Volonté d’impuissance russe en Syrie ?

Les manœuvres diplomatiques de la Russie sur le dossier syrien relèvent d’une rationalité stratégiqu…

Thanks RussiaLes manœuvres diplomatiques de la Russie sur le dossier syrien relèvent d’une rationalité stratégique peu commune. A Washington, dans les couloirs de la Maison Blanche, il ne serait guère étonnant que les débriefings de l’ambassadrice américaine à l’ONU, lorsqu’il s’agit des violences en Syrie, soient particulièrement prisés. Depuis des mois que dure la tragédie (les premiers combats ayant commencé au printemps 2011), on doit se presser en effet pour entendre un jour rapporter l’expression d’une position ferme anti-insurrection formulée par le représentant russe, avec un sérieux à faire pâlir Staline, un autre jour expliciter les mauvaises raisons en faveur du maintien d’Assad (voir l’article du Monde du 5 février 2012), ou, plus rarement, détailler les obstacles politiques et institutionnels, posés par la Russie, aux possibles missions de bons offices que l’ONU pourrait mener, (voir l’article du Huffington Post du 19 juillet 2012). Saisissant est le fourvoiement de celui qui s’oppose à toute résolution un tant soit peu substantielle du Conseil du Sécurité sur la Syrie et qui l’affirme avec aplomb, fierté et grandiloquence croyant ainsi considérablement gêner ses « alliés » et démontrer sa puissance, alors qu’il n’en est rien.

Les Américains ne peuvent que se réjouir de cette démonstration échouée de force diplomatique. Les Anglais et les Français, eux, se voient retirer une bonne épine du pied. Quelqu’un en Occident considère-t-il sérieusement une intervention armée sur le terrain syrien ? Ce n’est pas vraiment la crainte de voir dégénérer le conflit en affreuse guerre civile – puisque c’est déjà plus ou moins le cas – ni la désunion de l’opposition, aussi divisée en Libye (rappelons-le), qui retiennent les pays occidentaux d’intervenir. Les principaux concernés ont pour le moment d’autres priorités, les uns en Afghanistan qui cherchent à assurer un retrait en bon ordre, les autres au Mali. A cela s’ajoutent les difficultés financières et budgétaires à l’Ouest qui limitent considérablement les possibilités et rendent toute nouvelle intervention hautement improbable. Enfin, et surtout, les incertitudes géostratégiques qui en résulteraient, notamment les réactions potentiellement incontrôlables de l’Iran et d’Israël, achèvent de dissuader les volontaires. Dans ces conditions, plutôt que de passer pour des faibles ou des lâches, dans tous les cas cyniques, les Etats-Unis en tête et les Européens profitent de faire porter l’entière responsabilité de leur retrait à la Russie qui ainsi endosse aux yeux du monde le rôle du « méchant », amoral, celui qui laisse un Etat massacrer impunément une partie de sa population. L’opinion générale et simplificatrice considère en somme : si personne à l’Ouest ne peut intervenir, c’est que la Russie s’oppose.

Au Kremlin, sans doute, on ne doit que marginalement apprécier l’ironie de cette position inconfortable, ce piège dans laquelle on s’enferre. Il ne faudrait pas croire que les plus hautes autorités de Russie ne soient pas lucides quant à cette situation dont les pays occidentaux, en particulier les Etats-Unis, tirent jour après jour un bénéfice diplomatique notable au Moyen Orient. Il n’est plaisant pour personne de passer pour le coupable idéal qui, un peu à la manière de « l’idiot du village global », est manipulé à son insu par « l’hyperpuissance » du moment. Lorsqu’on prétend de surcroît à Moscou faire jeu égal avec elle, lorsqu’il s’agit de l’ennemi historique, de l’adversaire par excellence, l’impuissance est encore plus douloureusement ressentie. D’autant que les Etats-Unis en rajoutent avec l’adoption en décembre 2012 d’une législation privant d’accès au territoire américain les responsables russes qui seraient impliqués dans la mort en prison de Sergueï Magnitsky le 16 novembre 2009. Ce dernier, avocat fiscaliste, avait mis à jour et dénoncé l’un des plus importants mécanismes de corruption et de fraude fiscale organisés en Russie ces dernières années. Face à cette nouvelle provocation, l’assemblée parlementaire de Russie, la Douma, a voté immédiatement après (28 décembre 2012) à la quasi-unanimité une loi interdisant aux Américains d’adopter des enfants russes. Les orphelins paient et paieront donc en Russie comme en Syrie. Malgré tout cela, Vladimir Poutine persiste sur cette voie : ses envoyés continuent de s’opposer aux pressions et aux négociations qui pourraient aboutir. Ce n’est certainement pas seulement à cause de la base navale de Tartous, dont la Russie, après l’URSS, peut disposer à sa guise et qui n’a jamais eu de portée stratégique. Il ne faudrait pas non plus surestimer les quelques avantages militaires commerciaux que offrait à Moscou la Syrie d’Assad.

