L’expert : une posture en évolution

Dans le monde globalisé et technologique dans lequel nous vivons, l’expert joue un rôle crucial dans…

Pete Prodoehl, Licence Creative CommonsDans le monde globalisé et technologique dans lequel nous vivons, l’expert joue un rôle crucial dans la mise en place des politiques publiques ou encore dans l’évaluation de programmes gouvernementaux, de nouveaux produits et de nouvelles technologies. Qu’ils soient associés aux changements climatiques, à la production alimentaire, à la gestion de l’eau, à la pollution atmosphérique, à l’aménagement du territoire urbain, les problèmes environnementaux contemporains sont tous sujets à des controverses sociales où le rôle de l’expert devient essentiel. Sans compter que ceux-ci sont souvent tributaires de risques vérifiés ou pressentis pour la santé humaine. Ce rôle crucial, dont on oublie trop souvent les enjeux, interpelle directement tous chercheurs ou professionnels de terrain, que ceux-ci soient en environnement ou en d’autres domaines.

Des instruments de vigilance et des structures de surveillance ont bien entendu été mis en place afin de gérer les risques sanitaires associés aux expériences humaines ou aux grands projets de développement. Mais, que ce soit le cas récent du chercheur Gilles-Eric Séralini sur la toxicité du maïs OGM NK603 et du Round Up ou encore celle plus ancienne des années 90 de celui d’André Cicolella avec les effets des éthers de glycol sur la santé, on peut se demander si la posture de l’expert « traditionnel » est encore adaptée à la réalité d’aujourd’hui. Une réalité où l’incertitude est plus souvent qu’à son tour la grande caractéristique des dossiers traités. On a pu le constater de manière fragrante avec le cas de Gilles-Eric Séralini, les experts doivent interagir avec de nouveaux outils afin de pouvoir jouer leur rôle d’acteurs dans la mise à jour des politiques publiques. Mais comment se fait-il que des chercheurs doivent mettre sur pied un plan de communication complexe[1] pour qu’un gouvernement (gouvernement français en l’occurrence) s’engage dans des travaux sur les effets à long terme de la consommation d’OGM associés à des pesticides ? Depuis de nombreuses années, de nombreux experts indépendants disent qu’il faut faire évoluer les instruments et les structures de vigilance de ses nouveaux composés. Ce qui est vrai pour les OGM devrait aussi l’être pour les nanoparticules qui sont de plus en plus présentes dans notre environnement et même dans nos assiettes (Nanoparticules : l’ingrédient qui s’est discrètement invité à notre table). Les changements climatiques, cet enjeu identifié depuis la fin des années 80 s’y retrouve aussi. L’incertitude autour des résultats à jouer un rôle certain dans sa prise en compte tardive (si une réelle prise en compte il y a) dans les politiques. Ou encore, de manière insidieuse, l’incertitude peut être utilisée par des acteurs, qui tout en reconnaissance l’importance de l’enjeu, considère qu’eux ne sont pas concernés, car l’incertitude les concernant est trop grande. Un double discours qui pourrait se lire comme suit : Les changements climatiques sont une réalité malgré les incertitudes observées, mais vous comprenez que dans notre cas l’incertitude sur les mesures fait en sorte que notre industrie ne doit pas être considérée.

Ainsi, on se retrouve avec une approche d’experts “business-as-usual” où la certitude est l’aune à laquelle tout doit être jugé et considéré, tandis qu’un d’un autre côté on retrouve la vision de l’expertise de l’incertitude ou de la précaution. Dans le premier cas l’expert s’enchâsse dans les méthodologies que l’on pourrait cataloguer de classiques tandis que le second tente de développer de nouvelles approches et une refonte des cadres/structure qui évitent à tout prix la déification de l‘expert et la mise à l’écart du citoyen.

