La Russie et la fable de la finance mondiale

2014-03-13
Dans les années 90, beaucoup d’économistes et de financiers croyaient que les modèles mat…

2014-03-13

Dans les années 90, beaucoup d’économistes et de financiers croyaient que les modèles mathématiques et les stratégies financières complexes pouvaient battre le marché. Ils ont eu raison une bonne partie du temps, mais pas tout le temps….! En joueurs invétérés, assistée d’apprentis sorciers modernes, ils oubliaient l’incertitude en cédant à la puissance de l’argent.

La culture comme garde fou

Fiodor Dostoïevski, dans le joueur a écrit une puissante satire de la société européenne du XIXième siècle et de ses élites dont les individus y sont présentées comme des opportunistes qui ne vivent que pour l’argent. 150 ans plus tard, dans  le film Blue Jasmine, Woody Allen soulève une critique sociale des cercles des élites financières, étrangement proche de celle de F. Dostoïevski. Incontestablement, le propos porte plus que dans la caricature donnée dans le Loup de Wall Street qui se veut une provocation «trash» de la perversion.

 

A Moscou, en face de RTS (la Bourse) et devant la bibliothèque Lénine trône la statut de F. Dostoïevsky, comme un garde fou entre le savoir d’un côté et le marché financier. Les symboles portent en Russie! Ni la bourse ni les marchés ne dictent la politique économique à son gouvernement souverain… Certains économistes le savent, la bourse de Moscou ne «pèse» plus comme dans les pays occidentaux sur le destin des populations et du développement économique. C’est un point difficile à comprendre pour beaucoup de journalistes qui, souvent par habitude, sont trop hypnotisés par la finance.

Au lieu de ne se fixer qu’à leur modèle de trading (à basse ou haute fréquence), les financiers occidentaux auraient tout à gagner à réaliser qu’au delà du gain monétaire existe une autre vie. Ils pourraient s’en rendre comte en portant attention aux enseignements de l’histoire, de la littérature ou du cinéma ; Ainsi seraient-ils mieux en mesure de corriger leurs égarements récurrents et comprendraient qu’en n’agissant que dans un ordre de conscience réduit, ils laissent une grande force aux responsables qui savent eux tirer partie de la mémoire : rien ne sert d’aboyer contre un soit disant «Maître de Sotchi» à la mode BHL quand cette mémoire permet de comprendre que les «Maîtres de Wall Street» qui ne croient toujours pas à l’incertitude…peuvent plus sûrement tomber!

Pourtant ce ne sont pas les témoignages qui manquent pour alimenter  ce constat. Lorsque la culture, la mémoire et le discernement veillent sur les tentations d’avidité systémique il est impossible d’oublier que l’incertitude peut provoquer des rendez-vous surprises. Les élites en occident auraient ainsi pu apprendre à maitriser leurs passions qui se manifestent au détriment des peuples : ne pas céder aux jeux du cirques où les peuples sont brisés moralement et physiquement dans l’austérité quotidienne…parce qu’il faut payer pour les erreurs de la finance pour que le jeu continue coûte que coûte!

La différence est notable, la Russie sait se divertir de diverses façons  au delà de l’addiction univoque aux jeux financiers. La dissonance cognitive lors des jeux olympiques de Sotchi en était une preuve majeure. Les uns comptaient avec jalousie les dépenses, les autres célébraient le sport, le courage et l’endurance et surtout s’amusaient ensemble. Nombreux de jeunes européens, sportifs ou non, entraînés dans la fête ont ainsi pu réaliser que l’enthousiasme, le sens du collectif peuvent faire dépasser les montagnes d’incompréhension. Cette énergie il faudra que eux aussi un jour ils la retrouvent pour prendre leur destin en main, et sortir de la fatalité du chômage de masse qui contraint leur vie et leur futur.

Communication, rhétorique suffisent souvent en occident pour prétendre que le réel importe peu ; ça devient une habitude, une posture intellectuelle héritée de l’économie de la fiction et du discours de la fin de l’histoire. Le problème est que cette histoire ne se laisse pas tordre facilement…elle semble décider à ne pas finir comme il conviendrait à nos financiers. Lundi 10 mars, le Représentant spécial du Secrétaire général de L’ONU, Tarek Mitri, dans un exposé devant le Conseil de Sécurité nous faisait regretter une des conséquence de cet aveuglement (Libye : la violence est en forte hausse). Avec cet état des lieux sur la situation en Lybie de chaos et de trafic généralisés pour propager la guerre et le terrorisme dans plus de 14 foyers dans le monde, on voit mal comment la promesse faite à l’Ukraine du pétrole Lybie pourra être tenue? Beau choix de programmation des ordres du jour à l’ONU, ce rapport fournissait ainsi une introduction bien illustrative pour les débats qui suivraient sur l’Ukraine, manière de remettre des pendules de communication à l’heure du réel.

 

Relations tumultueuses entre la Russie et la finance

L’histoire que les russes sont «des empêcheurs de tourner en rond» pour les financiers peu scrupuleux n’est pas nouvelle. Elle se lit à travers deux épisodes majeurs laissant le troisième à cette histoire qui fut pensée finie, un peu trop tôt!

 

Épisode 1 : Les emprunts russes 

Le 29 décembre 1917, un décret du gouvernement bolchévique répudie unilatéralement l’intégralité des dettes. Plus d’un million et demi de français, une grand proportion de petits épargnants, avaient investi dans ces emprunts. Depuis les petits porteurs français en on vu d’autres  (cf. Épisodes  Natixis, Madoff pour les plus récents), feront-ils mémoire comme les fameux emprunts russes?

C’est pour une bonne part une histoire de «dettes indignes» comme on pourrait la nommer actuellement. Même si l’objet de la créance était des actifs réels, comme des financements pour la construction du chemin de fer Moscou Kazan, on pouvait trouver à redire sur les méthodes utilisées à grands frais de commissions diverses pour placer ces titres risquée auprès d’une population manipulée.

Dans les années 1920 déjà, des enquêtes ont montré que les financiers au service du  gouvernement tsariste avait mis en place entre 1900 et 1914 une véritable organisation de corruption de la presse française, avec des intermédiaires rémunérés, des comptes en banque secrets et des représentants quasi-officiels à Paris. Il s’agissait d’assurer le succès du placement des emprunts russes dans le grand public auprès des petits porteurs.

Dans une lettre adressée le 2 novembre 1904 au ministre des Finances russe,  l’envoyé Arthur Raffalovitch écrit : « J’ai l’honneur de remettre à Votre Excellence les chèques payés par l’agent Lenoir pour le concours donné par la presse française durant le mois de septembre. J’y joins une sorte de clef, c’est-à-dire le numéro du chèque en face du journal qui a touché. » La liste des journaux bénéficiaires incluait tout l’éventail politique, de la presse conservatrice de droite jusqu’à des journaux d’opposition de gauche.

