Une entreprise improbable

[Album pittoresque d’un voyage autour du monde exécuté par ordre du gouvernement français. Gravures…

[Album pittoresque d
[Album pittoresque d’un voyage autour du monde exécuté par ordre du gouvernement français. Gravures en taille-douce entièrement dessinées par l’amiral Pâris. Texte par Casimir Henricy,… Paris, Impr. Ch. Noblet, s.d. (le voyage de circumnavigation de l’Artémise eut lieu entre 1837 et 1840), 25 gravures, don de l’amiral Pâris]
Source: Bibliothèque nationale de France

La récente introduction dans Gallica de cet ouvrage conservé au Dépôt des cartes et plans de la BnF dans le fonds de la Société de Géographie est l’occasion de se pencher sur le personnage de Casimir Henricy, auteur du texte. Cette courte biographie non exhaustive est nécessaire pour apprécier le caractère original et hautement improbable de cette aventure éditoriale commune.

Casimir Henricy est né le 20 août 1814 à Saint-Tropez. Son dossier le décrit ainsi:

1 mètre 63 centimètres

Poil châtain

Yeux bruns

Front large

Nez long

Bouche moyenne

Menton rond

Visage ovale

Un biographe autorisé résume ainsi la vie de Casimir Henricy :

« Homme de lettres, né à Saint-Tropez, en 1814. Après dix années de navigation qui lui ont fait explorer les cinq parties du monde, il arriva à Paris (en 1840), et devint aussitôt rédacteur du National, journal où il a collaboré jusqu’en 1848. Il écrivit aussi dans la Réforme et la plupart des autres publications démocratiques de cette époque. Il débuta par des Souvenirs de voyage qui furent remarqués, et publia successivement plusieurs romans et nouvelles : la Perle de Gravelines, Juanita, Un oncle régent, Deux Corses, Aventure de baleiniers, etc. ; une Histoire de l’Océanie, une Histoire de la Belgique, les Mœurs et costumes de tous les peuples ; Al-Djezaïr, études morales, politiques, philosophiques et littéraires ; une Grammaire française, un Traité de la réforme de l’orthographe. Mais son ouvrage le plus important est la Tribune des linguistes, publication par laquelle il s’est placé au premier rang dans le monde de la science. Casimir Henricy a pris une part active à la Révolution de 1848. C’est lui qui, le 25 février, forma, aux Tuileries et sur la place du Carrousel, cette formidable colonne qui, marchant à sa suite, envahit l’Hôtel de ville et ne le quitta qu’après avoir entendu proclamer la République. Il échoua aux élections, dans le Var, pour l’Assemblée nationale, et fut pendant quelques mois sous-préfet de Brignoles, modestes fonctions qu’il n’avait acceptées que pour rétablir l’ordre dans cet arrondissement, où il eut à déployer une grande énergie. Revenu à Paris, il y fut poursuivi, en 1850, comme chef d’une société secrète, et, après cinq mois de détention préventive à Mazas, il fut condamné à deux ans de prison par la Cour d’assises de la Seine. Homme politique, Casimir Henricy se distingue par la fermeté de ses convictions et des opinions très avancées, mais pratiques ; comme écrivain, il étonne par la variété de ses connaissances, sa facilité à traiter tous les sujets, et ses idées neuves et hardies, surtout en anthropologie, en histoire, en linguistique et en philosophie. »[1]

