Le passé-enjeu. A propos de la réception médiatique des découvertes archéologiques de l’université de Pékin au Kenya

“The dig suggests China’s interest in Africa goes back a long way”, BBC (18/10/10)…

“The dig suggests China’s interest in Africa goes back a long way”, BBC (18/10/10)
Cliquer sur l’image pour accéder à l’article

La conférence, du Professeur QIN Dashu annoncée le 18 octobre prochain au Collège de France, au sujet des recherches conduites pour l’Université de Pekin au Kenya – en collaboration avec des institutions kenyannes -, offre l’opportunité de revenir sur les enjeux du passé en Afrique subsaharienne. Non surprenants en soi, ces nouveaux partenariats avec des institutions scientifiques chinoises modifient cependant, à différents titres, les perceptions de pays longtemps étudiés par des archéologues britanniques, puis dans un second temps par des équipes internationales essentiellement nord-américaines et européennes. Mais on comprendra également que les enjeux de l’archéologie dépassent largement le champ de connaissance de cette discipline et s’inscrivent dans un contexte géopolitique plus ample, dont attestent les réceptions et commentaires accompagnant les diverses découvertes.

Rien, dans ce constat, n’est particulièrement neuf. Loin de tout angélisme inadéquat sur la neutralité de la recherche, de nombreuses analyses critiques ont fait état, depuis plusieurs décennies – de fait depuis les Indépendances -, des implications et instrumentations idéologiques de l’archéologie. Démarches réflexives  de nouvelles générations d’archéologues africains et européens soucieux, pour des raisons parfois différentes,  de se démarquer de dérives diffusionnistes ou évolutionnistes et des hiérarchies de civilisation associées ; critiques virulentes et engagées, pour des historiens puis archéologues africains attachés à refonder une longue histoire africaine irréductible à la courte temporalité de la « parenthèse coloniale » – pour reprendre des termes de Cheik Anta Diop -, au risque parfois de généralisations abusives et d’inversion de paradigmes occidentaux, celles-ci n’ont, ainsi que de récents colloques ont contribué à le  montrer, guère réussi à se défaire totalement de  schèmes conceptuels commodes forgés en situation coloniale (1) . La nouveauté en revanche, provient de l’introduction d’un nouveau partenaire, la RPC, doté de budgets conséquents (le programme triennal de l’équipe du Pr Qin Dashu disposait d’un budget de $3 millions, financé, pour la première fois, par le ministère du commerce) et du contexte, très différemment évalué selon les approches et les parties.

Moins que l’intérêt  des recherches de l’équipe de l’Université de Pékin, et les éléments nouveaux apportés dans la connaissance de relations séculaires, en partie établies par différents textes anciens et artefacts collectés en différents lieux de la côte orientale,  c’est bien plus le caractère quasi inévitable  de la reprise de cette information dans le contexte de l’heure, et des termes employés, qui parait signifiant. La découverte, dans l’ancienne ville portuaire de Malindi,  d’une monnaie chinoise en laiton du XVe siècle, probablement frappée entre 1403 et 1424 et représentant Chengzu ou Yongle, troisième empereur de la dynastie Min  – c’est à dire antérieure d’une centaine d’années à l’arrivée des Portugais – , ne contribuerait ainsi pas seulement à préciser les navigations exploratoires du célèbre amiral Zheng He et de son importante flotte; elle signifierait une “réécriture de l’histoire” médiatisée, c’est à dire également, un décentrement recomposant les relations entre le continent africain et l’Europe et réévaluant la pertinence et de la présence et la validité des savoirs occidentaux sur l’histoire de l’Afrique.

Un rapide survol des médias kenyans, africains et occidentaux souligne ainsi l’importance des titres et intertitres qui, sous une forme tour à tour interrogative et affirmative,  évoquent  l’enjeu nouveau de ce passé, dont une des caractéristiques serait de donner un socle chronologique étendu aux échanges entre la Chine et les pays d’Afrique de l’Est.  Retracing Chinese roots in the Coast écrit ainsi Patrick Beja (16.1.2010). Et ailleurs : « Malindi vise à révéler la prospérité de l’ancienne Malindi, une ville portuaire qui s’est développée au 15ème siècle et a très tôt constaté les premiers échanges commerciaux entre l’Asie et l’Afrique » (  A la recherche de la ville de Kenya visitée par l’explorateur chinois Zheng He  , Yang Fa, 2012-08-27).

