“Le traducteur est toujours coupable”. Claire Placial pour les Langues de feu, Vases communicants de juillet 2012

C’est parce qu’une amie m’avait envoyé le lien d’un des billets de Marie-Anne Paveau publié sur la P…

C’est parce qu’une amie m’avait envoyé le lien d’un des billets de Marie-Anne Paveau publié sur la Pensée du discours que j’ai découvert Hypothèse ; c’est en lisant assidûment ce carnet que m’est venue l’idée d’ouvrir mon propre carnet ; et je suis ravie, heureuse, honorée, que ma toute première expérience de vase communicant se fasse avec ce carnet auquel je dois beaucoup, et de pouvoir accueillir Marie-Anne dans les Langues de feu ! D’autant qu’elle a invité avec elle dans les Langues de feu la Panthère du jardin des plantes: comme j’aime bien, outre les arbres et les langues, les bestioles en tout genre, je m’en réjouis fort.

C’est les fautes de traductions qui m’intéressent ici. Je sais que Marie-Anne a travaillé sur les questions de morale et de langue, j’hésitais entre deux ères d’exploration, et puis je ne sais plus trop comment, sur Twitter, la morale a été adoptée (encore que, la suite du billet montrera que non). Il ne s’agira pas tant de faire une typologie des fautes de traductions, et encore moins d’établir des barèmes sanctionnant contresens, faux sens et maladresses (des catégories d’ailleurs remises en causes, voir ici). Ce qui m’intéresse ici, c’est de m’interroger sur l’utilisation, pour désigner l’erreur (laquelle peut être très claire : traduire smile par « oiseau » est erroné), d’un terme évaluant en des termes de morale l’usage, ou le mésusage, que l’on fait de la langue.

Certes l’expression « faute de traduction », comme ses cousines, « faute d’orthographe », « faute de langue », est passée dans la langue courante et ce serait s’écarter d’une terminologie devenue plus ou moins canonique que d’y substituer un nouveau terme « erreur de sens », par exemple. Qu’il s’agisse d’une expression lexicalisée est manifeste si l’on considère comment les traductologues eux-mêmes, lorsqu’ils rédigent en anglais les résumés de leurs articles, traduisent « faute de traduction » : on trouve la plupart du temps le mot « erreur ». Ainsi le résumé d’un article de Jacek Pleciński intitulé en français Faute de langue, faute de traduction annonce-t-il : « This paper highlights the difference between linguistic error and translation error ».

 Pour autant, qu’on parle couramment de « faute » et non d’« erreur » de langue ne me paraît pas anodin. Du reste la notion, toujours beaucoup utilisée en marges des versions de langue étrangère ou ancienne, est largement remise en cause, de diverses manières. On peut postuler qu’une faute de traduction, c’est une erreur de traduction : le texte n’est pas traduit adéquatement, soit qu’un mot soit pris pour un autre, soit que le sens d’un énoncé ne soit pas compris, soit que la traduction résultante soit incompréhensible, etc. À ces erreurs manifestes s’ajoutent dans une certaine mesure les traductions que l’on peut estimer inadéquates pour toutes sortes de raisons, sans qu’elles soient linguistiquement erronées. Le calque est ainsi souvent estimé fautif par les correcteurs de versions, et par les critiques de traduction : outre qu’il donne souvent lieu à un énoncé français qui « sent » la traduction, le calque est souvent effectué en dépit du contexte. Un cas souvent évoqué est celui de la traduction des proverbes, auquel Antoine Berman a consacré de belles pages dans La Traduction et la lettre. Selon Antoine Berman, la traduction par équivalence (le fait de traduire it’s raining cats and dogs par « il pleut des corde » plutôt que par « il pleut des chiens et des chats ») mérite d’être mise en question. En tout cas, voilà un exemple où on peut contester tout aussi bien la traduction littérale « il pleut des chiens et des chats », qui n’a pas valeur de proverbe telle quelle en français, que la traduction par équivalence, « il pleut des cordes », qui ne traduit pas les mots du texte source. Mais alors, où est la faute ? Si l’on peut défendre chacune des deux options, tout en constatant qu’aucune n’est optimale, y a-t-il toujours faute ? À mon sens non, dans la mesure où positionner l’évaluation des traductions en termes de faute suppose qu’il existe une traduction transcendante, si l’on peut dire, une traduction vraie. Or dans le cas des proverbes, les deux solutions sont relativement vraies (relativement à la langue, relativement à la culture), mais pas absolument vraies. Mais cette position relativement relativiste est loin d’être universelle, et il se peut fort qu’elle soit extrêmement historique. Voilà des propos tenus par Ernest Renan, glanés en marge de sa traduction du livre de Job :

