Jack Goody, Le vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde (The Theft of History), Paris, Gallimard, collection « NRF Essais », 2010 (édition originale 2006), 496 pages, 30 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque
Jack Goody, né en 1919, est un anthropologue britannique r…

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jack Goody, né en 1919, est un anthropologue britannique reconnu et particulièrement émérite. Avec ce livre, il remet en cause, par le biais d’une démarche comparatiste axée principalement sur l’Asie, le rôle central joué par l’Europe à partir de la Renaissance en particulier. La matière qu’il embrasse est vaste, puisant chez Perry Anderson1 ou Moses Finley2, en passant par Karl Marx, Max Weber ou Peter Laslett3. Chez tous ces auteurs et bien d’autres, il décèle un ethnocentrisme plus ou moins prononcé, se nichant jusque dans le découpage chronologique et les concepts utilisés.

La première partie de son ouvrage est un retour sur les apports respectifs de Joseph Needham4, Norbert Elias et Fernand Braudel. Jack Goody relativise ainsi l’unicité de la Renaissance, tout comme la fonction censément déterminante de l’éthique protestante. Selon lui, la singularité de la Renaissance européenne par rapport aux autres processus semblables tient au recul du Haut Moyen Âge, générant une stimulation plus grande quand aux progrès à accomplir, et à la révolution de la communication du XVe siècle, basée sur l’imprimerie et l’alphabet. De la même manière, contre Joseph Needham, Jack Goody critique le rôle central de la bourgeoisie et du capitalisme dans l’essor de la science moderne, insistant sur le caractère international de la classe marchande et sur l’aiguillon majeur des échanges entre Orient et Occident, se rapprochant ainsi de Clifford D. Conner (Histoire populaire des sciences, chroniqué dans notre revue électronique). Il est ainsi amené à mettre l’accent sur le caractère discontinu de l’évolution historique, rejetant aussi bien la vision d’une Chine statique que celle d’une Europe étalon à un moment donné de son développement. Face à Norbert Elias, il prend également de la distance avec le processus de civilisation élaboré par ce dernier. La modernisation de l’Europe visible par le progrès des comportements policés ne serait en fait qu’un exemple de « processus récurrents », « de classes », repérables dans d’autres civilisations. Jack Goody voit aussi dans le cas des comportements de table plus civilisés une généralisation abusive de mœurs globalement plus intériorisés, moins violents. Enfin, Fernand Braudel lui-même n’échappe pas à la critique d’eurocentrisme, en particulier lorsqu’il valorise le dynamisme supposé de l’Europe face aux sociétés immobiles, une aberration selon Jack Goody. Sur l’idée de villes plus libres dans l’Occident à la fin de la période médiévale, qui serait une des sources majeures de l’essor du capitalisme, il démonte le principe d’un monopole européen en la matière, insistant au contraire sur l’égalité entre aires civilisationnelles, au moins jusqu’au XVIe siècle. En fait, pour l’anthropologue britannique, les changements survenus à partir de l’âge du bronze ont très tôt donné naissance au marché et à la bourgeoisie dans toutes les sociétés concernées, sans place unique de l’Europe, inaugurant une croissance véritablement mondiale où les différences ne seraient qu’occasionnelles et secondaires. Cette unité s’appliquant avant tout à l’Eurasie, cimentée par les échanges marchands. Il rejoint en cela les analyses d’un Christopher Bayly dans La Naissance du monde moderne (voir sa recension sur notre ancien site).