C’est également le cas d’un article de la BBC édition africaine  intitulé Could a rusty coin re-write Chinese-African history? (20 octobre 2010), dans lequel le journaliste Peter Greste revient sur une trouvaille (la fameuse pièce)  intéressant apparemment aussi bien historiens qu’hommes politiques, et la  lie  aux chiffres des investissements chinois sur le continent africain. L’auteur insiste également sur une interprétation kenyanne : « Nous sommes en train de découvrir que les Chinois avaient une approche très différente des Européens envers l’Afrique de l’Est », affirme ainsi l’archéologue des musées nationaux interviewé, Herman Kiriama,  qui souligne également que ce don de monnaie, interprété comme une volonté personnelle de l’Empereur, implique avant tout une reconnaissance d’égalité des parties en présence. « A long time ago, the East African coast looked East and not West” conclut Mr Kiriama, allant au delà de l’évidence géographique de cette assertion.

D’autres articles en ligne vont plus loin, établissant sans grande hésitation une parenté génétique “prouvée par des tests ADN”,  confirmant « les dires de certains pécheurs qui affirment avoir des ancêtres chinois ». Ce point serait confirmé, pour un autre site, par des « traits caractéristiques » découverts chez les populations d’ Harar ( Ethiopie)  démontrant  que « Zheng He ne s’est pas contenté d’arriver sur les côtes du Kenya mais qu’il a exploré une grande partie de l’Afrique de l’Est, 100 ans avant les premiers explorateurs européens tel que le portugais Vasco de Gama. ». Plus largement encore, le site seneweb interroge l’antériorité de la présence africaine à l’échelle continentale dans un article intitulé  Les Chinois en Afrique avant les Européens ? .

Posée en ces termes qui débordent largement la sphère strictement archéologique, cette discussion sur l’antériorité de l’arrivée sur le continent a-t-elle un sens ?   La mise en démonstration de l’ancienneté des contacts et l’enjeu accordé aux questions de l’antériorité, promus comme autant de légitimations des relations  économiques et culturelles contemporaines est en soi problématique – et le fut déjà, dans d’autres contextes, dans un passé somme toute récent. Le risque demeure réel d’une reproduction de présupposés anciens qui ont eu le temps de révéler leur inadéquation ou leur inanité, mais qui se trouvent dans ce cas validés par des critiques continues – parfois largement méritées –  faites à certaines perceptions occidentales de l’histoire du continent. Dans tous les cas, la rigueur de la recherche archéologique s’embarrasse de généralisations abusives et de simplifications trop commodes, réécrivant en quelques campagnes de fouilles, quelle que soit l’équipe qui la dirige, une histoire complexe, fondée sur de nombreux échanges et contacts, dont l’interpénétration ne peut jamais mieux saisie qu’à une échelle locale et régionale.

L’usage de ces découvertes par les médias africains, occidentaux mais également chinois mériterait ainsi une analyse approfondie, exemplifiant les relations entre archéologie et politique, histoire ancienne et économies contemporaines. Mais l’existence et les articulations de ces rhétoriques médiatiques confirment également à quel point la question de la ” présence chinoise”, y compris ancienne, constitue un moment charnière de recomposition des représentations à l”échelle continentale. A ce titre, comme pour la présentation détaillée des résultats des campagnes de fouilles, la conférence du Pr Qin Dashu promet d’être particulièrement intéressante.