Ai-je besoin d’ajouter que la traduction ainsi entendue, surtout lorsqu’il s’agit d’œuvres fort anciennes ou créées par un génie profondément différent du nôtre, est un idéal qu’on ne saurait atteindre ? Toute traduction est essentiellement imparfaite puisqu’elle est le résultat d’un compromis entre deux obligations contraires : d’une part, l’obligation d’être aussi littéral que possible, de l’autre, l’obligation d’être français. Le devoir du traducteur n’est rempli que quand il a ramené la pensée de son original à une phrase française parfaitement correcte. Si l’œuvre qu’il traduit est très éloignée de nos habitudes d’esprit, il est inévitable que sa traduction offre, malgré tous ses efforts, des traits singuliers, des tours peu conformes à notre goût, des particularités qui demandent explication ; mais ce qui lui est absolument interdit, c’est une faute contre les règles obligatoires de la langue[1].

 Pour Renan, comme pour beaucoup de théoriciens et de traducteurs à son époque, l’impératif absolu, la transcendance à respecter au premier chef, c’est celle de la langue cible, de la langue française, de ses « règles obligatoires ». Etrange devoir du traducteur, de mon point de vue, que celui qui prioritairement s’occupe du français, et non de l’étranger qu’il traduit. La fidélité en traduction, ce serait alors la fidélité au français ? Mais Renan pose comme ici comme transcendantes, ou du moins intangibles, des règles dont la preuve qu’elles ne le sont pas est apportée par leur contestation par certains théoriciens et praticiens contemporains. Ainsi André Markowicz parlant en ces termes de ses traductions de Dostoïevski dans un entretien avec Delphine Descaves :

Par exemple en russe l’ordre des mots est très libre, on met d’abord ce qui est important, et après on construit la phrase. Généralement on n’a pas fait ça dans les traductions, on a toujours essayé de rendre une phrase française, et quand je dis « une phrase française », qu’est-ce que cela signifie ?
Avec la grammaire française…

Avec la grammaire française apprise à l’école ! Une grammaire non pas seulement française mais surtout scolaire, c’est-à-dire aussi politique. C’est un certain point de vue sur la grammaire, j’appellerais cela un point de vue de classe… dans tous les sens du terme. (Rires) Je veux dire, c’est la langue du pouvoir. En gros on apprend aux gosses des rudiments de la langue du pouvoir; à mettre en ordre leurs émotions, ce qui est très bien au demeurant, mais ce qui signifie aussi les effacer, et on considère que tout peut rentrer dans un schéma logique, ce qui est d’ailleurs typique de l’Histoire de la France.

Le cas de la traduction des proverbes est particulièrement exemplaire, mais il me semble qu’il peut être étendu à l’ensemble des situations où une perception prioritairement lexicale de la traduction entre en conflit avec une prise en considération du contexte, et des spécificités stylistiques du texte traduit. À mon sens, c’est là que réside le problème que pose la notion de faute de traduction – voire d’erreur.

