Le FMI et l’aveu de François Hollande sur la croissance

Alors que le Président François Hollande vient, enfin, d’admettre que la croissance sera bien plus f…

Alors que le Président François Hollande vient, enfin, d’admettre que la croissance sera bien plus faible que prévue, on peut s’interroger sur la confiance qu’ont mise dans les modèles économétriques, et en particulier le modèle développé par INSEE sous le nom de « Mésange » (ici), les principaux dirigeants de notre pays. La publication d’un document co-signé par Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, et Daniel Leigh, au début du mois de janvier 2013 (mais ce document circulait depuis l’été 2012) (ici) sur les erreurs dans les prévisions de croissance et le multiplicateur des dépenses budgétaires a été un événement important. Ce texte à apporté une caution académique (mais aussi politique) nécessaire à de multiples travaux publiés depuis 2010/2011 et qui mettaient en lumière les effets pervers des politiques d’austérité. Nous étions faits l’écho de ces travaux et nous avions par ailleurs fortement critiqué sur ce carnet les prévisions de croissance du gouvernement français[1].

La question du «multiplicateur des dépenses publiques » est, en effet, en train de prendre une nouvelle dimension, tant théorique que politique, avec la publication dans la série des « working papers » du FMI de plusieurs documents sur ce thème. Il faut savoir que l’on appelle « multiplicateur des dépenses publiques » (ou fiscal multiplier en Anglais) la valeur qui relie tout changement dans l’équilibre budgétaire (soit par modification des impôts soit par modification des dépenses publiques) à la variation de la croissance. Ce « multiplicateur » a été l’objet tant de travaux théoriques, essentiellement dans la lignée de la publication par Keynes de la Théorie Générale… en 1936, que d’importants travaux empiriques[2]. Il prend une dimension stratégique dès que l’on discute de l’application de politiques d’austérité. En effet, si la valeur de ce multiplicateur est inférieure à 1, ce qui était la position des principales institutions économiques internationales jusqu’en 2012, l’impact de mesures d’austérité sur la croissance est faible, et ces politiques peuvent connaître le succès. Mais, si cette valeur est élevée, entre 1,5 et 2,5 comme l’indiquent les travaux récents, les politiques d’austérité sont complètement suicidaires. On mesure alors l’importance politique d’un débat qui apparaît comme très technique dans sa forme.

Le document co-signé par Blanchard et Leigh reconnaît donc que les valeurs du multiplicateur ont été massivement sous-estimées[3] dans les différents modèles de prévision utilisés tant par les gouvernements européens que par le gouvernement américain. Il analyse les erreurs de prévision qui ont été commises ces dernières années. De ce point de vue, il est incontestablement un apport positif au débat. Mais, ce même papier se refuse (pour l’instant) à mettre en cause la structure des modèles. Au cœur du problème, on trouve la question du réalisme des modèles dits Dynamic Stochastic General Equilibrium (ou Modèles d’Équilibre Général Dynamique à effets Stochastiques ou DSGE). Pourtant, ces modèles ont été très souvent et très largement critiqués depuis de nombreuses années[4]. Si le document de travail du FMI annonce une prise en compte plus réaliste de l’économie, on doit se demander si la tentative de sauver les modèles DSGE n’est pas porteuse en fait de catastrophes futures. En effet, la prise en compte d’une certaine dose de réalisme ne signifie nullement l’acceptation d’un réalisme scientifique comme critère méthodologique discriminant.

I. Les modèles DGSE, l’économie « mainstream » et la question du « réalisme »

Les modèles de type DSGE ont été introduits dans les années 1980 comme une réponse aux multiples problèmes théoriques posés par les modèles de la génération précédente[5]. Ils dérivent largement des travaux de Robert Lucas, et utilisent massivement les anticipations rationnelles ans leur construction[6]. Ces modèles prétendent résoudre le dilemme traditionnel des modèles de la génération précédente en rendant cohérentes les dynamiques macroéconomiques avec les comportements microéconomiques des agents. Mais, ces derniers sont supposés maximiser un objectif, alors que l’on sait, depuis le milieu des années 1980 que la maximisation de l’utilité (ou de l’espérance d’utilité) n’est pas la seule forme de comportement et que la hiérarchie des utilités à maximiser peut changer de manière brutale en particulier en fonction du contexte général (Ici)[7]. Ces modèles ont été utilisés massivement en politique monétaire[8], et ils ont inspiré ce que l’on a appelé le « nouveau consensus monétaire » (ici), qui semble bien avoir été une des victimes de la crise[9]. Ils ont joué un rôle non négligeable auprès des Banques Centrales[10], mais aussi des gouvernements[11].