———————————

le Professeur QIN Dashu 秦大樹donnera une conférence intitulée :

Principaux résultats des recherches archéologiques de l’Université de Pékin au Kenya 北京大學肯尼亞考古行動的主要收穫

dans le cadre de la série de conférences « Actualité de la recherche sur la céramique chinoise » (Responsable : ZHAO Bing, CNRS, UMR 8155 CRCAO)

Discutant : M. Thomas VERNET (CEMAf, Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Séance présidée par M. Alain THOTE (EPHE)

Jeudi 18 octobre 2012 10h – 12h

Salle de Conférence Lévi-Strauss Rez-de-chaussée, Collège de France – site Cardinal Lemoine 52, rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris

——————————————-

(1) Pour une synthèse récente de l’abondante bibliographie sur la question, voir notamment : Galitzine-Loumpet A., Gorshenina S & Rapin Cl., actes des journées d”études Archéologie(s) en situation coloniale. 1. Paradigmes et situations comparées, Les nouvelles de l’archéologie n°126/décembre 2011, , et Archéologie(s) en situation coloniale, 2. Acteurs, institutions, devenirs, Les nouvelles de l’archéologie n°128/juin 2012, Ed. Maison des sciences de l’Homme / Errances

 

“Les folles (més)aventures de l’orthographe rectifiée au pays du circonflexe”, M.A. Paveau pour La pensée du discours. Vases communicants de mai 2012

Je suis très heureuse de publier ce matin un billet sur le carnet de Delphine Regnard, dans le cadre…

Je suis très heureuse de publier ce matin un billet sur le carnet de Delphine Regnard, dans le cadre des Vases communicants de mai 2012. Comme elle, j’ai beaucoup enseigné en cherchant, et, si désormais je cherche aussi en enseignant, je n’ai jamais abandonné la première posture. Je suis également très heureuse de la recevoir sur La pensée du discours, qu’elle vient enrichir de ses recherches enseignantes et de son enseignement cherchant.

Préambule (1)

En 1990, est publié au Journal officiel un document administratif intitulé Les rectifications de l’orthographe.  Il contient des propositions de simplification de l’orthographe, recommandées, non obligatoires et approuvées par l’Académie française. Le texte précise que les deux orthographes, rectifiée et traditionnelle, sont en vigueur, et qu’aucune « des deux graphies ne peut être tenue pour fautive ».

À cette époque, je commençais ma thèse sous la direction de l’un des dix signataires du « Manifeste des Dix », court texte paru à la Une du Monde le 7 février 1989, et intitulé Moderniser l’écriture du français : “Seule une langue qui vit et se développe, une langue parlée et écrite aisément par tous, peut se défendre et s’épanouir. Il faut donc moderniser la graphie du français”, écrivaient les dix linguistes. Mais je commençais également mon enseignement de français au collège et au lycée dans l’Oise, où je m’efforçais de mettre en place une pédagogie efficace informée par les réflexions didactiques que m’avaient ouvertes Isabelle Pécheyran et Daniel Delas, actifs rédacteurs au Français aujourd’hui, revue de l’AFEF, et infatigables didacticiens et pédagogues. J’ai rapidement adopté l’orthographe rectifiée pour des raisons tant linguistiques (régularisation d’un système où certaines formes sont inexplicables donc à mon sens inenseignables) que démocratiques (faciliter l’accès aux apprentissages à des élèves pour lesquels la détention de la culture et de la littéracie légitimes n’est pas une évidence préalable).

Après une quinzaine d’années de rédaction rectifiée, j’ai pourtant renoncé à l’application systématique des modifications. J’ai eu envie d’expliquer ici pourquoi en me livrant à un petit exercice d’autobiographie orthographique.