S’il y a faute, c’est qu’il y a un coupable : le traducteur. Et s’il n’y a pas de traduction vraie, le traducteur est nécessairement coupable. L’expression apparaît dans l’article de Michel de Certeau « L’idée de traduction », dans lequel il expose la consciences qu’ont les traducteurs de la Bible de Port-Royal de la navigation nécessaire entre lettre et esprit (pour reprendre les catégories pauliniennes qui sont omniprésentes dans le discours traductif), mais également entre obscurité faisant partie du programme divin du texte, et obscurité due aux limites de l’entendement des traducteurs :

D’une part, il doit y avoir de l’obscurité (principe général relatif à la nature de l’auteur), mais d’autre part, en chaque cas particulier, comment savoir si l’obscurité relève de ce principe ou d’une simple ignorance (grammaticale, lexicale, historique) de la lettre ? En fait, n’est-ce-pas le déficit du savoir qui localise dans le texte les marques de l’Esprit ? […] Il n’y a pas de solution (le traducteur est toujours coupable), mais seulement des palliatifs. [2]

 « Le traducteur est toujours coupable », c’est ce que dit Certeau, qui se place du point de vue de Port-Royal : coupable quels que soient ses choix et les priorités qu’il décide, parce que, quoi qu’il arrive, il ne sera jamais l’auteur du texte qu’il traduit, il ne dira jamais la même chose, à moins de se faire Pierre Ménard, ce personnage de Borgès qui réécrit le Quichotte (et auquel je compte bien consacrer un billet dans les Espaces Réflexifs cet été). Et encore, à partir du moment où il traduit dans une deuxième langue, il y a différence, donc il n’y a pas identité. La différence des langues, qui fonde la condition de l’existence du travail du traducteur, est par ailleurs la marque de son péché originel. Le traducteur est toujours coupable, parce qu’il y a toujours faute, parce que jamais la traduction n’est identique à l’original.

Mais est-ce là une faute morale, pour autant ? Drôle de morale qui ne propose qu’une alternative entre deux façons de fauter, par attachement à la langue contre le message ou au message contre la langue. En fait, l’évocation de « fautes de traductions » se fait souvent sur le présupposé qu’il existe une façon de traduire qui serait bonne absolument, que ce soit dans un contexte donné (la traduction d’une phrase). Mais alors on ne s’en sort pas. Tragique destin du traducteur. D’où la multiplicité des méditations sur la traduction qui sont des méditations sur Babel et sur la nostalgie de la langue adamique, et d’une unité du langage et du monde[3]. On en trouve ici, ici, il y a le fait que la revue Babel soit ainsi nommée, on pourrait multiplier à l’envi les exemples. Et, preuve que cela m’obsède d’une façon ou d’une autre, et que cette obsession est partagée, la bibliothèque numérique de traductions à laquelle je contribue, que Maxime Durisotti administre et dont il a trouvé le nom, s’appelle Le Festin de Babel ; et j’ai sous-titré mon carnet de recherche « tours de Babel et glossolalie ». Les Langues de feu, dans les Actes des Apôtres, sont du reste cette émanation de l’esprit, Saint ou non, selon la perspective adoptée, qui réconcilie le langage post-babélique.

Le traducteur peut toujours courir après le texte original, il ne le rattrapera pas (j’en viens à m’imaginer le traducteur comme le Coyote des dessins animés, et me rappelle avoir eu une forme de tendresse pour le Coyote que je trouvais dans le fond plus intéressant que Bip-bip, quand bien même il était parfaitement ridicule) (j’édite le billet ici: j’ai passé ces derniers jours à me demander où j’avais vu comparer le traducteur au Coyote, je pensais en avoir parlé dans une conversation quelconque, et en fait, je me demande si je n’ai pas encore emprunté une comparaison à Markowicz, mais je ne sais plus où, dans cette conférence?). Est-il pour autant coupable, les interstices nécessaires entre la traduction et le texte traduit sont-ils pour autant des fautes ? Où commence l’infidélité, autre grande habituée du discours moral sur la traduction ? Je citais plus haut Markowicz : il récuse quant à lui la notion de fidélité, en même temps que l’habituel diction traduttore, traditore, cette idée selon laquelle traduire c’est trahir :

