Chiites et sunnites dans le monde arabe : la “culture”, ça sert aussi à faire la guerre !

“Le centre culturel iranien de Tunis accusé de propager le chiisme”, article (en arabe) …

“Le centre culturel iranien de Tunis accusé de propager le chiisme”, article (en arabe) publié sur le site (saoudien wahhabite) “Elaph.com”
(http://www.elaph.com/Web/news/2012/8/756494.html?entry=Tunis)

Dans un « naguère » qui paraît tellement d’autrefois, on parlait, au temps de la guerre civile libanaise, des « islamo-progressistes », une expression, sans nul doute assez étrange, qui servait à définir les alliances compliquées du moment. Très éloignée en tout cas des clivages sur lesquels s’appuient les mobilisations d’aujourd’hui, et les haines de demain. A présent, la “mode”, si on ose le terme pour évoquer la situation en Syrie par exemple mais pas seulement, est au conflit irréductible entre chiites et sunnites. On ne reviendra pas ici sur les ressorts géopolitiques de cette thématique – cet article du Monde le fait très bien. En revanche, la mise en en place, patiente et méthodique, de cette « fabrique de la haine » mérite quelques commentaires.

L’actualité récente en Tunisie offre un bon point de départ. Le 16 août dernier, un groupe d’excités s’en est pris violemment à une rencontre culturelle organisée à Bizerte, au nord de Tunis, dans le cadre de la « journée Al-Aqsa » (Jérusalem). L’homme qu’ils recherchaient n’a dû son salut qu’à une porte dérobée qui lui a permis de s’enfuir, quand d’autres se faisaient bastonner. Encore un peu et Samir Kuntar (ou Kantar, Qantar, etc : سمير قنطار), celui qui a passé plus d’une trentaine d’années dans les prisons israéliennes avant d’être libéré dans le cadre d’un échange négocié avec le Hezbollah, aurait pu mourir sous les coups des « salafistes » tunisiens ! Intéressant paradoxe ! Mais pourquoi ces derniers étaient-ils tellement furieux contre celui dont la libération, en juillet 2008, a été l’occasion de célébrations de joie répercutées à l’époque par Al-Jazeera ? En réalité, le héros d’hier, qui avait pris la parole la veille pour dénoncer la « puanteur des pétro-dollars » et rappeler le soutien du régime syrien à la résistance palestinienne, est surtout coupable d’être… chiite !

On voudrait croire qu’il s’agit « seulement » d’une divergence politique traitée avec la souplesse idéologique dont font preuves les franges les plus militantes de l’islam politique radical. Malheureusement, l’événement n’est pas isolé. Au contraire, il fait suite à une série de conflits dans le domaine de la culture depuis, entre autres événements qui auraient aussi mérité commentaire, l’attaque de Nessma TV en octobre 2011 jusqu’au « printemps des arts » en juin dernier… Sauf que la confrontation semble se focaliser désormais sur la « menace chiite », avec, entre autres exemples, des intimidations à l’encontre du groupe Mehrab, une troupe iranienne de musique soufie empêchée de se produire, vers la mi-août, au festival international de musique sacrée et soufie de Kairouan.

A écouter nombre de personnalités politiques de premier plan, Sadok Chourou notamment, élu du parti Ennahdha, il est clair que l’expansion du chiisme est aujourd’hui une vraie menace pour la Tunisie sunnite (entretien traduit en anglais, original en arabe ici). La moindre requête « chiites Tunisie » sur le moteur de recherche de votre choix vous donnera une idée de la violence des débats. On y rappelle rarement que la Tunisie a été, à partir du Xe siècle, le siège d’une brillante dynastie « chiite », celle des Fatimides, et encore moins le fait que les chiites sont tout au plus aujourd’hui dans le pays quelques dizaines de milliers (impossible de trouver une sérieuse référence en ligne sur la question, ils ne figurent même pas dans la liste des « populations chiites minoritaires » des articles de la Wikipédia sur la question).

Si on quitte la Tunisie − dans les affres d’une transition difficile malgré toute la sollicitude de quelques riches Etats (dirigés par des sunnites) du Golfe − pour élargir la perspective à la fois temporellement et géographiquement, on s’aperçoit rapidement que la scène culturelle régionale est depuis plusieurs années déjà travaillée par le débat entre sunnisme et chiisme. La télévision, opium des peuples (arabes compris), est en première ligne, à travers les feuilletons de ramadan du type Omar dont il a été question ici), mais on trouve des exemples plus anciens. Celui de la série Lil-khataya thaman (Les fautes ont un prix) par exemple, qui a suscité l’attaque des locaux de la MBC au Koweït en septembre 2007 par les chiites locaux offensés par l’image de leur rite véhiculée sur la chaîne « saoudienne sunnite wahhabite ». Bien loin d’être un « accident », l’affaire s’est répétée en 2010, cette fois-ci à l’occasion du feuilleton Al-Qa’qa’, diffusé par MBC à nouveau mais produit cette fois par Qatar TV (comme Omar, du reste).