Histoires

En 1999, j’ai offert à un collègue intéressé un numéro du Français aujourd’hui que j’avais coordonné. Intitulé « L’énonciation, questions de discours », il portait sur les nouveaux programmes de français de 1995, qui avaient introduit dans les apprentissages langagiers les notions de « grammaire de texte » et surtout de « grammaire de discours ». Ce collègue est angliciste et la linguistique anglaise en France est très préoccupée d’énonciation, en particulier parce qu’elle est inspirée par les travaux d’Antoine Culioli. Le français aujourd’hui est l’une des rares revues françaises à avoir adopté l’orthographe rectifiée quasiment dès l’origine et à l’appliquer de manière systématique. Il y a un petit encadré très clair en deuxième de couverture. Ce collègue m’a envoyé un mail de remerciement sans aucune remarque sur le fond mais avec un relevé un peu indigné de quelques « fautes » d’orthographe du numéro (en particulier des accents circonflexes), qu’il trouvait, me disait-il, un peu trop nombreuses pour une revue « sérieuse ». J’ai été bêtement blessée par ce qui ne m’apparait plus maintenant que comme une bêtise étriquée doublée d’une discourtoisie manifeste et triplée d’une ignorance il est vrai orchestrée par les gouvernements successifs depuis 1990 : le texte de 1990 n’a jamais été diffusé en France, aucune information n’a été faite aux enseignants, et il est resté, littéralement, lettre morte. En Belgique, au Québec, en Suisse, il en a été autrement : il y a eu diffusion, information et même enseignement, même si l’application a été bien sûr partielle. Je souris maintenant au souvenir d’un autre numéro, sur les compétences lexicales où le mot corolle, rectifié en corole (avec guibole, girole, rousserole, etc.), figure dans le titre d’un article et donc dans le sommaire, et donc dans les métadonnées, etc. Nous avions eu quelques réactions également à ce propos. Tiens, une idée : que tous les militants de la rectification qui écrivent des articles fabriquent des titres comprenant des mots assez visiblement modifiés du type renouvèlement, hautparleur, recéler, vadémécum, charriot, persifflage et ventail. De bons moments en perspective !

En 2002 j’ai publié un article sur les stéréotypes dans les discours sur l’école dans une revue de langue et littérature. C’était un de mes corpus de travail à l’époque et je lisais donc avec minutie ces textes polémiques que l’on appelle les « essais de rentrée », qui recèlent une violence verbale tout à fait remarquable comme souvent, il faut le dire, quand il est question en France d’école, de culture, de langue, et d’orthographe bien sûr. Comme pour tous mes articles à l’époque, j’ai envoyé une version en orthographe rectifiée, assortie de la petite note que je mets systématiquement au début de l’introduction pour prévenir les lecteurs, celle-là même qui figure ici. Les épreuves pour relecture contenaient des annotations sarcastiques du type (qui n’émanaient pas des coordinateurs ni de la direction de la revue) : « Et alors tous les accents circonflexes, vous les supprimez ? » ou « Je suppose que d’après vous il faudrait écrire nénufar et ognon ? ». Euh, ben oui : Nénufar/nénuphar, emprunté à l’arabe via le persan (pour aller vite), est donc un mot translittéré qui a connu plusieurs orthographes, et subi l’influence de son voisin le nymPHéa ; ognon/oignon est un des cas les plus évidents de distorsion inenseignable entre phonie et graphie. Ces deux graphies sont des anomalies. J’avais donc trouvé ces remarques déplacées et un tantinet agressives. Mais au moins « mes » rectifications capricieuses avaient été acceptées.

En 2010 j’ai organisé avec Bénédicte Étienne un numéro du Français aujourd’hui sur les liens entre didactique du français et psychanalyse, « L’autre scène dans la classe ». Nous avons fait appel à des psychanalystes. Je connais un peu le rapport à la langue des milieux analytiques et j’avais donc pris soin de prévenir les auteurs des pratiques « rectificatrices » de notre revue. Mais je n’avais pas anticipé le conservatisme antimoderne et même « antipédagogiste » de l’un des invités du numéro : outre un discours assez « préau et blouses grises » sur l’école, j’ai eu droit, à l’envoi du numéro, à un petit mail mi-étonné mi-indigné sur les « fautes » d’orthographe de la livraison. Rebelote. Comme j’avais corrigé d’assez nombreuses « vraies » fautes chez cet auteur fâché avec les accords, j’ai trouvé sa remarque un peu fort de café (d’autant plus qu’il m’orthographiait Marianne alors que je ne suis pas rectifiée, moi !). En même temps, elle vérifiait une donnée que la sociolinguistique des attitudes connait depuis longtemps : en matière de langue, les locuteurs font rarement ce qu’ils disent. Par exemple, un locuteur se déclarant à l’enquête attentif au respect de la norme et au niveau de langue, sera surpris à user de formes familières ou argotique en situation non auto-surveillée. Cette petite mésaventure me prouvait aussi, si besoin en était, que les psychanalystes ont un inconscient, ce qui est plutôt rassurant pour tous les analysants du monde.