Je n’aime pas cette phrase, que je trouve simpliste pour la raison suivante : un traître c’est quelqu’un qui ne dit pas qu’il est un traître. Moi, tout ce que je dis, c’est que par nature, la traduction est une interprétation. Il ne peut pas y avoir de traduction objective, parce que c’est quelqu’un qui fait une traduction. Quand je dis « par nature » ça veut dire que ce n’est ni bien ni mal, c’est un fait de l’ordre de l’existant. Alors que faut-il demander à une traduction ? Ce n’est pas qu’elle soit fidèle, mais qu’elle soit cohérente, c’est-à-dire qu’elle soit une lecture, et une lecture appliquée. Une lecture pratique.

Du coup, le traducteur sujet de la traduction serait davantage un sujet éthique qu’un sujet moral, s’il n’y a pas de vérité de la traduction (du moins je crois qu’il y a des erreurs certaines, mais guère de vérité objective). C’est peut-être ce qui est en creux dans les propos de Jean-Yves Masson sur lesquels je finis le billet. Auparavant, une minute égo-historique et sérendipitesque (et je remercie au passage Marie-Anne, à qui je dois la découverte du mot « sérendipité », dans ce billet de la série sur les « diseurs de vérité »). Jean-Yves Masson a été mon directeur de thèse, j’ai suivi son séminaire sur la traduction de la poésie, et connaissais de son travail sur la traduction essentiellement son implication dans l’Histoire des traductions en langue française. Ce n’est pas quelqu’un de très prescriptif : il m’a mis dans les mains Berman, Meschonnic, Ladmiral, sans me dire quoi en penser et en me laissant me construire mes méthodes et mes opinions : ce que lui pensait de la traduction n’était pas directement en question. Et pour finir je découvre, six mois après la soutenance, cet article qu’il a écrit il y a vingt ans, quand il avait un peu moins de l’âge que j’ai aujourd’hui, et qui dit des choses dont je me sens très proche, et je me réjouis de cette conjonction a posteriori.

Parce qu’elle est forcément hantée par le concept de fidélité et par le spectre de la trahison, parce qu’elle doit à tout moment être « justifiée » et que les erreurs s’y nomment des « fautes », la traduction n’échappe pas, au cours de son histoire, au règne de la morale. (…)

C’est pourquoi il faudrait faire le lien de façon précise, dans l’histoire, entre le moment où une certaine morale classique occupée du souci des normes de bonne conduite commence à se fissurer, et l’apparition d’une idée de la traduction comme résultat de la rencontre entre deux personnalités. Que si cette idée ne se vérifiait pas exactement dans le temps, on pourrait au moins en tirer l’idée que les concepts issus de la réflexion éthique peuvent s’appliquer à la traduction précisément grâce à une méditation sur la notion de respect. Si la traduction respecte l’original, elle peut et doit même dialoguer avec lui, lui faire face, et lui tenir tête. La dimension du respect ne comprend pas l’anéantissement de celui qui respecte dans son propre respect[4].

[1] Ernest Renan, Préface au Livre de Job, 1858, réédité aux éditions Arléa, 1990, p. 9.

[2] Michel de Certeau, « L’idée de traduction de la Bible au xviie siècle », in RSR, 1978 p. 83.

[3] Lu dans La traduction en citations, cette phrase de Derrida : « Et si l’original appelle un complément, c’est qu’à l’origine il n’était pas là sans faute, plein, complet, total, identique à soi. Dès l’origine de l’original à traduire, il y a chute et exil ». « Des tours de Babel », Psychée : invention de l’autre, Paris, Galilée, p. 222. La traduction en citation: http://aix1.uottawa.ca/~jdelisle/Citations-TdM.htm

[4] Jean-Yves Masson, « Territoire de Babel. Aphorismes », dans Corps écrit n°36, Paris, Presses universitaires de France, 1990, p. 158.

