Séries en Syrie : le mystère de la drama damascène

Trois mois encore et ce sera le début de ramadan, accompagné de sa débauche rituelle de feuilletons…

syriadrama2

Trois mois encore et ce sera le début de ramadan, accompagné de sa débauche rituelle de feuilletons en tout genre. Signalé à la fin de l’année passée dans ce billet, le mystère du feuilleton télé syrien, ou plus exactement l’énigme de la survie de la production télévisuelle syrienne s’épaissit : deux années après le début de la révolution/rébellion/crise/catastrophe (autant de termes utilisés par les camps en présence), la production syrienne proposera une bonne vingtaine de feuilletons.

Apparemment, 24 séries seront prêtes pour la saison (17 « seulement » ont été tournées dans le pays, et 7 autres, à l’étranger). C’est vrai qu’on est loin des années fastes avec au total plus de 40 séries, mais la Syrie va faire aussi bien, sinon mieux, que l’Egypte, où l’industrie de l’image (cinéma compris) est touchée de plein fouet par la crise. Néanmoins, il ne suffit pas de produire, il faut être distribué, ce qui passe par des contrats avec les grandes télés régionales. Là encore, les perspectives ne semblent pas si mauvaises : financement de la production (article en arabe, comme pour la suite) avec la chaîne égyptienne CBC (celle de Bassem Youssef : voir ce billet), pour Le jeu des morts (لعبة الموتى) le dernier opus de Haytham Hajjo (حيثم حجو), et accords de distribution avec d’importantes chaînes comme MBC ou Abu Dhabi TV, en dépit d’une géopolitique des feuilletons (voir ce billet) qui aurait dû en bonne logique entraîner un boycott implacable de tout ce qui vient de Damas de la part des financeurs du Golfe.

Etonnante résistance, c’est bien le terme qui convient, de la part d’un secteur qui, à l’image du « système El-Assad », aurait dû « tomber » depuis longtemps sous l’effet d’une conjonction de facteurs défavorables. L’industrie syrienne du feuilleton aurait ainsi dû être supplantée depuis longtemps par la rivale turque, ou encore la mexicaine (article dans Al-Hayat), avec la situation sécuritaire qui rend les tournages difficiles ailleurs qu’en studio. Pour ne rien dire de la crise financière et notamment de l’assèchement des devises, mais aussi de la disparition de vedettes (mort de Yassine Baqqouch – article Al-Hayat – après celle de Muhammad Rafea (محمد رافع : voir ce billet) et plus encore de l’exode à l’étranger de celles qui manifestent leur opposition au régime ou qui veulent simplement échapper à la situation dans le pays. Enfin, les professionnels restés sur place, soupçonnés de collaboration avec le régime, devraient être privés de l’accès aux marchés extérieurs régionaux…

« Résistance », en effet, car le maintien de la production syrienne, grande fierté nationale (voir ce texte étonnant sur ce site pour les arabophones), est sans aucun doute une manière pour certains de « contribuer à l’effort de guerre ». La profession s’est mobilisée pour tenter de survivre, y compris au prix de sacrifices énormes – les salaires ont été divisés par dix dans certains cas ! –, des sacrifices acceptés faute d’autre choix possible de toute manière… Dans une région où la vie politique illustre la propension des élites à occuper la place aussi longtemps que possible, le départ à l’étranger des vedettes les plus « fortunées », dans tous les sens de l’adjectif, a été en quelque sorte une « chance » pour la nouvelle génération (article dans Al-Akhbar). En tout état de cause, il y aura cette année encore dix-sept « vraies » séries, tournées intégralement en Syrie, comme Désorientées (حائرات), feuilleton féministe tourné par Samir Hussein (سمير الحسين : article dans Al-Hayat), ou encore Bouton d’Alep (هبة حلب : article dans Al-Akhbar), du nom de cette maladie de peau qui a fait sa réapparition dans la capitale du nord en mars dernier (feuilleton confié au célèbre réalisateur d’origine palestinienne Basel Khatib).

syriadramaLa délocalisation fait partie des bricolages mis en place pour pallier les difficultés de l’heure. Cela peut se faire aux Emirats où Mu’min al-Mallâ (مؤمن الملا ) va finalement tourner Hammam damascène (حمام شامي ), la sixième saison de Bâb al-Hâra, le navire amiral du feuilleton syrien (article sur le site Middle East Online), mais cela se fait le plus souvent au Liban  – cinq séries sont dans ce cas –, où la logistique pose, en principe, moins de difficultés. Avec des productions littéralement «à cheval entre les deux pays, comme cet invraisemblable – au regard de la situation du moment – Tirs amis (نيران صديقة : article sur le site Elaph), comédie à la Nadine Labaki qui raconte l’histoire de deux villages de part et d’autre de la frontière syro-libanaise (précisément là où l’on bombarde à tout va en ce moment). Pourtant, travailler au Liban pour des Syriens est loin d’être toujours facile ! Récemment, un tournage prévu pas très loin de Tripoli, une région en proie à de fortes tensions sécuritaires, a ainsi dû être brutalement interrompu pour « exfiltrer » (article dans Al-Akhbar) le comédien Durayd Lahham, une des figures de proue du soutien au régime en place depuis le début des soulèvements (voir ce billet) du soutien au régime de Bachar El-Assad.

La « solution » libanaise a d’autres limites. Clacket, une des plus grosses sociétés de production installée à Damas et qui poursuit ses activités en dépit de la situation et de la disparition (crise cardiaque) de son fondateur, s’est ainsi en partie installée dans des studios loués à Beyrouth, tout en continuant à faire travailler des professionnels syriens qui se rendent dans le pays voisin quand c’est nécessaire. Mais un article dans Al-Akhbar révèle que la réalisatrice, Rasha Shurbatji (رشا هشام شربتجي‎), ainsi que l’équipe technique, ont brusquement annoncé leur refus de poursuivre l’expérience. Selon Wissam Kanaan, l’auteur de l’article, cette décision tient à leur peur des conséquences possibles de leur participation à un feuilleton dont le scénario aurait reçu le feu vert du régime à Damas mais qui irait bien plus loin dans la critique que ce qui était annoncé.

La liberté de ton est en effet l’autre grande question qui concerne les feuilletons produits pour le prochain ramadan. La question ne se pose pas vraiment pour celui que tourne Rima Fleihan (ريما فليحان), une opposante (voir ce billet) de la première heure aujourd’hui réfugiée à l’étranger (article sur le site d’Al-Arabiya). En revanche, il sera intéressant de constater le maintien ou non de la très étonnante vélléité d’ouverture manifestée par la production officielle ou officieuse ces deux dernières années (voir ce billet et cet article, cette fois en anglais ). A en croire Najdat Anzour (article sur le site Middle East Online ; sur ce réalisateur voir ces deux billets, ici et ), « toutes les lignes rouges ont été franchies » durant le tournage de la nouvelle saison et la crise syrienne sera abordée « dans toutes ses contradictions ».

Peut-on croire sur parole cette grande figure du feuilleton syrien, proche du régime ? Après avoir su « résister » pour assurer, dans un premier temps, sa survie, on peut en effet se demander si la drama syrienne sera capable de poser des jalons pour l’avenir en s’ouvrant à une véritable (auto)critique sociale. Et la question ne concerne pas que l’univers du feuilleton, c’est bien le drame !…

Volonté d’impuissance russe en Syrie ?