Je pourrais continuer à égrainer mes petites anecdotes jusqu’aux vases de juin, tellement les crispations sur cette orthographe française sont permanentes chez la plupart des locuteurs du français.

Idéologies

L’orthographe possède en effet une fonction idéologique particulièrement développée et active en France. Ce que j’appelle idéologie en parlant de l’orthographe, c’est un ensemble d’opinions et de croyances qui sont présentées (qui se font passer pour, dirait-on de manière un peu plus marxiste) comme des évidences naturelles et/ou des vérités scientifiques (nénufar en est un bel exemple). Ces aspects idéologiques sont bien connus et bien étudiés, et je me contente de les rappeler :

– assimilation de l’orthographe à langue et son corollaire : on ne maitrise bien la langue que si l’on maitrise l’orthographe ; en fait, ça marche plutôt en sens inverse et l’essentiel est de comprendre les graphies, surtout quand elles sont liées à des marques grammaticales (comme les marques nominale et verbale du pluriel par exemple). Comprendre, et non pas apprendre par cœur des listes, comme il est préconisé dans la dernière circulaire ministérielle sur l’orthographe.

– attribution à l’orthographe d’un statut de « lieu de mémoire » linguistique : les signes diacritiques, comme le fameux accent circonflexe, généralement dépourvu de fonction linguistique sur le i et le u (sauf quand il sert à discriminer des homographes comme sur/sûr) mais investi d’une forte dimension étymologique (il signale la plupart du temps une ancienne graphie, comme dans fenêtre dont la graphie antérieure est repérable à l’état de trace dans défenestrer) ou les lettres étymologiques (dans doigt, vingt, temps, sculpture, etc.) sont jugées indispensables au système de la langue par les partisans de l’orthographe traditionnelle car la langue, sans eux, serait « dénaturée ». Mais s’il y a quelque chose qui n’est pas naturel, c’est bien la langue, produit humain social, uniquement social…

– attribution à l’orthographe d’une fonction axiologique : l’orthographe serait une valeur, en particulier esthétique (le fameux « amour de la langue » ou le sentiment de « beauté de la langue » qui poussent certains locuteurs à rejeter des formes qu’ils jugent « laides » ou « malsonnantes ») et morale (une « mauvaise » orthographe est une « impolitesse » ou un « irrespect »).  Une partie de l’idéologie qui se cristallise autour de l’orthographe me semble bien résumée par cette sélection de tweets de Bernard Pivot, rassemblés fort à propos, mais sans doute pour des raisons un peu différentes des miennes, par un professeur de mathématique sur son blog pédagogique. On y constate à plusieurs reprises que l’orthographe est bien considérée comme une valeur et par conséquent elle-même prise dans un réseau de valeurs : la propreté, la politesse, le respect. L’orthographe permettrait même de réussir, si l’on décode l’implicite, sa vie amoureuse… Cette dernière idée est assez courante, et extensible à l’ensemble de la langue : dans un guide d’enrichissement du vocabulaire, par ailleurs excellent, Paul Désalmand signale dans une sublime et anthologique note de bas de page qu’il n’épouserait pas une femme qui dirait malgré que. L’orthographe est surtout présentée par Bernard Pivot comme un don naturel (« Il n’est pas donné à tout le monde d’avoir naturellement une bonne orthographe »), ce qui est sans doute l’erreur la plus grossière et l’affirmation la plus idéologique et excluante de la série, car elle ouvre à toutes les stigmatisations par naturalisation, selon une idéologie du « don » (ah, la figure de l’élève doué…) que l’on connait bien par ailleurs. Une orthographe « naturelle », ça n’existe pas. On comprend donc que c’est l’axiologisation de l’orthographe qui la rend idéologique (on trouvera une bibliographie importante sur ces aspects normatifs, axiologique et idéologiques dans l’ouvrage de synthèse La langue française, passions et polémiques. Voir en particulier le chapitre 4 consacré à l’orthographe et rédigé par mes soins).