“Les folles (més)aventures de l’orthographe rectifiée au pays du circonflexe”, M.A. Paveau pour La pensée du discours. Vases communicants de mai 2012

Je suis très heureuse de publier ce matin un billet sur le carnet de Delphine Regnard, dans le cadre…

Je suis très heureuse de publier ce matin un billet sur le carnet de Delphine Regnard, dans le cadre des Vases communicants de mai 2012. Comme elle, j’ai beaucoup enseigné en cherchant, et, si désormais je cherche aussi en enseignant, je n’ai jamais abandonné la première posture. Je suis également très heureuse de la recevoir sur La pensée du discours, qu’elle vient enrichir de ses recherches enseignantes et de son enseignement cherchant.

Préambule (1)

En 1990, est publié au Journal officiel un document administratif intitulé Les rectifications de l’orthographe.  Il contient des propositions de simplification de l’orthographe, recommandées, non obligatoires et approuvées par l’Académie française. Le texte précise que les deux orthographes, rectifiée et traditionnelle, sont en vigueur, et qu’aucune « des deux graphies ne peut être tenue pour fautive ».

À cette époque, je commençais ma thèse sous la direction de l’un des dix signataires du « Manifeste des Dix », court texte paru à la Une du Monde le 7 février 1989, et intitulé Moderniser l’écriture du français : “Seule une langue qui vit et se développe, une langue parlée et écrite aisément par tous, peut se défendre et s’épanouir. Il faut donc moderniser la graphie du français”, écrivaient les dix linguistes. Mais je commençais également mon enseignement de français au collège et au lycée dans l’Oise, où je m’efforçais de mettre en place une pédagogie efficace informée par les réflexions didactiques que m’avaient ouvertes Isabelle Pécheyran et Daniel Delas, actifs rédacteurs au Français aujourd’hui, revue de l’AFEF, et infatigables didacticiens et pédagogues. J’ai rapidement adopté l’orthographe rectifiée pour des raisons tant linguistiques (régularisation d’un système où certaines formes sont inexplicables donc à mon sens inenseignables) que démocratiques (faciliter l’accès aux apprentissages à des élèves pour lesquels la détention de la culture et de la littéracie légitimes n’est pas une évidence préalable).

Après une quinzaine d’années de rédaction rectifiée, j’ai pourtant renoncé à l’application systématique des modifications. J’ai eu envie d’expliquer ici pourquoi en me livrant à un petit exercice d’autobiographie orthographique.

Histoires

En 1999, j’ai offert à un collègue intéressé un numéro du Français aujourd’hui que j’avais coordonné. Intitulé « L’énonciation, questions de discours », il portait sur les nouveaux programmes de français de 1995, qui avaient introduit dans les apprentissages langagiers les notions de « grammaire de texte » et surtout de « grammaire de discours ». Ce collègue est angliciste et la linguistique anglaise en France est très préoccupée d’énonciation, en particulier parce qu’elle est inspirée par les travaux d’Antoine Culioli. Le français aujourd’hui est l’une des rares revues françaises à avoir adopté l’orthographe rectifiée quasiment dès l’origine et à l’appliquer de manière systématique. Il y a un petit encadré très clair en deuxième de couverture. Ce collègue m’a envoyé un mail de remerciement sans aucune remarque sur le fond mais avec un relevé un peu indigné de quelques « fautes » d’orthographe du numéro (en particulier des accents circonflexes), qu’il trouvait, me disait-il, un peu trop nombreuses pour une revue « sérieuse ». J’ai été bêtement blessée par ce qui ne m’apparait plus maintenant que comme une bêtise étriquée doublée d’une discourtoisie manifeste et triplée d’une ignorance il est vrai orchestrée par les gouvernements successifs depuis 1990 : le texte de 1990 n’a jamais été diffusé en France, aucune information n’a été faite aux enseignants, et il est resté, littéralement, lettre morte. En Belgique, au Québec, en Suisse, il en a été autrement : il y a eu diffusion, information et même enseignement, même si l’application a été bien sûr partielle. Je souris maintenant au souvenir d’un autre numéro, sur les compétences lexicales où le mot corolle, rectifié en corole (avec guibole, girole, rousserole, etc.), figure dans le titre d’un article et donc dans le sommaire, et donc dans les métadonnées, etc. Nous avions eu quelques réactions également à ce propos. Tiens, une idée : que tous les militants de la rectification qui écrivent des articles fabriquent des titres comprenant des mots assez visiblement modifiés du type renouvèlement, hautparleur, recéler, vadémécum, charriot, persifflage et ventail. De bons moments en perspective !