Les exemples de « feuilletons historiques à histoires » abondent (voir dans l’encadré Catégories en haut à droite l’onglet « image »), avec notamment le très contesté Hassan, Hussein et Moawiyya, mais la polémique a pu aussi gagner le domaine des émissions dites « théologiques » comme l’explique cet article en arabe publié en 2010 sur le site Islam-Online à propos de Al-Tarîq ilâ Karbalâ’ (Le chemin de Kerbéla), une émission en principe oecuménique tournant au lynchage médiatique selon certains chiites. Inutile de dire que les meilleurs spécialistes n’hésitent pas à s’en mêler, à tel point que des citoyens saoudiens (chiites) ont ainsi jugé bon d’intenter un procès à l’encontre du très célèbre et célébré global mufti Qardawi (un Qatari d’origine égyptienne, on reste dans le sunnisme bon teint), pour « insultes contre le chiisme (article du site Elaph).

A tout cela, il faut bien entendu ajouter les innombrables talk-shows sur « le danger de l’enchiitisation » (خطر التشيع, vilain néologisme qui traduit au plus près le terme arabe pour lequel je suggère aux arabisants de lancer l’instructive requête sur internet), un thème « bien » présent dans la programmation du dernier ramadan égyptien à en croire cet article (en arabe) dans Al-Quds al-’arabi… 

Autant d’exemples tirés d’un passé très récent (les 6 dernières années de ce blog, c’est presque un anniversaire), qui permettent de constater que le « problème entre chiites et sunnites » est tout sauf le fruit du hasard. On ne le constate que trop facilement,  voire amèrement, la « culture » arabe, à commencer dans ses formes populaires de grande diffusion, ça sert aussi à faire la guerre !

 

Le rap ikhwangi, une modernité « à l’authentique » ? (rap et révolution, 3/3)

Du rap ikhwangi ( « frérot », pour « frère musulman ») ??? Au moment d’en proposer l’éc…

Du rap ikhwangi ( « frérot », pour « frère musulman ») ??? Au moment d’en proposer l’écoute aux lecteurs de son blog, The Arabist, un homme aussi avisé qu’Issandr El Amrani ne peut s’empêcher de se demander s’il faut prendre la chose au premier ou au second degré ! Hommage sincère à la Confrérie ou plaisanterie, voire satire cruelle ? Apparemment, il faut prendre au sérieux ce rap ikhwangi qui, en associant le flow caractéristique du hip-hop à des incrustations de chants religieux de type nashid, fait l’éloge du parti Justice et liberté, « calomnié pendant 80 ans » et sorti vainqueur des récentes élections en Égypte. En définitive, bien plus que l’œuvre elle-même, tout de même assez médiocre, ce qui mérite d’être commenté, c’est bien l’interrogation des uns et des autres devant cet oxymore : le rap islamiste.

De fait, il y a de quoi se poser des questions. Jusqu’à présent, la « doctrine » officielle c’est que l’islam politique et le rap ne font pas bon ménage, c’est le moins qu’on puisse dire ! A Gaza par exemple, les rappeurs locaux voient régulièrement leurs concerts interdits par le Hamas (article en arabe). A l’inverse, comme on le signalait dans le précédent billet, on ne compte plus les articles dans les médias pas forcément consensuels (mainstream) qui font l’éloge des rappeurs du « printemps arabe », comme une sorte d’antidote aux tentations de l’islam radical…

C’est notamment la thèse d’un livre (auquel on ne fera pas de publicité), dont Ted Swedenburg fait une critique ravageuse pour Merip (Middle East Research and Information Project). Rappelant combien il est exagéré de faire du rap arabe la « première voix de la contestation » reprise dans tous les soulèvements arabes, l’auteur de Hawgblawg montre notamment comment un discours aussi hagiographique, qui ne retient que la critique des rappeurs locaux sur les problèmes internes de leur société, permet de faire une impasse totale sur tout ce qui relève d’une analyse en termes de géopolitique internationale, où les politiques occidentales sont pourtant largement critiquées par les rappeurs (à l’image d’autres musiques contestataires, cheikh Imam par exemple, qui n’ont pas autant les faveurs des oreilles journalistiques !)…