La seconde partie du livre se penche plus en profondeur sur la périodisation de l’histoire du monde et les modes de production tels qu’ils sont traditionnellement utilisés. Si la caractérisation du découpage chronologique autour de la pseudo naissance de Jésus est vue avec justesse comme arbitraire et religieuse (appelant une refonte laïque de la mesure du temps), tout comme les autres unités temporelles occidentales, sa proposition d’abandonner l’Antiquité (qu’il fait d’ailleurs curieusement débuter au VIIIe siècle avant Jésus seulement) au profit des âges du bronze et du fer laisse ouverte la question des périodes ultérieures… Le « miracle » grec est une nouvelle occasion de mettre davantage en valeur les points communs entre le monde grec et l’Orient (l’alphabet d’origine sémitique), y compris sur l’invention de la démocratie ou de la liberté. L’exemple qu’il prend des cités phéniciennes, telles Tyr ou Carthage, plus démocratiques que bien des cités grecques, fait assurément réfléchir. Sur le féodalisme, Jack Goody rappelle le déclin bien réel de l’Occident à compter de la fin de l’Antiquité, et l’hostilité marquée du christianisme à l’égard des sciences. Le plus intéressant réside cependant dans son désaccord avec Perry Anderson, puisqu’a contrario de ce dernier, il ne voit pas dans l’économie féodale un progrès comparativement à l’économie romaine : le dynamisme de celle-ci aurait été supérieur (voir à cet égard Aldo Schiavone, L’Histoire brisée, chroniqué dans notre revue électronique), et la seconde se contentant de reprendre des innovations venues d’ailleurs (comme l’éperon, le fer à cheval ou le moulin à eau) ; le renouveau économique de l’Europe occidentale dans la seconde moitié du Moyen Âge tirerait alors sa source, non d’une dynamique interne particulière, mais de l’accroissement de ses échanges commerciaux avec l’Orient : « Cette forme d’organisation sociale, là encore, ne constitue donc pas tant une étape dans la marche de la civilisation qu’une réaction de l’Occident au déclin » (p. 243). Concernant la thèse d’un despotisme asiatique, on ne s’étonnera pas non plus de voir Jack Goody la reléguer aux oubliettes de la panoplie historienne, puisque les similitudes l’emportent une fois de plus, selon lui, entre Orient et Occident. Il développe en particulier l’exemple de l’empire ottoman, doté d’une forte capacité d’adaptation (aux armes à feu), d’un statut des paysans proche de celui des Européens, d’un partage du pouvoir entre État et Église similaire à celui du féodalisme, et d’une vitalité commerciale certaine. La dernière partie du livre revient sur certains exemples de fausses particularités de l’Occident : l’autonomie des villes (« (…) bien peu de choses viennent distinguer les villes orientales des villes occidentales avant le XIXe siècle », p. 321) ; la naissance des universités, stimulées en réalité par des éléments de la civilisation musulmane ; la démocratie, dont la dimension incantatoire est d’ailleurs vivement critiquée par Jack Goody à travers l’exemple de la politique extérieure des États-Unis5 ; l’égalité et même l’amour romantique6.

Si Le Vol de l’histoire est une lecture assurément stimulante et revigorante, sa prose manque toutefois souvent de clarté et d’une structuration rigoureuse, ainsi que d’exemples suffisamment nombreux. Son ouvrage, qui ouvre bien des pistes à poursuivre via des travaux collectifs, souffre également, au-delà de quelques affirmations bien péremptoires7, d’une tendance marquée à la redite. La volonté de Jack Goody de relativiser toute supériorité supposée de l’Europe avant le XIXe siècle aboutit parfois à négliger excessivement les avancées marquantes de telle ou telle civilisation. Sa critique et sa prise de distance à l’égarddes thèses avancées par Marx et des auteurs marxistes (Anderson, Finley) ou en ayant intégré certaines notions (Braudel, Needham, Weber) semblent également en phase avec tout un pan de l’historiographie actuelle.

1Perry Anderson est un sociologue et historien britannique marxiste.

2Moses Finley, historien britannique, décédé en 1986, est un spécialiste marxiste de l’Antiquité grecque.

3Peter Laslett, également historien britannique, décédé en 2001, oppose souvent dans ses écrits la « civilisation traditionnelle » et la « civilisation industrielle. Critique envers le marxisme, il refuse le concept de « classes ».

4Joseph Needham, biochimiste et sinologue britannique, décédé en 1995, est un spécialiste reconnu de l’histoire des sciences et des techniques de la Chine. Il fut un compagnon de route du communisme.

5 « En Occident, la démocratie électorale n’est plus considérée simplement comme l’une des nombreuses modalités possibles de représentation : elle constitue une forme de gouvernement qu’il convient d’introduire quels que soient l’époque ou le lieu » (p. 361).

6 « L’idée d’une naissance de l’amour dans l’Europe féodale [à travers l’émergence de l’amour courtois] est proprement indéfendable » (p. 389).

7 « Nous ne serions jamais parvenus à la nécessité des Lumières si nous ne nous étions pas convertis à une religion unique, monothéiste, hégémonique » (p. 352).