La Russie, ce faisant, tente plutôt et surtout de se maintenir dans le club des grandes puissances, dans la perspective éventuelle d’une conflagration beaucoup plus importante qui impliquerait l’Iran. En tenant bon sur la Syrie, la Russie pense augmenter sa crédibilité, l’autorisant le cas échéant à jouer un rôle clé dans le dossier iranien, déterminant pour l’ensemble du monde. Si des tensions devaient se concrétiser, on espère à Moscou pouvoir parler d’égal à égal avec les Etats-Unis, être au cœur, de façon plus stratégique qu’aujourd’hui, sur la Syrie, du processus de négociations et d’apaisement. En somme, la Russie croit s’acheter une influence internationale. Le prix moral est un peu cher payé. On voit mal aussi comment il est possible de passer d’une posture d’ « état piégé » à celle de médiateur respecté de tous.

Le dossier nucléaire iranien : La Turquie face aux défis de la médiation

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)
L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions diverg…

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)

L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions divergentes sur la question du nucléaire : en Iran l’énergie nucléaire est considérée comme un moyen pour moderniser et diversifier les sources d’énergie, ce qui est nécessaire pour répondre aux exigences d’une population à forte croissance démographique ; d’autre part, les gouvernements occidentaux doutent de la position iranienne et pensent que le programme nucléaire civil sert à la production d’armes nucléaires. En particulier, la crise nucléaire entre les États-Unis et leurs alliés d’ une part et l’Iran de l’autre est à la une des débats politiques depuis les déclarations de l’Iran de posséder des sites nucléaires, notamment dans les villes de Natanz et Arak en 2002.

L’implication de la Turquie dans la question du nucléaire iranien a commencé en 2009 dans le cadre des discussions autour de l’approvisionnement en carburant pour le réacteur de recherche de Téhéran (RRT), une installation construite par les États-Unis pour l’Iran du Shah et utilisée pour la recherche scientifique. En 2009, l’Iran avait demandé de l’aide à l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, pour trouver de nouveaux fournisseurs de carburant, et les États-Unis y virent l’occasion d’entamer de nouvelles négociations, en particulier sur la question de l’uranium faiblement enrichi (UFE). La réunion entre l’Iran et le P5 +1, c’est-à-dire le groupe des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU plus l’Allemagne, fin 2009, ne permit pas d’aboutir à un accord et l’Iran commença à enrichir le combustible seul. Dans une tentative pour sortir de l’impasse, le directeur de l’AIEA Mohamed ElBaradei proposa de garder l’UFE iranien sous contrôle de l’AIEA dans un site situé dans un pays neutre dans cette affaire, et mentionna publiquement la Turquie comme site possible. Ainsi, une occasion se profilait pour la Turquie d’affirmer sa figure de médiateur et de gagner en prestige sur la scène internationale. En effet, on lui donnait l’opportunité de jouer un rôle dans un dossier aussi délicat que caractérisé par une longue histoire d’échecs diplomatiques. Cependant, le cas iranien a été révélateur d’une méfiance de la part des puissances occidentales envers la Turquie, et a fini par pousser cette dernière à revêtir un rôle controversé. La position de la Turquie, à la fois troisième partenaire commercial de l’Iran et membre de l’OTAN, était la garantie de sa neutralité et de sa crédibilité dans la poursuite des négociations. D’un côté elle reconnaissait le droit de l’Iran à l’enrichissement d’uranium, et s’opposait à toute attaque contre ce pays ainsi qu’à la suprématie des États-Unis sur le droit de décider qui peut avoir accès à l’énergie nucléaire civile. Néanmoins, elle partageait avec Washington et Bruxelles l’opposition à l’acquisition d’armes nucléaires par l’Iran. Par ailleurs, la Turquie était extrêmement motivée pour obtenir un accord sur la question nucléaire. Cela découle de sa vision du dossier iranien, selon laquelle il y a seulement trois options. Tout d’abord, une frappe militaire, qu’elle considère comme une catastrophe vu les tensions déjà existantes dans la région. Deuxièmement, les sanctions. D’une manière générale, Ankara estime que le régime iranien ne se rendra pas aux pressions occidentales et que les répercussions économiques de ces sanctions renforcent la position des extrémistes dans le pays. En outre, elles ont un coût très élevé pour la Turquie, surtout en considérant qu’un cinquième du gaz naturel et un tiers du pétrole utilisés en Turquie sont de provenance iranienne. Et troisièmement, les négociations. Cette dernière option est celle soutenue par la Turquie. Sa position est due à des considérations pragmatiques : à l’avenir, elle pourrait en effet avoir besoin de mener son propre programme d’enrichissement d’uranium. Elle a donc tout intérêt à affirmer ce droit contre le contrôle des États-Unis et de l’Europe en matière nucléaire. En général, même s’il y a des rivalités et des désaccords avec l’Iran, la Turquie a tendance à ne pas le considérer comme un ennemi. Pourtant, Ankara se trouve aujourd’hui beaucoup plus près de la position de Washington, ce qui a provoqué un réchauffement des relations avec les États-Unis.

Les bonnes relations avec les deux parties et un intérêt marqué pour trouver un accord diplomatique ont fait de la Turquie un médiateur fiable aux yeux des toutes les parties concernées. À côté du soutien de la part de l’AIEA déjà mentionné, Téhéran voyait favorablement un accord conclu par une puissance émergente comme la Turquie : il aurait ainsi affirmé le rôle du Sud dans un monde traditionnellement dominé par le Nord. En revanche, la position des États-Unis était ambiguë : officiellement ils appuyaient la Turquie, mais ils demandèrent également la participation du Brésil dans les négociations. En effet, le président Obama avait personnellement envoyé une lettre à la Turquie et au Brésil où il appuyait leurs engagement et décrivait les paramètres d’un accord acceptable (A Single Roll of the Dice: Obama’s Diplomacy with Iran Trita Parsi, 2012). Cette lettre fut aussi montrée aux Iraniens par les Turcs et cela fut décisif pour convaincre les Iraniens de conclure un accord (In Heavy Waters: Iran’s Nuclear Program, the Risk of War and Lessons from Turkey Crisis Group Middle East and Europe Report N°116, 23 February 2012). Dans le même temps, les États-Unis faisaient pression pour l’approbation des nouvelles sanctions contre l’Iran au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies. En général, l’administration Obama supportait les négociations sans vraiment croire en leur réussite et en agissant aussi par d’autres voies.