Précisément, on ne peut que recommander la lecture d’un autre article (également en anglais) par Nouri Gana. Dans Jadaliyya, cet universitaire californien (assez probablement d’origine tunisienne) revient sur le phénomène du Rap Rage Revolt, essentiellement à partir du cas tunisien. Son point de départ est une réponse (opportuniste ?) de Rachid Ghannouchi, le dirigeant de Ennahda (le principal parti « islamiste » tunisien), affirmant dans un entretien à la radio qu’il préfère le rap au mezoued. Déclaration en apparence étonnante dans la mesure où le rap, comme on l’a vu, n’est en principe guère « hallal » alors que le mezoued est souvent estampillé comme une musique populaire, plutôt en opposition avec les formes « légitimes » de la culture des élites…

Si ce n’est que le côté protestataire du mezoued a justement beaucoup  disparu tout au long du règne de Ben Ali qui avait soutenu la « starification » d’une forme musicale débarrassée de tout esprit de révolte. Dans le même temps, le rap tunisien, pas forcément si contestataire que cela à ses débuts, s’est dirigé, surtout à partir de 2010 nous dit Nouri Gana, vers une critique de plus en plus féroce du népotisme, de la corruption et de la répression policière. Et plus celle-ci  s’attaquait à toutes les formes d’opposition, à commencer par celles de l’islam politique, plus les rappeurs locaux ont pris leur défense dans leurs textes, y compris par conséquent dans leurs thématiques islamistes.

Parmi les exemples mentionnés par Nouri Gana, on retiendra notamment le rappeur Balti pourtant proche du régime (voir cet article sur le site Tunisian Rap). Dans la chanson qui porte le même titre (en franco-tunisien dans le texte), il se livre à une critique de certaines Tunisiennes « passe-partout »,  « trop » libres (sexuellement)… On imagine les débats suscité par cette lecture de type « islamiste » de la morale publique dans une société où la question de l’émancipation féminine est politiquement explosive… Dans la même veine, l’auteur de Rap Rage Revolt s’arrête surtout sur le cas d’un autre rappeur, Psycho M, à qui il est arrivé de participer à des meetings du parti Ennahda, notamment en avril dernier. Une apparition qui a provoqué d’ailleurs la colère de « laïcistes » (pour aller vite), s’indignant des paroles d’une chanson (La guerre psychologique), où il est question de kalachnikov à propos de ceux qui s’en prennent à l’islam dans les médias (celui qui est visé, est-ce seulement au sens métaphorique du terme, c’est Nouri Bouzid, le metteur en scène de Making of kamikaze, film raté réalisé sous l’ombre du régime Ben Ali – et avec l’aide de la France – où l’on voit un jeune rappeur, Bahta, se faire embrigader par des islamistes caricaturaux. (Voir à ce sujet un article The Grand (Hip-Hop) Chess board. Race, Rap and Raison d’État par Hishaam Aidy, toujours dans Merip).

Pour comprendre combien le rap et l’islam politique peuvent faire bon ménage (même si Psycho M se défend d’être « encarté » chez Ennahda), il faut écouter attentivement le titre Manipulation : toute l’histoire du monde arabe moderne depuis le début du XXe siècle, revue à la lumière d’un islam outrageusement politique, défile durant les 15′ de texte écrit par un rappeur qui y affirme, entre autres choses, que « ce qui [le] fait bouger c’est la foi » et qu’il n’y a « pas d’autre solution que l’islam ».

Bien entendu, le développement  aujourd’hui d’un courant plus ou moins ikhwangi ne signifie pas pour autant la disparation des autres voies/voix du rap arabe. D’ailleurs, l’arrestation il y a quelques jours du rappeur tunisien, Volcanis – en raison de ses critiques de l’actuel gouvernement ou bien pour une affaire de drogue, selon les différentes versions – nous rappelle que cette musique reste fondamentalement rebelle. Mais puisque le monde arabe a déjoué toutes les attentes et/ou les prédictions, d’abord par ses soulèvements, puis par ses choix politiques lors des premières consultations électorales véritablement pluralistes, il devient urgent, comme le montre la scène rap régionale, de supprimer de nos grilles d’analyse toute une série d’oppositions binaires visiblement inopérantes. À commencer par le couple « rap libérateur vs barbus rétros », sur le mode de l’insupportable et plus que jamais inutile « authenticité vs modernité » (أصالة /حداثة).

Sur cette thématique (mais avec un regard assez différent), on peut lire aussi un billet sur le site Revolutionary Arab Rap, un blog qui a, entre autres intérêts, celui de proposer les paroles (en anglais et en arabe) de pas mal de titres. Réservés aux arabophones (sauf si un lecteur à le courage de se coller à la traduction !), les paroles de Passe-partout  qu’on peut visionner ici et surtout, ci-dessous, celles de Manipulation (qui défilent avec la chanson, ce qui fait un excellent exercice de lecture en arabizi !