Ces modèles ont plusieurs caractéristiques qui constituent en réalité autant de problèmes. Tout d’abord, ils conçoivent l’économie comme un ensemble de marchés couvrant tous les domaines possibles. Ensuite, ils supposent que la contrainte de budget inter-temporelle des agents est toujours respectée, autrement dit qu’il n’existe aucune banqueroute et aucun défaut possibles[12]. Cette hypothèse qui nie, entre autres, la possibilité d’un rationnement du crédit qui fut pourtant bien établie par J. Stiglitz[13], donne naissance à ce qui est appelée la « clause de transversalité »[14], par une manipulation mathématique. Cette « clause » aboutit à nier la spécificité de la firme bancaire et à considérer la finance comme un grand marché des fonds prêtables auquel tout agent a accès[15], qu’il ait des capacités de financement à offrir ou des besoins à satisfaire[16]. Sur son Blog Maverecon, le regretté William Buiter[17], ancien Chief Economist de la BERD, s’était insurgé contre la dimension inutile et absolument superflue d’une grande partie de ces modèles DGSE. Olivier Blanchard est d’ailleurs l’auteur de l’un des nombreux manuels où l’on explique à un étudiant le modèle DSGE[18]. D’où l’on peut comprendre son attitude pour le moins ambiguë. Il reconnaît l’écart entre la réalité et les modèles, mais cherche à ramener cet écart à la situation particulière que nous connaîtrions actuellement. Mais l’on doit s’interroger sur la validité d’un modèle qui ne peut représenter qu’un type de situations. Ceci pose la question du degré de « réalisme » que l’on est en droit d’attendre de la modélisation[19]. Un modèle économique, comme le montre Uskali Mäki, doit être capable d’apporter de la « vérité de démonstration », autrement dit d’explorer des pistes de la connaissance scientifique, mais il doit encore être capable de produire des « vérités efficaces », autrement dit des énoncés correspondant aux situations réelles. Ainsi : « (…) mere truth acquisition is insufficient, for it is the acquisition of relevant truths that matters. (…) »

Dans un autre texte, il précise sa pensée : « major parts of economic modelling may have degenerated into the investigation of imaginary model worlds only, with no issues of resemblance being raised under the prevalent division of scientific labour. This situation results in treating models as “substitute systems” that are investigated in their own right with no concern whatsoever with how they might connect with real-world systems ([20][21].

Une modélisation qualifiée ici de « dégénérée », car cédant par trop à l’illusion de la « beauté » mathématique peut aboutir à des modèles qui sont certes cohérents mais qui ont perdu toute capacité à représenter le monde réel. Pire, l’économiste peut finir par prendre ce type de modèle pour la réalité. La question du réalisme est donc bien posée par les modèles DSGE, non pas dans sa forme vulgaire qui voudrait qu’un modèle corresponde en tous points au monde réel, mais dans sa forme scientifique[22]. Les hypothèses centrales au modèle DGSE, hypothèse qui ont été adoptées pour assurer une certaine cohérence à ce modèle, en ont fait un cas particulier, on peut même dire un cas limite, et non pas un cas représentatif des situations économiques concrètes.

II. Les explications d’une erreur

Olivier Blanchard et Daniel Leigh se livrent donc à une tentative d’inclusion du réalisme au sein d’une génération de modèles qui ne sont pas réalistes, car ils se doivent d’expliquer l’importance des erreurs de prévision sur la croissance qui ont été systématiques dans les pays appliquant des politiques d’austérité. En effet, les gouvernements et les Banques Centrales considéraient au début de la crise que le multiplicateur des dépenses publiques, qui donne le rapport entre des accroissements d’impôts ou des réductions de dépenses budgétaires et la croissance, était compris entre 0,5 et 0,6. Ceci impliquait que l’on pouvait mettre en œuvre des politiques d’austérité sans trop pénaliser la croissance. Or, on a constaté dans les faits que la croissance était beaucoup plus sensible aux mesures d’austérité.

La première inclusion est celle d’une variante du modèle DGSE testant les situations de « trappe à liquidité » que nous connaissons actuellement avec des taux d’intérêts nominaux très faibles[23]. Dans cette situation, la Banque Centrale ne peut plus réduire le taux d’intérêt. Un modèle de type DGSE donne alors un multiplicateur des dépenses publiques de l’ordre de 3. Notons immédiatement que si une telle valeur était vérifiée dans la réalité, cela impliquerait une erreur sur le multiplicateur dans une proportion de 6 ou 5 pour 1. En fait, une étude rétrospective menée sur 27 pays pour les années 1930 (la Grande Dépression) donne une valeur moyenne du multiplicateur de 1,6[24]. Ces deux articles insistent sur le fait qu’une politique tant monétaire que budgétaire expansionniste a des effets bénéfiques sur la croissance, et ceci d’autant plus que le système financier est fortement contraint par des taux d’intérêt nominaux particulièrement faibles. Il est symptomatique que Christiano et ses co-auteurs fassent d’ailleurs une référence explicite à Keynes mais aussi à Krugman[25], pour définir les paramètres de leur modèle. La conclusion ne laisse cependant aucun doute : « However, we show that this multiplier is large in economies in which the output cost associated with the zero-bound problem is more severe »[26].