 De sa jeunesse nous disposons de quelques états de service[2] : novice en février 1831, il navigue sur différents bâtiments au commerce avant de passer matelot en 1833 et d’être incorporé à la 79e Compagnie des équipages de ligne en 1835. Nous retrouvons donc Casimir le Matelot de 3e classe sur l’Artémise où il est chef de pièce et « sert au maître d’équipage pour la tenue de ses livres de consommation » nous renseigne Pâris[3]. Son quartier d’inscription est Saint-Tropez ce qui peut laisser à penser qu’il n’a guère quitté son Var natal avant de prendre la mer mais est éduqué puisqu’il sait lire et écrire. C’est d’ailleurs sans doute à bord de l’Artémise qu’il commence sa carrière de trublion, s’attaquant à l’état-major dans des vers « dont quelques-uns assez bons »[4]. Chatouillant le commandant Laplace pour son impertinence, notamment lors de l’escale forcée de l’Artémise à Tahiti[5], Henricy est débarqué et passé sur la frégate l’Andromède, commandant Henri de Villeneuve à la station navale des mers du Sud, le 15 décembre 1839 à Valparaiso. Le 11 juillet 1840 il est congédié et déclare le 1er août vouloir renoncer à la navigation et à toutes professions maritimes. Il est rayé des listes le 7 octobre 1841. Il écrit alors pour le National quelques articles pleins de verve sur les interventions françaises à Tahiti[6] ainsi que plusieurs ouvrages et articles sur Tahiti et sa reine Pomaré.

Dans les années 1840 il met en mots sa vie passée de marin, écrit des traités sur l’histoire et les mœurs des habitants d’Océanie, d’Afrique, de Belgique ou de Cochinchine, participe au National[7] et à la Semaine littéraire mais en 1848 c’est sur les barricades que se trouve l’ancien matelot. Engagé en politique, il est envoyé à Brignolles en mars-avril 1848 comme sous-commissaire mais doit s’enfuir de son arrondissement en juillet[8]. A l’automne il encourage le gouvernement à créer des clubs politiques[9] et est un des chefs de la société secrète Némésis où il est surnommé Tartampion. Il est jugé en cour d’assise pour ce fait et emprisonné à Mazas. En 1853 il est toujours en prison à Sainte-Pélagie avec d’autres prisonniers politiques dont Pilhes, Langlois et Vauthier.

Henricy, outre son engagement politique, est spirite spirite, croit à la métempsychose et pense avoir été une femme à Londres dans une vie antérieure ; mais il dirige bientôt sa débordante énergie dans le champ linguistique en fondant en 1858 la Tribune des Linguistes qui sert d’organe officiel de la Société Internationale de Linguistique dont il est le secrétaire général. Ses objectifs sont la création d’un alphabet et d’une langue universels ainsi que la réforme de l’orthographe. Henricy publie une Gramère fransèze d’après la réforme ortografique et un Traité de grammaire française, de réforme de l’orthographe, de grammaire de la réforme orthographique et du dictionnaire de la réforme  associé au Dictionnaire des écoles de Maurice La Châtre. Le 7 mai 1860 Henricy est admis à la Société des gens de lettres sous le parrainage d’Etienne Enault.

Il revient sur le devant de la scène politique au soir du Second Empire : en mai 1869, il est candidat de la 7e circonscription de Paris. Pendant la Commune de Paris, connu comme homme de lettres et marchand de bois, il accueille de nombreux communards dans sa maison quai de Bercy, notamment Jean-Baptiste Clément. Conseiller municipal  du IVe arrondissement de Paris de 1871 à 1881[10], il est « l’élément gai du conseil municipal »[11]. Il publie Les Quatrains municipaux. Rôle d’équipage du vaisseau de Paris en 1878, par un conseiller municipal[12] et consacre quelques alexandrins à Andrieux, préfet de police de la Seine, dans sa Merriade[13].

C’est l’année suivante qu’il publie avec Pâris l’Album pittoresque de l’Artémise[14]. Henricy se gratifie du titre de publiciste. Pourquoi et comment ces deux hommes que tout oppose sinon trois années passées sur un même navire quelque quarante-trois ans plus tôt se sont-ils associés ? Peut-être les Jobbé-Duval ont-ils favorisé ce rapprochement, l’un gendre de Pâris, l’autre élu de Paris aux côtés d’Henricy ? Toujours est-il que le texte de Henricy est accompagné des planches gravées d’après les dessins de Pâris. Ces planches de réemploi sont celles qui ont servi à l’illustration de la relation officielle du voyage de l’Artémise rédigée dans les années 1840 par Laplace. L’exemplaire conservé dans le fonds de la Société de géographie est un don de l’amiral Pâris mais porte une dédicace d’Henricy à un certain Watel.

Pâris décède quelques années après cette aventure éditoriale pour le moins curieuse. Henricy serait mort en 1901[15].