 

Environ 1,5 millions de personnes furent touchés, on comprend aussi que dans le climat d’affrontement de la guerre de 1914-1918, les tentatives de recours juridiques des créanciers étaient sur le moment exclues. La mémoire de la population demeura ce qui accusa pour longtemps sa méfiance vis à vis des affairistes. L’affaire récente autour de la banque Natexis/Natixis, qui a touché cette fois près du double de personnes (2,8 millions) dans la France de 2006-2008, attire plus l’attention des tribunaux dont certains délivrent des verdicts qui peuvent faire jurisprudence (Cf. La justice indemnise des actionnaires de Natixis). Y figure une liste de dysfonctionnement légaux significatifs : manquement des établissements vendeurs de titres à leur devoir d’information, de conseil et de loyauté, mais aussi «conflit d’intérêts». Elégant synonyme qui témoigne que la corruption est toujours présente au coeur de nos systèmes financiers et qu’elle peut frapper toujours à grande échelle.

A l’origine de l’histoire, le succès de l’introduction en Bourse de Natixis semblait ne faire aucun doute. « On est en présence d’un groupe qui est loin d’avoir exploité tout son potentiel. Tout plaide en faveur d’une progression régulière du titre sur l’année, de l’ordre peut-être de 15% » trouvait on sous la plume d’un expert en placement.

On pourra regretter du point de vue de la transparence qu’aucune enquête n’ai été mené pour déceler les compromission et les responsabilités. Ce fut bien la différence par rapport à l’époque1920 et une fois la guerre finie, où suite à l’épisode des emprunts russe, la justice chercha des éclaissessements… Au XXIième siècle, la gouvernance juridique change de forme, elle se fait plus individuelle et l’indemnisations des créanciers les plus acharnés permettent de calmer les esprits. Les archives livreront peut être un jour des informations… En 2006, les titres étaient vendus par les deux réseaux qui étaient en phase de fusion : agences des Caisses d’épargne et des Banques populaires qui disposaient de la distribution du très populaire livret A. Les habitués de ce support de placement défiscalisé et au rendement garanti était par là même rassurés lorsque leur agence bancaire vantait l’action Natexis. Cependant ce titre n’avait lui aucune des caractéristiques assurant la sécurité du placement. Produit risqué par excellence, assis sur les activités des banques d’affaires, opérant sur les marchés des capitaux internationaux dont les subprimes US, les produits Maddoff et  plus globalement des produits dérivés, particulièrement volatiles. Un total de 2, 8 millions de personnes furent ainsi victimes de «la banque universelle» dont quotidiennement encore les autorités bancaires nous vantent les mérites, comme étant la raison de leur profond attachement en faveur de ce système d’organisation… Leur influence majeure et leur force de conviction a permis de briser les intentions régulatrice du gouvernement Hollande.

Moins de 2 ans après leurs placements en titre Natexis, les petits épargnants allaient très brutalement prendre conscience de leur confusion, à la faveur de la crise boursière qui éclata le 15 septembre 2008. La banque est sauvé par l’intervention de l’Etat et des généraux contribuables, ce qui lui évite la faillite. Les actions perdent près de 90% de leur valeur (de 20 € à moins de 1 € ) (cf. VIABLECO – Economie fiction et viabilité).

Natixis se mue alors en symbole des dérives du système financier dont la mémoire s’était perdu… Nos grands mères y auraient vite fait le parallèle avec la manipulation des emprunts russe de 1914, même si en dernier ressort dans l’affaire récente, il n’y avait pas là de bolchéviques à accuser.

Contrairement aux débats juridiques des années 20 sur l’origine des malversations liées aux placements des emprunts russes, les media contemporains se sont fait plus silencieux et cyniques.  Ils nous laissent penser que dans le système pervers et complexe de la finance contemporaine les acteurs financiers, citoyens d’un genre supérieur ne sont jamais responsables ou jugés comme tels. Ainsi faut-il coûte que coûte leur assurer la poursuite de leur «business as usual», le principe du «too big too jail» s’appliquant. Ces postures justifient le double sauvetage, financier mais aussi en terme de réputation des établissements et des banques à vocation universelle…qui jouent toujours dans l’arène du cirque.

 

Episode 2 : Russie 1998 et l’ allumage de la mèche LTCM!

Encore un épisode où la Russie s’immisce en déclencheur de bombe financière.

Le coup fatal intervient en Août 1998 avec la défaut et la dévaluation annoncés par le Russie. Ecrasé par la thérapie de choc le secteur industriel s’est effondré de 50%, la population russes est à 40% sous le seuil de pauvreté, alors que les spéculations les plus folles poussent le gouvernement de B. Elsine à payer jusqu’à 200% d’intérêt aux financiers qui prêtent à l’Etat. A cet Etat russe «démocrate» qui depuis plusieurs mois ne paie plus ses engagements auprès de la population. Ces «séquestration budgétaires» sont connus de tous. L’épisode «dramatique» montre que la persistance du double standard austérité pour les peuples et incitation à l’appât du gain pour les financiers n’était pas viable. Les autorités russes ont su une nouvelle fois entériner le fait en mettant les spéculateurs et leurs émissaires, -FMI en tête qui jurait de la pertinence du modèle économique!-, face à la réalité de leur extravagance.

Les investisseurs se tournent alors naturellement vers les emprunts américains (les plus sûrs) tout en délaissant les titres les plus risqués. Tout cela se déroulant au moment où LTCM, le fonds le plus prestigieux que Wall Street (cf. LTCM : la dérive d’un fonds prestigieux et Long-Term Capital Management – Wikipedia) ait jamais connu, était en position ouverte et avait vendu à découvert des emprunts. Le fonds tente de vendre certaines de ses positions en vain car le marché manque de liquidités. Les pertes se cumulent : 1,7 milliard de dollars en août, 1 milliard sur les trois premières semaines de septembre ; le capital du fonds plongent depuis décembre 1997 de 4,7 milliards à 1,5 milliard de dollars en septembre 1998. Le 18 Septembre 1998, la rumeur se propage, éclairant les risques que l’éventuelle faillite fait courir à la finance mondiale. La FED réuni un pool d’institutions et de banques de la place qui vont intervenir pour sauver le fonds LTCM, en injectant près de 3,6 milliards de dollars. Les «équipes de rêve» de la finance sorte aussi pitoyablement que «les équipes de rêve» da la transition russe (vocable laudatif utilisé par de L. Summers) pour désigner les économistes qui ont mis en musique la thérapie de choc en Russie. Les dégâts seront importants mais contenus au sein de l’industrie financière. En tenant compte de l’ensemble, prêts irrécouvrables, plan de sauvetage, pertes des actionnaires, c’est près de 110 milliards de dollars qui se sont évaporés. De nos sommets présents atteints depuis 2007, ça semble une bagatelle!

 

Pendant longtemps ce chiffre faisait frémir théoriciens et financiers, les uns y voyant comment le système pouvait faillir ce qui a leur sens montrait l’utopique de la croyance dans l’efficience des marchés ; les autres jugeant au contraire, qu’ils avaient limité et contenu la casse et qu’ils étaient ainsi les rois du monde…!

 

La crise de 2007-2008 a théoriquement tranché le débat…tout en laissant en suspend des pans entiers du règlement des mauvaises créances ici et là dans les bilans des banques… Lesquelles ne semble véritablement ne hanter que quelques dames du mécanisme de supervisions bancaires (Danièle Nouy et Sabine Lautenschläger).