Cependant l’inclusion du mécanisme keynésien de la trappe à liquidité pose un problème majeur de cohérence avec le modèle. La trappe à liquidité implique que des agents préfèrent conserver leurs avoirs sous forme liquide plutôt que de les investir, même si l’investissement est supposé leur rapporter un profit. Ils ne peuvent donc plus être considérés comme des agents maximisant leur profit. De plus, si les anticipations rationnelles s’appliquaient, il n’y aurait plus d’incertitude radicale (qui explique par ailleurs ce comportement particulier des agents). En effet, l’astuce théorique des anticipations rationnelles consiste a réduire l’incertitude à quelque chose de probabilisable[27]. Mais, si l’on était dans un univers probabiliste, un calcul rationnel amènerait les agents à investir. Donc, soit les agents du modèle de Christiano et alii ne sont pas rationnels (et ils doivent nous fournir une théorie des agents non-rationnels) soit on ne se trouve plus dans un univers régit uniquement et totalement par des lois de probabilités, et ce sont les fondements du modèle DGSE qui sont en cause.

La seconde inclusion concerne les niveaux de revenus et de production. À la suite d’Eggerston et Krugman[28], Blanchard accepte l’idée que si l’on est dans une situation où les revenus sont faibles et la croissance atone, les agents ne vont pas prendre en considération le revenu permanent définit par M. Friedman mais au contraire leurs revenus nominaux. Cela revient à considérer que l’illusion nominale s’applique. Les conséquences sur la taille du multiplicateur sont éloquentes. Il serait, dans le cas des Etats-Unis, compris entre 1,5 et 2,2, soit près de 4 fois sa valeur communément admise avant la crise[29]. Ici encore, on reconnaît un argument typiquement Keynésien et même « post-Keynésien » en raison de la référence à H.P. Minsky. Mais la compatibilité de ce raisonnement avec les bases théoriques du modèle DGSE est tout aussi catastrophique et pour tout dire impossible. Dire que l’illusion nominale s’applique revient à nier l’existence d’anticipations rationnelles.

La troisième inclusion concerne un travail largement empirique sur les Etats-Unis[30]. Cet article explore les effets des politiques fiscales et budgétaires, mais aussi l’importance de leurs composants (expansion ou non du budget de la défense, etc…). La conclusion est que, dans les phases d’expansion (autrement dit quand l’économie est proche du plein emploi), la politique budgétaire et fiscale a un effet multiplicateur faible (0,5). Mais, en période de récession, l’effet monte à 1,5 en moyenne (et peut être plus élevé si la récession est plus sévère). Ce travail qui porte sur les Etats-Unis est confirmé par un « working papers » du FMI qui reprend les données dans plusieurs pays connaissant un ajustement fiscal et budgétaire important[31]. La conclusion de ce texte est intéressante : « The finding that the impact of fiscal policy on output depends on the underlying state of the economy has important implications for the choice between an upfront fiscal adjustment  versus a more gradual approach. When the output gap is negative at the time the fiscal shock is initially implemented, an up-front negative fiscal spending shock will have a larger short-  term impact on output than a more gradual fiscal adjustment »[32].

Ici encore, la présence de ces deux régimes est logique, et correspond à un résultat intuitif. Keynes, d’ailleurs, ne plaidait pour des politiques budgétaires expansionnistes qu’en période de récession. Par contre, le fait que l’économie puisse connaître des régimes différents suivant qu’elle est en expansion ou en récession est parfaitement contradictoire avec la logique même d’un modèle DGSE.

On retiendra que la tentative d’inclusion de ces travaux dans le cadre d’un modèle DSGE par Blanchard et Leigh, si elle permet d’obtenir des valeurs pour le multiplicateur des dépenses publiques qui sont nettement plus réalistes, se révèle désastreuse pour l’architecture du modèle.

III. Conséquences politiques et théoriques

Les conséquences politiques de la prise en compte de la valeur réelle du multiplicateur des dépenses publiques dans la situation actuelle sont évidemment importantes. Mais elles sont doubles. D’une part, c’est toute la stratégie de l’austérité, telle qu’elle est conduite par l’Union Européenne et la Banque Centrale Européenne qui se trouve ainsi invalidée. On ne mène pas la même politique selon que l’on estime la valeur du multiplicateur des dépenses publiques est faible (largement inférieure à 1) ou élevée (supérieure à 1,5). Or, ce sont ces politiques, qui ont plongé dans la misère les peuples en Grèce, en Espagne et au Portugal qui sont en train de détruire l’Europe[33]. On dira qu’affirmer cela revient à donner raison à François Hollande qui, dans une déclaration faite à un quotidien grec, a affirmé « refuser une austérité sans fin »[34]. Mais, quel crédit peut-on accorder à ce type de discours quand on voit que la France, depuis juin 2012 a toujours cédé aux pressions austéritaires venant d’Allemagne. D’autre part, c’est le discours tenu en France depuis l’été 2012 qui est discrédité. Qu’à partir de juillet 2012, le gouvernement ait maintenu des prévisions de croissances pour 2013 à 0,8% dans ces conditions en dit long sur l’aveuglement idéologique qui prévaut, mais aussi sur la stupidité crasse de gens qui pensent qu’il suffit de dire quelque chose avec autorité pour que cette chose se réalise.

