Dossier figaro-histoire : L’œuvre de Marc Bloch dévoyée (par Suzette Bloch)

Rédactrice :  Suzette Bloch,  Journaliste, petite-fille de Marc Bloch
 (NDLR : Nous publions ci-dess…

Rédactrice :  Suzette Bloch,  Journaliste, petite-fille de Marc Bloch

 (NDLR : Nous publions ci-dessous, avec l’accord de l’auteure,  une tribune écrite par Suzette Bloch à la suite de la parution du Figaro Histoire d’octobre 1012 que nous avons analysé dans un dossier. Cette tribune est parue dans Libération du 12 novembre 2012).
A la lecture du Figaro Histoire numéro 4, mes cheveux se sont dressés sur la tête. Marc Bloch, le grand historien qui a payé de sa vie son engagement dans la résistance contre les nazis, y est mis sur le même plan que le maurassien pro-mussolinien et antisémite Jacques Bainville, membre de l’Action française, journal de l’ultradroite monarchiste.

Ce n’est pas la première fois que l’œuvre à portée universelle et la vie irréprochable de Marc Bloch sont récupérées pour tenter de rendre vertueuse une idéologie douteuse qui prône le retour à la préférence nationale. Nicolas Sarkozy, épaulé de ses conseillers, le souverainiste Henri Guaino et l’extrême droitiste Patrick Buisson, était un habitué du genre. En décembre 2009, avec l’historien Nicolas Offenstadt, j’avais tapé du poing sur la table, dans une tribune au Monde intitulée «M. Sarkozy, laissez Marc Bloch tranquille».

Cela n’a pas suffi. Le dernier numéro du Figaro Histoire met à nouveau en exergue ce passage de l’Etrange Défaite – livre posthume décrivant le désastre de 1940 – cité, recité et même rabâché dans une version tronquée et sortie de son contexte afin de pouvoir caser Marc Bloch, dans, dixit le Figaro Histoire, le «panthéon des ferments d’unité nationale». Voici cette phrase : «Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération.» Sauf qu’incluse dans le paragraphe complet, elle a un tout autre sens. Marc Bloch y évoquait le Front populaire de 1936 et critiquait l’égoïsme du patronat et des élites et leur incapacité à saisir l’élan des luttes ouvrières. Voici le début du paragraphe : «Surtout, quelles qu’aient pu être les fautes des chefs, il y avait dans cet élan des masses vers l’espoir d’un monde plus juste, une honnêteté touchante à laquelle on s’étonne qu’aucun cœur bien placé ait pu rester insensible. Mais, combien de patrons, parmi ceux que j’ai rencontrés, ai-je trouvé capables, par exemple, de saisir ce qu’une grève de solidarité, même peu raisonnable, a de noblesse : passe encore, disent-ils, si les grévistes défendaient leurs propres salaires.»

Mais il y’a pire. Voilà ce que l’on peut encore lire à propos de l’Etrange Défaite : «Marc Bloch dresse un tableau éblouissant des faiblesses récurrentes de la France : luttes des classes, élites coupées du peuple, ouvriers plus préoccupés de l’esprit de jouissance que de celui de sacrifice…» une fin de phrase qui n’apparaît nulle part dans le livre de Marc Bloch et qui reprend, en fait, presque mot à mot le discours de Philippe Pétain le 20 juin 1940 : «Depuis la victoire, l’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice.» Les auteurs de ce dossier cherchent à s’approprier la figure héroïque de Marc Bloch tout en accusant l’école des Annales, fondée par ce même Marc Bloch avec Lucien Febvre, de tous les maux. Le chapeau d’un article intitulé «Vie et mort du roman national» dit ceci : «L’enseignement de l’histoire à l’école a longtemps visé à entretenir le patriotisme des jeunes Français. La volonté de le ramener à l’objectivité sous l’influence de l’école des Annales a paradoxalement conduit à conjuguer l’ignorance avec le communautarisme.»