En 2008 les états sont venus appuyer cette fois bien directement les banques sauf de rares exceptions ; dont Lehman Brothers, étrangement celle qui avait refusé de participer au pool du sauvetage de 1998. Preuve que la mémoire existe aussi chez les financiers. Les dettes bancaires se sont transmutées en dettes souveraines dont le montant mondial s’élève à 43 000 milliards de dollars selon la BRI en mars de 2014 (cf. Global Debt). Les contribuables et la société civile ont partout été sollicités et continuent de l’être alors que la crise touche maintenant de plus en plus sévèrement l’économie réelle et compromet la subsistance des population. Le constat est clair «in essence, the elite financial players are manipulating the game so that they get the stimulus … and the little guy gets the austerity» S’en suit une cohorte de malheurs, de suppressions d’emplois…la viabilité du modèle est à nouveau en jeu.

Avant même les épisodes de septembre 2008 et la faillite de Lehman, le FMI estimait que proprement dit le coût de la crise financière se rapproche des 1 000 milliards de dollars rien que pour les subprimes…où en sommes nous depuis? 4 000 milliards en avril 2010 encore selon le FMI, 5000, les chiffres explosent toujours! Impossible bien sûr d’évaluer les dégâts sur la sphère réelle des économies, combien d’investissements perdus vers les nouvelles technologies, la transition verte, combien de millions de vies et de destins brisés sur les jeunes générations?

 

Pourtant le Casino tourne toujours plus que jamais, il y a du temps à gagner et de l’argent à faire (des 2009 les bonus US s’élevaient déjà à 145 milliards de dollars) et un nouveau slogan pour rassurer les esprits la close du «too big to jail» fait flores… Un seul pêcheur sur les chemins  Rome pour «relayer le message du Saint-Père qui prône une lutte contre la tyrannie des marchés» (Jérôme Kerviel en pèlerinage). Un seul bouc émissaire suffit parfois à assurer la survie d’une société? Mais peut elle vraiment fonctionner de façon viable sans une transformation profonde au coeur de ses valeurs? Six exemples mis en perspectives par Eric Toussaint du CADTM témoignent que nous en sommes encore bien loin de cette transformation. Le bouc émissaire a simplement servi à assurer l’impunité de l’armée!

  • Des accords ont été passés entre les banques des États-Unis et différentes autorités du pays afin d’éviter une condamnation en justice dans l’affaire des prêts hypothécaires abusifs et des expulsions illégales de logement (foreclosures) ;
  • HSBC (1e banque britannique) a été mise à l’amende aux États-Unis pour blanchiment d’argent des cartels mexicains et colombiens de la drogue ;
  • La manipulation des taux d’intérêt interbancaires et des taux sur les dérivés est qualifiée d’affaire du LIBOR ;
  • Le scandale des « prêts toxiques » a touché la France ;
  • Dexia avait développé des activités illégales en Israël ;
  • L’évasion fiscale internationale était organisée par la principale banque suisse UBS.

La morale au coeur du système économique qui découle de ces réalités est qu’il ne peut être question de poursuivre en justice, un dirigeant d’une institution bancaire qui «ne fait que le travail de Dieu », comme le souligne Éric Toussaint en rappelant les paroles de Lloyd Blankfein, patron de Goldman Sachs.

 

Episode 3 : la Russie et la morale de l’affaire

La réflexion a mener dans le panorama présent de l’histoire qui s’accélère est à portée de nous, de notre culture et des savoirs acquis des expériences passées. Suivant l’approche chère aux pragmatiques  que Guillaume Garreta nous fait redécouvrir à partir de l’édition française de travaux de J. Dewey, (Après le libéralisme. Ses impasses, son avenir), faire acte de mémoire pour examiner le contexte présent s’impose… Petit exercice personnel que chacun pourra mener à partir des évocations ci-dessus et des quelques repères qui sont ici notés :

– Notre système de banque universelle est un levier de la contagion ;

-Les CDS sont les instruments de l’appât du gain irréfréné qui aveugle et précipite le «black-out» ;

-Le trading à haute fréquence, après avoir constitué l’investissement majeur des banques en recherche développement qui ouvre droit à crédit d’impôt, va permettre d’accéléré les dynamiques…plus rapidement qu’en 1998 et 2007 ;

-Le marché interbancaire est toujours en panne depuis 2007 faute de confiance réciproque des établissements. Ce point atteste que la situation des banques occidentales ne s’améliore guère et est chroniquement incertaine depuis la crise!

-La Rumeur…est l’instrument de communication des marchés qui tend à surévaluer les dangers quand l’incertitude survient… Les processus deviennent auto-validant et s’auto-amplifient. Se perdent ainsi les chaines d’évaluation…L’indécidable brise les marchés ;

-Selon la BRI, banque des règlements internationaux : Les banques européennes détiennent plus de 23 milliards de dollars en prêts exceptionnels sur l’Ukraine. Les banques italiennes, par exemple, ont prêté environ 6 milliards de dollars ;

-La BRI encore elle, nous apprend dans une récente communication que le montant total de la dette dépasse largement le niveau du PIB mondial, (75.000 milliards soit 2/3 des dettes). Cette dette n’est encore que partielle, elle inclut les obligations des Etats et les dettes cotées des entreprises et des sociétés financières, mais pas celles des ménages. Elle n’était que de 40.000 milliards en 2000, elle est passée à 70 000 milliards avant la crise en 2007 (cf. Les Echos 10/4/2014).

La BRI ainsi souffle un vent froid venant de Suisse destiné certainement à calmer les esprits belliqueux! Il est en effet assez facile de comprendre que l’encours des titres de dette souveraine qui a bondi de 80 % en six ans, à 43.000 milliards de dollars en juin 2013 ne concerne que très marginalement la Russie et la Chine qui au contraire ont fait des réserves…

Nous avons aussi appris qu’il en faut bien peu pour toucher le château de carte de notre système financier et que les conséquences pour l’économie réelle et les population ne se font pas attendre… Une simple aile de papillon?

“Jusqu’où l’économie russe pourrait-elle résister à des sanctions occidentales» est la question que posait Atlantico le 9 mars?  On pouvait croire à l’autosatisfaction digne d’un BHL suivant la symbolique étriquée du chiffre fourni : les exportations russes vers l’Europe ne représentant que 1% du PIB européen. Envoyer les chars, il n’y a rien à craindre! Avec ces rodomontades, le «rêve d’Europe» de l’article aurait pu inspirer la fable de Jean de la Fontaine à propos de la grenouille et du boeuf. C’est le drame de la perte de la culture quand l’envolée de chiffres sans perspective prend le dessus!

 

La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

Une Grenouille vit un Boeuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : “Regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
– Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
– Vous n’en approchez point.” La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

J’ai toujours tant de mal à croire à la pure naïveté des professionnels, tant est si bien que je lis dans les justification hors du sens réel, un moyen qui se croit habile de gagner du temps en rendant possible des prises de positions -via les marchés- pour faire gagner encore quelques euros… et en recevoir en aumône quelques kopecks? La routine…

 

 

 

En photo à la une : Détail d’une obligation russe sur les chemins de fer Moscou Kazan, 1914. Comparable à celle donnée par ma grand mère Juliette…

En références :

Printemps raté dans le « pays du pillage » ukrainien. | Mondialisation

Occident : la culture du supermarché… – LA CHUTE – LAPSUS

Volonté d’impuissance russe en Syrie ?