Mais aussi, on se doit de prendre un certain recul critique par rapport aux modèles DGSE dont la capacité à produire des « vérités efficaces » est inversement proportionnelle au degré de cohérence. On doit même se demander si nous n’aurions pas été mieux lotis sans ces modèles. Nous avons un cas d’école où le modèle n’a pas servi à éclairer la réalité mais c’est substitué au monde réel.

Il est par ailleurs incroyable, au sens premier du terme, que devant la circulation de textes convergeant quant à la question de la valeur du multiplicateur, et ce dès 2011, le gouvernement, qu’il s’agisse du gouvernement Fillon ou de celui de Jean-Marc Ayrault, n’ait pas pris les mesures qui s’imposaient pour que l’INSEE refasse ses calculs. Il ne s’agit pas ici d’accabler des collègues. Travailler pour le gouvernement est un métier ingrat. La responsabilité est ainsi partagée entre les conseillers du gouvernement, qui n’ont pas soulevé le problème, et les responsables de l’INSEE qui n’ont pas spontanément présenté une autre version de leur modèle « MESANGE » en y incluant des valeurs plus réalistes du multiplicateur. Il faut y voir tant l’acharnement idéologique de certains, telle Karine Berger, que la volonté de déni de la réalité d’autres, comme Pierre Moscovici, ci-devant Ministre des Finances.

Citation

Jacques Sapir, “Le FMI et l’aveu de François Hollande sur la croissance”, billet publié sur le carnet Russeurope le 20/02/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/895

 

[1] J. Sapir, “Quand le gouvernement marche sur la tête…”, billet publié sur le carnet Russeurope le 24/10/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/374

[2] T  Baunsgaard, A. Mineshima, M. Poplawski-Ribeiro, and A. Weber, “Fiscal Multipliers”, in Post-crisis Fiscal Policy, ed. by C. Cottarelli, P. Gerson, and A. Senhadji, Washington: International Monetary Fund, Washington DC, 2012. Spilimbergo, A., Symansky, S., et M. Schindler, 2009, “Fiscal Multipliers,” IMF Staff Position Note, SPN/09/11, Mai 2009, FMI, Washington DC..

[3] O. Blanchard et D. Leigh, « Growth Forecast Errors and Fiscal Multipliers », IMF Working Paper, WP/13/1, FMI, Washington D.C., 2013, page 3 et 4.

[4] J. Sapir, Les Trous Noirs de la Science Économique, Paris, Albin Michel, 2000.

[5] Robert E. Lucas, Jr. (1976), « Econometric policy evaluation: a critique. » Carnegie-Rochester Conference Series on Public Policy’ 1, pp. 19–46.

[6] Kydland, F.E. ; Prescott, E.C., “Time to build and aggregate fluctuations”,Econometrica: Journal of the Econometric Society Vol. 50, 1982 (N°6), pp : 1345–1370

[7] J. Sapir, Quelle économie pour le XXIème Siècle, Paris, Odile Jacob, 2005, chap. 1 et 2.

[8] Michael Woodford, Interest and Prices: Foundations of a Theory of Monetary Policy. Princeton University Press, 2003, Princeton, NJ.. Richard Clarida, Jordi Gali, and Mark Gertler , « The science of monetary policy: a New-Keynesian perspective », Journal of Economic Literature Vol. 37, 1999, pp. 1661–707.

[9] J.K. Galbraith, « The collapse of Monetarisme and the Irrelevance of the New Monetary Consensus », Public Policy Note 2008/1, Annadale-on-Hudson, N.Y., The Levy Economics Institute of Bard College, 2008.

[10] C. Tovar, « DSGE models and central banks », Bank for International Settlements working paper #258, BRI, Bâle, 2008.

[11] A. Sbordone, Andrea Tambalotti, Krishna Rao, et Kieran Walsh, « Policy analysis using DSGE models: an introduction ». Federal Reserve Bank of New York Economic Policy Review Vol. 16, 2010, (2), New York.

[12] On suppose qu’à un horizon infini la valeur actualisée de la richesse réelle est positive. Voir : O. Blanchard et S. Fischer,.Lectures on Macroeconomics, MIT Press Books, The MIT Press, Cambridge, Mass., 1ère édition, Avril 1989.

[13] J.E. Stiglitz et A. Weiss, « Credit Rationing in Markets with Imperfect Information », American Economic Review, Vol. 71, 1981, n°3.