J’aurais pu traiter par le mépris cette façon de faire mais ce numéro du Figaro Histoire va trop loin. Au fil des pages l’ensemble de ce dossier consacré à «la vérité sur l’histoire à l’école», décline clichés nostalgiques, positions conservatrices, héros virils et guerriers du roman national, positions réactionnaires, distillant racisme et xénophobie, utilisant le témoignage d’anonymes comme si nous n’étions pas en démocratie. «Têtes blondes, traite des Noirs, mère maghrébine, la place de l’homme européen, l’identité française, la France chrétienne» : ces mots sont agencés dans un discours xénophobe appuyé par une iconographie orientée où l’on peut voir des écoliers mis en contrepoint avec des reproductions de manuels scolaires incriminés, dont l’une avec une étoile de David et le drapeau nord-américain. Dans un dossier détaillé publié par le collectif Aggiornamento histoire-géographie, des historiens décortiquent les différents articles.

Je lance l’alerte. Il y a tentative répétée de mettre le feu à la démocratie. Ne laissons pas le discours d’une extrême droite continuer à se diffuser dans le discours public et envahir le champ intellectuel à la faveur des déclarations tonitruantes de la droite décomplexée «pain au chocolat». Plaidoyer d’un côté pour un retour à «l’histoire-récit» sous forme d’un grand roman national magnifié par les grands héros tels Vercingétorix, Saint-Louis, Jeanne d’Arc ou… Pétain ; occupation de l’autre de la mosquée de Poitiers par des membres du Bloc identitaire : voilà deux facettes d’une réalité alarmante. Il faut lire et relire Marc Bloch qui, dans ses écrits clandestins, esquissait les contours d’une réforme de l’enseignement : «Il importe bien davantage à un futur citoyen français de se faire une juste image des civilisations de l’Inde ou de la Chine que de connaître, […] la suite des mesures par où “l’Empire autoritaire” se mua, dit-on, en “Empire libéral”.» «Le passé lointain inspire le sens et le respect des différences entre les hommes, en même temps qu’il affine la sensibilité à la poésie des destinées humaines», ajoute-t-il. «L’histoire est un effort vers le mieux connaître», affirme-t-il encore dans Apologie pour l’histoire ou métier d’historien.

Des intellectuels et des historiens ont souhaité approuver ce texte :
Roger Grenier, Dominique Kalifa, Jacques Le Goff, Gérard Noiriel, Antoine Prost, Benjamin Stora, Nicolas Offenstadt, Sylvie Aprile, Maurice Aymard, William Blanc, André Burguière, Bernard Chambre, Christophe Charle, Sonia Combe, Christian Delacroix, Olivier Dumoulin, Patrick Garcia, Pascal Jeanne, Elisabeth Lalou, Christophe Maneuvrier, Massimo Mastrogregori, Vincent Milliot, Joseph Morsel, Didier Panfili, Peter Schöttler, François-Olivier Touati, Pierre Toubert, Sophie Wahnich.

Rude hiver pour la transition

La vie politique ne décélère pas en ce deuxième hiver de la transition tunisienne. Au climat déchaîn…

La vie politique ne décélère pas en ce deuxième hiver de la transition tunisienne. Au climat déchaîné s’ajoute le méli-mélo politico-médiatique. Alors que les tensions sociales et les regards se déplacent vers un Nord-Ouest envahi par la neige puis par les eaux, le nouveau gouvernement qui traverse les cent jours décisifs semble débordé de tous côtés.

L’information, tendon d’Achille de démocraties plus anciennes, est au cœur des houles qui soulèvent le monde politique, la bataille pour chacun étant d’avancer sous les coups en attendant de mettre de l’ordre et d’introduire des règles du jeu. Ordre et jeu sont les maîtres mots d’une agitation où les commandements sont improbables et les déroulements imprévisibles. Dans une défiance partagée, la nouvelle équipe dirigeante pressée par le temps et probablement perdue devant l’immensité de la tâche, se retrouve bousculée par une parole inhabituelle et une pratique de contestation ouverte. Il faut du sang froid, des idées révolutionnaires et une abnégation impossibles pour de nouveaux venus sur la scène politique, longtemps exclus de l‘exercice du pouvoir. Compter les points et relever les incohérences d’un gouvernement encore peu rôdé lui est d’autant plus insupportable que les décisions sont ressenties comme lentes ou inappropriées aux urgences d’un pays qui a accumulé tares et misères et dont l’économie peine à se redresser. L’atmosphère est survoltée par les mauvaises nouvelles que les différents médias enfilent. Les responsables sont excédés par les échos critiques ou les moqueries. Ils accusent les journalistes de susciter le mécontentement et de noircir le tableau, comme si un thermomètre était responsable de la fièvre qu’il enregistre. Alors que les médias peinent à aller vers un professionnalisme plus libre, les pouvoirs publics habitués à un exercice plus soft et plus obéissant les boudent, les brident ou les chargent.