Entre-temps, faisant pression sur l’Iran pour accepter l’accord, et poursuivant des pourparlers permanents avec les États-Unis, l’Union Européenne et l’IAEA,  la Turquie et le Brésil réussirent à obtenir l’accord connu comme Déclaration de Téhéran en mai 2010 : l’Iran acceptait de déposer 1,200 kg d’UFE en Turquie, qui devait rester propriété de l’Iran. En outre, l’Iran et les observateurs de l’AIEA auraient pu disposer des observateurs pour surveiller l’uranium faiblement enrichi en Turquie. La République islamique d’Iran se déclarait prête à appliquer ces dispositions dans le mois : dans le même temps, le Groupe P5 +1 aurait dû livrer 120 kg de carburant nécessaire pour le réacteur de recherche civil iranien (TRR) dans un délai d’un an. ElBaradei, le directeur de l’AIEA, salua l’accord ; comme le fit l’establishment politique iranien. Pourtant, la percée apparente fut reçue froidement à l’Ouest car les États-Unis et ses alliés le trouvaient inacceptable. Ils affirmaient que l’Iran avait continué à produire de l’uranium enrichi afin que 1200 kg ne représentent que 50% de l’arsenal, et non pas 75% comme début 2009. Les responsables américains avaient donné à leurs homologues turcs et brésiliens des repères pour un accord, mais Erdoğan et Lula les avaient vus comme le résultat ultime à atteindre. On voit bien ici à quel point la position américaine était controversée. Un responsable turc a soutenu que pendant les négociations les diplomates turcs avaient été « en contact étroit avec les Américains et que ce qu’ils avaient fait était conforme à ce qu’Obama avait exposé dans sa lettre ». Pour ces raisons, la Turquie et le Brésil ont réagi avec étonnement et colère à la position de l’Occident.

Pour la Turquie, les résultats de sa diplomatie ont été mitigés. Elle a enregistré un certain succès avec la Déclaration de Téhéran, mais les concessions de l’Iran ont été jugées insuffisantes. De plus, elle a provoqué la colère des États-Unis et d’autres alliés en votant contre de nouvelles sanctions au sein de l’ONU (voir notre édition du 29 juin 2010). En autre, elle a affaibli sa crédibilité aux yeux des Iraniens : comment la croire lors d’une future négociation? Cependant elle a agi professionnellement, essayant de concilier les deux positions et finalement elle a su obtenir un accord dont elle était certaine qu’il allait être accepté par toutes les parties. Pourquoi alors un tel échec ? Au-delà du changement de position des États-Unis et de ses conséquences, ce cas suggère aussi le manque de confiance envers la Turquie de la part de l’Occident, ainsi qu’une certaine volonté européenne de conserver l’hégémonie sur les questions délicates. Par exemple, un analyste européen a déclaré que l’Iran avait conclu un accord avec la Turquie pour instrumentaliser cette dernière dans sa lutte contre l’Occident.

L’expérience de la Déclaration de Téhéran montre que la Turquie peut agir comme médiateur professionnel et efficace. Cependant, elle met aussi en lumière toutes les faiblesses des relations turco-européennes, les contradictions du style politique américain et la rigidité du système des relations internationales ; des facteurs contre lesquels même le meilleur des médiateurs ne peut rien.

Une achoura version turque (2)

Le Blog de l’OVIPOT publie aujourd’hui le deuxième volet du reportage de Jean-Paul Burdy, consacré à…

Le Blog de l’OVIPOT publie aujourd’hui le deuxième volet du reportage de Jean-Paul Burdy, consacré à la cérémonie d’ouverture de l’achoura (așura) des chiites d’Istanbul, qui s’est tenue, le samedi 24 novembre 2012, dans la métropole. Après les rites et l’ambiance de l’événement largement évoqué dans le premier volet (cf. notre édition du 17 décembre 2012), ce second volet montre que cette achoura turque a pris aussi l’aspect un long meeting politique, ancré dans l’actualité du Proche-Orient…