Les manœuvres diplomatiques de la Russie sur le dossier syrien relèvent d’une rationalité stratégiqu…

Thanks RussiaLes manœuvres diplomatiques de la Russie sur le dossier syrien relèvent d’une rationalité stratégique peu commune. A Washington, dans les couloirs de la Maison Blanche, il ne serait guère étonnant que les débriefings de l’ambassadrice américaine à l’ONU, lorsqu’il s’agit des violences en Syrie, soient particulièrement prisés. Depuis des mois que dure la tragédie (les premiers combats ayant commencé au printemps 2011), on doit se presser en effet pour entendre un jour rapporter l’expression d’une position ferme anti-insurrection formulée par le représentant russe, avec un sérieux à faire pâlir Staline, un autre jour expliciter les mauvaises raisons en faveur du maintien d’Assad (voir l’article du Monde du 5 février 2012), ou, plus rarement, détailler les obstacles politiques et institutionnels, posés par la Russie, aux possibles missions de bons offices que l’ONU pourrait mener, (voir l’article du Huffington Post du 19 juillet 2012). Saisissant est le fourvoiement de celui qui s’oppose à toute résolution un tant soit peu substantielle du Conseil du Sécurité sur la Syrie et qui l’affirme avec aplomb, fierté et grandiloquence croyant ainsi considérablement gêner ses « alliés » et démontrer sa puissance, alors qu’il n’en est rien.

Les Américains ne peuvent que se réjouir de cette démonstration échouée de force diplomatique. Les Anglais et les Français, eux, se voient retirer une bonne épine du pied. Quelqu’un en Occident considère-t-il sérieusement une intervention armée sur le terrain syrien ? Ce n’est pas vraiment la crainte de voir dégénérer le conflit en affreuse guerre civile – puisque c’est déjà plus ou moins le cas – ni la désunion de l’opposition, aussi divisée en Libye (rappelons-le), qui retiennent les pays occidentaux d’intervenir. Les principaux concernés ont pour le moment d’autres priorités, les uns en Afghanistan qui cherchent à assurer un retrait en bon ordre, les autres au Mali. A cela s’ajoutent les difficultés financières et budgétaires à l’Ouest qui limitent considérablement les possibilités et rendent toute nouvelle intervention hautement improbable. Enfin, et surtout, les incertitudes géostratégiques qui en résulteraient, notamment les réactions potentiellement incontrôlables de l’Iran et d’Israël, achèvent de dissuader les volontaires. Dans ces conditions, plutôt que de passer pour des faibles ou des lâches, dans tous les cas cyniques, les Etats-Unis en tête et les Européens profitent de faire porter l’entière responsabilité de leur retrait à la Russie qui ainsi endosse aux yeux du monde le rôle du « méchant », amoral, celui qui laisse un Etat massacrer impunément une partie de sa population. L’opinion générale et simplificatrice considère en somme : si personne à l’Ouest ne peut intervenir, c’est que la Russie s’oppose.

Au Kremlin, sans doute, on ne doit que marginalement apprécier l’ironie de cette position inconfortable, ce piège dans laquelle on s’enferre. Il ne faudrait pas croire que les plus hautes autorités de Russie ne soient pas lucides quant à cette situation dont les pays occidentaux, en particulier les Etats-Unis, tirent jour après jour un bénéfice diplomatique notable au Moyen Orient. Il n’est plaisant pour personne de passer pour le coupable idéal qui, un peu à la manière de « l’idiot du village global », est manipulé à son insu par « l’hyperpuissance » du moment. Lorsqu’on prétend de surcroît à Moscou faire jeu égal avec elle, lorsqu’il s’agit de l’ennemi historique, de l’adversaire par excellence, l’impuissance est encore plus douloureusement ressentie. D’autant que les Etats-Unis en rajoutent avec l’adoption en décembre 2012 d’une législation privant d’accès au territoire américain les responsables russes qui seraient impliqués dans la mort en prison de Sergueï Magnitsky le 16 novembre 2009. Ce dernier, avocat fiscaliste, avait mis à jour et dénoncé l’un des plus importants mécanismes de corruption et de fraude fiscale organisés en Russie ces dernières années. Face à cette nouvelle provocation, l’assemblée parlementaire de Russie, la Douma, a voté immédiatement après (28 décembre 2012) à la quasi-unanimité une loi interdisant aux Américains d’adopter des enfants russes. Les orphelins paient et paieront donc en Russie comme en Syrie. Malgré tout cela, Vladimir Poutine persiste sur cette voie : ses envoyés continuent de s’opposer aux pressions et aux négociations qui pourraient aboutir. Ce n’est certainement pas seulement à cause de la base navale de Tartous, dont la Russie, après l’URSS, peut disposer à sa guise et qui n’a jamais eu de portée stratégique. Il ne faudrait pas non plus surestimer les quelques avantages militaires commerciaux que offrait à Moscou la Syrie d’Assad.

La Russie, ce faisant, tente plutôt et surtout de se maintenir dans le club des grandes puissances, dans la perspective éventuelle d’une conflagration beaucoup plus importante qui impliquerait l’Iran. En tenant bon sur la Syrie, la Russie pense augmenter sa crédibilité, l’autorisant le cas échéant à jouer un rôle clé dans le dossier iranien, déterminant pour l’ensemble du monde. Si des tensions devaient se concrétiser, on espère à Moscou pouvoir parler d’égal à égal avec les Etats-Unis, être au cœur, de façon plus stratégique qu’aujourd’hui, sur la Syrie, du processus de négociations et d’apaisement. En somme, la Russie croit s’acheter une influence internationale. Le prix moral est un peu cher payé. On voit mal aussi comment il est possible de passer d’une posture d’ « état piégé » à celle de médiateur respecté de tous.

La Russie entre fantasmes et réalité (suite)

Le gouvernement russe se caractérise par des déclarations « libérales » assez tonitruantes depuis de…

Le gouvernement russe se caractérise par des déclarations « libérales » assez tonitruantes depuis de nombreuses années. Prises au pied de la lettre, elles impliqueraient que la Russie soit un paradis pour les riches et un enfer pour les pauvres. Mais, quand on regarde les statistiques sur la nature, la dispersion, et l’origine des revenus, le tableau change. En fait, la Russie a connu un « tournant social » depuis 2005. Ce tournant n’a jamais fait l’objet de grandes déclarations de la part des autorités. Il n’en est pas moins aujourd’hui évident. Il a été rendu possible par les revenus des exportations et l’enrichissement général du pays. Mais il témoigne aussi d’une sensibilité importante des autorités, locales comme fédérales, à la question sociale.

