Un artisan facteur de contrebasses retrace sa carrière à Mirecourt et blâme l’élitisme de certains luthiers

Le luthier Robert Baumann, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et d…

Le luthier Robert Baumann, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et elle y a rencontré des anciens du métier, ainsi que leurs proches. Robert Baumann a évolué dans un milieu professionnel impliqué dans le domaine de la lutherie (son frère, sa femme). Le monde ouvrier à Mirecourt avait le choix entre la lutherie ou la Cotonnière (fabrique de textile).

A Mirecourt, tout le monde était luthier, extrait de l’enquête n°3492

La stature imposante de R. Baumann l’amène à se spécialiser dans les contrebasses et violoncelles. Il reproche beaucoup aux anciens du métier leur prétention et leur élitisme.

“Tous des maîtres” (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Moule de contrebasse. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Il raconte comment, venant d’un autre milieu, il a subi du dédain dès son apprentissage (débuté à treize ans) et un manque de reconnaissance tout au long de sa carrière (il a travaillé jusqu’à l’âge de soixante-sept ans). Il dit n’avoir jamais aimé la mentalité de cette profession et a d’ailleurs voulu la quitter pour le syndicat agricole. Au retour d’une absence de trois ans pendant la guerre 1939-1945, Robert Baumann quitte la Maison Thibouville et installe son atelier à domicile.

La mauvaise mentalité (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Il était très demandé car il était un des seuls fabricants de contrebasses. Il les réalisait toutes de manière anonyme, elles étaient ensuite signées par les maisons.

La signature de l’instrument (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

En tout, il dit avoir fabriqué plusieurs centaines de contrebasses ; n’ayant pu, pour des nécessités économiques, se cantonner à l’instrument “à la main”, il a dû accepter la fabrication d’instruments plus usuels, c’est-à-dire moulés. Comme beaucoup de luthiers, pendant son temps libre, il cultivait son jardin ou celui des autres, ce qui permettait de nourrir sa femme et ses trois enfants.

Monsieur et Madame Baumann chez eux à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Madame Baumann a également suivi un apprentissage dès l’âge de treize ans, spécialisée dans le finissage des archets manufacturés, dont elle décrit ici la technique (extrait son). Il fallait en traiter une douzaine par jour pour pouvoir survivre.

Le polissage de l’archet (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Après le polissage, elle faisait la mortaise, posait la mèche et le recouvrement en nacre de l’archet.

Mortaise mèche et recouvrement (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492
 

Il y avait beaucoup de femmes regroupées en “chantiers” dans ces ateliers. Elle a travaillé de 1919 à 1939 puis de 1945 à 1948 . Autour de 1927, la profession connaît une crise : elle passe alors au montage des moules de violons, tandis que Robert Baumann est envoyé à la scierie.

Montage du moule du violon (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Tous deux soulignent la dureté du travail à cette époque et le peu de rémunération des ouvriers qui vivaient dans la misère. La lutherie  (jusqu’à son déclin à partir de 1927) employait beaucoup de gens, permanents ou intérimaires comme les paysans qui taillaient le bois en hiver.

Un travail mal rémunéré (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Certains se faisaient payer à l’avance pour des travaux qu’ils n’avaient pas encore commencés : on appelait cela “faire des chiens”.

“Faire des chiens” (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Robert Baumann évoque la fête de la Sainte-Cécile, patronne des luthiers, que l’on honorait de manière variée à Mirecourt.

La fête de la sainte Cécile (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Baumann, Robert (informateur) ; Baumann (Madame) ; Claudot-Hawad, Hélène. CUn artisan facteur de contrebasses retrace sa carrière à Mirecourt et blâme l’élitisme de certains luthiers. Mirecourt, 1982. 1 cass. 45min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°34892

Crédits photographiques : Monsieur et Madame Baumann à leur domicile à Mirecourt 1982, photographie de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille

Pierre Claudot à Mirecourt en 1923
Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claud…

Pierre Claudot à Mirecourt en 1923

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier à Marseille et originaire de Mirecourt comme la plupart des luthiers français de sa génération. Il s’agit ici de leur premier entretien. L’informateur descend d’une longue lignée de luthiers, mais n’a connu parmi eux que l’un de ses oncles, François Claudot, luthier à Dijon (auquel succèdera Albert Claudot, frère aîné de Pierre). Son père, Félix Claudot, luthier à Mirecourt, est décédé un mois après sa naissance, aussi la vie des ateliers ne lui était pas familière avant son apprentissage. A 12 ans, après le certificat d’étude, Pierre obtient un emploi de commissionnaire dans une banque. Sa mère, veuve, ne veut pas qu’il soit luthier. Il parvient à la convaincre grâce à l’instauration nouvelle, en 1920, d’un apprentissage rémunéré, destiné à former des luthiers d’art capables de fabriquer un violon complet (par opposition à la lutherie manufacturée où des ouvriers se spécialisent dans la fabrication de certaines pièces).

Extrait de l’enquête n°3483, L’apprentissage payé

Pierre Claudot témoigne d’un apprentissage long et exigeant pour atteindre la maîtrise parfaite de l’outil et de la matière

Extrait de l’enquête n°3493,  Les premiers contacts avec la matière et les outils

Après deux ans et demi d’apprentissage chez Thibouville, il reste encore six mois dans cette maison.

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans – face

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17ans – dos

 

Inscription sur le fond d’un violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans

Puis il est sollicité par Amédée Dieudonné, luthier qui revient de Bruxelles et introduit des modèles d’instruments différents de ceux qu’on utilise alors à Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3493, Pierre Claudot chez Amédée Dieudonné

Pierre Claudot détaille les différentes opérations dans la fabrication d’un instrument. La plupart des ateliers confient la fabrication des têtes des instruments à des spécialistes et livrent les instruments en bois blanc à des vernisseurs.

Après avoir travaillé trois ans chez Dieudonné, Pierre Claudot part à Marseille où il est embauché par la maison Granier. L’informateur, à travers sa carrière de luthier, a vécu l’histoire du 20e siècle : de la crise économique mondiale de 1933 qui pousse son employeur à Marseille, le luthier Granier, à abandonner la lutherie et à lui céder son entreprise,

Extrait de l’enquête n°3483,  La crise de 1933 et ses conséquences dans les milieux de la lutherie

jusqu’à la seconde guerre mondiale qui maintient le commerce dans un fragile équilibre.

Pierre Claudot chez Granier à Marseille en 1928 (ici avec André, dit “Boubous”, neveu de Denis Granier)

 

Au lendemain de la guerre, la profession connaît de nouvelles difficultés face au développement des techniques d’enregistrement audio entraînant la disparition de nombreux orchestres. Pierre Claudot situe enfin une renaissance de la profession à partir des années 1960, dûe entre autres à un retour culturel à la musique et à l’apprentissage d’un instrument par les nouvelles générations.

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque  : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille. La Bouilladisse, janvier 1981. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3483.

Crédits photographiques : fonds Pierre Claudot (image 1 et 5) et Hélène Claudot-Hawad.