­­­L’orthographe est de ce fait un serpent de mer increvable du débat culturel en France, qui prend toujours les mêmes formes, celles des attaques d’opinion voire d’indignation, mais toujours sans argumentation. Le ton monte vite, les attaques ad personam fusent, l’appel au stéréotype est omniprésent, l’argument idéologique asséné sans sommation. La langue serait en danger, son corps symbolique serait maltraité, la décadence est proche, l’écriture phonétique menace, le français ne sera plus qu’un gigantesque sms…

Face à cela, les linguistes, surtout les spécialistes de ce domaine si complexe et subtil qu’est la graphie (Brissaud, Chervel, Cogis, David, Fayol, Haas, Jaffré, Manesse, Honvault, et Anis et Catach qui ne sont plus là mais qui ont tellement, presque tout d’ailleurs, fait pour l’avancée du savoir dans le domaine) doivent rester zen et répéter, inlassablement, que l’orthographe est instable, que ses zones de fragilité découragent les apprenants et les plongent dans l’insécurité linguistique et que la peur de faire des fautes fait faire des fautes : c’est l’hypercorrection, cette attitude qui consiste à surjouer fautivement la norme dans ses marques de prestige. L’accent circonflexe en est une et, après une première étude sur la question qui montre à quel le problème est sérieux pour les utilisateurs de… Blackberry, je prépare la seconde à partir d’une collection de ces « faux » accents de prestige dont la variété s’accroit de semaine en semaine : alors que les classiques du genre étaient plutôt faîtes et dîtes, je recueille maintenant des répît, brêve, débât, râté, etc. Ils sont particulièrement fréquents sur l’internet, ce qui montre aussi qu’il s’agit là d’une zone orthographiquement insécure. Et effectivement, parmi les figures qui peuplent la toile, se trouve, outre le troll et le bisounours, le grammar nazi, intraduisible en français et dans les langues européennes je pense, pour des raisons historiques (c’est en tout cas l’hypothèse que je défends dans ce billet sur la figure du grammar nazi). Je l’appelle pour ma part de manière plus mitigée la « sentinelle de la langue », qui dort en chacun de nous.

Et pourtant, ces modifications sont bien minimes et sont d’ailleurs parfois attaquées pour cette raison : dans un article de 25.000 à 30.000 signes, c’est l’affaire tout au plus de 6 ou 7 circonflexes, deux ou trois trémas, une ou deux doubles consonnes et quelques traits d’union. Un enseignement-apprentissage constructif et non prescriptif de l’orthographe, comme on en trouve des outils et des sources dans ce billet de Viviane Youx (voir aussi la bonne bibliographie qui y est associée) ou dans cet autre de Stéphanie de Vanssay peut les intégrer de manière très féconde.

Mais au fait, cet abandon de l’orthographe rectifiée, pourquoi, comment ? J’y viens.

Pratiques

Quand j’ai ouvert mon premier blog, je me suis posé la question des rectifications. Mais on sait à quel point les commentaires sur les fautes de langue sont nombreux dans les commentaires, quel que soit le thème abordé : qu’il s’agisse de blogs de shopping ou de littérature, de politique ou de course à pied, les commentaires finissent toujours par trouver le chemin de la grammaire, de l’orthographe, ou du vocabulaire. Langue et métalangue alternent constamment. J’aurais eu constamment des commentaires de ce type, donc j’y ai renoncé. Pour l’instant je n’envisage pas d’appliquer les modifications dans mes écritures en ligne. Si une sorte de collectif se créait, qui rassemblait plusieurs blogs avec une forme de charte orthographique commune bien affichée, je le ferais. Mais isolée, ce serait vraiment un appel au trolling permanent.