Tableau 1

Source : Comité d’État aux Statistiques de Russie

L’existence d’une petite catégorie de « super-riches » est bien connue. Mais les « oligarques » ne doivent pas masquer l’enrichissement général de la population. En 2011, si le revenu moyen était de 713 euros par mois, le revenu médian s’établissait autour de 530 euros1, soit un rapport de 1,34 entre la moyenne et la médiane. En 2005, ce rapport était de 1,39. De même le seuil de pauvreté était à 37,2% du revenu moyen, alors qu’il est tombé en 2011 à 30,8%, et le nombre de personnes vivant au-dessous de ce seuil, qui était de 21% en 2005, est passé en 2011 à 12%. Certes, on peut contester le critère retenu par les autorités russes, et considérer un seuil de pauvreté à un niveau de revenu plus élevé. Mais, même dans ce cas, le mouvement de réduction de la pauvreté serait sensible.

Bien entendu, le niveau moyen des revenus reste faible, et largement inférieur à ce qu’il est dans les pays de l’Europe occidentale. Mais le niveau général des prix est, lui aussi, faible en Russie, avec des différences importantes entre la région de Moscou, où les prix se rapprochent de ceux de l’Europe occidentale, et les autres régions (Volga, Oural, Sibérie) où le niveau des prix est bien plus faible. L’émergence d’une « classe moyenne », définie ici par sa structure de consommation, est donc une réalité en Russie, même si elle reste encore relativement peu développée hors des grandes villes de la Russie occidentale.

Un point intéressant est que le salaire moyen est supérieur de 14,4% au revenu moyen en 2011. Ceci indique que les revenus salariés sont globalement plus importants que ceux des paysans ou des petits commerçants. Il faut y voir l’effet des politiques de rattrapage des salaires qui ont été menés depuis 2005 tant dans les services que dans l’administration et dans l’industrie, dans ce dernier secteur du fait de la pénurie relative en travailleurs qualifiés.

Une deuxième observation importante réside dans la composition de ces revenus. Il faut rappeler que ces chiffres ne concernent que les revenus issus de Russie. La part relativement faible des revenus de la propriété s’explique par le fait que de nombreuses grandes entreprises privées ne sont plus de droit russe mais de droit suisse, luxembourgeois et d’autres « paradis fiscaux ». Une partie des revenus de la propriété n’est donc pas comptabilisée, phénomène qui existe aussi en France et dans des pays de l’UE.  Néanmoins, et même en tenant compte de ce problème de minoration des revenus de la propriété, on voit assez nettement se dessiner le « tournant social » pris par les autorités depuis 2005-2007.

Graphique 1

Source : Idem Tableau 1

Les transferts sociaux étaient faibles en 2005-2007. Ils ont considérablement progressé depuis, atteignant en 2011 pas moins de 18,2% du total des revenus. L’une des raisons de cette augmentation a été bien évidemment la crise de 2008-2010. La montée brutale du chômage a contraint le gouvernement à augmenter les allocations chômage. Mais le retour progressif au plein emploi que l’on constate depuis 2010 ne s’est pas traduit par une baisse des transferts sociaux, bien au contraire. Autrement dit, leur hausse n’a pas été que conjoncturelle et a bien marqué un tournant dans la politique du gouvernement. Les pensions de retraites ont ainsi été revalorisées durant l’année 2010 de 35% en termes réels. De nouvelles allocations, tant fédérales que régionales, sont apparues (ciblant les mères isolées en particulier). Le résultat de tout cela a été d’une part la baisse du pourcentage de la population vivant sous le seuil de pauvreté, et d’autre part la montée très forte du pourcentage des allocations dans l’origine des revenus, où elles atteignaient donc en 2011 le chiffre de 18,2%.

Ceci soulève alors une autre question, celle de la part de l’État dans l’origine des revenus en Russie. La part des salaires provenant directement de l’État (salaires des fonctionnaires et soldes des militaires) et des entreprises d’État (Gazprom, Transneft, Rosneft, etc…) est au minimum de 40%, et probablement plus élevée que ce chiffre. En effet, depuis 2005, certains salaires comme ceux du personnel médical et des enseignants ont été revalorisés fortement en termes réels (soit hors effets de l’inflation). Autrement dit, compte tenu du fait que les salaires représentent 67,5% des revenus, si la part de l’État est de 40% elle représenterait 27% de l’origine des revenus. Quand on y ajoute les transferts sociaux, ce serait donc 45% des revenus qui auraient pour origine l’État, et il faut considérer cette estimation comme un minimum. Voilà qui incite à relativiser l’idée d’une Russie totalement convertie au libéralisme. En effet, on est dans des ordres de grandeur qui sont équivalents et mêmes supérieurs à ceux des pays d’Europe continentale dits de tradition social-démocrate (France, Italie, Allemagne, Suède). On peut comprendre les raisons idéologiques qui conduisent les autorités russes à insister sur leur adhésion au libéralisme. Mais la réalité n’en est pas moins bien moins différente. Compte tenu du fait que la fiscalité russe repose largement sur les exportations (pétrole et gaz en particulier), cela ne se traduit pas par une charge fiscale trop importante sur la population mais plutôt par une captation d’une partie de la rente des matières premières qui est ainsi recyclée en revenus pour la population. C’est pourquoi il n’est pas faux de se demander si la Russie, depuis 2007, n’est pas en train d’évoluer vers un modèle d’État social qui serait, sur la question des revenus, le pendant du tournant interventionniste qui a été constaté dans les investissements et la production.

Dans la mesure où les investissements permettent d’améliorer la productivité et d’étendre la production du secteur rentier, et de ce point de vue le développement rapide de Rosneft, mais aussi d’autres compagnies tant dans le secteur des hydrocarbures que dans celui des métaux en est un bon exemple, ce modèle d’État social pourrait être tout à fait soutenable. La mise en place de ce modèle d’État social ne correspond pas, semble-t-il, à un plan préconçu. Elle résulte d’une part des politiques d’adaptation à la crise des années 2008-2010 et d’autre part de la consolidation de mesures sociales dictées, entre autres, par la crise démographique que connaît la Russie. Mais, pour être le produit d’une évolution non intentionnelle, c’est bien à un modèle global de développement que l’on est confronté. Nous aurions donc, dans le cadre d’un régime politique semi-autoritaire, le développement d’un discours complètement déconnecté de la réalité et ne servant qu’à rassurer les marchés occidentaux. Dans la réalité, un modèle interventionniste-social se développerait en utilisant les gains de productivité et de production du secteur des matières premières, et leur valorisation sur les marchés extérieurs, avec un tournant de plus en plus prononcé vers l’Asie.

La réalité russe s’avère, une fois de plus, bien différente des apparences. L’affaire Depardieu, en réactivant les fantasmes de toute nature ainsi que le fond anti-russe d’une partie de la presse française, ne contribue pas à un examen objectif de cette réalité.

Citation

Jacques Sapir, “La Russie entre fantasmes et réalité (suite)”, billet publié sur le carnet Russeurope le 05/01/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/674

Lire le billet précédent

La Russie, entre les fantasmes de l’affaire Depardieu et la réalité, publié le 4 janvier 2013

Traduction

English version : Russia between fantasies and reality (2)

 

  1. Rappelons que la moyenne est le rapport du revenu global par le nombre de personnes, tandis que le revenu médian est celui qui partage l’échantillon en deux parties égales. Dans une population où les « super-riches » accumulent une part importante du revenu, l’écart entre la moyenne et la médiane sera plus important.

