Pourquoi les Tsiganes aiment les hérissons

Le hérisson occupe une place prépondérante dans la culture tsigane. Il est même reconnu comme un sym…

Le hérisson occupe une place prépondérante dans la culture tsigane. Il est même reconnu comme un symbole. D’où provient l’engouement culinaire des Tsiganes pour cet animal ?
« On mange du cochon, et le cochon mange tout ; tandis que le hérisson, c’est une viande saine parce qu’il est propre. Si nous mangeons des poulets, pourquoi ne mangerions-nous pas des hérissons ? Les poulets sont malpropres parce qu’ils mangent tout ce qu’ils peuvent trouver. »*
Les Tsiganes se soumettent à une série d’interdits, notamment sur le plan alimentaire, par souci d’hygiène et pour des motivations d’ordre symbolique. Ces interdits reposent sur une distinction entre l’extérieur et l’intérieur du corps social autant que du corps physique et sur une interprétation de la sexualité . En substance, il faut éviter d’ingérer des aliments contaminés par la souillure des Gadjé, par les sécrétions externes du corps humain (tels les cheveux et les pellicules), par l’impureté cyclique et temporaire de la femme, par le comportement de certains animaux (notamment sur le plan de la toilette et des pratiques alimentaires). Ainsi, grâce à ses piquants qui le protègent de la saleté extérieure, le hérisson est propre et il aurait même des vertus thérapeutiques. Par son mode de vie et sa psychologie, le hérisson serait donc un peu le Tsigane du règne animal…

Pour en savoir plus :

Hérisson oriental

• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
“Nous, on n’en parle pas.” Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
* “Les ‘compagnons du buisson’. Le hérisson au pays des Tsiganes” , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Urba-Rom, la revue Études Tsiganes.