Un long défilé d’orateurs

 Les trois heures d’interventions s’expliquent par un long défilé d’orateurs, selon un protocole minutieux, hiérarchisé et minuté qui n’est pas sans rappeler parfois la période et les rites soviétiques: lecture des messages des autorités nationales puis locales qui n’ont pas pu faire le déplacement (le président de la République 3, le premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, le président du Diyanet, le maire d’Istanbul, etc.), lecture des messages de fraternité confessionnelle des autorités sunnites, et surtout des alévis-bektashis, puis succession de discours de personnalités, et enfin discours des trois figures essentielles de la cérémonie. Les orateurs « laïques non élus politiques» ont une tenue vestimentaire uniforme: costume noir, chemise blanche à col ouvert -on est là clairement dans le modèle iranien. Au revers de la veste, une cocarde verte et jaune ornée du portrait de Ali. Les politiques turcs respectent en revanche le code costume-cravate, les quelques mollahs iraniens et irakiens portant les habituels turbans blancs ou noirs sur une robe marron ou noire. Les orateurs de 2012 sont, sous bénéfice d’inventaire détaillé, les mêmes que lors des années précédentes: le président du groupe parlementaire CHP à l’Assemblée et plusieurs autres représentants nationaux ou stambouliotes de ce parti 4 ; différents élus du parti AKP au pouvoir (en général des parlementaires ou conseillers de la mairie métropolitaine d’Istanbul), le parti d’extrême-droite nationaliste MHP, le parti islamiste de la Félicité (Saadet). Il est aussi rappelé que d’autres achouras ja’faries se tiennent ailleurs en Turquie ce même jour: à Izmir, mais surtout à Iğdir et Kars, deux des principales villes d’origine des ja’faris d’Istanbul.

 Mais les trois « morceaux de choix », en fin de matinée, étaient les discours respectifs du « leader des chiites ja’faris de Turquie » Selahattin Özgündüz , du président du Majlis iranien Ali Larijani, et du président de la commission des Affaires étrangères du Parlement irakien, le mollah Humam Khammudi. Avec ces trois orateurs, on est passé des discours protocolaires, répétitifs et convenus, et pour tout dire fastidieux, à des interventions politico-religieuses offensives. La dimension religieuse était évidente, y compris parce que ces discours ont respecté les codes du lamento chiite. A plusieurs reprises, le propos de Selahattin Özgündüz sur le martyre de Hussein a ainsi été cassé par des sanglots de l’orateur, avec larmes en gros plan sur les écrans géants, provoquant en une forme de répons pleurs et sanglots parmi la foule, et slogans à la gloire de Hussein lancés par les jeunes des premiers rangs et repris, bras levés, par la foule (masculine et féminine). Ali Larijani, qui a présenté à l’auditoire les salutations du Guide suprême iranien Ali Khamenei aux chiites turcs, a semblé déclamer un poème plus que prononcer un discours, dans une belle langue persane scandée: il a souligné l’importance du « mode de vie de l’achoura chiite comme modèle pour une vie humaine et fraternelle ». Quand à l’orateur irakien, c’est un prêche en arabe qu’il a prononcé, haché par une traduction en turc tonitruante. Tous trois ont longuement évoqué Kerbala, Ali et Hussein, l’importance de l’achoura, la solidarité des chiites, l’unité des musulmans, l‘oumma. Mais ils ne se sont pas confinés au religieux.

De la politique intérieure turque aux questions régionales…

Au plan de la politique intérieure turque, les relations des dirigeants des ja’faris avec le gouvernement AKP n’apparaissent ainsi pas aussi bonnes qu’elles pouvaient sembler l’être deux ou trois ans auparavant. Selahattin Özgündür (photo de droite) a donc vivement critiqué l’attitude de la Direction des Affaires religieuses, le Diyanet, lui reprochant de disposer des crédits et de moyens de l’Etat sans en faire bénéficier l’ensemble des citoyens: à l’évidence, les ouvertures espérées par les chiites ja’faris et les alévis n’ont pas eu lieu, et ces deux confessions se considèrent toujours comme ignorées et discriminées par le sunnisme hanéfite officiel. Critiques également contre l’Education nationale, et contre la TRT (les chaînes officielles de la Radio-Télévision de Turquie) pour les mêmes motifs de non-prise en compte de la diversité « des idées et des croyances ». Il en appellera donc à une « nouvelle constitution plus juste et plus égalitaire » dans ces domaines.

Au plan régional, les discours de Selahattin Özgündüz et d’Ali Larijani (photo de gauche, plus bas) ne pouvaient également que retenir l’attention. Car ils ont longuement évoqué l’Iran, et l’amitié et le soutien de la République islamique d’Iran à ses frères chiites ja’faris turcs. A.Larijani a rappelé « le coup porté par la révolution islamique et les principes de Hussein » à l’impérialisme américain, en Iran puis en Irak. Sur l’Irak, l’orateur turc a stigmatisé la menace du terrorisme salafiste qui frappe la population irakienne, majoritairement chiite. Tous deux ont longuement stigmatisé Israël, ou plus exactement « le complot impérialiste-sioniste » qui était en train de frapper le peuple palestinien à Gaza: Israël, Etats-Unis et Angleterre ont été mis dans le même panier des responsables et acteurs de ce complot. Les deux leur ont opposé « le courage et l’audace des Palestiniens et du Hezbollah libanais » inspirés, a ajouté le mollah irakien Khammudi, par « l’esprit du sacrifice de Kerbala ».S.Özgündür s’est réjoui des « victoires remportées par les Palestiniens sur Israël grâce aux missiles [iraniens] Fajr-3 et Fajr-5 ». Il a également clairement manifesté le soutien des ja’faris à l’Azerbaïdjan dans son conflit avec l’Arménie: une forme de rappel aux origines orientales de la communauté chiite d’Halkalï: les régions turques d’ Iğdir et d’Agri, mais aussi la Transcaucasie azérie.