[1] Biographie de Casimir Henricy, candidat de l’opposition démocratique dans la septième circonscription (Extrait du Nouveau dictionnaire universel, par Maurice La Chatre). BnF 8-LE77-2452

[2] Obligeamment communiqués par Laurent Pavlidis, Direction des actions culturelles, du patrimoine et de la conservation de Saint-Tropez.

[3] E. Pâris, Journal de l’Artémise, 20 août 1838. mss, coll. part.

[4] Ibid.

[5] C. Henricy, « Voyage de l’Artémise. Taïti ». Le National, 24 septembre 1840.

[6] C. Henricy, « Les deux traités. Une Reine et sa Cour.- Moeurs taïtiennes. », Le National de 1834, 19 décembre 1840.

C. Henricy, Récit véridique en vers et en prose des grands événements qui se sont passés à Otaïti. Où l’on verra comme quoi notre ministère a glorieusement, par continuation, soutenu l’honneur du Pavillon Français. Nantes, Imprimerie d’Hérault, 1844

[7] Il y publie en particulier deux feuilletons intitulés « Episodes de la pêche de la baleine » repris sans nom d’auteur dans un volume portant le titre Les catastrophes épouvantables du naufrage de la Méduse, suivies des Dangers terribles de la pêche de la baleine. Henricy intente alors un procès en contrefaçon qu’il remporte en juin 1842.

[8] A. J. Tudesq, U. de P. F. des lettres et sciences humaines, Les grands notables en France (1840-1849). Presses Universitaires de France, 1964, p. 1046.

[9] R. Gosselin, Les almanachs républicains : traditions révolutionnaires et culture politique des masses populaires de Paris, 1840-1851. L’Harmattan, 1992, p. 124.

[10] M. Choury, La Commune au cœur de Paris. Éditions sociales, 1967, p. 343.

[11] L. Andrieux, Souvenirs d’un préfet de police. [Volume 1] / par L. Andrieux. J. Rouff (Paris), 1885.

[12] C. Henricy, Les Quatrains municipaux. Rôle d’équipage du vaisseau de Paris en 1878, par un conseiller municipal (Casimir Henricy). E. Dentu, 1878.

[13] C. Henricy, La Merriade ou La grande bataille de Saint-Merri. E. Dentu, 1882.

[14] E. Paris, C. Henricy, C. P. T. Laplace, Album pittoresque d’un voyage autor du monde, exécuté par ordre du Gouvernement Français. Imprimerie de Ch. Noblet, 1883.

[15] Revue internationale du socialisme rationnel, vol. 34. , 1908.

Les albums allemands pour enfants en france (1990-2010) ou le triste voyage d’un tigre (sans tomates)

Compte-rendu de Gaëlle Lévesque
 
 
Pour cette dernière séance du séminaire de l’Afreloce …

Compte-rendu de Gaëlle Lévesque

 

 

Pour cette dernière séance du séminaire de l’Afreloce 2011-2012, Mathilde Lévêque s’est proposé d’observer quelles ont été la réception et la place des albums allemands en France de 1990 à 2010.

Lors du premier séminaire, en 2010, elle avait évoqué les erreurs de traduction qui pouvaient introduire des contresens et ainsi nettement altérer l’album original. Elle avait alors examiné le cas de l’album de Wolf Erlbruch, Frau Meier, die Amsel traduit en français par Chloé et Gérard Moncomble, Remue-ménage chez Mme K. : par exemple, le merle – que l’on voit dans l’image – devenait un corbeau dans le texte. Mathilde Lévêque a souhaité étendre à d’autres albums la réflexion sur la traduction. Or, si l’on trouve des études de cas, il n’existe en revanche aucun ouvrage sur la traductologie en littérature pour la jeunesse.