[14] La condition de transversalité est la forme mathématique prise de la condition d’optimisation en anticipations rationnelles. Dans un problème d’optimisation sur un horizon infini (comme dans les anticipations rationnelles), il s’agit de la frontière qui détermine une solution aux conditions de premier ordre dans le respect des conditions initiales. T. Kamihigashi, « Transversality conditions and Dynamic economic Behaviour », in S. Durlauf et L. Blume (edits.), The New Palgrave Dictionary of Economics 8 volume, 2ème édition, Macmillan, 2008, Londres. (Téléchargeable ici)

[15] W.A. Brock. « Money and growth: the case of long run perfect foresight ». International Economic Review, vol. 15, 1974, pp. : 750–777.

[16] Goodhart, C.A.E., “The Continuing Muddles of Monetary Theory: A Steadfast Refusal to Face facts”, paper presented to the 12 th Conference of the Research Network macroeconomics and Macroeconomic Policy , Berlin, Germany, October 31 st – November 1 st , 2008.

[18] O. Blanchard, Macroeconomics , ed. Prentice Hall, Cambridge- New York, 1997 (1ère édition,).

[19] U. Mäki, « Scientific realisme as a challenge to economics (and vice versa) », Journal of Economic Methodology, vol. 18, 2011, n°1, pp. 1-12.

[20] U. Mäki, Missing the World: Models as İsolations and Credible Surrogate Systems, Erkenntni, Helsinki,. 2009. Vol. 70. P. 29–43. Idem, Contested Modelling: The Case of Economics Models, Simulations, and the Reduction of Complexity. Hambourg Academie des Sciences, 2011.

[21] U. Mäki, « The Faileure of Economics as a Modelling Failure » in E.I. Yasin (ed.), XII Mezhdunarodnaja Nauchnaja Konferencija po Problema Razvitija Ekonomiki i Obshchestva, Editions du Haut Collège d’Économie, Moscou, 2012, pp. 359-365.

[22] J. Sapir, “Realism vs Axiomatics” in Ed. Fullbrook (ed.), The Crisis in economics, Routledge, Londres et New York, 2003, pp. 58-61.

[23] L. Christiano, M. Eichenbaum, et S. Rebelo, « When Is the Government Spending Multiplier Large? », Journal of Political Economy, Vol. 119, No. 1 (Février 2011), pp. 78-121.

[24] M. Almunia, A. Bénétrix, B. Eichengreen, K.H. O’ Rourke et G. Rua, « From Great Depression to Great Credit Crisis: similarities, differences and lessons », in Economic Policy, Vol 25, Avril 2010.

[25] P. Krugman. “It’s Baaack: Japan’s Slump and the Return of the Liquidity Trap.” Brookings Papers on Ecoomic. Activity, no. 2, 1998, pp. 137–87.

[26] L. Christiano et alii, op.cit., p. 80.

[27] R. E.  Lucas Jr., et E. Prescott. “Investment under Uncertainty.” Econometrica Vol. 39, 1971 , septembre, pp. 659–81.

[28] G.B. Eggeston et P. Krugman, «Debt, Delevarging, and the Liquidity Trap : A Fisher-Minsky-Koo Aproach» in The Quarterly Journal of Economics (2012), pp. 1469–1513.

[29] Les auteurs citent deux études non publiées, Nakamura, Emi, et Jon Steinsson, ‘‘Fiscal Stimulus in a Monetary Union: Evidence from U.S. Regions,’’ (Mimeo: Columbia University, 2010) ainsi que Shoag, Daniel, ‘‘The Impact of Government Spending Shocks: Evidence on the Multiplier from State Pension Plan Returns,’’ (Mimeo: Harvard University, 2010).

[30] A. J. Auerbach et Y. Gorodnichenko « Measuring the Output Responses to Fiscal Policy », American Economic Journal: Economic Policy 2012, Vol. 4, n° 2, pp 1–27.

[31] A. Baum, Marcos Poplawski-Ribeiro, et Anke Weber, « Fiscal Multipliers and the State of the Economy », IMF Working papers, WP/12/86, FMI, Washington DC, 2012.

[32] A. Baum, Marcos Poplawski-Ribeiro, et Anke Weber, op.cit., p. 20.

[33] P. Artus, « Pourquoi les Européens ne veulent plus de l’Europe ? », FLASH-Économie n° 160, 19 février 2013, Natixis, Paris.

[34] Libération, Hollande rejette une Europe de «l’austérité sans fin», 18 février 2013, http://www.liberation.fr/monde/2013/02/18/hollande-rejette-une-europe-de-l-austerite_882624

La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance

L’économie russe pourrait être sérieusement affectée par la récession qui s’annonce au sein de la zo…

L’économie russe pourrait être sérieusement affectée par la récession qui s’annonce au sein de la zone Euro, mais qui menace aussi dans un certain nombre d’autres pays. D’ores et déjà on voit un certain nombre d’indicateurs commencer à se dégrader. Le ralentissement de l’économie pourrait se confirmer au quatrième trimestre de 2012 comme semblent l’indiquer les résultats de ces derniers mois.