Le billet qui suit a été écrit le 26 février dernier, au paroxysme d’une des vagues qui opposent presque journellement gouvernement, médias, partis et société civile. L’espace public longtemps paralysé s’est animé grâce aux médias sociaux qui ont contribué à enhardir la contestation et à la propager entre les divers canaux. Le texte rend compte d’une étape – déjà dépassée- où se croisaient des troubles d’origines diverses, allant des grèves des agents municipaux aux populations isolées et furieuses devant les lenteurs des secours et se sentant éclipsées par une politique étrangère électrifiée par des positions incompréhensibles à propos de la Syrie. L’affrontement avec le syndicat national, une organisation habituellement crainte par les pouvoirs politiques depuis la période coloniale et avec laquelle Bourguiba comme Ben Ali ont toujours dû composer, a très vite dégénéré par de nombreuses attaques de locaux de l’UGTT. La dernière crise syndicale, celle de janvier 1978 est une des plus meurtrières de l’histoire récente de la Tunisie. La mémoire encore vive de ces événements et le rôle de l’UGTT dans les derniers scénarios de janvier 2011 auraient dû tempérer cet épisode, un de plus où l’on ressent l’emballement des faits comme l’excitation des acteurs, peut-être une insécurité de plus. Dans la confusion, on peut lire en filigrane les enjeux immédiats de cette phase transitoire : la poursuite d’une libéralisation médiatique redoutée, la capacité du gouvernement provisoire à réformer la police et les chances de voir naître un appareil judiciaire plus indépendant.

Ce billet est paru sur La Presse de Tunisie du lundi 5 mars 2012 (http://www.lapresse.tn/05032012/46317/le-temoignage-le-juge-et-lopinion.html) alors que des accords sont venus apaiser cette tempête. Celle des médias dure encore. Ne parlons pas de la tourmente secrète au sein du Ministère de l’Intérieur ni de la citadelle de la justice, encore difficile à décrypter dans l’avalanche des procès et la judiciarisation tous azimuts de la vie politique. A suivre….

Le témoignage, le juge et l’opinion

Le film de la transition est-il en train d’enregistrer un nouveau rapport entre le témoignage, le juge et l’opinion, trois phénomènes en chambardement ? La vie politique tunisienne est-elle en train de traverser une séquence significative de son évolution imprévisible ? Est-on en voie de façonner la naissance chaotique d’une vie politique moins commandée par la force d’un pouvoir univoque? Comment lire cette phase de la lutte que se livrent le vice dictatorial et la vertu démocratique ?

Samedi 25 février 2012, une manifestation de protestation contre les agressions des locaux de l’UGTT a lieu à Tunis, empruntant le même trajet que la marche du 14 janvier 2011, de la place Mohamed Ali, siège de l’organisation syndicale au Ministère de l’Intérieur. La manifestation qui se déploie sur l’avenue Bourguiba draine une foule très nombreuse, des figures et des anonymes, des femmes et des hommes, des jeunes et des vieux. Elle ressemble à la déferlante populaire du matin qui a précédé le départ de Ben Ali, signe que l’offense envers un emblème de la mémoire nationale est un pas de trop. Les auteurs de ces actes irrévérencieux peuvent-ils comprendre l’avertissement ? Alors que le pays passe de grèves en sit-in et de sabotages en attaques, que les malheurs de la vague de froid multiplient les sinistres des populations du Nord Ouest, la grève des services municipaux est-elle d’une gravité qui autorise de tels agissements ? Les fomenteurs de ces attaques sont-ils conscients de jouer avec une symbolique forte du pouvoir en Tunisie ? Ou bien est-on dans une logique de test réciproque ? A moins que l’on soit dans une spirale qui échappe à l’observation et à la prévision, tant les points d’impact de cette transition sont éclatés, les poches d’action disséminées. Il est difficile de comprendre comment on a pu atteindre cette limite dangereuse pour toutes les parties en présence. L’autorité est diffuse en ces temps transitoires alors que le pouvoir falot cherche ses marques, on ne sait où. On peut admette que c’est un stade de recomposition, mais le flou ne doit pas justifier les excès.