Les manœuvres diplomatiques de la Russie sur le dossier syrien relèvent d’une rationalité stratégiqu…

Thanks RussiaLes manœuvres diplomatiques de la Russie sur le dossier syrien relèvent d’une rationalité stratégique peu commune. A Washington, dans les couloirs de la Maison Blanche, il ne serait guère étonnant que les débriefings de l’ambassadrice américaine à l’ONU, lorsqu’il s’agit des violences en Syrie, soient particulièrement prisés. Depuis des mois que dure la tragédie (les premiers combats ayant commencé au printemps 2011), on doit se presser en effet pour entendre un jour rapporter l’expression d’une position ferme anti-insurrection formulée par le représentant russe, avec un sérieux à faire pâlir Staline, un autre jour expliciter les mauvaises raisons en faveur du maintien d’Assad (voir l’article du Monde du 5 février 2012), ou, plus rarement, détailler les obstacles politiques et institutionnels, posés par la Russie, aux possibles missions de bons offices que l’ONU pourrait mener, (voir l’article du Huffington Post du 19 juillet 2012). Saisissant est le fourvoiement de celui qui s’oppose à toute résolution un tant soit peu substantielle du Conseil du Sécurité sur la Syrie et qui l’affirme avec aplomb, fierté et grandiloquence croyant ainsi considérablement gêner ses « alliés » et démontrer sa puissance, alors qu’il n’en est rien.

Les Américains ne peuvent que se réjouir de cette démonstration échouée de force diplomatique. Les Anglais et les Français, eux, se voient retirer une bonne épine du pied. Quelqu’un en Occident considère-t-il sérieusement une intervention armée sur le terrain syrien ? Ce n’est pas vraiment la crainte de voir dégénérer le conflit en affreuse guerre civile – puisque c’est déjà plus ou moins le cas – ni la désunion de l’opposition, aussi divisée en Libye (rappelons-le), qui retiennent les pays occidentaux d’intervenir. Les principaux concernés ont pour le moment d’autres priorités, les uns en Afghanistan qui cherchent à assurer un retrait en bon ordre, les autres au Mali. A cela s’ajoutent les difficultés financières et budgétaires à l’Ouest qui limitent considérablement les possibilités et rendent toute nouvelle intervention hautement improbable. Enfin, et surtout, les incertitudes géostratégiques qui en résulteraient, notamment les réactions potentiellement incontrôlables de l’Iran et d’Israël, achèvent de dissuader les volontaires. Dans ces conditions, plutôt que de passer pour des faibles ou des lâches, dans tous les cas cyniques, les Etats-Unis en tête et les Européens profitent de faire porter l’entière responsabilité de leur retrait à la Russie qui ainsi endosse aux yeux du monde le rôle du « méchant », amoral, celui qui laisse un Etat massacrer impunément une partie de sa population. L’opinion générale et simplificatrice considère en somme : si personne à l’Ouest ne peut intervenir, c’est que la Russie s’oppose.

Au Kremlin, sans doute, on ne doit que marginalement apprécier l’ironie de cette position inconfortable, ce piège dans laquelle on s’enferre. Il ne faudrait pas croire que les plus hautes autorités de Russie ne soient pas lucides quant à cette situation dont les pays occidentaux, en particulier les Etats-Unis, tirent jour après jour un bénéfice diplomatique notable au Moyen Orient. Il n’est plaisant pour personne de passer pour le coupable idéal qui, un peu à la manière de « l’idiot du village global », est manipulé à son insu par « l’hyperpuissance » du moment. Lorsqu’on prétend de surcroît à Moscou faire jeu égal avec elle, lorsqu’il s’agit de l’ennemi historique, de l’adversaire par excellence, l’impuissance est encore plus douloureusement ressentie. D’autant que les Etats-Unis en rajoutent avec l’adoption en décembre 2012 d’une législation privant d’accès au territoire américain les responsables russes qui seraient impliqués dans la mort en prison de Sergueï Magnitsky le 16 novembre 2009. Ce dernier, avocat fiscaliste, avait mis à jour et dénoncé l’un des plus importants mécanismes de corruption et de fraude fiscale organisés en Russie ces dernières années. Face à cette nouvelle provocation, l’assemblée parlementaire de Russie, la Douma, a voté immédiatement après (28 décembre 2012) à la quasi-unanimité une loi interdisant aux Américains d’adopter des enfants russes. Les orphelins paient et paieront donc en Russie comme en Syrie. Malgré tout cela, Vladimir Poutine persiste sur cette voie : ses envoyés continuent de s’opposer aux pressions et aux négociations qui pourraient aboutir. Ce n’est certainement pas seulement à cause de la base navale de Tartous, dont la Russie, après l’URSS, peut disposer à sa guise et qui n’a jamais eu de portée stratégique. Il ne faudrait pas non plus surestimer les quelques avantages militaires commerciaux que offrait à Moscou la Syrie d’Assad.

La Russie, ce faisant, tente plutôt et surtout de se maintenir dans le club des grandes puissances, dans la perspective éventuelle d’une conflagration beaucoup plus importante qui impliquerait l’Iran. En tenant bon sur la Syrie, la Russie pense augmenter sa crédibilité, l’autorisant le cas échéant à jouer un rôle clé dans le dossier iranien, déterminant pour l’ensemble du monde. Si des tensions devaient se concrétiser, on espère à Moscou pouvoir parler d’égal à égal avec les Etats-Unis, être au cœur, de façon plus stratégique qu’aujourd’hui, sur la Syrie, du processus de négociations et d’apaisement. En somme, la Russie croit s’acheter une influence internationale. Le prix moral est un peu cher payé. On voit mal aussi comment il est possible de passer d’une posture d’ « état piégé » à celle de médiateur respecté de tous.

De crise en crise, l’horizon problématique du couple Liban Syrie

Statue de Hafez El Assad à l’entrée sud de Baalbek en 2004 (Cliché K. Bennafla, 2004)
Mes recherches…

Mes recherches pour écrire un ouvrage sur le couple Syrie-Liban se poursuivent depuis bientôt dix ans. Heureusement pour moi (malheureusement pour les Libanais et les Syriens) elles n’ont pas perdu leur caractère d’actualité. Au contraire, la terminaison dramatique du contrôle militaire syrien sur le Liban (2005) et, quelques années plus tard, les débordements au Liban de la crise syrienne (2011- ?) ont ravivé leur pertinence.

Quelle lenteur pourtant à produire un texte ! Or, cette lenteur ne s’explique pas tant par l’ouverture de nouvelles sources (biographiques en particulier) ou la prise en compte de développements récents que par la complexification et, je l’espère, l’enrichissement de mes réflexions sur la formation des États au Proche-Orient et de la construction problématique du sujet.

De quoi s’agi(ssai)t-il ? Au commencement de cette recherche, accablée intellectuellement et moralement par les apories de la « sortie de guerre » libanaise, je me posais les questions politiquement incorrectes de l’historicité de l’État libanais,  (je suis une élève de Maxime Rodinson qui prédisait que l’État d’Israël ne durerait pas plus de cent ans), de la « consolidation démocratique » par le confessionnalisme politique[1], et même de la pertinence fonctionnelle de ce petit pays dans un monde « apolaire, fragmenté et anomique »[2]. Pour dépasser les sempiternels débats libano-libanais, c’est en regard de, en lien avec, à l’encontre de, la trajectoire syrienne qu’il me fallait comprendre celle du Liban et penser son avenir.

RI ou sociologie comparée ?

Alors, étude de relations internationales ou analyse de politique comparée ? Ni tout à fait l’une ni tout à fait l’autre – les deux, plutôt. Il est superflu de rappeler que la discipline classique des Relations internationales a pris un sérieux coup de jeune grâce aux avancées depuis trente ans des perspectives constructivistes[3] puis de la sociologie inter- et transnationale[4]. Le Liban et la Syrie, en l’occurrence, sont tout sauf des entités finies et compactes, de lisses « boules de billard » s’effleurant à leurs marges. D’ailleurs, si les relations internationales se pratiquaient comme un jeu de boules (pour prolonger la métaphore) on aurait lieu de s’étonner que le Liban-cochonnet résiste au tir syrien. C’est pourquoi, en prenant en compte la complexité des trajectoires historiques dans l’espace socio-politique syro-libanais depuis un siècle, cette recherche se veut une contribution à la réflexion sur les recompositions de la scène internationale et sur les mutations de l’identité nationale et de la souveraineté.

La sociologie internationale a donc nourri mes interrogations. Par exemple, j’ai eu la chance de bénéficier des travaux de chercheurs du CERI (à Sciences Po Paris) comme Bertrand Badie, Didier Bigo et Jean-François Bayart[5], qui ont ouvert les frontières géographiques et conceptuelles de l’analyse de la scène internationale. J’ai tenté de suivre leurs leçons en allant travailler en 2001 au Center for International Studies de Princeton dirigé par Michael Doyle, pionnier de la prise en compte des domestic structures dans les études comparatives de politique étrangère[6]. Aussi étrange que cela parût aux savants professeurs des Near Eastern Studies (Bernard Lewis me suggéra alors de tenter une comparaison du couple Syrie-Liban avec le couple Jordanie-Palestine « en laissant Israël à l’écart »), la lecture d’une abondante production scientifique sur les relations entre les deux Allemagnes et leur réunification fut l’occasion d’une prise de distance pour réfléchir à Liban et Syrie. Elle m’a incitée en particulier à penser la formation des cultures nationales comme un phénomène processuel et à mettre en exergue la question de la démocratisation dans le moment du désengagement syrien du Liban. Ainsi, mon travail ne porte pas seulement sur les relations entre les deux pays. Il doit servir à éclairer la nature et le fonctionnement de chacun d’entre eux, son régime politique et la trajectoire de son économie, en les examinant au regard de références à des valeurs et des projets collectifs/nationaux. Il vise à mettre au jour leurs structures et leurs dynamiques sociales, et à repérer des schèmes politiques partagés ou distincts à travers l’étude des modes d’articulation entre l’État et la société de chacun d’eux.

L’histoire sociale et politique à la base de ma démarche

Fondamentalement, ce sont des interrogations suscitées par les trajectoires historiques libanaise et syrienne qui sous-tendent cette étude[7]. Par quels cheminements ces deux entités jumelles découpées par la même puissance mandataire dans les territoires arabes de l’Empire ottoman déchu ont-elles suivi des trajectoires parallèles puis divergentes jusqu’au conflit ? Peut-on comprendre ces différences en faisant référence à leurs dépendances au chemin respectives ? Quelle est la part des représentations collectives et des pratiques sociales résilientes dans le temps long, quelle est la part des interactions avec un environnement régional et international tumultueux, quel rôle jouent les crises et les accidents, dans les transformations successives de chacune d’elles et de leurs relations au cours de la période concernée ? Comment ont été conçues et naturalisées les institutions sociales, et surtout les institutions politiques, qui organisent les convergences, les spécificités et les connections entre les deux sociétés et les deux politès ? Quels individus et quels groupes ont imprimé leur marque à ces relations à une période donnée ?

Notons que la perspective historienne n’inspire pas la recherche de causalités linéaires ou d’explications finales. Plutôt que de noter des effets induits par les événements, ce sont des moments et des dynamiques que l’approche historienne suggère de retenir dans leur temporalité propre pour en comprendre les significations[8].

Le cadre chronologique que je me suis fixé approximativement (ceci n’est pas une recherche en histoire) et logiquement a pour point de départ la séparation par la France en 1918-1922 des deux entités qui deviendront les républiques indépendantes libanaise et syrienne après la Deuxième guerre mondiale. Le terminus sera dicté par l’accomplissement de l’exploration des thèmes que j’ai identifiés ; l’étude contiendra vraisemblablement une conclusion ouverte puisque la fin du travail ne sera pas la « fin de l’histoire ».

J’ai accumulé un matériau copieux même s’il est incomplet. Outre les ouvrages d’histoire sur la fin de la période ottomane, la Première guerre mondiale et les Mandat français, j’ai pu avoir accès à la presse et aux archives diplomatiques américaines, britanniques et françaises ; j’ai bénéficié de la parution récente de mémoires et de biographies, et mené quelques entretiens avec des acteurs politiques. J’utilise aussi des ouvrages d’analyse comme le livre de Youssef Chaitani[9] sur la crise syro-libanaise de 1946-1950, celui de Emma Lundgren[10] sur les frontières de la Syrie ou celui d’Elisabeth Meur[11] sur les années 1998-2005 de la présence syrienne au Liban. Sans compter ma part d’observation directe puisque cette recherche a démarré alors que j’étais en poste à Beyrouth au Centre d’Études et de Recherches sur le Moyen-Orient Contemporain (aujourd’hui IFPO) de 1997 à 2000.

Structure de l’ouvrage

Ce travail n’ambitionne pas d’être exhaustif : l’incitation des éditeurs académiques à faire dense et court satisfait ma paresse. Écartant le travail titanesque d’une narration qui couvrirait près d’un siècle, évitant les chemins étroits de l’analyse déductive, j’ai choisi de retenir une demi-douzaine de terrains – objets circonscrits et moments délimités – dans lesquels enraciner mes questionnements, à chaque fois avec un déplacement de perspective disciplinaire, laquelle reste principalement politologique. Il s’agit de problématiser l’objet retenu en l’observant dans son épaisseur, en étudiant la configuration qui chevauche la frontière entre les deux États et en exposant l’interdépendance des agents qui l’animent[12].

Sur un mode que j’espère ne pas être trop arbitraire, j’ai donc choisi de limiter l’étude de chacun de ces terrains/thèmes dans une séquence chronologique découpée dans la période 1920-2013 et rédigé ainsi les trois premiers chapitres. Sans trop de difficultés (et j’espère sans obscurité ni illogisme) les thèmes s’enchaînent dans une succession chronologique qui permet de balayer la période, ou plutôt d’y opérer des sondages. Et si à chaque séquence correspond l’examen d’un thème particulier, celui-ci est référé au processus de sa formation et les questionnements qu’il suscite sont prolongés au-delà de la séquence, jusqu’à être actualisés dans la problématique actuelle du couple Liban-Syrie.

 1. Territoires, frontières, la formation inachevée de deux États-« nations »

Ce chapitre se place dans le cadre du système international en mutation lors du passage de l’Empire aux États sous mandat, puis de la décolonisation. Le processus de construction de deux souverainetés étatiques séparées se déroule de 1920 à 1946, et reste inachevé. Il laisse au cœur  des relations syro-libanaises un contentieux portant sur des différends territoriaux, juridiques et diplomatiques. Il fait des constructions étatiques libanaise et syrienne un champ politique unique tissé de continuités et parfois d’indistinctions, autant d’atouts et de contraintes pour les dirigeants des deux pays.

Tandis que la nostalgie et l’irrédentisme à l’égard de l’unité arabe au Levant constituent un ressort durable de la politique étrangère syrienne, il n’est pas désormais de débat politique au Liban qui soit dégagé des questions « nationales » (arabes), lesquelles déterminent le statut ultime de l’État.

2. Les voies divergentes de l’économie politique : complémentarités, rivalités, alignements

La gestion par la puissance tutélaire des infrastructures territoriales, les héritages respectifs des métropoles du Levant, les mutations de l’économie internationale et, plus immédiatement, les bouleversements induits par la création d’Israël, précipitent la distinction des fonctions territoriales de chacun des deux États et des pratiques de leurs acteurs économiques. La crise de 1946-1950 qui se solde par la rupture des « Intérêts communs » consacre pourtant l’interdépendance entre les deux économies nationales, laquelle repose sur l’existence même de la frontière, vecteur d’échanges[13]. Une hypothèse de ce chapitre est que cette interdépendance est sous-tendue par un ethos partagé qui nourrit le contournement des États par de puissants réseaux (à la fois réseaux identitaires et réseaux d’intérêt) transfrontaliers.

Ouvriers agricoles syriens dans la Bekaa, Cliché Karine Bennafla, 2005

Ouvriers agricoles syriens dans la Bekaa (Cliché K. Bennafla, 2005)

Après la fin de la guerre civile libanaise, dans les décennies 1990 et 2000, la reconstruction libanaise et la libéralisation syrienne restent intriquées par des intérêts croisés (corruption ; économie prédatrice), tandis que les relations bilatérales sont institutionnalisées par une série d’accords sectoriels. La coopération/l’intégration économique syro-libanaise imposée par Damas a des effets structurants sur la stratification sociale (travailleurs syriens au Liban) et sur la politique économique de chacun des États.

Comme le suggère Ohmae, encore une fois à propos des Chines[14], l’observation de la « région économique » syro-libanaise dans la période récente doit être conduite en regard de la globalisation de l’économie afin de mettre en lumière les effets dans les deux pays de l’entrée de la Syrie dans la modernité économique (décennie 2010).

3. Construction nationale et souveraineté des États en regard des enjeux stratégiques régionaux

Ce chapitre englobe tant la transposition de la Guerre froide au Moyen-Orient (la « Guerre froide arabe ») que l’exacerbation du conflit israélo-arabe (guerres de 1967, 1973 et 1982) et la mise en exergue de la fracture « de civilisation » entre Islam et Chrétienté. Le couple Syrie-Liban est examiné dans les décennies 1950 et 1960 quand les États-Unis maintiennent le Liban comme une hétérotopie face à la vague nassérienne et à la pénétration soviétique ; puis durant la guerre civile libanaise (1975-1990), appréhendée comme un épisode local du conflit israélo-arabe ; cette conflictualité structurante (tactiques israéliennes, ambitions syriennes et unification de l’espace militaro-stratégique syro-libanais) est même prolongée dans les décennies suivant la guerre et le désengagement syrien par la « résistance » du Hezbollah.

Plutôt que de s’attacher aux justifications et aux actions diplomatiques et militaires – et à leurs effets (sur cet énorme sujet nous disposons déjà d’une abondante littérature)  – ce chapitre considère les antagonismes, les conflictualités, les négociations et les accords comme le champ d’expérience des élites dirigeantes dans les deux États ; en les prenant pour analyseurs, il cherche à restituer l’univers de sens de ces élites et à cerner leurs projets concernant l’identité et la souveraineté nationales. A la suite des travaux de Raghid el-Solh[15] et de Caroline Attié[16], et en me fondant également sur plusieurs ouvrages de Patrick Seale[17], ce chapitre propose de dépasser l’analyse réaliste (rapport de puissance militaire, conflits territoriaux et de ressources, en eau notamment…) pour inscrire le jeu des acteurs syriens et libanais dans une perspective constructiviste[18].

4. Le différentiel démocratique : ce que dévoile et exacerbe l’intifâdha libanaise de 2005

La défaite cuisante de la domination syrienne au Liban est le point d’orgue d’un débat de plusieurs années (2000-2006) portant sur la différenciation et l’interdépendance des scènes politiques des deux pays, que Samir Kassir a synthétisées en une formule magistrale : « indépendance du Liban et démocratisation de la Syrie sont liées »[19].

L’unification de l’espace politique syro-libanais par les dirigeants ba’thistes de Syrie pendant et après la guerre civile libanaise est analysée ici au-delà de ses dimensions militaro-stratégiques et des logiques d’accumulation pour décrypter les systèmes politiques de chacun des deux États :  l’asservissement du Liban est le prolongement de la domination que le régime de Assad exerce sur le territoire syrien ; il est mis en œuvre par des institutions militaires et sécuritaires consubstantielles du pouvoir autocratique, par le truchement desquelles l’ État opprime la société en Syrie. « L’intifâdha de l’indépendance » en 2005 à Beyrouth opère comme un boomerang dans l’espace politique syrien, où les mobilisations d’intellectuels et d’activistes osent mettre à nu les appareils de la dictature et le mensonge idéologique de l’adéquation sans médiation entre l’ État et « son peuple ». La déclaration Beyrouth Damas de 2006 à l’adresse du régime consacre en la dénonçant cette interdépendance[20].

L’hypothèse ici est que le processus a été réflexif. Depuis le départ forcé des forces syriennes, la scène libanaise n’a connu aucun répit : invasion israélienne, insurrection palestino-salafiste, affrontements confessionnels ; loin de recouvrer son autonomie, elle est paralysée par les surenchères des gouvernants. L’exemplarité démocratique libanaise ne serait-elle qu’un argument rhétorique pour masquer le  conservatisme et les connivences des élites ? Les interrogations sur la capacité du confessionnalisme politique à consacrer la démocratie se multiplient. Et pourtant, en même temps, l’existence d’un État de droit, même imparfait, autorise au Liban la conversion des nouvelles mobilisations de la société en stratégies politiques[21]. Le « système libanais » reste flexible, à la différence de celui de la Syrie qui va craquer.

Aujourd’hui, « Deux États, un seul… champ de bataille ? »

Le dernier et dramatique épisode qui se joue sur la scène locale est celui de l’irruption, de l’extension et de l’approfondissement, et de la militarisation de la crise syrienne à partir de mars 2011. Son traitement devra prolonger et renouveler, sans les modifier dans une lecture rétrospective, les analyses de chapitres précédents. Mais il est aujourd’hui difficile de dégager ses significations et ses implications. Non pas qu’il faille attendre un dénouement à la crise pour la qualifier ni que celle-ci ne doive être lue que dans une perspective téléologique ; plutôt parce que les clameurs médiatiques couvrent des processus et des changements peut-être plus importants que ceux qu’elles dénoncent.

Il ne fait pas de doute qu’à la faveur d’un effritement accéléré de la scène politique libanaise (que ne masquent pas les dichotomies journalistiques « 14 mars »-« 8 mars » ou sunnites-chiites) la crise syrienne, qui se nourrit elle-même de fractures domestiques radicales, déborde sur le territoire, dans l’espace social et dans le champ politique libanais. Pour en comprendre les moments et les dynamiques, il est utile d’identifier des sites où s’exposent les intrications et les enjeux de la relation syro-libanaise, et de varier la focale d’observation. Par exemple, à l’échelon local, étudier et interpréter l’investissement de zones frontalières du nord de la Beqaa par des acteurs économiques, culturels puis militaires des deux pays ; à l’échelon international, tracer la généalogie des mobilisations diasporiques dans les pays occidentaux, des Amis du Liban qui organisèrent le lobby de Rafic Hariri à Washington dans les années 1990 aux Amis de la Syrie patronnés par la France ; au niveau des deux États, reposer la question de l’exercice de la souveraineté par les forces armées légales ; etc.

L’hypothèse sous-jacente est que la reconfiguration en cours d’un champ de bataille unifié dans lequel la violence accule à des labellisations et des stratégies confessionnelles et ethniques[22], n’opère pas à sens unique. En regard, et à l’encontre, des dénonciations par tous les secteurs politiques libanais de la dangerosité du spill-over de la guerre en Syrie sur le théâtre libanais, et parce que ces dénonciations sont largement fondées, il faut examiner les processus par lesquels divers acteurs (politiques, économiques, sociétaux) au Liban s’impliquent dans la crise syrienne et l’investissent pour s’en faire un levier dans leurs stratégies domestiques.

Ainsi, la continuité analytique que suppose une prise en compte dépassionnée des flux symboliques et matériels transfrontaliers ne laisse pas d’interroger la discontinuité instaurée par la création et la reconnaissance internationale des deux États.

Le 31 janvier 2013

[2] Badie, B., La diplomatie de connivence, Paris, La Découverte, 2011, p. 19-101.

[3] A la suite d’Alexander Wendt. Cf. Wendt, A., « Anarchy is what States Make of it: the Social Construction of Power Politics », International Organization 46 (2), 1992, p. 391-425.

[4] Depuis la parution de l’ouvrage phare de James Rosenau. Rosenau, J., Turbulence in World Politics: A Theory of Change and Continuity, Princeton, Princeton University Press, 1990.

[5] Badie, B., Les deux Etats. Pouvoirs et société en Occident et en terre d’Islam, Paris, Fayard, 1986 ; Bayart, J.-F., “Les trajectoires de la République en Iran et en Turquie : un essai de lecture tocquevillienne” in G. Salamé, dir., Démocraties sans démocrates, Paris, Fayard, 1994, p. 373-95 ; Bigo, D., « Political Sociology and the Problem of the International », Millenium : Journal of International Studies, 35 (3), 2007, p. 725-39.

[6] Doyle, M., & Ikenberry, J., eds., New Thinking in International Relations Theory, Boulder, Westview, 1997.

[8] Farge, A., « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain 38, 2002, p. 69-78.

[9] Chaitani, Y., Post-colonial Syria and Lebanon: the decline of Arab nationalism and the triumph of the state, Londres, I. B. Tauris, 2007.

[10] Lundgren, E., Beyond the Border. Syrian Policies toward Territories Lost, Universität Uppsala, 2011.

[11] Meur, E., Liban-Syrie: inextricables destins? : Etude des relations libano-syriennes de 1998 à 2006, Bruxelles, P. Lang, 2012.

[12] On aura bien sûr reconnu les propositions fondatrices de Norbert Elias.

[13] Je m’inspire ici des travaux de Françoise Mengin sur les Chines, autre comparaison heuristique découverte à Princeton. Mengin, F. & J.-L. Rocca, dirs., Politics in China: Moving Frontiers, New York, Palgrave Macmillan, 2002.

[14]Ohmae, K., “The Rise of the region state”, Foreign Affairs 72 (2), 1993, p. 78-87.

[15] El-Solh, R., Lebanon and Arabism. National Identity and State Formation, Londres, I. B. Tauris, 2004.

[16] Attié, C., Struggle in the Levant. Lebanon in the 1950s, Londres, I. B. Tauris, 2004.

[17] Bien sûr Asad of Syria. The Struggle for the Middle East, Londres, I. B. Tauris, 1998 ; mais aussi La lutte pour l’indépendance arabe : Riad El-Solh et la naissance du Moyen-Orient moderne, Fayard, 2010 – lu en regard de la biographie de Solh par Ahmad Beydoun, Riad al-Sulh fî Zamânihi,  Beyrouth, Dâr al-Nahâr, 2011.

[18] Donnan, H. & Wilson Th., Borders. Frontiers of Identity, Nation and State, Oxford, Berg.

[19] Qasir, S., Dîmuqrâtiyat Suriya wa-Istiqlâl Lubnân, al-Bahth ‘an Rabî’ Dimashq, Beyrouth, Dar al-Nahâr, 2004.

[20] “Muthaqqafûn Sûriyûn wa Lubnâniyûn yûqi’ûn i‘lânân lil-mutâlaba bi-tashîh al-‘ilâqât bayna l-baladayn”, Akhbâr al-Sharq, Damas, 12 mai 2006.

[21] Ben Nefissa, S., « Mobilisations et révolutions dans les pays de Méditerranée arabe à l’heure de l’hybridation du politique : Egypte, Liban, Maroc, Tunisie. Introduction », Revue Tiers Monde h.s., 2011, Protestations sociales, révolutions civiles : transformation du politique dans la Méditerranée arabe, p. 5-24.

[22] Fearon, J. & Laitin, D., « Violence and the Social Construction of Ethnic Identity », International Organization 54 (4), 2000, 845-77.

 

Pour citer ce billet : Picard Elizabeth, « De crise en crise, l’horizon problématique du couple Liban Syrie », Carnets de l’IREMAM, 11 février 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2056 (date de consultation)

 

Elizabeth Picard

En savoir plus sur Elizabeth Picard sur le site de l’Iremam.

More Posts - Website

Le feuilleton syrien et la crise (feuilletons et géopolitique : 2/2)

En bonne logique, les choses devraient être assez simples : fierté du pays sous les Assad, l’…

En bonne logique, les choses devraient être assez simples : fierté du pays sous les Assad, l’industrie syrienne du feuilleton télé, largement aux mains des soutiens du régime, devrait être la cible de toutes les attaques. Avec pour arme de destruction massive, un produit concurrent plébiscité par le public arabe, le feuilleton turc, en provenance d’un pays en première ligne dans le conflit qui fait rage dans une région laquelle, il n’y pas seulement un siècle, était encore une province ottomane. La logique voudrait encore que dans cette bataille la drama égyptienne, éternelle rivale de la syrienne, soit l’alliée de la Turquie puisque « pharaon » tout comme « le dernier des sultans » (sur ces expressions, voir le précédent billet) appellent l’un comme l’autre à la chute de la maison Assad…

Naturellement, ce n’est pas aussi simple et il se trouve que, dans l’univers de la production télévisée, le monde arabe fait en quelque sorte front commun contre l’envahisseur du Nord dont les feuilletons captent une partie toujours plus grande du public. Le Turc et ses trucs de femmes étant le grand danger, on se dit au Caire que le marasme de l’industrie locale pourrait être surmonté en injectant une dose de romansiyya alla turca dans la production (article en arabe ), quitte à commencer par des coproductions histoire de se faire la main avec les pro du genre (re-article en arabe). Pendant ce temps-là, à Damas, la société Clacket, une des grosses boîtes de production, se donne pour mission de faire « mieux que les séries turques » (article en arabe).

Un projet aussi ambitieux a de quoi étonner car Clacket fait partie de ces nombreuses sociétés qui devrait être dans une situation particulièrement difficile. Et comment pourrait-il en être autrement alors que la situation que vit le pays depuis bientôt deux ans rend les tournages quasi impossibles, que bien des acteurs ont quitté le pays, que la plupart des chaînes arabes se rangent aux consignes officieuses de leurs propriétaires pour boycotter tout ce qui vient du pays des Omeyyades et que, pour couronner le tout, les recettes du doublage en arabe sont en principe taries puisqu’elles étaient réalisées pour des feuilletons turcs, en provenance par conséquent d’un pays pas loin d’être en guerre avec la Syrie ?

Mais justement, les nouvelles à propos de l’industrie du feuilleton en Syrie sont presque aussi contradictoires que celles qui parviennent du conflit armé sur le terrain ! Comme le régime de Bachar El-Assad, la drama syrienne pourrait se révéler plus solide que prévu ! Pour la prochaine saison (à savoir ramadan 2013), une bonne dizaine de projets, au moins, sont désormais en route, ce qui est un résultat un peu en deçà des années précédentes, mais tout de même assez inattendu au regard des circonstances. Clacket par exemple, la société de Laith Hajjo, une de ces personnalités proches du régime à qui les pressions internationales devraient rendre la vie fort difficile, loue désormais des studios à Beyrouth pour y réaliser ce qu’elle ne peut arriver à faire en Syrie. Quant aux tournages en extérieur, la question se pose surtout pour les intrigues à caractère socio-politique, tandis que le produit phare, le feuilleton historique « à la damascène », trouve plus facilement à s’abriter dans les studios ou même dans les rues de la vieille ville, une des zones moins troublées que les autres jusqu’à présent. Pour ce qui est du doublage, les sociétés spécialisées affirment que les commandes viennent de l’étranger et ne sont donc pas affectées par la situation économique du pays. Quant au fait qu’une partie des acteurs et actrices vedettes, réfugiées à l’étranger, ne soient pas disponibles, c’est l’occasion, pour certains, de donner sa chance à une nouvelle génération, et en tout cas de produire à des prix encore plus bas !

Reste LE feuilleton syrien par excellence, l’immensément célèbre Bab al-Hara dont le public arabe, toutes sensibilités politiques confondues, attend avec impatience une nouvelle saison. Côté régime, certains accusent désormais cette saga populaire d’avoir contribué aux soulèvements en diffusant une image trop favorable de la révolte contre l’injustice du pouvoir ! D’ailleurs, ne voyait-on pas dans certaines scènes flotter l’ancien drapeau syrien repris notamment par l’Armée syrienne libre (voir l’image en haut de ce billet) ? Côté production, la première chaîne concernée, la très saoudienne MBC, ne peut bien entendu pas imaginer une seconde acheter un produit made in Syria, alors que la solution d’un tournage en studio, à Dubaï, a été repoussée dans un premier temps parce que trop onéreuse… Un argument qui peut étonner d’ailleurs, et qui peut donner à penser que ce n’est pas le seul problème.

