Le port perdu d’Ostie

Les textes antiques nous apprennent qu’Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rom…

Les textes antiques nous apprennent qu’Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rome vers le milieu du VIIe siècle av. J.-C. Cette fondation devait répondre à trois objectifs : il fallait donner à Rome un débouché à la mer, assurer son ravitaillement en blé et en sel et enfin, empêcher une flotte ennemie de remonter le Tibre.

Á Ostie, les fouilles archéologiques successives ont montré que le noyau urbain initial (castrum) date au plus tôt au tournant du IVe siècle et du IIIe siècle av. J.-C. Les principaux axes de circulation urbaine ont été dégagés ainsi que les grands édifices (thermes, théâtre, capitole, marché, forum, entrepôts…) mais l’emplacement exact du port fluvial d’embouchure d’Ostie restait inconnu. Pour certains, ce dernier était considéré comme un “port perdu”.

En effet, depuis la Renaissance, de nombreuses tentatives de localisation du port d’Ostie ont été entreprises, sans succès. Il faut attendre les XIXe et XXe siècles pour que des archéologues italiens identifient un secteur au nord-ouest de la ville, proche du Palais Impérial, comme le site potentiel. En 2002, des archéologues allemands confirment la probable localisation du bassin, dans ce secteur nord, au moyen de prospections magnétiques. Toutefois, pour certains, l’absence de structures archéologiques dans cette parcelle attestait la présence d’un bassin, tandis que pour d’autres elle impliquait davantage la présence d’une place ou d’un espace dédié au débarquement des marchandises et à leur manœuvre.

Il n’y avait donc toujours pas consensus sur la localisation exacte du port et le débat restait vif.

Vue aérienne oblique (vers l’est) des vestiges de la ville antique d’Ostie. A gauche (au nord) le Tibre. Au premier plan le site portuaire antique.
(cliché : Pr. Simon Keay)

Une équipe pluridisciplinaire franco-italienne (associant géoarchéologue (J.-P. Goiran, F. Salomon, E. Pleuger) biologiste (I. Mazini), sédimentologue (C. Vittori), archéologue (A. Pellegrino) et historien (P. Arnaud)) a donc tenté de vérifier définitivement l’hypothèse d’un port dans ce secteur nord-ouest grâce à l’utilisation d’un carottier géologique.

Ces carottages ont permis d’obtenir une stratigraphie remontant jusqu’au début du 1er millénaire avant J.-C.

Trois étapes se distinguent :

1) L’unité basale (la plus profonde), antérieure à la fondation d’Ostie, indique que la mer était présente dans ce secteur au début du 1er millénaire av. J.-C.

2) La strate médiane, riche en sédiments argilo-limoneux de couleur grise, est caractéristique d’un faciès portuaire. Les calculs donnent une profondeur de 6 m au bassin au début de son fonctionnement, daté entre le IVe et le IIe siècle av. J.-C. Cette profondeur a été calculée par rapport au niveau marin antique de l’époque romaine positionné à environ 1m sous le niveau marin actuel. Considéré jusqu’alors comme un port essentiellement fluvial, ne pouvant accueillir que des bateaux à faible tirant d’eau, le port d’Ostie bénéficiait en réalité d’un bassin profond susceptible d’accueillir de grands navires maritimes. Cette information confère à cet aménagement une importance bien plus grande que celle qu’on lui accordait jusque là.

3) Enfin, la strate la plus récente, constituée d’accumulations massives d’alluvions, témoigne de l’abandon du bassin à l’époque romaine impériale. Grâce aux datations au radiocarbone, il est possible d’en déduire qu’une succession d’épisodes de crues majeures du Tibre est venue colmater définitivement le bassin portuaire d’Ostie entre le IIe siècle av. J.-C. et le premier quart du Ier siècle ap. J.-C. (et ce, malgré d’éventuelles phases de curage). Á cette période, la profondeur du bassin est inférieure à 1 m et rend toute navigation impossible. Ces résultats sont en accord avec le discours du géographe Strabon (58 av. J.-C. – 21/25 ap. J.-C.) qui indique un comblement du port d’Ostie par des sédiments du Tibre à son époque. Il a alors été abandonné au profit d’un nouveau complexe portuaire construit à 3km au nord de l’embouchure du fleuve, du nom de Portus.

Opération de carottage mécanique-rotatif, afin d’extraire les archives sédimentaires du sous-sol d’Ostie. Ces carottages seront ensuite analysés en laboratoire (OMEAA à Lyon et à la Sapienza à Rome)

Cette découverte du bassin portuaire d’embouchure d’Ostie, au nord de la ville et à l’ouest du Palais Impérial, va permettre de mieux comprendre les liens entre Ostie, son port et la création ex nihilo de Portus, commencé en 42 ap. J.-C et achevé sous Néron en 64 ap. J.-C. Ce gigantesque port de 200 ha deviendra alors le port de Rome et le plus grand jamais construit par les romains en Méditerranée.