La Syrie a été longuement cité par les deux orateurs. Selahattin Özgündüz a stigmatisé « le complot impérialiste et terroriste contre la Syrie, inspiré par les Etats-Unis et les régimes qatari et saoudien à leur solde », et mis en cause et en garde les salafistes menaçant Damas et les lieux saints chiites de Sayyeda Zeinab et de Rukayye. En 2011 déjà, il avait affirmé haut et fort, à propos de la Syrie, la solidarité et l’unité « des alévis, des nusaïris (alaouites), des bektashis et des chiites ja’faris ». Pour l’essentiel, Ali Larijani a tenu les mêmes propos, avec la même vigueur 5. On peut d’ailleurs s’étonner qu’une personnalité de son niveau 6 puisse tenir un discours aussi virulent devant un public turc « non officiel », étant entendu que si terrain commun il peut y avoir entre Téhéran et Ankara pour dénoncer la politique d’Israël à Gaza, les divergences sont actuellement majeures entre les deux capitales sur l’Irak, et surtout sur la Syrie. Le discours d’Ali Larijani pouvait, dès lors, être considéré comme une forme d’ingérence dans les affaires intérieures et diplomatiques turques, et était en tous cas une remise en cause explicite de la diplomatie du gouvernement Erdoğan (même si, bien évidemment, la Turquie n’a à aucun moment été citée). Il est vrai que les révolutions arabes ont largement rebattu les cartes régionales, et que les dirigeants des chiites ja’faris ne sont actuellement plus sur la même longueur d’onde que le premier ministre AKP, que ce soit sur l’Irak, et plus encore, bien évidemment, sur la Syrie 7.

Cérémonie religieuse ou meeting politique ?

Notre interrogation de départ, à l’ouverture de cette achoura turque était: allons-nous assister à une cérémonie religieuse, à une cérémonie religieuse et politique, ou à une cérémonie politique? Au regard des trois interventions principales, la réponse ne fait aucun doute. Il s’agissait bel et bien pour une part essentielle d’un meeting politique en direction des télévisions et autres organes de presse présents, plus que d’une cérémonie religieuse en direction du public très populaire qui était présent là. Le défilé d’Halkalı était loin de la démonstration de force des milices du Hezbollah le même jour dans son fief de la « Dahiye », la banlieue sud de Beyrouth. Et les propos de Selahattin Özgündüz, s’ils étaient identiques sur le fond, étaient moins radicaux que ceux tenus (par écrans géants interposés) par le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah. Mais, dans les deux cas, on ne peut cependant que souligner la dimension très politique des interventions, qui peut surprendre qui s’attend à une cérémonie « religieuse », mais aurait oublié la forte politisation qui a accompagné la visibilité publique croissante du chiisme au Moyen-Orient depuis 1979, et que les récents « Printemps arabes » ont exacerbé, d’abord autour du Bahreïn 8 , puis avec la radicalisation de la crise syrienne.

A Halkalı, la dimension plus populaire a repris le dessus après ces trois discours, avec la représentation sur scène du Tazieh, longue geste, souvent émouvante, parfois larmoyante, de l’épopée d’Ali et de Hussein, retransmise en direct sur plusieurs chaînes de télévision locale: elle est très suivie par un public qui en connaît visiblement d’avance tous les épisodes. Un soleil froid a d’ailleurs eu la bonne idée de réapparaître enfin, au grand soulagement des spectateurs restés sur place…

TEXTE ET PHOTOGRAPHIES :  © Jean-Paul Burdy

NOTES

3  Selahettin Özgündüz a été reçu par le président Gül au palais de Çankaya le 13 novembre 2012. Sa stratégie de reconnaissance et de notabilisation est évidente, au vu des nombreuses photos de ses rencontres avec des personnalités politiques, et en particulier le premier ministre et le président de la République.

4   Le nom du CHP nous est apparu plus souvent cité que celui du parti AKP au pouvoir. En décembre 2010 le premier ministre Erdoğan avait en personne assisté à l’achoura d’Halkali; en 2011, c’est M.Kılıçdaroğlu président du parti d’opposition CHP qui avait été la personnalité politique turque marquante

5   M.Larijani était dans une tournée régionale l’ayant déjà mené à Damas et Beyrouth. Après l’achoura d’Halkalı, il a rencontré le premier ministre turc au palais de Dolmabahce, avant une étape officielle à Ankara le lendemain.

6  Ali Larijani est ancien secrétaire du Conseil national de sécurité, ancien négociateur du dossier nucléaire avec les Occidentaux, actuel président du Majlis, potentiel candidat à l ’élection présidentielle du printemps 2013: il est donc l’une des toutes premières personnalités de la République islamique

Nous renvoyons sur ce volet à notre article:  Jean-Paul BURDY, Les chiites jafaris de Turquie: une composante d’une « politique régionale chiite » de l’AKP ?, in PARLAR DAL Emel (dir.),  La politique turque en question. Entre imperfections et adaptations, Paris, L’Harmattan, octobre 2012, 256p., p.141-156

8 Bien que toute manifestation sur la voie publique soit interdite depuis deux mois au Bahreïn, suite à deux attentats à la bombe, les cérémonies de l’achoura chiite se sont néanmoins tenues dans tout l’archipel. Plusieurs cortèges portaient des cercueils vides, à la mémoires des dizaines de morts de la répression du mouvement démocratique depuis février 2011. A l’issue du défilé principal à Manama, les processionnaires ont tenté de se diriger vers la Place de la Perle, épicentre du « Printemps de Manama » de 2011: ils en ont été violemment empêchés par les forces de sécurité. C’est la première fois depuis longtemps qu’une cérémonie confessionnelle majeure (achoura ou arbaïn) se transforme en cortège politique offensif.