En 2002 j’ai publié un article sur les stéréotypes dans les discours sur l’école dans une revue de langue et littérature. C’était un de mes corpus de travail à l’époque et je lisais donc avec minutie ces textes polémiques que l’on appelle les « essais de rentrée », qui recèlent une violence verbale tout à fait remarquable comme souvent, il faut le dire, quand il est question en France d’école, de culture, de langue, et d’orthographe bien sûr. Comme pour tous mes articles à l’époque, j’ai envoyé une version en orthographe rectifiée, assortie de la petite note que je mets systématiquement au début de l’introduction pour prévenir les lecteurs, celle-là même qui figure ici. Les épreuves pour relecture contenaient des annotations sarcastiques du type (qui n’émanaient pas des coordinateurs ni de la direction de la revue) : « Et alors tous les accents circonflexes, vous les supprimez ? » ou « Je suppose que d’après vous il faudrait écrire nénufar et ognon ? ». Euh, ben oui : Nénufar/nénuphar, emprunté à l’arabe via le persan (pour aller vite), est donc un mot translittéré qui a connu plusieurs orthographes, et subi l’influence de son voisin le nymPHéa ; ognon/oignon est un des cas les plus évidents de distorsion inenseignable entre phonie et graphie. Ces deux graphies sont des anomalies. J’avais donc trouvé ces remarques déplacées et un tantinet agressives. Mais au moins « mes » rectifications capricieuses avaient été acceptées.

En 2010 j’ai organisé avec Bénédicte Étienne un numéro du Français aujourd’hui sur les liens entre didactique du français et psychanalyse, « L’autre scène dans la classe ». Nous avons fait appel à des psychanalystes. Je connais un peu le rapport à la langue des milieux analytiques et j’avais donc pris soin de prévenir les auteurs des pratiques « rectificatrices » de notre revue. Mais je n’avais pas anticipé le conservatisme antimoderne et même « antipédagogiste » de l’un des invités du numéro : outre un discours assez « préau et blouses grises » sur l’école, j’ai eu droit, à l’envoi du numéro, à un petit mail mi-étonné mi-indigné sur les « fautes » d’orthographe de la livraison. Rebelote. Comme j’avais corrigé d’assez nombreuses « vraies » fautes chez cet auteur fâché avec les accords, j’ai trouvé sa remarque un peu fort de café (d’autant plus qu’il m’orthographiait Marianne alors que je ne suis pas rectifiée, moi !). En même temps, elle vérifiait une donnée que la sociolinguistique des attitudes connait depuis longtemps : en matière de langue, les locuteurs font rarement ce qu’ils disent. Par exemple, un locuteur se déclarant à l’enquête attentif au respect de la norme et au niveau de langue, sera surpris à user de formes familières ou argotique en situation non auto-surveillée. Cette petite mésaventure me prouvait aussi, si besoin en était, que les psychanalystes ont un inconscient, ce qui est plutôt rassurant pour tous les analysants du monde.

Je pourrais continuer à égrainer mes petites anecdotes jusqu’aux vases de juin, tellement les crispations sur cette orthographe française sont permanentes chez la plupart des locuteurs du français.