Florange: la trahison… BIS

Ainsi, c’était donc ça. L’accord avec MITTAL, sur lequel on pouvait déjà avoir des doutes importants…

Ainsi, c’était donc ça. L’accord avec MITTAL, sur lequel on pouvait déjà avoir des doutes importants compte tenu de la « réputation » de la société à ne pas tenir ses promesses, se révèle n’être qu’un plan social camouflé. On annonce déjà plusieurs centaines de départs en préretraite. Les investissements promis ne sont que ce qui était prévu avant la négociation, essentiellement pour le partie « froide » du site. Les travailleurs ont été roulés dans la farine par le Premier ministre et le Président. À vrai dire, on s’y attendait. Mais pas que le vernis craque aussi vite, en moins de 72h. Le problème, en l’occurrence, est que ceci était d’emblée dans la tête de J.-M. Ayrault, qui semble avoir été plus intéressé à sauver des emplois dans sa région que par le sort des ouvriers de Florange. Tel est le « secret » d’un accord qui n’en est pas un et qui constitue une capitulation en rase campagne de la part du gouvernement.

Reprenons depuis le début ; MITTAL veut liquider la partie « chaude » du site (les hauts-fourneaux), mais tient à garder la partie « froide » qui fabrique des emballages à partir du métal, et qui gagne de l’argent. MITTAL, par ailleurs, emploie 20 000 ouvriers sur divers sites en France. Le gouvernement a fait l’erreur de traiter ce problème de manière parcellaire, se mettant ainsi lui-même la tête sur le billot, et celle des ouvriers de Florange par la même occasion. On lit sans problème la stratégie de MITTAL, qui consiste à menacer, en cas de nationalisation de l’ensemble du site de Florange, de cesser ses investissements dans le reste du pays, et qui menace donc l’emploi. Cette stratégie est efficace, mais elle ne l’est que parce que le gouvernement ne veut pas traiter du problème dans son ensemble, c’est-à-dire de l’ensemble des installations de MITTAL en France. On dira que le coût serait extrêmement élevé. Non, si on le fait dans une logique où ces activités seraient reprises par un ou plusieurs repreneurs. La question de la gestion et des activités commerciales serait réglée par des sociétés déjà existantes.

Jean-Marc Ayrault prétend que ce repreneur n’existe pas. Or, les deux sites de Florange sont connus pour intéresser beaucoup de monde, le groupe russe SEVERSTAL entre autres, mais pas seulement. La possibilité de trouver un repreneur était bien présente, mais à la condition d’une reprise globale du site. C’est sur cette ambiguïté qu’a jouée le Premier ministre pour imposer l’accord qu’il voulait. Cet homme, de Notre-Dame-des-Landes à Florange, sera désespérément resté un élu local.

Le problème fondamental est celui de la logique financière qui est celle du groupe MITTAL. Entendre qualifier « d’entrepreneur » Lakshi Mittal a de quoi faire se retourner dans sa tombe Joseph Schumpeter. Dors en paix, pauvre Joseph, ils ne savent pas ce qu’ils disent. Lakshi Mittal est essentiellement un financier, sans logique industrielle d’ensemble, qui n’est intéressé que par le rendement immédiat de ses entreprises. Il n’a de cesse, pour utiliser une expression un peu vulgaire, que de faire « pisser du cash », et ceci sans souci du moyen ou du long terme. Un entrepreneur, et il faut le rappeler à tous ceux qui n’ont que ce mot à la bouche, y compris au MEDEF et à la sinistre Parisot, est quelqu’un qui entreprend une activité dont il pense que grâce à une innovation de produit ou de procédé, il tirera profit. Un entrepreneur industriel, de plus, a dans la tête la notion de filière et de pérennité de son entreprise. Pas un opportuniste ou un preneur de rente.

La mise en place d’une logique industrielle d’ensemble cohérente est la seule réponse possible à l’attitude du groupe MITTAL. Les éléments de cette logique existent, ainsi que les partenaires, qu’il s’agisse de sociétés françaises ou de sociétés étrangères. Mais, cette logique étant contradictoire avec celle de MITTAL, il convient donc de se débarrasser de ce groupe, et pour cela d’en nationaliser l’ensemble des établissements sur le territoire français. On fera l’objection des obstacles que pourrait soulever l’Union européenne. Mais, étant contributrice nette à hauteur de 7 milliards d’euros par an, la France peut parler fort à Bruxelles. La véritable réponse à l’arnaque que prépare MITTAL, avec l’assentiment du Premier ministre, est bien une nationalisation d’ensemble, mais accompagnée de la constitution d’un syndicat de repreneurs, appelé à reprendre les diverses activités et à les développer dans la lignée de ce que l’on a décrit dans la première note. Ici encore, cela implique une politique industrielle d’ensemble sur la filière sidérurgique de la part du gouvernement français. Or, c’est bien ce qui manque aujourd’hui.

Ou, plus précisément, c’est bien la volonté de penser le développement d’ensemble de l’industrie, les coexistences de filières sur un même site, qui est aujourd’hui absente dans le pôle libéral de ce gouvernement, représenté par Sapin, l’homme qui accepte le chômage, par Moscovici, l’homme qui accepte l’Euro et les pertes de compétitivité qui en découlent, et par Ayrault, Premier ministre plus attaché à sa circonscription qu’aux intérêts du pays et de l’ensemble de ses travailleurs.

Oui, le « socialisme » compassionnel a bien trahi les travailleurs de Florange, et d’autres trahisons se préparent, qui laisseront toutes un goût de plus en plus amer. Jusqu’à ce que ce gouvernement soit régurgité par ceux-là même qui l’ont élu.

Citation

Jacques Sapir, “Florange: la trahison… BIS”, billet publié sur le carnet Russeurope le 03/12/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/567

La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance

L’économie russe pourrait être sérieusement affectée par la récession qui s’annonce au sein de la zo…

L’économie russe pourrait être sérieusement affectée par la récession qui s’annonce au sein de la zone Euro, mais qui menace aussi dans un certain nombre d’autres pays. D’ores et déjà on voit un certain nombre d’indicateurs commencer à se dégrader. Le ralentissement de l’économie pourrait se confirmer au quatrième trimestre de 2012 comme semblent l’indiquer les résultats de ces derniers mois.

Graphique 1

Source : Comité d’État aux statistiques et Banque Centrale de Russie

Certes, la hausse du revenu moyen se maintient et le chômage est retombé à un niveau très bas. Mais, ceci est, semble-t-il, dû à la hausse des prestations sociales ainsi qu’aux interventions de l’État. Si la situation n’apparaît pas encore comme dangereuse, et si l’ampleur des réserves de la Banque Centrale (522 milliards de dollars) et la faiblesse de la dette publique (11% du PIB) sont des bons points de l’économie russe, il est clair que la dynamique de croissance reste bien trop liée à la croissance des principaux marchés de la Russie, et de l’Europe en particulier.

Graphique 2

Source : Comité d’État aux statistiques et Banque Centrale de Russie

Ceci met en lumière, une nouvelle fois, la dépendance de l’économie russe vis-à-vis des exportations. C’est à dessein que l’on a écrit « exportations » et non « exportations de matières premières ». En effet, le problème ici provient essentiellement de la dépendance du pays par rapport à une demande extérieure. On retrouve ce problème au Japon ou en Allemagne, deux pays dont les profils durant la crise de 2008-2009 ont été identiques, et semblables à celui de la Russie. Mais il est exact que la Russie exporte essentiellement des matières premières et des produits semi-finis comme les métaux. Cette structure de l’économie pose, bien entendu, un problème, pour un pays largement peuplé. On le mesurera avec les deux tableaux suivants.

Tableaux 1 et 2

Structure par produits des exportations et importations russes

 

Source : Comité d’État aux statistiques

Il convient cependant de lire ces tableaux en se souvenant que le prix relatif des minéraux (pétrole et gaz) par rapport aux prix des équipements et machines a fortement augmenté dans la période 2000 – 2010. C’est en particulier vrai pour le pétrole, dont le prix sur le marché international a augmenté de près de 2,5 fois dans la période. La Russie mise donc sur la diversification et la modernisation de son économie pour résoudre en partie ce problème. Ce n’est pas une nouveauté. Néanmoins, cette priorité a été répétée tant par des personnalités éminentes. Ceci invite à s’interroger sur ce que pourrait être une stratégie cohérente de développement pour les dix années qui viennent.

(i) Du bon usage des matières premières

De manière symptomatique, une question fréquemment posée est de savoir si le pire pour la Russie était des prix mondiaux des matières premières faibles ou élevés. Certains experts réunis soutiennent que des prix élevés des matières premières bloquent le processus de modernisation et de diversification de la Russie. Il est exact que des revenus très importants issus des matières premières peuvent créer un sentiment d’euphorie économique qui n’est pas favorable à des réformes de structure. Cependant, on ne peut nier qu’il est de l’intérêt de la Russie que les prix restent élevés ne serait-ce que pour pouvoir financer ces dites réformes.

Par ailleurs il a été souligné que les activités extractrices pouvaient favoriser la modernisation et la diversification de l’économie. C’est absolument exact, et c’est un fait souvent ignoré des profanes. En effet, ces activités font de plus en plus usage de techniques avancées voire très avancées, qu’il s’agisse du processus d’extraction ou de recherche de nouvelles sources. Les effets induits de ces activités sur le reste de l’industrie sont potentiellement loin d’être négligeables. Ils peuvent conduire à la mise en place de filières modernisatrices dans le tissu industriel russe, en particulier en ce qui concerne les compresseurs, les robots, l’électronique de télécommande, etc… Cela implique cependant l’entrée en Russie d’entreprises étrangères qui maîtrisent ces techniques (soit sous la forme d’investissements directs soit sous celle de cession de licences). De même, la disponibilité de ressources importantes, incluant l’agriculture, peut être la base du développement d’industries de transformation, qui elles-mêmes seront très sophistiquées. L’agriculture ne sera plus, et ce dès un proche avenir, productrice uniquement de produits alimentaires. Les biotechnologies et les biomatériaux utiliseront de plus en plus la matière première en provenance de l’agriculture.

Cela implique le renforcement des activités agricoles, et le développement d’une chaîne complète de transformation, incluant la biochimie et le développement des biomatériaux. Ici aussi, l’entrée de firmes étrangères est largement souhaitée.

(ii) L’impact de la réorganisation du secteur pétrolier

C’est dans ce contexte qu’il faut analyse la consolidation qui est en train de se produire au sein non seulement du secteur pétrolier mais aussi du secteur gazier.

L’accord entre ROSNEFT, société contrôlée par l’État, et BP pour le rachat des parts de BP dans la société TNK-BP est à cet égard symptomatique. Cet accord à plusieurs conséquences : il fait de ROSNEFT l’une des toutes premières compagnies pétrolières dans le monde avec des réserves prouvées égales à 5% du total mondial ; il confère à ROSNEFT un rôle dominant en Russie et lui donne un quasi-monopole sur les ressources dans l’Arctique russe. Désormais, toute compagnie désireuse d’exploiter ces ressources devra en passer par ROSNEFT. C’est ce qui explique l’empressement d’Exxon-Mobil à passer un tel accord et ce dès 2011. Dans le même temps, BP rachète des actions de ROSNEFT « libres » et a eu la possibilité de réinvestir dans les actions détenues par l’État à hauteur de 5,7%. En conséquence, BP est désormais associée au capital de ROSNEFT à hauteur de 20%, ce qui en fait le premier partenaire privé de l’État russe. Mais on sait que BP est fragilisée financièrement par la catastrophe de 2010 dans le golf du Mexique. Il n’est donc pas dit qu’à terme BP conserve la totalité des actions de ROSNEFT qu’elle possède. Elle pourrait les céder à d’autres sociétés (pourquoi pas chinoises…) voire à l’État russe lui-même s’il lui venait l’idée de renforcer son contrôle sur ROSNEFT.

Mais les aspects « cachés » de cet accord sont tout aussi importants. ROSNEFT a obtenu l’accès à la technologie de BP. ROSNEFT avait déjà accès à la technologie d’Exxon-Mobil par l’accord de 2011. Ces deux accord combinés aboutissent à transférer à ROSNEFT des capacités techniques de premier ordre tant dans l’exploitation du pétrole « conventionnel » et du gaz associé (qui est pour l’instant largement perdu en Russie) que dans l’exploitation du gaz et de l’huile de schistes par des méthodes peu ou même non-polluantes. ROSNEFT devient ainsi la première société russe à disposer de ces capacités, et deviendra à relativement court terme un acteur majeur dans le secteur du gaz où elle sera le principal concurrent de GAZPROM. Le développement technologique correspond exactement à ce que décrivent les autorités russes. Il a de plus l’intérêt de déstabiliser GAZPROM, dont la qualité de gestion interne est très déficiente et qui fait mauvaise figure face à ROSNEFT qui, elle, est bien gérée. GAZPROM apparaît comme indirectement le grand perdant de cet accord. Mais, avec GAZPROM c’est toute l’équipe du Premier ministre Dmitry Medvedev qui est affaiblie.

Dans le même temps, le contrôle ainsi acquis sur TNK-BP va permettre aux autorités russes de mettre fin à l’un des scandales restant dans l’industrie pétrolière. La direction de TNK-BP utilisait environ 70% des profits de la société en dividendes. Les investissements représentaient moins d’un cinquième des dividendes. Si ce rachat a eu pour conséquence le paiement d’une somme importante à M. Veckselberg, cette somme (22 Milliards de dollars) ne représente qu’un peu plus de trois ans de dividendes de la société. L’État russe a ainsi récupéré une des principales sources de financement qui lui échappait encore et va pouvoir à terme augmenter les investissements dans l’industrie pétrolière.

Enfin, les autorités britanniques ayant accepté l’accord, on les voit mal relancer la question des actifs de YOUKOS qui avaient été rachetés par ROSNEFT en 2004-2005.