Il pourrait y avoir celui des acteurs. Nombreux sont ceux qui ont pris position contre le régime, parfois après de longues hésitations comme le très célèbre Jamal Souleiman, « ambassadeur du feuilleton syrien » et même « artiste du pouvoir » (il est le gendre d’un ministre important de Hafez el-Assad : portrait nuancé dans cet article en arabe). Mais à l’image de la société syrienne, la profession, divisée, compte également pas mal de soutiens au régime. Pour ne rien dire de ceux qui ont définitivement disparu. Peu signalée en dehors du monde arabe, la mort du comédien Muhammad Rafea (محمد رافع : voir ci-dessus justement dans Bab al-Hara) au début du mois de novembre a beaucoup marqué l’opinion qui, pour une bonne part, a eu du mal à croire qu’un de ses acteur préférés ait pu être un collaborateur, un indic armé des shabbiha, ce qui lui a valu d’être tué par des miliciens se revendiquant des forces rebelles.

Mais la vraie difficulté sans doute, c’est que personne dans le monde arabe n’imagine pouvoir trouver plaisir à suivre, au prochain ramadan, les péripéties à la fois exaltantes et savoureuses des héros de Bab al-Hara, à un moment où ce pays, qualifié naguère par les théoriciens du Baath de « cœur de battant de l’arabité » continuerait à se déchirer. Et le monde arabe avec lui…

Sultan, calife ou président…

Erdoğan, le sultan, calife ? Une récente déclaration de Bachar el-Assad rappelle le titre du fameux …

Erdoğan, le sultan, calife ? Une récente déclaration de Bachar el-Assad rappelle le titre du fameux ouvrage de François Georgeon, consacré au sultan Abdülhamit. La chaine anglophone russe Today Russia a en effet diffusé, le 9 novembre dernier, une interview du dictateur syrien (enregistrée au demeurant à une date inconnue), dans laquelle  il déclare en particulier : « Erdoğan pense que si les Frères musulmans prennent le pouvoir (en Syrie), il pourra assurer son avenir. Personnellement il croit aussi qu’il est un nouveau sultan ottoman et qu’il peut contrôler toute la région comme c’était le cas pendant la période ottomane … Au fond de lui-même, il pense qu’il est un Calife. C’est ce qui explique qu’il ait remis en cause la politique du zéro problème (avec ses voisins). »

À l’époque où les relations turco-syriennes se voulaient le symbole de la politique de bon voisinage d’Ahmet Davutoğlu, les deux dirigeants accompagnés de leurs épouses affichaient pourtant volontiers leur entente cordiale. Après le déclenchement du soulèvement syrien, en mars 2011, pendant un certain temps, le premier ministre turc a abjuré le chef de l’Etat syrien, appelé encore à cette époque  «ami» ou «frère», de mettre un terme à la répression et d’engager une transition politique véritable. Las ! Lorsque la Turquie a rompu avec le régime baasiste, pendant l’été 2011, des qualificatifs moins flatteurs ont commencé à voler ! Il y a un an, piqué au vif par l’autodafé d’un drapeau turc, lors des manifestations de partisans de Bachar el-Assad contre les représentations diplomatiques turques en Syrie, Recep Tayyip Erdoğan n’avait pas hésité à promettre à son ancien allié, le sort de Hitler, de Mussolini, de Ceausescu ou de Kadhafi ! (cf. notre édition du 23 novembre 2011) Pour sa part, le leader syrien s’était jusqu’ici contenté de quelques sarcasmes à l’endroit du premier ministre turc. En le qualifiant ouvertement de «Sultan», et de «Calife», il reprend une accusation d’impérialisme néo-ottoman que la presse et les officiels syriens ont souvent colportée depuis que Damas est à nouveau en froid avec Ankara. Des suspicions syriennes avaient même d’ailleurs pointé, à l’époque de l’ancienne idylle avec le voisin turc, lorsqu’en décembre 2010, une déclaration malencontreuse (qui n’est pourtant pas certaine) du ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, faisant allusion à un «espace ottoman», avait fait réagir Bachar el-Assad. Depuis que la Syrie est entrée en rébellion, le régime de Damas a souvent mis le monde arabe en garde contre les ambitions néo-impériales qu’aurait la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan, ce qui expliquerait le soutien de ce dernier à la rébellion.

Pour l’heure, les propos du leader syrien n’amélioreront pas les relations turco-syriennes, au moment où elles connaissent un regain de tension. Au cours du dernier week-end, l’intensification des combats entre l’armée syrienne et les rebelles, le long de la frontière turque dans la région de Ras al-Ayn, ont à nouveau vu des obus ou des bombes frapper le territoire turc. Le 12 novembre, un soldat et deux civils turcs ont été blessés, tandis qu’on assistait à un afflux subi d’une dizaine de milliers de réfugiés syriens supplémentaires. Leur nombre serait désormais de 120 000 pour la seule Turquie. La Croix rouge et le Croissant rouge ont d’ailleurs lancé un nouvel appel aux donateurs internationaux, en annonçant que ce chiffre pourrait être bientôt de 170 000. Dans ce contexte inquiétant, le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a rappelé également, que la Turquie était un «pays allié» que l’organisation qu’il dirige n’hésiterait pas à défendre, si besoin est.

Pour sa part, ces derniers jours, le premier ministre turc s’est employé à conforter son leadership en multipliant les déclarations fracassantes. Parlant au Forum international de Bali, le 9 novembre dernier, il s’en est pris à l’ONU en expliquant que le système international devait être réformé. «Le monde ne peut pas être laissé à la discrétion des 5 membres permanents», a-t-il affirmé, en souhaitant qu’il n’y ait plus que des membres permanents au sein du Conseil de sécurité, notamment  parce que la Charte de l’ONU prévoit que tous les Etats membres sont égaux en droit. Mais c’est surtout des propos sur la peine de mort qui ont retenu l’attention de la presse et des médias internationaux.

Le 3 novembre, le chef du gouvernement turc a en effet estimé qu’un rétablissement de la peine de mort permettrait d’en finir avec Abdullah Öcalan. Puis, lors du Forum de Bali, le 9 novembre, mettant en exergue des cas de criminalité extrême comme celui d’Anders Breivik, en Norvège, il a émis l’idée de rétablir la peine capitale en Turquie. Par la suite, cette nouvelle offensive a pris une portée beaucoup plus politique, notamment lorsqu’à Trabzon, le 11 novembre, il a affirmé qu’en la matière, il ne fallait pas s’en tenir à l’expérience européenne, mais observer que d’autres pays comme la Russie, les Etats-Unis, la Chine ou le Japon ont sur le sujet une approche différente. De tels propos ont été analysés par certains journalistes comme un défi adressé à l’Union européenne. Le porte-parole du commissaire à l’élargissement Stefan Füle n’a d’ailleurs pas manqué de réagir en  rappelant que l’abolition de la peine capitale constituait l’un des «acquis politiques majeurs» dont l’Europe ne pouvait tolérer la remise en cause. Plus généralement, les déclarations réitérées de Recep Tayyip Erdoğan sur le rétablissement de la peine capitale ont entrainé une réaction en chaine des institutions européennes.

