«C’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants»: une manifestation socialiste à Rennes en mars 1913

Extrait de la Une de l’Humanité, 17 novembre 1912
Le mouvement ouvrier, en s’opposant à la gue…

Extrait de la Une de l'Humanité, 17 novembre 1912

Extrait de la Une de l’Humanité, 17 novembre 1912

Le mouvement ouvrier, en s’opposant à la guerre durant la période 1912-1914, adopte une multitude de pratiques qu’il est difficile de considérer comme étant toutes identiques. Il faut pourtant reconnaître que la mobilisation contre les trois ans qui atteint son paroxysme en 1913 parvient à cacher ces nombreuses divergences puisque l’union du mouvement ouvrier dans son ensemble est alors valorisée. Ainsi, si les membres de la Sfio, les syndicalistes de la Cgt, mais aussi  les anarchistes se retrouvent sous une même bannière contre la guerre, il ne faut pas perdre de vue que leurs opinions sur ce sujet ne sont pas identiques. Cela peut être également le cas au sein d’une même organisation : les socialistes sont eux-même divisés sur l’attitude à avoir face à la guerre. Faut-il s’opposer par tous les moyens au militarisme et aux armements? Faut-il au contraire être en faveur de la défense nationale tout en étant pacifiste ? Au fonds, qu’est-ce signifie cette identité pacifiste si souvent et fièrement revendiquée avant le premier conflit mondial ? Ce ne sont là que quelques interrogations qu’il faut approfondir si on souhaite  avoir une vision plus exacte du mouvement en faveur de la paix avant 1914. Plusieurs travaux déjà anciens comme ceux de J.J. Becker ou J.Julliard ont posé des jalons précieux pour aborder ce sujet. Cependant, lorsqu’on souhaite analyser cet aspect sous un angle plus localisé en retraçant la micro-dynamique de la mobilisation contre la loi des trois ans, il semble nécessaire au moins pour partie de reprendre certains points.

Comment être antimilitariste dans un port de guerre ou un arsenal ?

            La mobilisation contre la loi des Trois ans est développée à la suite du congrès socialiste international de Bâle. La tenue du congrès de la Sfio à Brest en mars 1913 s’inscrit dans le temps de cette mobilisation sociale aux contours multiples. Chaque semaine, des manifestations ou des meetings se tiennent  depuis 1912 dans l’ensemble du territoire français. En Bretagne, on retrouve de tels rassemblements à répétition bien que le contexte soit particulier. En effet, les plus grands centres urbains, qui sont également les principaux lieux d’implantation du mouvement ouvrier, sont marqués par les activités militaires : Brest, Lorient et Rennes, mais aussi d’autres lieux comme la poudrerie de Pont-Buis par exemple, disposent d’arsenaux qui sont bien souvent le principal employeur du lieu. Il y a donc ce premier paradoxe qu’il faut aborder, à savoir que la mobilisation contre la guerre se fait justement dans des lieux où les principales activités économiques sont intrinsèquement tournées vers l’industrie militaire. D’ailleurs, lorsque le maire de Brest ouvre le congrès socialiste en 1913, il éprouve le besoin de préciser  l’environnement particulier de la ville:

 « Je souhaite que cette ville de Brest qui est au milieu des instruments de destruction et de carnage, des instruments de meurtre, voie la première sortir une résolution qui, mise en pratique, empêchera les guerres entre les nations européennes. [1]»

Au delà d’une typologie des positionnements des militants socialistes sur la question de la guerre et de la paix, c’est justement ici l’étude d’une mise en pratique qui m’intéresse.

La mise en pratique d’une manifestation pacifiste

La manifestation socialiste de Rennes a lieu le 14 mars 1913. Un jour auparavant, de nombreux étudiants de la ville se sont réunis pour soutenir le projet de loi des Trois ans et s’opposer à toute forme de pacifisme. Selon eux, la France avait besoin de cette loi pour faire face aux pays ennemis et il n’était pas question de s’opposer aux trois ans de service militaire, un sacrifice certes pour la jeunesse, mais surtout une obligation face aux dangers de l’époque.

La mobilisation rennaise contre les trois ans doit donc être située dans ce contexte mouvementé où les appels à manifester d’un côté ou de l’autre sont nombreux et où les autorités s’inquiètent de plus en plus de ce mouvement contre les trois ans. J’ai pris connaissance il y a seulement quelques mois de cette manifestation dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international qui l’évoque juste avant le résumé du congrès de Brest.[2]

Cela m’a dans un premier temps interrogé : la France connaît au même moment une série de rassemblements bien plus importants que celui de Rennes ; que ce soit à Toulouse, Lyon, Lille ou au Pré-Saint-Gervais, les socialistes ont été beaucoup plus nombreux à s’opposer à la loi des trois ans, souvent portés par des discours des leaders de la Sfio. Rien de tout cela à Rennes, alors pourquoi retenir cette date dans une chronique résumant pour l’Internationale socialiste l’actualité du parti en France ? Sans doute parce que lors de ce rassemblement, partisans et opposants de la loi des trois ans se sont affrontés physiquement et que les premiers plus nombreux ont alors montré leur force contre les nationalistes et leur superiorité.

La réunion contre la loi des trois ans a lieu à la bourse du travail de la ville. Organisée conjointement pour la Sfio et la Cgt, elle est dirigée d’un côté par Charles Bougot, conseiller municipal et l’homme fort des socialistes rennais depuis le début du siècle, et par Ernest Chéreau, militant de la Cgt. Cela montre l’union des deux forces principales du mouvement ouvrier même si leurs points d’opposition sont nombreux à l’époque. Surtout dans la région, de nombreux militants sont en réalité membres des deux organisations. Enfin, en ce qui concerne la Sfio, il faut bien garder en tête que les socialistes sont peu  nombreux à cette période à Rennes et dans le département de l’Ille-et-Vilaine et que s’ils souhaitent lancer un mouvement de masse, cela implique l’appel à d’autres groupes militants.

Un millier de personnes assiste à la réunion. À peine celle-ci a-t-elle débutée que 200 ou 300 étudiants nationalistes arrivent, drapeaux français déployés et vindicatifs. La réunion se transforme en une immense bagarre dans un premier temps dans la salle, puis ensuite dans les rues avoisinantes. Le compte rendu de La Dépêche de Brest, toujours à cette époque très hostile à l’ensemble du mouvement ouvrier mérite ici très cité :

« À la sortie les étudiants patriotes se formèrent en cortège, mais les syndicalistes alors renforcés de nombreux apaches réussirent par une habile tactique à isoler les premiers rangs de tête où se trouvaient les drapeaux tricolores. En un instant, ceux-ci furent lacérés, brisés piétinés cependant que dix ou douze étudiants qui formaient en quelque sorte la garde d’honneur étaient odieusement lynchés »[3]

Quelle signification donner à cette « mêlée[4] » ?

On notera l’association entre les opposants à la loi des trois ans et des «apaches», mot de l’époque pour désigner ce qu’aujourd’hui on appellerait « casseurs » ou « voyous ». Dans la logique anti-socialiste  de ce journal, il est nécessaire qu’à ces manifestants se soient joints des délinquants, manière de porter le discrédit sur l’ensemble du mouvement ouvrier. Plus important peut-être ici, on peut également relever la mention d’une possible tactique des socialistes et des syndicalistes pour s’opposer aux étudiants nationalistes. Cela supposerait un dispositif dont on aimerait mieux connaître les composantes. Mais une telle tactique est-elle seulement réelle et ne s’agit-il pas plutôt d’un simple réflexe de défense collective ? Toujours est-il que dans le bulletin périodique du BSI, cette manifestation est mise en avant parce qu’elle illustre une réussite dans la mobilisation des socialistes contre des adversaires. Une semaine avant le congrès national, la Sfio montre dans la région bretonne qu’elle tient le haut du pavé et qu’elle sait faire face aux partisans de la loi des trois ans. Les socialistes pacifistes et antimilitaristes peuvent se montrer violents si les circonstances l’obligent. C’est assez pour inquiéter les autorités à Rennes, Brest ou ailleurs. Mais c’est aussi un signal d’alarme pour les socialistes : sur quoi peut aboutir cette grande mobilisation contre les trois ans ? Le congrès national arrive à point nommé pour tenter de régler la question.

[1]Intervention d’ H.Masson, 10e Congrès socialiste de Brest, 23-25 mars 1913, compte rendu sténographique, Paris, 1913 p.83-84.

[2] Voir Bulletin périodique du BSI, 1909-1913, introduction de G.Haupt, Genève, Minkoff reprint, 1979.

[3] La Dépêche de Brest, 16 mars 1913. Depuis quelques semaines, ce quotidien est disponible à la lecture en ligne . Bien que journal d’informations, durant une bonne partie de la période sur laquelle je travaille, la Dépêche est farouchement anti-socialiste. Cela implique des considérations très négatives pouvant aller jusqu’à l’énoncé de faits erronés. C’est pourquoi l’utilisation de ce quotidien doit être toujours associée à d’autres sources d’informations.

[4] Le terme « mêlée » est utilisé dans le compte-rendu du bulletin du BSI.

NB : la citation du titre “c’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants” provient d’un compte rendu de la manifestation paru dans Ouest-éclair le 16 mars 1913.

À quoi sert un centenaire? Retour sur le congrès socialiste de Brest (mars 1913)

Le congrès de Brest à la Une de l’Humanité, 25 mars 1913
La pratique de l’histoire semble être…

Le congrès de Brest à la Une de l'Humanité, 25 mars 1913

Le congrès de Brest à la Une de l’Humanité, 25 mars 1913

La pratique de l’histoire semble être de plus en plus liée à l’existence de commémorations qui valorisent tel ou tel évènement qu’on estime significatif et signifiant pour notre époque. Une telle profusion d’ «anniversaires» stimule la recherche historique par une demande sociale grandissante, mais en même temps restreint cette même recherche à quelques périodes ou quelques évènements dont on estime qu’ils ont une portée actuelle au risque de délaisser d’autres périodes qui auraient pourtant méritées qu’on s’y attarde. Comme mon sujet de thèse porte pour partie sur la Première Guerre mondiale, il est probable que l’année 2014 aura une influence sur mon travail. La commémoration du centenaire de 14-18, que l’on peut sentir déjà effervescente, donnera en effet lieu à de nombreux colloques, publications ou documentaires. Si comme tous les historien-ne-s, je me réjouis de cette perspective, il me semble aussi important d’interroger une telle pratique, celle qui consiste à réduire l’histoire à une série de commémorations, même si celles-ci impulsent de nombreux travaux novateurs (ce qui n’est toutefois pas toujours le cas).

Avant d’aborder plus en avant cette question, je vais donc durant le mois de mars sur ce carnet de recherches « créer » un centenaire. Il n’y a a priori aucune raison à cela, juste un point de départ commençant par « il y a cent ans commençait… ». Je prendrai le prétexte du centenaire du congrès de la Sfio à Brest, qui s’est déroulé en mars 1913, pour écrire une série de billets sur ce thème. Il n’y a pas, à ma connaissance, de commémoration officielle de cet évènement  mais ce n’est bien sûr le point essentiel. Il s’agira plutôt, d’une part, de relater le déroulement de ce congrès selon plusieurs angles d’étude, et d’autre part de tirer quelques enseignements de cette « commémoration de papier » dans un cadre plus large de la pratique de la recherche en histoire.

Pour le moment, voici la liste des billets qui seront publiés dans le cadre de ce mois « Brest 1913-Brest 2013 » :

Le 1er billet portera sur la journée de manifestation qui a lieu à Rennes le 14 mars 1913. En effet durant ce mois, la France connaît une forte mobilisation du mouvement ouvrier contre la loi des trois ans et ce jour-là dans la ville bretonne, des affrontements entre socialistes et camelots du roi ont lieu. Ce sera l’occasion de s’arrêter sur les pratiques militantes des socialistes dans un contexte de mobilisation sociale.

Plus largement, le second billet portera sur ce moment historique où la loi des trois ans est discutée en France. Une semaine avant le congrès de Brest a eu lieu en effet un très large rassemblement au Pré-Saint-Gervais, qui sera suivi d’autres rassemblements au même endroit en mai de la même année. J’étudierai donc l’importance de cette mobilisation qui atteint son paroxysme lors de ces manifestations parisiennes restées dans les mémoires militantes.

Les billets suivants porteront ensuite plus précisément sur le congrès de Brest : le troisième texte s’intéressa ainsi à la préparation et à l’organisation du congrès par la fédération du Finistère en posant la question de la « logistique » d’un tel congrès. Dans le 4ème billet, les idées défendues par les socialistes seront analysées, en particulier celles concernant le pacifisme, l’internationalisme et la loi des trois ans. Le 5ème texte s’intéressa au grand absent du congrès : Jaurès, retenu par les débats à la Chambre, n’est en effet pas présent et on s’interrogera pour savoir si c’est sa seule absence qui a fait du congrès de Brest « un congrès raté ». La 6ème étude portera sur l’internationalisme en action à travers l’étude de la présence du socialiste allemand Molkenbuhr qui fait un discours à la tribune. L’avant-dernier texte aura pour but d’étudier la portée de ce congrès si proche du déclenchement du Premier conflit mondial. Et enfin dans un 8ème et dernier billet, je reviendrai sur le thème évoqué dans ce début de ce texte, à savoir l’utilité des commémorations dans la pratique de la recherche en histoire.

Deux remarques pour finir : tout d’abord, il ne faudra voir dans cet ensemble que des esquisses, pas une étude aboutie sur le sujet. Ensuite et surtout, le congrès de 1913 par bien des aspects marque en quelque sorte le début de la période chronologique sur laquelle repose mon travail de recherche, même si pour certains points je remonte plus loin dans le temps. Il sera donc commode d’y voir aussi quelques idées que j’essaye en ce moment de rassembler dans l’écriture de ma thèse. C’est pourquoi dans une sorte d’introduction à l’ensemble de la série ici évoquée je vais au préalable évoquer un autre congrès qui se déroule en 1912 à Bâle. Il s’agit du congrès de l’Internationale socialiste consacré aux questions de la guerre et de la paix. Plusieurs délégués bretons y assistent et le prochain billet qui sera publié dans un ou deux jours portera sur ce congrès international contre la guerre avant de débuter franchement la série du mois de mars consacré à  Brest 1913-Brest 2013.