Je n’écris plus en orthographe rectifiée que dans les lieux qui le recommandent ou le proposent : certaines revues, certains collectifs. Ils sont rares, et ont parfois reculé : la revue Mots par exemple qui était militante et appliquait les rectications sous l’influence passionnée de Maurice Tournier, ne fait plus que les recommander actuellement. Dans un numéro des Études de linguistique appliquée, où je pensais naïvement que la cause était entendue, on m’a empêché de les appliquer et j’ai dû corriger mon texte (« c’est l’éditeur », m’a-t-on dit. Klincksieck). Dans un numéro de Langage et société sur les normes en 2007, nous étions deux, Danièle Manesse et moi-même, à les appliquer. Nos textes sont sortis en orthographe « ordinaire », dit l’errata glissé dans le volume, qui mentionne « le passage quasi-automatique du correcteur orthographique ». Les revues aussi ont un inconscient, cqfd. Les textes ministériels, qui auraient évidemment un rôle moteur dans leur diffusion, surtout depuis leur apparition dans les programmes du primaire de 2007, les ignorent : le dépliant récemment édité par le ministère, intitulé « L’orthographe et son enseignement », n’aborde pas la question et n’applique évidemment pas les rectifications.

Cauda

Ces (més)aventures ont montré que les rectifications orthographiques sont tout sauf aisément praticables en France : entre les refus et les oublis, les résistances et les re-corrections intempestives, le scripteur rectifiant passe son temps à lutter. Alors que faire ? Accepter d’expliquer, de se justifier, de se battre pour obtenir la disparition de trois circonflexes, deux trémas et quelques doubles consonnes ? Je suis lasse et je préfère dépenser mon énergie à organiser de ludiques formations express pour les ministres ignorants et écrire des billets-vases (et trop fleuves, j’en ai peur…) chez les ami.e.s qui savent que la langue, loin d’être ce corps sacré et permanent que vénèrent les « amoureux de la langue », est un dispositif graphique parfois erratique, modifiable et souvent modifié dans l’histoire (comme le montre cette imposante bibliographie), qui peut subir des régularisations sans que le système de la langue n’en soit outragé, brisé, martyrisé.

1. Ce texte applique les rectifications orthographiques proposées par le Conseil Supérieur de la langue française (JO du 06.12.1990).

Crédits 

1. “Don’t Panic Alphabet”, Thomas Heaphy, 2011, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

2. “Planche 4″, Zephyrios, 2012, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Pour citer ce billet :

Paveau M.-A., 2012, ”Les folles (més)aventures de l’orthographe rectifiée au pays du circonflexe“, M.A. Paveau pour La pensée du discours. Vases communicants de mai 2012, http://enseignant.hypotheses.org/?p=444, consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

More Posts

Une “vraie” épithète présidentielle

1er mai 2011, photo M.-A. Paveau
Le 23 avril, au lendemain du premier tour des élections présidentie…

1er mai 2011, photo M.-A. Paveau

Le 23 avril, au lendemain du premier tour des élections présidentielles 2012, le candidat sortant Nicolas Sarkozy a déclaré : “Le 1er mai, nous allons organiser la fête du travail, mais la fête du vrai travail, de ceux qui travaillent dur, de ceux qui sont exposés, qui souffrent, et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille”.

La place de l’épithète est un problème classique en syntaxe du français. Comme les niveaux de l’analyse linguistique sont articulés entre eux et non séparés, la syntaxe est aussi responsable du sens des mots et des phrases. Les grammaires abondent d’exemples dans lesquels les adjectifs, plutôt courts (une ou deux syllabes le plus fréquemment) changent de sens selon qu’ils sont placés à droite ou à gauche du nom. J’ai commenté il y a quelques mois l’expression “ma pauvre petite” dont une collègue m’avait élégamment qualifiée. À droite, certains adjectifs prennent un sens plutôt objectif (on dirait mieux : objectivisant), à gauche un sens plutôt subjectif (même remarque) :

  • Un homme grand – Un grand homme
  • Un chic type – Un type chic
  • Une fille pauvre – Une pauvre fille
  • Un fameux gâteau – Un gâteau fameux
  • Une formidable erreur – Une erreur formidable
  • Une franche amitié – Une amitié franche