L’accord entre ROSNEFT et BP constitue donc un pas très important dans la restructuration et la consolidation de l’industrie du gaz et du pétrole, qui peut être le début d’une modernisation massive de ce secteur. Il marque aussi un changement important dans le rapport des forces entre GAZPROM et ROSNEFT, et il fait de ROSNEFT l’un des tout premiers acteurs mondiaux en lui donnant un accès aux réserves et à la technologie nécessaire pour les exploiter.

(iii) Attirer plus d’investissements directs étrangers (IDE)

La question des Investissements Directs Étrangers (IDE) est donc posée, et la volonté des autorités de renforcer le flux actuel ne fait aucun doute. Mais, ceci pose plusieurs problèmes dont la sécurité des investissements et la protection légale des actionnaires, le développement des infrastructures en particulier si ces investissements directs doivent se déployer sur des parties peu développées du territoire enfin la stabilité et la prévisibilité des impôts et des prix des produits relevant de l’administration (énergie, eau, chauffage). Aujourd’hui, la structure des IDE est la suivante :

Tableau 3

 

Source : Comité d’État aux statistiques

Il convient de remarquer le poids relativement important de Chypre et des Îles Vierges. On peut penser que les capitaux qui entrent en Russie en provenance des ces pays sont des capitaux qui étaient sortis, il y a quelques années, et qui profitent des opportunités d’investissement qui s’offrent à eux. L’effort de ces dernières années de la part des autorités commence à lentement porter ses fruits. Le développement de l’industrie automobile et de la filière automobile est largement le fait d’Investissements Directs Étrangers (Renault, mais aussi Ford-Allemagne, Volkswagen…). Une partie de la modernisation et de la diversification de l’industrie russe est portée par ces investissements étrangers.

(iv) Développer les investissements russes en Russie elle-même

Les conditions d’une bonne réception des IDE dépendent néanmoins du flux des investissements en Russie elle-même. De ce point de vue il est clair qu’il existe une synergie entre les investissements internes et les IDE, tout comme il existe une forte complémentarité entre les investissements publics et les investissements privés. Les autorités ont clairement fait comprendre qu’elles cherchaient à favoriser les investissements privés russes en Russie. Plusieurs types de projets ont été présentés, comme une défiscalisation pour des investissements réalisés dans des entreprises directement issues de la recherche (développement des technoparcs  et des  incubateurs), des aides pour des investissements dans différentes branches considérées comme prioritaires, et enfin le développement du partenariat public-privé.

L’objectif est d’encourager l’investissement privé russe et de favoriser le rapatriement en Russie des investissements russes aujourd’hui faits à l’étranger.

(v)  La nécessité d’améliorer le cadre institutionnel

Ceci conduit au problème de l’amélioration du cadre institutionnel en Russie. Le problème a été souligné par les différentes autorités rencontrées ces quatre jours, mais avec des inflexions significatives. Les personnes proches du gouvernement, et certains experts russes insistent beaucoup sur l’idée que la Russie n’aurait pas aujourd’hui d’institutions et que ces dernières sont largement à créer. Les personnes proche du Président, d’autres experts russes et des experts étrangers insistent en fait sur le processus d’amélioration des institutions actuelles, et surtout de l’amélioration de leurs moyens de mise en œuvre, point sur lequel tout le monde convient que sans eux la meilleure des institutions du monde ne saurait fonctionner.

Les principales voies d’amélioration qui ont été évoquées ont été une simplification du cadre administratif, une meilleure protection réelle des droits de propriété, et la lutte contre la corruption. Celle-ci est largement le produit de la complexité du cadre institutionnel actuel qui n’offre que trop d’occasions à des fonctionnaires corrompus de lever leur rente. La mise en œuvre des différentes mesures qui semblent importantes pour tous sera par nature un processus complexe. Il est clair à cet égard que l’on ne peut attendre qu’un cadre institutionnel « parfait » soit mis en place pour développer l’investissement. L’amélioration de l’efficacité économique est tout autant le résultat de la croissance que l’une de ses pré-conditions. Ceci explique le retour en force des idées de planification stratégique.

(vi) Un intérêt poussé pour l’expérience française des années 1950-1970

Un des aspects les plus intéressants des débats actuels en Russie est l’importance particulière accordée au thème de la planification stratégique et principalement à l’expérience française en ce domaine jusqu’au années 1990, via le Commissariat Général au Plan. Très clairement la complexité du processus de mise en œuvre d’une politique économique visant à faire structurellement pivoter l’économie russe vers un modèle plus entrepreneurial implique une centralisation des principales orientations. La multiplicité actuelle des centres de décision en matière de politique économique est bien souvent dénoncée comme l’une des principales sources d’inefficacité actuelle de l’économie.

Dans ce cadre, la possibilité de concentrer une réflexion stratégique et la définition de certaines priorités dans un comité à la planification stratégique a été ouvertement discutée. Elle a, naturellement, l’appui des économistes qui travaillent sur le développement des territoires de la Fédération de Russie. La création d’un tel comité pourrait survenir d’ici au printemps 2013. Il est probable qu’il serait rattaché à la Présidence, car le travail de l’équipe présidentielle a été défini comme « stratégique » par opposition aux tâches du gouvernement qui sont elles plus concernées par la gestion au jour le jour des problèmes courants.

(vii) Une perte relative d’influence des « libéraux »

Dans ce cadre, il est clair que l’on assiste actuellement à une relative perte d’influence des « libéraux », et en particulier des personnes entourant le Premier ministre, M. Medvedev. Cette perte d’influence se fait dans un cadre particulier où tous les acteurs se réclament, à un titre ou à un autre, du « libéralisme ». Ceci doit être compris comme une réaction au modèle soviétique de développement mais n’implique pas nécessairement une adhésion au néo-libéralisme, qu’il soit économique ou politique, tel qu’il est habituellement défini dans les pays occidentaux.

Cette perte d’influence a été constatée par la montée en puissance de S. Glazyev (conseiller du Président à l’intégration eurasiatique et délégué présidentiel au conseil national des banques de Russie). De même, on peut constater la montée dans l’entourage du Président de partisans d’un rôle clairement interventionniste de l’État. Vladimir Poutine l’a d’ailleurs rappelé à de nombreuses reprises. Il a décrit l’économie de la Russie comme un « capitalisme d’État » (goskapitalizm) mais un capitalisme d’État par défaut et en raison du manque de vitalité du secteur privé plus enclin à prendre des rentes de court terme que de développer le pays. S’il a clairement exprimé la volonté de réduire à terme le périmètre d’intervention de l’État, il a aussi montré un intérêt très vif pour une meilleure coordination, qui implique, bien entendu, la notion de plan stratégique.

La Russie apparaît bien aujourd’hui à la recherche d’une véritable stratégie de croissance. Si elle s’est déjà dotée de  mesures relativement efficaces, ces dernières nécessitent une mise en cohérence. Pour franchir ce pas, le pays doit tourner le dos à l’idéologie néo-libérale et ne pas hésiter à utiliser les méthodes qui firent le succès de pays comme l’Italie ou la France dans les années cinquante et soixante.

Citation

Jacques Sapir, “La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance”, billet publié sur le carnet Russeurope le 24/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/532