Alors que plusieurs représentants de l’AKP dont le ministre de la justice, Sadullah Ergin (photo) ont affirmé que le gouvernement n’avait pas un tel projet dans ses tiroirs, le reste de la classe politique turque a plutôt vu dans ce vœu de rétablissement de la peine de mort, une opération populiste visant à renforcer l’aura du chef du gouvernement au moment où des échéances électorales se profilent, notamment celle de la prochaine présidentielle qui devrait avoir lieu, en 2014, au suffrage universel direct, pour la première fois en Turquie. On sait que le leader de l’AKP caresse depuis longtemps le désir d’accéder à la magistrature suprême et que, à l’instar de ce qui s’est passé en France, la révision constitutionnelle, qui en octobre 2007 a instauré l’élection du chef de l’Etat par le peuple, pourrait transformer le régime parlementaire turc actuel en monarchie républicaine. Cette présidentialisation pourrait toutefois prendre un autre tour, si le parti majoritaire parvenait à instaurer un véritable régime présidentiel à l’américaine, une option qui a les faveurs de Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier s’est exprimé de plus en plus souvent sur le sujet, ces derniers jours, et le vice-premier ministre, Bekir Bozdağ vient de déposer devant le bureau de l’Assemblée nationale un rapport prônant l’instauration d’un régime présidentiel. Le premier ministre, quant à lui, voulant répondre à ses détracteurs, a affirmé qu’il ne souhaitait pas nécessairement plagier le système américain, mais qu’il désirait avant tout «travailler dans un sens permettant de créer un système turc.» On devra alors peut-être parler de «République ottomane», sans prétendre toutefois s’inspirer du célèbre film Osmanlı Cumhuyeti dont le sympathique sultan déchu (photo) n’a certes rien d’un président calife !

JM

Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l…

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs. L’utopie d’un …

La crise syrienne au prisme latino-américain (Venezuela, Brésil et Argentine)

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)
De mars 2011 à septembre 20…

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)

De mars 2011 à septembre 2012, les positions des gouvernements latino-américains ont oscillé entre franche hostilité à l’égard des rebelles syriens et attachement à une solution négociée avec le régime. Rares sont ceux, tels le Chili ou le Mexique, qui ont clairement condamné les exactions du régime syrien.

Comment expliquer que les nations latino-américaines, qui ont pour la plupart subi des décennies de dictatures militaires, ne montrent pas davantage d’enthousiasme et d’empathie vis-à-vis de la révolution syrienne ?

Nous proposons d’analyser les positions de la diaspora syro-libanaise au Venezuela, au Brésil et en Argentine et de revenir sur la tournée du président Bachar al-Assad en Amérique latine (juin 2010) comme temps fort du rapprochement latino-syrien

La tournée latino-américaine du président Assad

Le processus de rapprochement politique entre l’Amérique Latine et le Moyen Orient entamé il y a une décennie porte aujourd’hui ses fruits dans le contexte de la crise syrienne. Les grands repères de la  chronologie des relations syro-latino-américaines sont les suivants :

  • 2001. Visite de Fidel Castro en Syrie.
  • 2003. Visites en Syrie des présidents vénézuélien Hugo Chávez et brésilien Luis Inacio Lula da Silva au lendemain de son élection.
  • 2005. 1er sommet Amérique du Sud – Pays Arabes (ASPA) à Brasilia (Brésil),
  • 2006. Seconde visite du président Chávez à Damas (Syrie).
  • 2009. Participation du président syrien au 2e Sommet ASPA à Doha (Qatar).
  • 2010. Damas soutien une médiation turco-brésilienne sur le nucléaire iranien.
  • 2010. Tournée du président Assad en Amérique latine  (juin), 3e visite du président Chávez à Damas (octobre).
  • 2011. Visite en octobre d’une délégation de l’Alliance Bolivarienne pour les Amériques (ALBA) à Damas en signe de soutien au régime. Abstention du Brésil au Conseil de Sécurité sur un projet de résolution condamnant la répression en Syrie.
  • Mars 2012. Le Brésil vote en faveur de la résolution du Conseil des droits de l’homme condamnant les exactions du régime ; Cuba, la Chine et la Russie s’y opposent.
  • Juillet 2012. Le Président Chávez condamne l’attentat contre les chefs sécuritaires du régime à Damas le 18 juillet et transmet ses condoléances au président Assad.

Les Latino-Américains se sont montrés proactifs dans l’établissement de relations interpersonnelles avec le chef de l’État syrien, identifié comme acteur central de tous les dossiers moyen-orientaux. Une certaine rivalité semble même émerger entre le Venezuela et le Brésil pour gagner les faveurs de Assad.

Ce n’est qu’en 2010, prenant acte de l’émergence des économies latino-américaines et conscient du capital de sympathie des Latino-américains pour « la cause arabe », que le président syrien se décide à visiter Caracas, La Havane, Brasilia puis Buenos Aires.

L’ambition de cette visite était triple : intensifier une coopération économique très inférieure à son potentiel, susciter une coordination politique des positions arabes et latino-américaines et réactiver les liens de la diaspora syro-libanaise avec la « mère patrie ».  Ces communautés, majoritairement chrétiennes, quittèrent l’Empire Ottoman dans la seconde moitié du 19e siècle à la recherche de conditions de vie plus favorables. Leurs descendants occupent aujourd’hui de hautes responsabilités dans les secteurs industriels, financiers et politiques.

Cette tournée fut un grand succès à tous égards. Au Venezuela, Bachar al-Assad a obtenu des accords de coopération dans des domaines stratégiques (création d’un fonds d’investissement, projet de construction d’une usine de raffinement en Syrie). À cette occasion, il a été décoré de l’ordre de « Grand Libérateur » Simon Bolivar en hommage à son action de résistance à l’impérialisme et de « libérateur du Nouveau Monde ».

Le président Chávez et son homologue syrien, décoré de l’ordre du libérateur et paré d’une réplique de l’épée de Bolivar.

Le président Chávez et son homologue syrien, décoré de l’ordre du libérateur et paré d’une réplique de l’épée de Bolivar.

À chaque étape,  le leader syrien s’est assuré un soutien politique sur les dossiers clé du Moyen-Orient : récupération du Golan, soutien à la cause palestinienne, condamnation d’Israël, droit légitime de l’Iran à l’acquisition du nucléaire civil. Cet appui, inconditionnel au Venezuela, tout acquis à la cause de « l’axe des intrépides » (H. Chávez), a pris la forme avec l’Argentine et le Brésil d’un soutien croisé, Buenos Aires obtenant un appui sur le dossier des Malouines et Brasilia un soutien à l’accession au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Le chef de l’État syrien, en duo avec sa très active épouse, a également su séduire les opinions publiques, trouvant les mots pour rendre hommage aux héros des indépendances latino-américaines, dénonçant  l’impérialisme néo-colonial et flattant l’ego des « fils de la communauté syrienne » qui ont si brillamment réussi dans cette « autre Amérique ». La diaspora est ici traitée comme une sorte d’alter ego lointain, félicitée pour son succès, culpabilisée pour son oubli de la langue arabe.

Rencontre du président Assad avec la communauté syro-libanaise à Buenos Aires

Rencontre du président Assad avec la communauté syro-libanaise à Buenos Aires

La tournée latino-américaine porte aujourd’hui ses fruits. Caracas, en affrétant à trois reprises des navires chargés de plusieurs centaines de milliers de barils de pétrole à destination de la Syrie, mine les efforts d’isolement politique et d’asphyxie économique du régime.

Le pouvoir de séduction du couple présidentiel et la capacité du leader syrien à accréditer un certain récit anti-impérialiste de la politique au Moyen-Orient influencent fortement les capitales latino-américaines dans leur lecture des évènements syriens. La réactivation des liens avec la diaspora syro-libanaise joue dans le même sens.

La diaspora syro-libanaise

Le conflit syrien a conduit la diaspora syro-libanaise, relativement moins politisée que la diaspora palestinienne (Baeza 2010), à prendre majoritairement le parti du régime syrien. Un suivi des différents groupes présents sur les médias sociaux a permis d’observer les réactions communautaires à l’actualité syrienne. Les recherches ont porté en priorité sur les pays comptant la communauté syro-libanaises la plus significative : le Venezuela (un demi-million), l’Argentine (3.5 millions) et le Brésil (6 millions).

La grande majorité exprime des positions favorables au régime syrien. Tous sans exceptions rejettent en bloc toute forme d’intervention extérieure en Syrie, y compris les plus critiques à l’égard du régime. Le sens et l’intensité de ce positionnement varient cependant considérablement d’un pays à l’autre.