Prospection géophysique et archéologique à Dahaneh-e Gholaman (Iran)

Les travaux à Dahaneh-e Gholaman sont conduits dans le cadre de ma thèse de doctorat intitulée ̶…

Les travaux à Dahaneh-e Gholaman sont conduits dans le cadre de ma thèse de doctorat intitulée “L’étude de l’urbanisme des villes achéménides : reconnaissance de surface et prospection géophysique à Dahaneh-e Gholaman (Sistan, Iran)”, sous la direction de Rémy Boucharlat.

Figure 1a : Localisation du site de Dahaneh-e Gholaman (Iran) 

Les opérations de terrain que je dirige à Dahaneh-e Gholaman depuis 2007 sont placées sous la tutelle de l’Organisation iranienne du Patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme (ICHHTO), bureau de Zabol et Zahedan. Ces opérations ont bénéficié de l’aide logistique de l’ICHHTO ainsi que de l’aide financière du laboratoire Archéorient (UMR 5133, CNRS/Université Lyon 2) qui a mis également à ma disposition le matériel de prospection géophysique. Par ailleurs, l’Institut Français de Recherche en Iran (IFRI) a prêté son tachéomètre.

Figure 1b : Carte de Dahaneh-e Gholaman (fond de carte inédit de la mission italienne). Localisation des zones nord et sud, des surfaces prospectées par la méthode magnétique en 2011 et 2012 et des réservoirs modernes. (cliquer sur l’image pour agrandir)

Dahaneh-i Gholaman (“la Porte des Esclaves”) est situé à 44 km au sud-ouest de Zabol dans la province du Sistan – Baloutchistan à l’est de l’Iran (fig. 1a). Apparemment, ce site a été densément construit durant les VIème et Vème siècles av. J.-C., lors de la période Achéménide, puis abandonné (fig. 1b). Le site avait été exploré de 1962 à 1965 par une mission italienne dirigée par U. Scerrato (Scerrato 1970). Les fouilles n’ont repris ensuite qu’en 2000, dans le cadre d’une mission iranienne dirigée par S. M. S. Sajjadi qui s’est achevée en 2005 (Sajjadi et Saber Moghaddam 2004). Les travaux de ces deux missions archéologiques ont permis de dégager plusieurs bâtiments dont la fonction reste cependant difficile à identifier (fig. 2). Les fouilles ont aussi permis de mettre au jour des structures d’habitat domestique, qui reste rare et mal connu pour la période achéménide. Les principales problématiques de mes recherches actuelles touchent aux questions de l’étendue et du mode de l’occupation, ainsi qu’à celles de la fonction du site et des raisons de son abandon.

Figure 2 : Partie nord- est du site avec au premier plan le bâtiment 3, interprété comme un édifice religieux par U. Sceratto et S.M.S Sajjadi. (photo K. Mohammadkhani)

Prospection géophysique par méthode magnétique

En 2012, le programme de terrain prévu à Dahaneh-e Gholaman visait à achever la prospection géophysique et la reconnaissance archéologique du site. Nous avons prospecté par méthode magnétique environ 6 hectares répartis en 2 hectares dans la zone sud et à peu près 3.5 hectares dans la zone nord de Dahaneh-e Gholaman (fig.1b et 3).

Figure 3 : Image satellite de la zone sud de Dahaneh-e Gholaman (Google Earth, 2011).

En 2011, lors de la prospection géophysique de la zone sud du site, à 2 km de distance de l’ensemble des grands bâtiments, nous avions trouvé un bâtiment très important (fig. 4) dont le plan s’est révélé comparable à celui de certains palais achéménides du Fars dans le centre de l’Empire ainsi qu’à d’autres exemples ailleurs dans l’Empire, en Azerbaïdjan (Mohammadkhani 2012). En 2012 nous avons établi un carroyage de 100 mètres sur 200 mètres dans la partie septentrionale de la zone prospectée en géophysique en 2011 (fig. 1b). La carte magnétique montre que, dans ce nouveau secteur, il n’existe aucun vestige archéologique.

Figure 4 : Carte magnétique de la surface prospectée dans la zone sud en 2011 (partie sud) et 2012 (bande nord) de Dahaneh-e Gholaman. (cliquer sur l’image pour agrandir)

Dans la zone nord, en 2012, nous avons prospecté le sud du bâtiment 3, érigé sur les collines, et le canal (fig. 1b), et nous avons poursuivi la prospection au sud jusqu’à une grande colline dénommée localement “la tombe de Zoroastre”. La carte magnétique a permis de révéler la présence de trois bâtiments sur les collines. Nous avons également relevé des anomalies magnétiques correspondant à un nouveau segment de canal (fig. 5).