Graphique 1

Source : Comité d’État aux statistiques et Banque Centrale de Russie

Certes, la hausse du revenu moyen se maintient et le chômage est retombé à un niveau très bas. Mais, ceci est, semble-t-il, dû à la hausse des prestations sociales ainsi qu’aux interventions de l’État. Si la situation n’apparaît pas encore comme dangereuse, et si l’ampleur des réserves de la Banque Centrale (522 milliards de dollars) et la faiblesse de la dette publique (11% du PIB) sont des bons points de l’économie russe, il est clair que la dynamique de croissance reste bien trop liée à la croissance des principaux marchés de la Russie, et de l’Europe en particulier.

Graphique 2

Source : Comité d’État aux statistiques et Banque Centrale de Russie

Ceci met en lumière, une nouvelle fois, la dépendance de l’économie russe vis-à-vis des exportations. C’est à dessein que l’on a écrit « exportations » et non « exportations de matières premières ». En effet, le problème ici provient essentiellement de la dépendance du pays par rapport à une demande extérieure. On retrouve ce problème au Japon ou en Allemagne, deux pays dont les profils durant la crise de 2008-2009 ont été identiques, et semblables à celui de la Russie. Mais il est exact que la Russie exporte essentiellement des matières premières et des produits semi-finis comme les métaux. Cette structure de l’économie pose, bien entendu, un problème, pour un pays largement peuplé. On le mesurera avec les deux tableaux suivants.

Tableaux 1 et 2

Structure par produits des exportations et importations russes

 

Source : Comité d’État aux statistiques

Il convient cependant de lire ces tableaux en se souvenant que le prix relatif des minéraux (pétrole et gaz) par rapport aux prix des équipements et machines a fortement augmenté dans la période 2000 – 2010. C’est en particulier vrai pour le pétrole, dont le prix sur le marché international a augmenté de près de 2,5 fois dans la période. La Russie mise donc sur la diversification et la modernisation de son économie pour résoudre en partie ce problème. Ce n’est pas une nouveauté. Néanmoins, cette priorité a été répétée tant par des personnalités éminentes. Ceci invite à s’interroger sur ce que pourrait être une stratégie cohérente de développement pour les dix années qui viennent.

(i) Du bon usage des matières premières

De manière symptomatique, une question fréquemment posée est de savoir si le pire pour la Russie était des prix mondiaux des matières premières faibles ou élevés. Certains experts réunis soutiennent que des prix élevés des matières premières bloquent le processus de modernisation et de diversification de la Russie. Il est exact que des revenus très importants issus des matières premières peuvent créer un sentiment d’euphorie économique qui n’est pas favorable à des réformes de structure. Cependant, on ne peut nier qu’il est de l’intérêt de la Russie que les prix restent élevés ne serait-ce que pour pouvoir financer ces dites réformes.

Par ailleurs il a été souligné que les activités extractrices pouvaient favoriser la modernisation et la diversification de l’économie. C’est absolument exact, et c’est un fait souvent ignoré des profanes. En effet, ces activités font de plus en plus usage de techniques avancées voire très avancées, qu’il s’agisse du processus d’extraction ou de recherche de nouvelles sources. Les effets induits de ces activités sur le reste de l’industrie sont potentiellement loin d’être négligeables. Ils peuvent conduire à la mise en place de filières modernisatrices dans le tissu industriel russe, en particulier en ce qui concerne les compresseurs, les robots, l’électronique de télécommande, etc… Cela implique cependant l’entrée en Russie d’entreprises étrangères qui maîtrisent ces techniques (soit sous la forme d’investissements directs soit sous celle de cession de licences). De même, la disponibilité de ressources importantes, incluant l’agriculture, peut être la base du développement d’industries de transformation, qui elles-mêmes seront très sophistiquées. L’agriculture ne sera plus, et ce dès un proche avenir, productrice uniquement de produits alimentaires. Les biotechnologies et les biomatériaux utiliseront de plus en plus la matière première en provenance de l’agriculture.

Cela implique le renforcement des activités agricoles, et le développement d’une chaîne complète de transformation, incluant la biochimie et le développement des biomatériaux. Ici aussi, l’entrée de firmes étrangères est largement souhaitée.

(ii) L’impact de la réorganisation du secteur pétrolier

C’est dans ce contexte qu’il faut analyse la consolidation qui est en train de se produire au sein non seulement du secteur pétrolier mais aussi du secteur gazier.

L’accord entre ROSNEFT, société contrôlée par l’État, et BP pour le rachat des parts de BP dans la société TNK-BP est à cet égard symptomatique. Cet accord à plusieurs conséquences : il fait de ROSNEFT l’une des toutes premières compagnies pétrolières dans le monde avec des réserves prouvées égales à 5% du total mondial ; il confère à ROSNEFT un rôle dominant en Russie et lui donne un quasi-monopole sur les ressources dans l’Arctique russe. Désormais, toute compagnie désireuse d’exploiter ces ressources devra en passer par ROSNEFT. C’est ce qui explique l’empressement d’Exxon-Mobil à passer un tel accord et ce dès 2011. Dans le même temps, BP rachète des actions de ROSNEFT « libres » et a eu la possibilité de réinvestir dans les actions détenues par l’État à hauteur de 5,7%. En conséquence, BP est désormais associée au capital de ROSNEFT à hauteur de 20%, ce qui en fait le premier partenaire privé de l’État russe. Mais on sait que BP est fragilisée financièrement par la catastrophe de 2010 dans le golf du Mexique. Il n’est donc pas dit qu’à terme BP conserve la totalité des actions de ROSNEFT qu’elle possède. Elle pourrait les céder à d’autres sociétés (pourquoi pas chinoises…) voire à l’État russe lui-même s’il lui venait l’idée de renforcer son contrôle sur ROSNEFT.