                  Quel sort est fait aux albums allemands pour les enfants ? Mathilde Lévêque en a présenté deux. Le premier, Armin de Rotraut Susanne Berner, traduit en français par Antoine, présente sur sa première image la librairie du personnage. Un lecteur allemand y reconnait certains livres puisque Rotraut Susanne Berner a représenté des premières de couverture d’albums existants. La richesse de cette image est moins perceptible pour un lecteur français : quels albums, parmi ceux sont représentés, ont été traduits en France ? Dans les images qui suivent, l’auteure fait différentes allusions à des albums bien connus des enfants allemands (Max et Moritz de Wilhelm Busch) et parfois également des lecteurs français (Max et les Maximonstres de Maurice Sendak) ainsi qu’à des contes qui font partie du patrimoine européen. Là, Mathilde Lévêque met en avant une absurdité de la traduction française. L’image montre une Belle au bois dormant endormie, facilement identifiable par le lecteur français puisqu’elle tient un fuseau dans sa main. Or le texte français transforme la princesse en « Cendrillon ».Une auditrice intervient alors pour pointer une autre difficulté à traduire un album : dans l’image la lune a de gros sourcils épais car elle est « der Mond » en allemand, un monsieur.

Mathilde Lévêque propose ensuite d’examiner un autre album, Trauriger Tiger Toastet Tomaten (Ein ABC) de Nadia Budde, adapté en français par Eugène sous le titre Voyage en Abécédie. En allemand, Nadia Budde a créé des phrases absurdes et drôles à partir des lettres de l’alphabet. Le titre allemand montre le principe de lecture de ces phrases où tous les mots commencent par la même lettre et le titre français a perdu cela ; il était pourtant possible de traduire « Triste Tigre Toaste des Tomates »… Le titre français (sans tomates) perd le fil de l’album puisque l’on peut retrouver les tomates tout au long des images ; elles permettent de compenser la discontinuité de l’ordre alphabétique.

Mathilde Lévêque a ensuite exposé la méthodologie qu’elle avait suivie et les difficultés qu’elle avait rencontrées pour sélectionner un corpus d’albums allemands traduits en français plus large. Il n’existe aucun outil qui apporte une réponse simple et exhaustive. C’est pourquoi, elle a utilisé cinq sources différentes pour parvenir à ses fins : les chiffres du syndicat national de l’édition (SNE), le catalogue de la BNF avec une recherche par mot clé, les chiffres de « la Joie par les livres », les catalogues des éditeurs et les recensions dans les revues spécialisées (La Revue des livres pour enfants, la sélection des « Livres au Trésor », celle de « la Joie par les livres »). La recherche par le SNE n’a pas été très satisfaisante car tous les éditeurs, notamment les plus petits, ne sont pas représentés. Mais ceci lui a permis de constater que de nombreuses régions sont absentes des listes des grands éditeurs (l’Inde, l’Amérique latine, les albums de langue arabe etc.). Le SNE indiquait qu’en 2008, 58 titres allemands avaient été traduits en France dont 13 destinés à la jeunesse ; ce qui correspond à 5,25% de la production contre 72% de livres anglo-saxons. Cependant, cette source ne donnait pas les titres des albums concernés.