Que ce soit dans le cadre de ses dossiers Gouvernance et environnement : quelles échelles de construction du commun ?(Vol9no1, mai 2009) Comprendre et maitriser les risques techniques et environnementaux : aller au-delà du risque ? (Vol12no1, mai 2012) ou encore dans le dossier en préparation Controverses environnementales : expertise et expertise de l’expertise (prévu en décembre 2013), [VertigO] aborde cette délicate question.

L’article Renouveler la gestion du risque par l’ouverture à un système de vigilance ? de Fallon et al (2012) aborde aussi cette question[2].

Leur article montre que la plupart des moyens proposés par les autorités, pour faire face à une crise ou un risque sanitaire, « reposent sur une logique de gestion des risques connus », ce qui laisse tous les risques des maladies émergentes ou de nouveaux produits (OGM, nanomatériaux) orphelins d’une évaluation adaptée et cohérente. Selon les auteurs ont « observe toutefois des tentatives de renouvellement et d’ouverture, par la mise en place de nouveaux instruments de vigilance » qui s’appuieraient sur « une double logique de prévention et d’anticipation de la catastrophe ». Les responsables administratifs et des scientifiques « tentent d’adapter les structures de surveillance et d’alerte pour améliorer leur réactivité face aux évènements non prévus » amenant « une double remise en cause se dessine dans la gestion des risques, qui pousserait à admettre la permanence d’une incertitude irréductible et à reconnaître le nécessaire décloisonnement des savoirs experts». Certainement, mais je dirais qu’l faut un décloisonnement plus large permettant l’inclusion du « savoir citoyen » ou encore une plus grande ouverture à qui est un expert.

Toutefois, malgré tous les décloisonnements, ou la considération de l’incertitude comme une responsabilité (voir le texte de Guy Bourgeault dans le Vol1no1 de la revue : L’incertitude et la responsabilité : jalons pour une éthique de l’environnement), des lanceurs d’alerte toujours plus inventifs, structurés et courageux, seront nécessaires. Les gouvernements ont tout intérêt à permettre l’expression de ceux-ci, mais aussi de les entendre, car lorsque le mal sera fait il sera souvent trop tard….

[1] Pour détails : Étude sur les OGM, comment Gilles-Eric Séralini a gagné la partie http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/22/etude-sur-les-ogm-comment-seralini-a-gagne_n_1999907.html

[2] Cet article rédigé par un groupe multidisciplinaire de vétérinaires et de politologues propose une analyse contextualisée des transformations à l’œuvre dans le réseau de surveillance des maladies animales face aux menaces nouvelles dites « émergentes » suite aux changements globaux, en l’inscrivant dans le cadre de la gestion des risques. Le travail se base sur une présentation d’une émergence récente, celle de la fièvre catarrhale ovine due au Bluetongue virus serotype 8 (BTV-8) en 2006 en Belgique.

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Sciences énormes / “Science normale” : Thomas S. Kuhn, 50 ans après

La troisième séance du séminaire de lecture en sciences sociales, intitulée “Sciences énormes …

ZappaLa troisième séance du séminaire de lecture en sciences sociales, intitulée “Sciences énormes / “Science normale” : Thomas S. Kuhn, 50 ans après” aura lieu le lundi 19 mars. Nous aurons le plaisir d’accueillir Thomas Pradeu (Paris 4) et Davide Sparti (Université de Sienne).

Il est conseillé de lire, en préparation de la séance :

Thomas S. Kuhn, « Postscript-1969 » dans The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, 1996 [3e édition], p. 174-210.

La séance se tiendra dans la salle de séminaire de l’École française de Rome, Piazza Navona, 62, de 10h à 13h.

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée.

Pour tout renseignement, contacter : yannick.beaulieu[ad]efrome.it ; julie.delamard[ad]efrome.it ; ghislaine.stouder[ad]efrome.it

Des exigences de la connaissance scientifique

Dans sa leçon inaugurale au Collège de France en mai dernier (le texte intégral avec l’apparei…

Dans sa leçon inaugurale au Collège de France en mai dernier (le texte intégral avec l’appareil de notes, ainsi que l’enregistrement sont en ligne), Claudine Tiercelin a défendu plusieurs positions sur la pratique de la science, qu’elle soit “exacte” ou “humaine”, qui me semblent des conditions nécessaires à toute recherche, et même des exigences : l’incertitude fondamentale de la science conçue comme enquête toujours révisable, la mise en commun des intelligences et des paroles dans des lieux où se conjoignent l’enseignement et la recherche, et la pratique de la vérité de la part du chercheur, indispensable à sa liberté de penser (les numéros indiquent les paragraphes du texte en ligne et les sous-titres sont de moi).