Outre ce diagnostic alarmant pour le rapport de force et pour la conduite de la transition, ce qui interpelle en cette journée d’expression du refus de laisser toucher à l’organisation syndicale tunisienne, c’est qu’elle met en confrontation de nouvelles façons de gouverner. Jusqu’à quel point l’opinion gouverne ? Jusqu’à quel degré peut-on dire que le gouvernement maîtrise les choses ? Ces questions se posent avec d’autant plus d’acuité quand on apprend que les forces de l’ordre ont attaqué, en toute fin de manifestation, des journalistes, s’en prenant à leur matériel et ciblant les gilets d’identification. Preuve que les policiers ne connaissent pas toujours les journalistes. C’est en principe une bonne nouvelle, qui plaide en faveur d’un cheminement possible vers la démocratie puisque cela pourrait signifier que les policiers n’agissent plus selon les fichiers d’antan. Peut-on espérer qu’ils ne sont plus préparés comme avant ? Mais alors pourquoi les gilets prévus pour garantir l’exercice du métier de journaliste, deviennent-ils une cible pour ceux-là mêmes qui les ont acceptés comme une règle de partage de l’espace public en manifestation ? Les brassards vont-ils servir à remplacer les fichiers, donnant aux policiers les moyens d’agir sur le terrain ? Quelles sont les directives données aux forces de l’ordre ? A quel niveau de la hiérarchie peut-on établir la nature des instructions pour l’encadrement de cette manifestation ? Celle-ci est d’une haute teneur politique. Le commandement de son déroulement doit être à la hauteur de la symbolique bafouée. Les Tunisiens sont conscients de la place de l’UGTT dans leur histoire, soucieux de son rôle dans leur présent et en alerte quant à son importance pour l’avenir. Les ordres du Ministère de l’Intérieur ont intérêt à être coordonnés et pensés dans l’intérêt de tous, cette transition incertaine ne peut se permettre de jouer avec ces sentiments civiques.

On le sait, les journalistes sont harcelés depuis un certain temps et, malgré les difficultés, ils n’ont pas l’air de reculer devant les intimidations des forces de l’ordre. Depuis début 2011, la liberté d’informer est devenue le rêve de beaucoup de journalistes, une exigence de millions de Tunisiens, une nécessité vitale de la transition. On ne peut y arriver d’un coup mais il est très risqué de compromettre l’ébranlement de la locomotive du droit à l’information. On ne peut arrêter par la force, surtout selon les moyens d’antan, un train qui est déjà parti et dont les voyageurs, échaudés, sont plus avertis.

Intéressante est la suite de ces prises à partie de journalistes. Le communiqué du syndicat des journalistes est ferme. Les certificats médicaux établis vont servir à porter plainte contre le Ministère de l’intérieur. De plus, des vidéos de ces agressions ont été tournées ; elles circulent. D’autres vont servir aux confrontations judiciaires. Le Ministère de l’Intérieur s’engage à mettre au clair les responsabilités au sein de ses troupes. Dans la gymnastique des répliques qui s’est instaurée, on se félicite de ne pas lire un nième démenti. Serait-t-on devant un premier cas de réciprocité devant les communiqués ? Assiste-t-on à un début de confrontation égalitaire des témoins et des preuves ? Chacun s’occupe de mettre de l’ordre dans son camp, de défendre ses ouailles, le droit devant départager les responsabilités.

Il faut espérer que cette réciprocité se maintienne jusque devant les tribunaux pour que les témoignages soient à égalité, que les responsables soient identifiés puis entendus et les coupables sanctionnés. En attendant que témoignage, juge et opinion s’acheminent vers un équilibre de reconnaissance du droit d’informer comme du devoir de gouverner, ce qui serait de bon augure dans l’hiver très rude de cette transition.

Hammam-Lif, le 26 février 2012

Kmar Bendana

Professeur d'histoire contemporaine Université de La Manouba / Tunisie https://hctc.hypotheses.org/travaux-scientifiques

More Posts