Mathilde Lévêque s’est donc tournée vers le catalogue de la BNF. La recherche par mot clé a donné 66 résultats. Il a fallu éliminer les livres qui n’étaient pas destinés à la jeunesse, ceux qui étaient libres de droit (comme les rééditions des contes de Grimm), les romans pour la jeunesse, les jeux d’énigmes. Mathilde Lévêque obtenait ainsi 15 albums allemands traduits en France. Elle a pu constater que 6 étaient édités par les éditions suisse Nord-Sud qui jouent un rôle important de passeur et que 3 albums avaient été édités par la maison d’édition Être. Le catalogue d’éditeur a ensuite montré que 12 albums allemands avaient été édités par Être et qu’une grande place était accordée à l’illustrateur Wolf Erlbruch. Il s’est avéré que nombre de ces albums avaient été édités par la maison d’édition Peter Hammer Verlag. Cette très petite entreprise, qui n’a que quatre employés permanents et un réseau de lecteurs bénévoles, a pourtant un rôle très important de création et de diffusion en Allemagne. Elle a été fondée en 1966 à Wuppertal, par Johannes Rau notamment, membre du SPD, ministre d’un Land et président de la République allemande de 1999 à 2004. Il faut rappeler que, dans les années 60, il existe un fort mouvement de contestation or, Peter Hammer se traduit Pierre Marteau en français et ce nom désignait, en France, au XVIIème siècle, un éditeur fictif que choisissaient les auteurs qui ne pouvaient ou ne voulaient pas publier avec le privilège du roi. Le nom est donc bien choisi pour une maison d’édition qui, dès sa naissance, choisit de publier des livres politiques très à gauche et s’attache à faire connaitre des auteurs africains, entre autres. C’est en 1993 que le premier livre pour enfants parait : Vom kleinen Maulwurf, der wissen wollte, wer ihm auf den Kopf gemacht hat, plus connu en France sous le titre, De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête de Werner Holzwarth et Wolf Erlbruch. Le succès est immédiat et l’album est traduit dans une trentaine de langues. Cette maison a donc une politique éditoriale claire : elle ne veut rien de mignon, de sucré ou d’enfantin. Par sa devise « Klein und frei », elle revendique son indépendance financière. Dès lors, Wolf Erlbruch lui sert de moteur et lui permet d’introduire d’autres jeunes illustrateurs comme Budde. Cependant, si ces albums sont traduits en français, ils ne sont pas forcément connus de tous.

Afin d’affiner sa sélection, Mathilde Lévêque a analysé les chiffres de « la Joie par les livres ». Après avoir gardé uniquement les livres d’images et éliminé les rééditions, elle est parvenue à 350 albums de 1990 à 2000 et 300 albums de 2001 à 2011. Le nombre étant trop important pour qu’elle puisse examiner chaque titre, elle a mis en avant les grandes lignes et a pu constater que des illustrateurs, classiques ou créateurs de séries, étaient particulièrement représentés. Certains éditeurs se retrouvent aussi souvent comme les éditions « quatre fleuves » pour les séries La Fée Lili-Rose ou Félix, « les deux coqs d’or » pour les imagiers et les livres pour les tous petits, « Karl Hanser Verlag » pour Tommy, « Bilboquet » qui, pour une raison inconnue, ne précise pas qu’elle publie des traductions d’albums édités par une maison d’édition suisse, « Gautier Languereau » enfin qui publie les albums parus chez « Ravensburger » en Allemagne. De cette sélection ressortent deux grands ensembles : les titres traduits dans de nombreux pays et les titres qui restent plus confidentiels. Elle montre aussi que les éditeurs choisissent parfois de changer les prénoms des héros. Ainsi des prénoms très donnés en Allemagne, Jakob und Lisa, se transforment en prénoms français à succès, Maxime et Léa. La première de couverture peut également changer : le papa allemand est représenté par une abeille dans Ein Papa für Ilja Igel (de Dagmar Garbe et Marie-José Sacré) alors qu’il s’agit d’une girafe dans l’album traduit en français, Eric cherche un Papa ; à chaque pays sa représentation de la figure paternelle.

Enfin l’étude des recensions dans les revues montre l’importance de la Suisse dans le réseau de diffusion des albums allemands. Mathilde Lévêque présente un album significatif qui permet de voir quels sont les passages et les blocages entre les deux pays. Wer liest, ist paru en 2006 est un album qui a été élaboré par plusieurs artistes afin d’inciter à la lecture. A partir d’un poème, carte blanche a été donnée à cinq illustrateurs différents très connus en Allemagne : Bruno Blume, Verena Ballhaus, Quint Buchholz, Nadia Budde, Jacky Gleich, Susanne Janssen. Les cinq sont représentés sur la première de couverture autour d’une table, illustrant ainsi le jeu de mots du titre (Wer liest, ist = qui lit, est et Wer liest, isst = qui lit, mange). Un petit sondage dans la salle suffit à Mathilde Lévêque pour montrer quels étaient les artistes connus, car représentés, en France et quels étaient les blocages. Elle a conclu en émettant l’hypothèse que la publication de De la petite taupe… en 1993 a certainement eu un effet déclencheur sur l’intérêt porté par les Français aux albums allemands. Reste à le vérifier en remontant un peu plus dans le temps.

Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

More Posts - Website