Antéposer un adjectif qui pourrait être placé à droite (j’exclus bien sûr les adjectifs à place contrainte du type faux jumeau), c’est donc souvent lui conférer un sens évaluatif, et marquer sa présence subjective comme énonciateur : c’est, en quelque sorte, exprimer une vision du monde. Quand Nicolas Sarkozy emploie l’expression “un vrai travail”, il utilise ces potentialités sémantiques de l’adjectif et inscrit d’ailleurs cet emploi dans un usage assez fréquent de l’adjectif vrai antéposé au nom, qui est toujours axiologique, c’est-à-dire comportant toujours un jugement de valeur. Évidemment cet emploi concerne des entités soupçonnées d’inauhenticité, de mensonge, voire d’imposture. Ou plus exactement, c’est cette antéposition de vrai qui construit, implicitement, cet univers implicite de la tromperie et de la mystification : elle dessine en creux une norme, qui est la vérité de l’entité, mais sans la dire. Depuis quelques jours, les commentateurs demandent d’ailleurs ironiquement au président : qu’est-ce qu’un vrai travail ? La réponse à cette question est tautologique : un vrai travail, c’est un travail que je qualifie de vrai. Autrement dit c’est un travail qui respecte les normes de ce que j’appelle travail, qui en possède tous les traits sémiques, diraient les  sémanticiens. Les autres sont “non vrais”.

Il faut noter que l’emploi présidentiel (le présidentiel emploi ?) se fait avec l’article défini de généralisation, puisqu’il s’agit du 1er mai, ce qui accentue la dimension normative : “la fête DU vrai travail”. Dans les usages courants, on peut entendre des énoncés du type : “Après des années de stage, j’ai enfin obtenu un vrai travail”, qui signifie : un travail salarié, un CDI, mais sans le jugement de valeur du “vrai travail” sarkozyen. Quel est-il, ce jugement de valeur ? Il suffit peut-être de regarder le contexte : “ceux qui travaillent dur, […] ceux qui sont exposés, qui souffrent”. Voilà une conception apparemment empathique mais qui repose peut-être sur la vieille conception chrétienne de la souffrance obligatoire : ”Tu mangeras ton pain à la sueur de ton visage jusqu’à ce que tu retournes dans la terre d’où tu as été tiré” (Genèse 3, 19). Souffrir plus pour gagner peu. Mais le président ne manie pas seulement l’épithète antéposée et la référence biblique : il est aussi assez bon dans la reformulation de ses propres propos puisque “quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille” est une mise en écho du célèbre “travailler plus pour gagner plus”, slogan des premières années du travail élyséen.

Si l’on n’entend pas exactement ce que pourrait être ce “vrai travail”, excepté dans sa part de souffrance, en revanche cette auto-reformulation nous permet de très bien entendre ce qu’il n’est pas : le non-travail de celui qui “ne travaille pas”, le travail assisté, le travail au noir, le travail de celui qui ne veut pas travailler, le travail gagné plus que le travail gagné dur. Il y a tout un univers idéologique dans ce petit vrai. On sort en effet du discours politique pour entrer dans le discours pamphlétaire, ce qui est différent et évidemment beaucoup plus faible sur le plan argumentatif, et plus fort sur celui de la manipulation. Dans La parole pamphlétaire paru en 1982 (Paris, Payot), Marc Angenot consacre un chapitre à la vérité du pamphlétaire  : “La vérité et l’imposture” (p. 85-98). Le pamphlétaire, qui évolue dans un monde binaire, est celui qui revendique inlassablement la vérité : “la vérité possède une force axiologique immanente, elle est le critère régulateur et la justification du discours” (p. 85). Le pamphlétaire dénonce le “monde de l’anti-valeur”, monde des escrocs, des imposteurs et des charlatans. Monde de ceux qui gagnent plus en ne travaillant pas contre ceux qui gagnent peu en “vrai-travaillant”.

On voit donc bien ce que devrait être un “vrai travail” dans la présidentielle idéologie ; on voit moins bien ce que seront les vrais effets de cette présidentielle et pamphlétaire antéposition. Un vrai changement ?

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

More Posts