Mais les aspects « cachés » de cet accord sont tout aussi importants. ROSNEFT a obtenu l’accès à la technologie de BP. ROSNEFT avait déjà accès à la technologie d’Exxon-Mobil par l’accord de 2011. Ces deux accord combinés aboutissent à transférer à ROSNEFT des capacités techniques de premier ordre tant dans l’exploitation du pétrole « conventionnel » et du gaz associé (qui est pour l’instant largement perdu en Russie) que dans l’exploitation du gaz et de l’huile de schistes par des méthodes peu ou même non-polluantes. ROSNEFT devient ainsi la première société russe à disposer de ces capacités, et deviendra à relativement court terme un acteur majeur dans le secteur du gaz où elle sera le principal concurrent de GAZPROM. Le développement technologique correspond exactement à ce que décrivent les autorités russes. Il a de plus l’intérêt de déstabiliser GAZPROM, dont la qualité de gestion interne est très déficiente et qui fait mauvaise figure face à ROSNEFT qui, elle, est bien gérée. GAZPROM apparaît comme indirectement le grand perdant de cet accord. Mais, avec GAZPROM c’est toute l’équipe du Premier ministre Dmitry Medvedev qui est affaiblie.

Dans le même temps, le contrôle ainsi acquis sur TNK-BP va permettre aux autorités russes de mettre fin à l’un des scandales restant dans l’industrie pétrolière. La direction de TNK-BP utilisait environ 70% des profits de la société en dividendes. Les investissements représentaient moins d’un cinquième des dividendes. Si ce rachat a eu pour conséquence le paiement d’une somme importante à M. Veckselberg, cette somme (22 Milliards de dollars) ne représente qu’un peu plus de trois ans de dividendes de la société. L’État russe a ainsi récupéré une des principales sources de financement qui lui échappait encore et va pouvoir à terme augmenter les investissements dans l’industrie pétrolière.

Enfin, les autorités britanniques ayant accepté l’accord, on les voit mal relancer la question des actifs de YOUKOS qui avaient été rachetés par ROSNEFT en 2004-2005.

L’accord entre ROSNEFT et BP constitue donc un pas très important dans la restructuration et la consolidation de l’industrie du gaz et du pétrole, qui peut être le début d’une modernisation massive de ce secteur. Il marque aussi un changement important dans le rapport des forces entre GAZPROM et ROSNEFT, et il fait de ROSNEFT l’un des tout premiers acteurs mondiaux en lui donnant un accès aux réserves et à la technologie nécessaire pour les exploiter.

(iii) Attirer plus d’investissements directs étrangers (IDE)

La question des Investissements Directs Étrangers (IDE) est donc posée, et la volonté des autorités de renforcer le flux actuel ne fait aucun doute. Mais, ceci pose plusieurs problèmes dont la sécurité des investissements et la protection légale des actionnaires, le développement des infrastructures en particulier si ces investissements directs doivent se déployer sur des parties peu développées du territoire enfin la stabilité et la prévisibilité des impôts et des prix des produits relevant de l’administration (énergie, eau, chauffage). Aujourd’hui, la structure des IDE est la suivante :

Tableau 3

 

Source : Comité d’État aux statistiques

Il convient de remarquer le poids relativement important de Chypre et des Îles Vierges. On peut penser que les capitaux qui entrent en Russie en provenance des ces pays sont des capitaux qui étaient sortis, il y a quelques années, et qui profitent des opportunités d’investissement qui s’offrent à eux. L’effort de ces dernières années de la part des autorités commence à lentement porter ses fruits. Le développement de l’industrie automobile et de la filière automobile est largement le fait d’Investissements Directs Étrangers (Renault, mais aussi Ford-Allemagne, Volkswagen…). Une partie de la modernisation et de la diversification de l’industrie russe est portée par ces investissements étrangers.

(iv) Développer les investissements russes en Russie elle-même

Les conditions d’une bonne réception des IDE dépendent néanmoins du flux des investissements en Russie elle-même. De ce point de vue il est clair qu’il existe une synergie entre les investissements internes et les IDE, tout comme il existe une forte complémentarité entre les investissements publics et les investissements privés. Les autorités ont clairement fait comprendre qu’elles cherchaient à favoriser les investissements privés russes en Russie. Plusieurs types de projets ont été présentés, comme une défiscalisation pour des investissements réalisés dans des entreprises directement issues de la recherche (développement des technoparcs  et des  incubateurs), des aides pour des investissements dans différentes branches considérées comme prioritaires, et enfin le développement du partenariat public-privé.