C’est au Venezuela que s’exprime de façon la plus caractéristique une vision anti-impérialiste « de gauche »  des relations internationales.

 Profil Facebook d’un des membres de la FEARAB Venezuela

Profil Facebook d’un des membres de la FEARAB Venezuela

Selon cette vision, le conflit syrien s’inscrit dans la continuité du plan américain post 11 septembre de Greater Middle East qui a conduit à l’invasion et à l’occupation successives de l’Irak, de l’Afghanistan, puis à l’opération de l’OTAN de Regime change en Lybie. En instaurant une continuité historique entre les évènements post 11 septembre et la crise syrienne, cette interprétation des faits refuse de reconnaître toute dimension endogène aux soulèvements arabes.

En Lybie comme en Syrie, des groupes armés « qataris, turcs, tunisiens et algériens » qui constituent « plus de la moitié » des forces rebelles participeraient à une « invasion multinationale du territoire syrien ». Cette vision anti-impérialiste de la crise syrienne puise très souvent ses sources dans des articles du « réseau Voltaire » (site relayant depuis les attentats du 11 septembre une vision de  l’actualité internationale faisant une grande place aux théories du complot).

Au Brésil, le positionnement communautaire apparaît moins idéologique. Une majorité silencieuse de la communauté se cantonne ainsi, au plus fort de la crise syrienne, à la célébration des aspects culinaires et musicaux de leur identité syrienne.

Cet apolitisme peut cependant se révéler trompeur. Un appel Facebook contre la guerre en Syrie (« Je dis NON à la guerre contre la Syrie ») a ainsi déclenché de virulentes réactions : dénonciation des ingérences américaines et israéliennes et accusation de génocide du peuple syrien, soutien au régime, rejet des « printemps infernaux » et réquisitoire contre la Turquie.  La focalisation sur le rôle négatif de la Turquie, réminiscence d’une  communauté ayant fui le joug Ottoman, apparaît comme une spécificité de la communauté brésilienne.

En Argentine, la communauté se montre dans sa grande majorité pro-régime. S’il existe quelques groupes favorables à la révolution syrienne, ils sont minoritaires et souvent situés en province. Les partisans les plus radicaux du régime sont les membres de la FEARAB argentine (Fédération des Entités Argentino-Arabes). Le soutien au régime y prend les formes les plus va-t’en guerre (« celui qui s’en prendra a l’armée syrienne aura la main coupée »).

L’Armée Syrienne Libre (ASL) est qualifiée tour à tour de « bande d’ânes bâtés », de « rats » ou « d’escadrons de la mort ». Plus récemment, le surnom très politique de « Contras » assimile l’ASL aux milices contre-révolutionnaires financées par les américains au Nicaragua dans les années 1980.

Fait révélateur pour un groupe très pro-palestinien, l’annonce de la distanciation du Hamas vis-à-vis du régime syrien a conduit certains membres à qualifier Khaled Meschaal d’ « ingrat », de « traître à la cause palestinienne » et de « vendu aux Israéliens ».

Les théories du complot les plus élaborées sont mobilisées : ainsi, de fausses chaînes d’information commanditées par Washington et l’OTAN diffuseraient des images montées en studio de la crise syrienne. Les individus exprimant une opinion dissidente sont qualifiés de vendus aux « ennemis des Arabes », de semeurs de discorde ou d’ignorants.

Plusieurs facteurs permettent d’expliquer ce positionnement : un fort sentiment anti-américain, l’importance historique du Parti Syrien National Social (PSNS) et l’existence d’une communauté alaouite ancienne et organisée en Argentine.

Antoun Saadeh, figure libanaise de l’anti-colonialisme arabe et fondateur du PSNS au Brésil en 1932, a vécu en exil en Argentine de 1939 à 1947. La communauté syro-libanaise rend chaque année hommage à la mémoire du penseur et commémore la fondation du Parti. La pensée de l’intellectuel semble y avoir été cristallisée sous une forme idéaliste très éloignée des réalités historiques des régimes baathistes.

Le prisme anti-impérialiste est si puissant en Argentine qu’il a conduit les Mères de la place de Mai, emblème de la résistance civile à l’une des pires dictatures d’Amérique Latine, à publier en 2006 une compilation des écrits de Saddam Hussein, considéré comme un  résistant à l’impérialisme américain.

Invitations Facebook à « commémorer le jour de la Résistance et de la Loyauté » et la fondation du PSNS.

Invitations Facebook à « commémorer le jour de la Résistance et de la Loyauté » et la fondation du PSNS.

La présence d’une communauté alaouite ancienne et institutionnalisée constitue une autre spécificité peu connue. L’association pan alaouite islamique de bienfaisance a ainsi été fondée dès 1924 à Buenos Aires. Une kyrielle d’autres associations de bienfaisance ont ensuite vu le jour dans un but de diffusion de la foi. Enfin, d’autres organisations religieuses à connotation plus politique ont été créées pour sensibiliser l’opinion en faveur des positions du régime iranien (l’Organisation Islam et l’association argentino-islamique – l’ASAI). Takbir TV, très présent et actif sur les medias sociaux de la communauté, poursuit le même objectif.

Conclusion

Au Venezuela, l’idéologie anti-impérialiste semble être le déterminant principal des positions tant gouvernementales que communautaires. En Argentine, l’influence historique du PSNS,  l’existence d’une diaspora alaouite organisée et un fort sentiment anti-américain se conjuguent pour expliquer un soutien très marqué au régime. Au Brésil, l’ensemble de ces éléments joue de manière beaucoup plus atténuée, laissant une marge à la diplomatie brésilienne pour condamner les exactions sans toutefois soutenir d’intervention extérieure.

L’absence d’interrogations sur les causes du soulèvement syrien est un trait caractéristique des discussions communautaires sur la crise syrienne. Les débats tournent toujours à une discussion générale de relations internationales, déconnectée des réalités historiques propres à la Syrie.

Tout se passe comme si la souveraineté du peuple syrien, si souvent invoquée contre les ingérences extérieures, était dépourvue de tout volet interne : la question démocratique n’est ainsi jamais posée. Le grand absent de ces débats est in fine le peuple syrien lui-même, paradoxe majeur pour une communauté diasporique, a fortiori lorsqu’elle est marquée à gauche.

Bibliographie

  • Baeza, Cecilia, 2010 :  Les Palestiniens d’Amérique Latine et la cause palestinienne (Chili, Brésil, Honduras – 1920-2010), Thèse de Doctorat en Science Politique (Relations internationales), Paris, IEP, 589 p.
Pour citer ce billet : Janaina Herrera, « La crise syrienne au prisme latino-américain (Venezuela, Brésil et Argentine) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 14 septembre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4144

Janaina Herrera a servi comme diplomate française de 2003 à 2010, dont trois années en poste au Liban en tant que 1re secrétaire à la chancellerie politique. En 2011, elle a co-fondé à Beyrouth « New Generation Consulting » (NGC), un think tank consacré à l’Amérique Latine et au Moyen-Orient.
Ancienne élève de Sciences po et l’ENA, elle a la double nationalité franco-chilienne.

New Generation Consulting est un cabinet d’étude consacré aux relations diplomatiques et au développement durable en Amérique Latine et au Moyen Orient. NGC s’intéresse plus particulièrement aux échanges Sud-Sud entre les deux régions  et souhaite contribuer au renforcement de ces relations (intensification du dialogue politique, activation des liens diasporiques, gestion durable des ressources naturelles).

Janaina Herrera

Janaina Herrera a servi comme diplomate française de 2003 à 2010, dont trois années en poste au Liban en tant que 1ère secrétaire à la chancellerie politique.
En 2011, elle a cofondé à Beyrouth « New Generation Consulting » (NGC), un think tank consacré à l’Amérique Latine et au Moyen-Orient.
Ancienne élève de Sciences po et l’ENA, elle a la double nationalité franco-chilienne.

More Posts - Website