Figure 5 : Carte magnétique de la surface prospectée dans la zone nord de Dahaneh-e Gholaman (2011 et 2012).
(cliquer sur l’image pour agrandir)

Poursuite de la prospection archéologique sur les collines

En 2011, nous avions rapidement réalisé une reconnaissance de surface des collines naturelles qui occupent la partie centrale du site et le secteur sud-ouest. En 2012, nous avons entrepris la prospection systématique de la partie centrale du site, et nous avons de nouveau visité le secteur sud-ouest, mais plus rapidement puisque celui-ci a été détruit par la construction de bâtiments modernes pour l’organisation de la distribution d’eau. Nous n’avons trouvé aucun vestige archéologique dans ces deux secteurs. Nous avons également recherché des tombes sur les collines centrales, sans succès ; jusqu’à présent aucune nécropole n’a été repérée sur le site. Par ailleurs, sur les cartes de nos prédécesseurs, U. Scerrato et S. M. S. Sajjadi, un canal est présent dans la partie nord du site et ce canal ferait un grand coude dans sa partie orientale. A la suite de notre prospection, nous avons pu mettre en évidence qu’il s’agissait en fait de segments appartenant à deux canaux différents, qui ne sont pas reliés entre eux.

Relevé topographique du canal achéménide

Nous avons complété la carte topographique du canal achéménide dans la zone nord du site. L’objectif était de mesurer la direction de l’écoulement de l’eau dans le canal, ce que les missions italienne et iranienne ne précisaient pas (est-ouest ou ouest-est ?). D’après nos mesures, le sens de l’écoulement se faisait de l’ouest vers l’est. Nous avons également mesuré la hauteur de la terrasse naturelle de Dahaneh-e Gholaman par rapport à la plaine : le dénivelé atteint environ 11 m, de sorte que le nouveau segment de canal que nous avons mis en évidence ne peut pas venir du nord, mais probablement de l’est ou du nord-est.

Á l’issue de ces missions de terrain, la carte archéologique du site de  Dahaneh-e Gholaman a pu être complétée.  Les prospections ont mis en évidence dans la zone nord du site de nouveaux bâtiments dont l’existence était inconnue jusqu’à alors, ainsi qu’un grand bâtiment de plan typiquement achéménide dans la zone sud. Nos travaux ont également permis de rectifier certains tracés, en particulier celui de la partie orientale du grand canal, où il y aurait, non pas un, mais deux canaux, presque parallèles, qui tous deux coulent vers l’est et le sud-est dans le Réservoir n° 3 (moderne), qui est une dépression naturelle. Les données recueillies lors des prospections archéologiques pédestres sont en cours d’étude. Avec les nouvelles données acquises sur la topographie, elles permettront de rectifier ou de compléter les informations que nous avons obtenues sur l’organisation spatiale et les limites du site.

Bibliographie

Mohammadkhani K. 2012. Une nouvelle construction monumentale achéménide à Dahaneh-e Gholaman, Sistan, Iran. Arta 2012.1, [en ligne] http://www.achemenet.com/document/2012.001-Mohammadkhani.pdf

Sajjadi S. M. S., Saber Moghaddam F. 2004. Peintures et gravures murales découvertes à Dahan-e-Gholâmân, Sistan, Studia Iranica 33 (2), 285-296.

Scerrato U. 1966. Excavation at Dahaneh-e Ghulaman (Sistan- Iran), First Preliminary Report (1962- 1963), East and West, NS 16/1-2, 9-30.

Scerrato U. 1970. La missione archeologica italiana nel Sistan persiano, Il Veltro Rivista della civilta Italiana, 11 (1-2), 123-140.

Sultan, calife ou président…

Erdoğan, le sultan, calife ? Une récente déclaration de Bachar el-Assad rappelle le titre du fameux …

Erdoğan, le sultan, calife ? Une récente déclaration de Bachar el-Assad rappelle le titre du fameux ouvrage de François Georgeon, consacré au sultan Abdülhamit. La chaine anglophone russe Today Russia a en effet diffusé, le 9 novembre dernier, une interview du dictateur syrien (enregistrée au demeurant à une date inconnue), dans laquelle  il déclare en particulier : « Erdoğan pense que si les Frères musulmans prennent le pouvoir (en Syrie), il pourra assurer son avenir. Personnellement il croit aussi qu’il est un nouveau sultan ottoman et qu’il peut contrôler toute la région comme c’était le cas pendant la période ottomane … Au fond de lui-même, il pense qu’il est un Calife. C’est ce qui explique qu’il ait remis en cause la politique du zéro problème (avec ses voisins). »

À l’époque où les relations turco-syriennes se voulaient le symbole de la politique de bon voisinage d’Ahmet Davutoğlu, les deux dirigeants accompagnés de leurs épouses affichaient pourtant volontiers leur entente cordiale. Après le déclenchement du soulèvement syrien, en mars 2011, pendant un certain temps, le premier ministre turc a abjuré le chef de l’Etat syrien, appelé encore à cette époque  «ami» ou «frère», de mettre un terme à la répression et d’engager une transition politique véritable. Las ! Lorsque la Turquie a rompu avec le régime baasiste, pendant l’été 2011, des qualificatifs moins flatteurs ont commencé à voler ! Il y a un an, piqué au vif par l’autodafé d’un drapeau turc, lors des manifestations de partisans de Bachar el-Assad contre les représentations diplomatiques turques en Syrie, Recep Tayyip Erdoğan n’avait pas hésité à promettre à son ancien allié, le sort de Hitler, de Mussolini, de Ceausescu ou de Kadhafi ! (cf. notre édition du 23 novembre 2011) Pour sa part, le leader syrien s’était jusqu’ici contenté de quelques sarcasmes à l’endroit du premier ministre turc. En le qualifiant ouvertement de «Sultan», et de «Calife», il reprend une accusation d’impérialisme néo-ottoman que la presse et les officiels syriens ont souvent colportée depuis que Damas est à nouveau en froid avec Ankara. Des suspicions syriennes avaient même d’ailleurs pointé, à l’époque de l’ancienne idylle avec le voisin turc, lorsqu’en décembre 2010, une déclaration malencontreuse (qui n’est pourtant pas certaine) du ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, faisant allusion à un «espace ottoman», avait fait réagir Bachar el-Assad. Depuis que la Syrie est entrée en rébellion, le régime de Damas a souvent mis le monde arabe en garde contre les ambitions néo-impériales qu’aurait la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan, ce qui expliquerait le soutien de ce dernier à la rébellion.

Pour l’heure, les propos du leader syrien n’amélioreront pas les relations turco-syriennes, au moment où elles connaissent un regain de tension. Au cours du dernier week-end, l’intensification des combats entre l’armée syrienne et les rebelles, le long de la frontière turque dans la région de Ras al-Ayn, ont à nouveau vu des obus ou des bombes frapper le territoire turc. Le 12 novembre, un soldat et deux civils turcs ont été blessés, tandis qu’on assistait à un afflux subi d’une dizaine de milliers de réfugiés syriens supplémentaires. Leur nombre serait désormais de 120 000 pour la seule Turquie. La Croix rouge et le Croissant rouge ont d’ailleurs lancé un nouvel appel aux donateurs internationaux, en annonçant que ce chiffre pourrait être bientôt de 170 000. Dans ce contexte inquiétant, le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a rappelé également, que la Turquie était un «pays allié» que l’organisation qu’il dirige n’hésiterait pas à défendre, si besoin est.

Pour sa part, ces derniers jours, le premier ministre turc s’est employé à conforter son leadership en multipliant les déclarations fracassantes. Parlant au Forum international de Bali, le 9 novembre dernier, il s’en est pris à l’ONU en expliquant que le système international devait être réformé. «Le monde ne peut pas être laissé à la discrétion des 5 membres permanents», a-t-il affirmé, en souhaitant qu’il n’y ait plus que des membres permanents au sein du Conseil de sécurité, notamment  parce que la Charte de l’ONU prévoit que tous les Etats membres sont égaux en droit. Mais c’est surtout des propos sur la peine de mort qui ont retenu l’attention de la presse et des médias internationaux.

Le 3 novembre, le chef du gouvernement turc a en effet estimé qu’un rétablissement de la peine de mort permettrait d’en finir avec Abdullah Öcalan. Puis, lors du Forum de Bali, le 9 novembre, mettant en exergue des cas de criminalité extrême comme celui d’Anders Breivik, en Norvège, il a émis l’idée de rétablir la peine capitale en Turquie. Par la suite, cette nouvelle offensive a pris une portée beaucoup plus politique, notamment lorsqu’à Trabzon, le 11 novembre, il a affirmé qu’en la matière, il ne fallait pas s’en tenir à l’expérience européenne, mais observer que d’autres pays comme la Russie, les Etats-Unis, la Chine ou le Japon ont sur le sujet une approche différente. De tels propos ont été analysés par certains journalistes comme un défi adressé à l’Union européenne. Le porte-parole du commissaire à l’élargissement Stefan Füle n’a d’ailleurs pas manqué de réagir en  rappelant que l’abolition de la peine capitale constituait l’un des «acquis politiques majeurs» dont l’Europe ne pouvait tolérer la remise en cause. Plus généralement, les déclarations réitérées de Recep Tayyip Erdoğan sur le rétablissement de la peine capitale ont entrainé une réaction en chaine des institutions européennes.

Alors que plusieurs représentants de l’AKP dont le ministre de la justice, Sadullah Ergin (photo) ont affirmé que le gouvernement n’avait pas un tel projet dans ses tiroirs, le reste de la classe politique turque a plutôt vu dans ce vœu de rétablissement de la peine de mort, une opération populiste visant à renforcer l’aura du chef du gouvernement au moment où des échéances électorales se profilent, notamment celle de la prochaine présidentielle qui devrait avoir lieu, en 2014, au suffrage universel direct, pour la première fois en Turquie. On sait que le leader de l’AKP caresse depuis longtemps le désir d’accéder à la magistrature suprême et que, à l’instar de ce qui s’est passé en France, la révision constitutionnelle, qui en octobre 2007 a instauré l’élection du chef de l’Etat par le peuple, pourrait transformer le régime parlementaire turc actuel en monarchie républicaine. Cette présidentialisation pourrait toutefois prendre un autre tour, si le parti majoritaire parvenait à instaurer un véritable régime présidentiel à l’américaine, une option qui a les faveurs de Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier s’est exprimé de plus en plus souvent sur le sujet, ces derniers jours, et le vice-premier ministre, Bekir Bozdağ vient de déposer devant le bureau de l’Assemblée nationale un rapport prônant l’instauration d’un régime présidentiel. Le premier ministre, quant à lui, voulant répondre à ses détracteurs, a affirmé qu’il ne souhaitait pas nécessairement plagier le système américain, mais qu’il désirait avant tout «travailler dans un sens permettant de créer un système turc.» On devra alors peut-être parler de «République ottomane», sans prétendre toutefois s’inspirer du célèbre film Osmanlı Cumhuyeti dont le sympathique sultan déchu (photo) n’a certes rien d’un président calife !

JM

Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l…

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs. L’utopie d’un …