De l’incertitude

22. Encore faut-il, d’ailleurs, et pour commencer, savoir ce que l’on met sous le concept de « science ». Car seules la paresse ou l’ignorance ou, dans certains cas, la malhonnêteté intellectuelle peuvent expliquer que certains accordent encore quelque crédit à une vision positiviste et scientiste de la connaissance scientifique. Aucune personne de bonne foi, et surtout pas un philosophe des sciences, ne pourrait admettre aujourd’hui que le concept de « science » ou de « connaissance » qui prévaut, soit celui « impérial », qu’il pouvait encore avoir chez Kant, de système achevé, apodictique, ou doté des vertus de nécessité et d’universalité. Comme le notait, il y un certain temps déjà, Patrick Suppes dans Probabilistic Metaphysics, il faut bien davantage concevoir le terme sous une forme qui oblige à repenser non seulement certains concepts « absolus » (espace, temps, être), mais aussi la nature probabiliste des lois, de la matière, de la causalité ; à noter le presque impossible accès à des connaissances certaines, tant celles-ci sont plutôt approchées, provisoires, conjecturales, faillibles ; à faire la part belle à la complexité des phénomènes, aux doutes, à l’idée de recherche procédant par essais et erreurs, aux rectifications, à la falsification autant qu’à la confirmation ou à la vérification. Ce n’est donc pas faire preuve d’hostilité à la science, bien au contraire, que de noter que sa marque n’est justement pas le scientisme et le dogmatisme, mais plutôt, comme en témoigne toute activité scientifique normale, les incertitudes, les tâtonnements et l’incomplétude, qui rendent du reste si aigu le risque du scepticisme […]. Et il n’est pas surprenant, à cet égard, de voir à quel point ce risque est présent, tout autant, et peut-être même plus souvent encore, chez les scientifiques que chez les philosophes.

De la communauté

64. La métaphysique est une discipline trop aride pour pouvoir être pratiquée en solitaire. Même Peirce, qui a passé la majeure partie de sa vie en ermite, avait fondé un Metaphysical Club. Bien que l’Université française ait encore beaucoup de chemin à faire, en philosophie notamment, pour retrouver les voies d’une authentique communauté académique, je ne voudrais pas terminer cette leçon sans dire ce que je dois à l’enseignement universitaire et, tout particulièrement, à mes étudiants, sans lesquels je ne serais pas devant vous aujourd’hui. En séparant les institutions d’enseignement et de recherche, comme on le fait encore trop en France et malheureusement de plus en plus souvent ailleurs, on ne rend service ni aux unes ni aux autres. […]

Du rejet des masques

65. Le Collège de France n’est assurément pas un club. C’est une institution – et quelle institution – mais c’est aussi une compagnie, qui enveloppe, d’emblée, par sa générosité, tous ceux qui ont le privilège inouï d’y entrer. Quiconque a cet honneur a d’abord des devoirs, et le premier d’entre eux est de ne jamais s’avancer masqué. Ernest Renan faisait remarquer que c’était l’obligation inscrite dans tout droit acquis à la liberté de la pensée : « Car le vrai a ses droits comme le bien, et on ne gagne rien à ces timides mensonges qui ne trompent personne et n’aboutissent qu’à l’hypocrisie ». Comme le philosophe de Tréguier, je n’aurai désormais que cette seule exigence.

***

Crédits : “Seeds of Doubt”, del.art.ful. Sharon Hinchliffe, 2010, galerie de l’artiste sur Flickr, CC

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts