliothèques et recherche de littérature

Nous concluons notre article par la présentation des quelques outils qui peuvent aider à la recherche de la littérature spécialisée portant sur le processus de l’unification européenne. Vu que l’Institut universitaire européen à Florence, crée en 1972 par les États membres de la Communauté, représente un des centres les plus importants de la recherche sur l’intégration européenne, sa bibliothèque dispose certainement des fonds les plus complets (voir ici). De plus, le catalogue CADMUS permet de chercher les nombreuses thèses de doctorat qui sont soutenues à l’institut et qui sont, en partie, accessibles en ligne (voir ici).

Une autre bibliothèque très riche est celle de la Commission européenne, crée dès 1958 (voir ici). Les collections de la Bibliothèque centrale de la Commission européenne couvrent donc toute la période de l’unification européenne depuis ses origines dans les années cinquante jusqu’à aujourd’hui. La recherche dans ses fonds peut être effectuée via le catalogue ECLAS qui regroupe plusieurs bibliothèques et centres de documentations spécialisés, coordonnés par la Bibliothèque centrale (voir ici). Cet instrument se prête surtout à la recherche des publications officielles des institutions européennes.

Depuis les années 1960 la Commission européenne a également installé un réseau européen d’information, regroupant quelque centaines de centres d’information et de documentation. Sur la page web du service europe direct les différentes institutions nationales peuvent être repérées (voir ici). Ce sont donc surtout les centres de documentations, attachés souvent à des universités, qui mettent à la disposition des publications officielles des institutions européennes ainsi que de la littérature spécialisée.

Quant aux revues scientifiques, le Journal of European Integration History (JEIH), édité depuis 1995 par « le groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes », prend un rôle prépondérant (voir ici). Publié en trois langues – anglais, français, allemand –, il constitue la seule revue scientifique dédiée exclusivement à l’histoire de l’intégration européenne. Excepté les numéros de l’année en cours, les exemplaires de la revue sont téléchargeables sur la page web du groupe de liaison. Enfin, l’European Research Papers Archive (ERPA) offre l’accès aux papiers et revues électroniques des quelques 18 institutions membres dans le domaine de recherche sur l’intégration européenne (voir ici). Les publications couvrent donc plusieurs disciplines académiques qui font partie des études européennes.

*

Ce bref tour d’horizon a montré qu’il existe de plus en plus d’outils qui facilitent la recherche sur l’histoire de la construction européenne d’après-guerre. L’Internet offre aujourd’hui de multiples possibilités qui peuvent épargner de longs séjours dans les archives. Dans le même temps, le nombre croissant de ressources électroniques risque toutefois d’obscurcir  la situation plutôt que de l’éclairer – une tendance qui est encore renforcée par le fait que la construction européenne n’a pas encore trouvé sa fin. Il s’agit donc de ne pas se laisser écraser par l’offre existant, mais de l’explorer avec persévérance !

 

Récapitulatif des liens cités

________

  • Publications officielles

Portail de l’Union européenne : http://europa.eu/documentation/index_fr.htm

Eurostat : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/eurostat/home/

Eurobaromètre : http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm

  • Archives des institutions européennes

Services des archives des institutions de l’Union européenne : http://ec.europa.eu/dgs/secretariat_general/archives_services/index_fr.htm

Guide bleu des archives : http://www.consilium.europa.eu/documents/archives/blue-guide?lang=fr & http://www.eui.eu/HAEU/MFAdb/Welcomefr.htm

Archives historiques de l’Union européenne : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/Index.aspx

  • Bases de données

Institut universitaire européen (IUE) : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/FindingAidsAndResearch/LibraryandE-Ressources.aspx

Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes (DORIE) : http://ec.europa.eu/dorie/home.do?locale=fr&

Archive of European Integration : http://aei.pitt.edu/

Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE) : http://www.cvce.eu/

European History Primary Sources : http://primary-sources.eui.eu/

  • Bibliothèques / littérature

Bibliothèque de l’IUE : http://www.eui.eu/Research/Library/Index.aspx

Catalogue de thèses CADMUS : http://cadmus.eui.eu/handle/1814/7088

Bibliothèque centrale de la Commission européenne : http://ec.europa.eu/libraries/doc/index_fr.htm

Catalogue collectif des bibliothèques de la Commission européenne ECLAS : http://ec.europa.eu/libraries/doc/catalogues/index_fr.htm

Europe direct : http://europa.eu/europedirect/meet_us/index_fr.htm

Journal of European Integration History : http://www.eu-historians.eu/Journal

European Research Papers Archive : http://eiop.or.at/erpa/erpainfo.htm

[1] Walter Lipgens (dir.) : Documents on the History of European Integration, 4 vol., Berlin : de Gruyter, 1985-1991.

[2] Cette page succède à l’european navigator (ena) qui se trouvait sur www.ena.lu