L’objectif est d’encourager l’investissement privé russe et de favoriser le rapatriement en Russie des investissements russes aujourd’hui faits à l’étranger.

(v)  La nécessité d’améliorer le cadre institutionnel

Ceci conduit au problème de l’amélioration du cadre institutionnel en Russie. Le problème a été souligné par les différentes autorités rencontrées ces quatre jours, mais avec des inflexions significatives. Les personnes proches du gouvernement, et certains experts russes insistent beaucoup sur l’idée que la Russie n’aurait pas aujourd’hui d’institutions et que ces dernières sont largement à créer. Les personnes proche du Président, d’autres experts russes et des experts étrangers insistent en fait sur le processus d’amélioration des institutions actuelles, et surtout de l’amélioration de leurs moyens de mise en œuvre, point sur lequel tout le monde convient que sans eux la meilleure des institutions du monde ne saurait fonctionner.

Les principales voies d’amélioration qui ont été évoquées ont été une simplification du cadre administratif, une meilleure protection réelle des droits de propriété, et la lutte contre la corruption. Celle-ci est largement le produit de la complexité du cadre institutionnel actuel qui n’offre que trop d’occasions à des fonctionnaires corrompus de lever leur rente. La mise en œuvre des différentes mesures qui semblent importantes pour tous sera par nature un processus complexe. Il est clair à cet égard que l’on ne peut attendre qu’un cadre institutionnel « parfait » soit mis en place pour développer l’investissement. L’amélioration de l’efficacité économique est tout autant le résultat de la croissance que l’une de ses pré-conditions. Ceci explique le retour en force des idées de planification stratégique.

(vi) Un intérêt poussé pour l’expérience française des années 1950-1970

Un des aspects les plus intéressants des débats actuels en Russie est l’importance particulière accordée au thème de la planification stratégique et principalement à l’expérience française en ce domaine jusqu’au années 1990, via le Commissariat Général au Plan. Très clairement la complexité du processus de mise en œuvre d’une politique économique visant à faire structurellement pivoter l’économie russe vers un modèle plus entrepreneurial implique une centralisation des principales orientations. La multiplicité actuelle des centres de décision en matière de politique économique est bien souvent dénoncée comme l’une des principales sources d’inefficacité actuelle de l’économie.

Dans ce cadre, la possibilité de concentrer une réflexion stratégique et la définition de certaines priorités dans un comité à la planification stratégique a été ouvertement discutée. Elle a, naturellement, l’appui des économistes qui travaillent sur le développement des territoires de la Fédération de Russie. La création d’un tel comité pourrait survenir d’ici au printemps 2013. Il est probable qu’il serait rattaché à la Présidence, car le travail de l’équipe présidentielle a été défini comme « stratégique » par opposition aux tâches du gouvernement qui sont elles plus concernées par la gestion au jour le jour des problèmes courants.

(vii) Une perte relative d’influence des « libéraux »

Dans ce cadre, il est clair que l’on assiste actuellement à une relative perte d’influence des « libéraux », et en particulier des personnes entourant le Premier ministre, M. Medvedev. Cette perte d’influence se fait dans un cadre particulier où tous les acteurs se réclament, à un titre ou à un autre, du « libéralisme ». Ceci doit être compris comme une réaction au modèle soviétique de développement mais n’implique pas nécessairement une adhésion au néo-libéralisme, qu’il soit économique ou politique, tel qu’il est habituellement défini dans les pays occidentaux.

Cette perte d’influence a été constatée par la montée en puissance de S. Glazyev (conseiller du Président à l’intégration eurasiatique et délégué présidentiel au conseil national des banques de Russie). De même, on peut constater la montée dans l’entourage du Président de partisans d’un rôle clairement interventionniste de l’État. Vladimir Poutine l’a d’ailleurs rappelé à de nombreuses reprises. Il a décrit l’économie de la Russie comme un « capitalisme d’État » (goskapitalizm) mais un capitalisme d’État par défaut et en raison du manque de vitalité du secteur privé plus enclin à prendre des rentes de court terme que de développer le pays. S’il a clairement exprimé la volonté de réduire à terme le périmètre d’intervention de l’État, il a aussi montré un intérêt très vif pour une meilleure coordination, qui implique, bien entendu, la notion de plan stratégique.

La Russie apparaît bien aujourd’hui à la recherche d’une véritable stratégie de croissance. Si elle s’est déjà dotée de  mesures relativement efficaces, ces dernières nécessitent une mise en cohérence. Pour franchir ce pas, le pays doit tourner le dos à l’idéologie néo-libérale et ne pas hésiter à utiliser les méthodes qui firent le succès de pays comme l’Italie ou la France dans les années cinquante et soixante.

Citation

Jacques Sapir, “La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance”, billet publié sur le carnet Russeurope le 24/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/532