En somme, ces travaux ont permis de faire progresser nos connaissances sur Ostie dans trois domaines : géographique, bathymétrique et chronologique.

1. La localisation du bassin portuaire d’Ostie est maintenant connue : au nord-ouest de la ville, proche du palais impérial.

2. La profondeur du bassin lors de son creusement est de l’ordre de 6m sous le niveau marin antique. Cette profondeur permettait à certains navires maritimes de fort tonnage et tirant d’eau d’y accéder (et pas seulement les navires fluviaux).

3. Les premiers sédiments qui se déposent au fond du bassin sont datés entre le IVe et IIe siècle av. J.-C. et les sédiments sommitaux, d’origine fluviale, sont datés entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C.

Institutions ayant contribué à la réalisation de cette recherche :

École française de Rome, Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma – Sede di Ostia, CNRS, Institut Universitaire de France (Chaire du Professeur P. Arnaud), Université de Lyon 2, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée (UMR 5133-Archéorient), Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (UMR 6573-Centre Camille Julian), Università degli studi Roma 3 (IGAG-CNR), ANR JC

Prospection géophysique et archéologique à Dahaneh-e Gholaman (Iran)

Les travaux à Dahaneh-e Gholaman sont conduits dans le cadre de ma thèse de doctorat intitulée ̶…

Les travaux à Dahaneh-e Gholaman sont conduits dans le cadre de ma thèse de doctorat intitulée “L’étude de l’urbanisme des villes achéménides : reconnaissance de surface et prospection géophysique à Dahaneh-e Gholaman (Sistan, Iran)”, sous la direction de Rémy Boucharlat.

Figure 1a : Localisation du site de Dahaneh-e Gholaman (Iran) 

Les opérations de terrain que je dirige à Dahaneh-e Gholaman depuis 2007 sont placées sous la tutelle de l’Organisation iranienne du Patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme (ICHHTO), bureau de Zabol et Zahedan. Ces opérations ont bénéficié de l’aide logistique de l’ICHHTO ainsi que de l’aide financière du laboratoire Archéorient (UMR 5133, CNRS/Université Lyon 2) qui a mis également à ma disposition le matériel de prospection géophysique. Par ailleurs, l’Institut Français de Recherche en Iran (IFRI) a prêté son tachéomètre.

Figure 1b : Carte de Dahaneh-e Gholaman (fond de carte inédit de la mission italienne). Localisation des zones nord et sud, des surfaces prospectées par la méthode magnétique en 2011 et 2012 et des réservoirs modernes. (cliquer sur l’image pour agrandir)

Dahaneh-i Gholaman (“la Porte des Esclaves”) est situé à 44 km au sud-ouest de Zabol dans la province du Sistan – Baloutchistan à l’est de l’Iran (fig. 1a). Apparemment, ce site a été densément construit durant les VIème et Vème siècles av. J.-C., lors de la période Achéménide, puis abandonné (fig. 1b). Le site avait été exploré de 1962 à 1965 par une mission italienne dirigée par U. Scerrato (Scerrato 1970). Les fouilles n’ont repris ensuite qu’en 2000, dans le cadre d’une mission iranienne dirigée par S. M. S. Sajjadi qui s’est achevée en 2005 (Sajjadi et Saber Moghaddam 2004). Les travaux de ces deux missions archéologiques ont permis de dégager plusieurs bâtiments dont la fonction reste cependant difficile à identifier (fig. 2). Les fouilles ont aussi permis de mettre au jour des structures d’habitat domestique, qui reste rare et mal connu pour la période achéménide. Les principales problématiques de mes recherches actuelles touchent aux questions de l’étendue et du mode de l’occupation, ainsi qu’à celles de la fonction du site et des raisons de son abandon.

Figure 2 : Partie nord- est du site avec au premier plan le bâtiment 3, interprété comme un édifice religieux par U. Sceratto et S.M.S Sajjadi. (photo K. Mohammadkhani)

Prospection géophysique par méthode magnétique

En 2012, le programme de terrain prévu à Dahaneh-e Gholaman visait à achever la prospection géophysique et la reconnaissance archéologique du site. Nous avons prospecté par méthode magnétique environ 6 hectares répartis en 2 hectares dans la zone sud et à peu près 3.5 hectares dans la zone nord de Dahaneh-e Gholaman (fig.1b et 3).

Figure 3 : Image satellite de la zone sud de Dahaneh-e Gholaman (Google Earth, 2011).

En 2011, lors de la prospection géophysique de la zone sud du site, à 2 km de distance de l’ensemble des grands bâtiments, nous avions trouvé un bâtiment très important (fig. 4) dont le plan s’est révélé comparable à celui de certains palais achéménides du Fars dans le centre de l’Empire ainsi qu’à d’autres exemples ailleurs dans l’Empire, en Azerbaïdjan (Mohammadkhani 2012). En 2012 nous avons établi un carroyage de 100 mètres sur 200 mètres dans la partie septentrionale de la zone prospectée en géophysique en 2011 (fig. 1b). La carte magnétique montre que, dans ce nouveau secteur, il n’existe aucun vestige archéologique.

Figure 4 : Carte magnétique de la surface prospectée dans la zone sud en 2011 (partie sud) et 2012 (bande nord) de Dahaneh-e Gholaman. (cliquer sur l’image pour agrandir)

Dans la zone nord, en 2012, nous avons prospecté le sud du bâtiment 3, érigé sur les collines, et le canal (fig. 1b), et nous avons poursuivi la prospection au sud jusqu’à une grande colline dénommée localement “la tombe de Zoroastre”. La carte magnétique a permis de révéler la présence de trois bâtiments sur les collines. Nous avons également relevé des anomalies magnétiques correspondant à un nouveau segment de canal (fig. 5).

Figure 5 : Carte magnétique de la surface prospectée dans la zone nord de Dahaneh-e Gholaman (2011 et 2012).
(cliquer sur l’image pour agrandir)

Poursuite de la prospection archéologique sur les collines

En 2011, nous avions rapidement réalisé une reconnaissance de surface des collines naturelles qui occupent la partie centrale du site et le secteur sud-ouest. En 2012, nous avons entrepris la prospection systématique de la partie centrale du site, et nous avons de nouveau visité le secteur sud-ouest, mais plus rapidement puisque celui-ci a été détruit par la construction de bâtiments modernes pour l’organisation de la distribution d’eau. Nous n’avons trouvé aucun vestige archéologique dans ces deux secteurs. Nous avons également recherché des tombes sur les collines centrales, sans succès ; jusqu’à présent aucune nécropole n’a été repérée sur le site. Par ailleurs, sur les cartes de nos prédécesseurs, U. Scerrato et S. M. S. Sajjadi, un canal est présent dans la partie nord du site et ce canal ferait un grand coude dans sa partie orientale. A la suite de notre prospection, nous avons pu mettre en évidence qu’il s’agissait en fait de segments appartenant à deux canaux différents, qui ne sont pas reliés entre eux.

Relevé topographique du canal achéménide

Nous avons complété la carte topographique du canal achéménide dans la zone nord du site. L’objectif était de mesurer la direction de l’écoulement de l’eau dans le canal, ce que les missions italienne et iranienne ne précisaient pas (est-ouest ou ouest-est ?). D’après nos mesures, le sens de l’écoulement se faisait de l’ouest vers l’est. Nous avons également mesuré la hauteur de la terrasse naturelle de Dahaneh-e Gholaman par rapport à la plaine : le dénivelé atteint environ 11 m, de sorte que le nouveau segment de canal que nous avons mis en évidence ne peut pas venir du nord, mais probablement de l’est ou du nord-est.

Á l’issue de ces missions de terrain, la carte archéologique du site de  Dahaneh-e Gholaman a pu être complétée.  Les prospections ont mis en évidence dans la zone nord du site de nouveaux bâtiments dont l’existence était inconnue jusqu’à alors, ainsi qu’un grand bâtiment de plan typiquement achéménide dans la zone sud. Nos travaux ont également permis de rectifier certains tracés, en particulier celui de la partie orientale du grand canal, où il y aurait, non pas un, mais deux canaux, presque parallèles, qui tous deux coulent vers l’est et le sud-est dans le Réservoir n° 3 (moderne), qui est une dépression naturelle. Les données recueillies lors des prospections archéologiques pédestres sont en cours d’étude. Avec les nouvelles données acquises sur la topographie, elles permettront de rectifier ou de compléter les informations que nous avons obtenues sur l’organisation spatiale et les limites du site.

Bibliographie

Mohammadkhani K. 2012. Une nouvelle construction monumentale achéménide à Dahaneh-e Gholaman, Sistan, Iran. Arta 2012.1, [en ligne] http://www.achemenet.com/document/2012.001-Mohammadkhani.pdf

Sajjadi S. M. S., Saber Moghaddam F. 2004. Peintures et gravures murales découvertes à Dahan-e-Gholâmân, Sistan, Studia Iranica 33 (2), 285-296.

Scerrato U. 1966. Excavation at Dahaneh-e Ghulaman (Sistan- Iran), First Preliminary Report (1962- 1963), East and West, NS 16/1-2, 9-30.

Scerrato U. 1970. La missione archeologica italiana nel Sistan persiano, Il Veltro Rivista della civilta Italiana, 11 (1-2), 123-140.