Idéologies

L’orthographe possède en effet une fonction idéologique particulièrement développée et active en France. Ce que j’appelle idéologie en parlant de l’orthographe, c’est un ensemble d’opinions et de croyances qui sont présentées (qui se font passer pour, dirait-on de manière un peu plus marxiste) comme des évidences naturelles et/ou des vérités scientifiques (nénufar en est un bel exemple). Ces aspects idéologiques sont bien connus et bien étudiés, et je me contente de les rappeler :

– assimilation de l’orthographe à langue et son corollaire : on ne maitrise bien la langue que si l’on maitrise l’orthographe ; en fait, ça marche plutôt en sens inverse et l’essentiel est de comprendre les graphies, surtout quand elles sont liées à des marques grammaticales (comme les marques nominale et verbale du pluriel par exemple). Comprendre, et non pas apprendre par cœur des listes, comme il est préconisé dans la dernière circulaire ministérielle sur l’orthographe.

– attribution à l’orthographe d’un statut de « lieu de mémoire » linguistique : les signes diacritiques, comme le fameux accent circonflexe, généralement dépourvu de fonction linguistique sur le i et le u (sauf quand il sert à discriminer des homographes comme sur/sûr) mais investi d’une forte dimension étymologique (il signale la plupart du temps une ancienne graphie, comme dans fenêtre dont la graphie antérieure est repérable à l’état de trace dans défenestrer) ou les lettres étymologiques (dans doigt, vingt, temps, sculpture, etc.) sont jugées indispensables au système de la langue par les partisans de l’orthographe traditionnelle car la langue, sans eux, serait « dénaturée ». Mais s’il y a quelque chose qui n’est pas naturel, c’est bien la langue, produit humain social, uniquement social…

– attribution à l’orthographe d’une fonction axiologique : l’orthographe serait une valeur, en particulier esthétique (le fameux « amour de la langue » ou le sentiment de « beauté de la langue » qui poussent certains locuteurs à rejeter des formes qu’ils jugent « laides » ou « malsonnantes ») et morale (une « mauvaise » orthographe est une « impolitesse » ou un « irrespect »).  Une partie de l’idéologie qui se cristallise autour de l’orthographe me semble bien résumée par cette sélection de tweets de Bernard Pivot, rassemblés fort à propos, mais sans doute pour des raisons un peu différentes des miennes, par un professeur de mathématique sur son blog pédagogique. On y constate à plusieurs reprises que l’orthographe est bien considérée comme une valeur et par conséquent elle-même prise dans un réseau de valeurs : la propreté, la politesse, le respect. L’orthographe permettrait même de réussir, si l’on décode l’implicite, sa vie amoureuse… Cette dernière idée est assez courante, et extensible à l’ensemble de la langue : dans un guide d’enrichissement du vocabulaire, par ailleurs excellent, Paul Désalmand signale dans une sublime et anthologique note de bas de page qu’il n’épouserait pas une femme qui dirait malgré que. L’orthographe est surtout présentée par Bernard Pivot comme un don naturel (« Il n’est pas donné à tout le monde d’avoir naturellement une bonne orthographe »), ce qui est sans doute l’erreur la plus grossière et l’affirmation la plus idéologique et excluante de la série, car elle ouvre à toutes les stigmatisations par naturalisation, selon une idéologie du « don » (ah, la figure de l’élève doué…) que l’on connait bien par ailleurs. Une orthographe « naturelle », ça n’existe pas. On comprend donc que c’est l’axiologisation de l’orthographe qui la rend idéologique (on trouvera une bibliographie importante sur ces aspects normatifs, axiologique et idéologiques dans l’ouvrage de synthèse La langue française, passions et polémiques. Voir en particulier le chapitre 4 consacré à l’orthographe et rédigé par mes soins).

­­­L’orthographe est de ce fait un serpent de mer increvable du débat culturel en France, qui prend toujours les mêmes formes, celles des attaques d’opinion voire d’indignation, mais toujours sans argumentation. Le ton monte vite, les attaques ad personam fusent, l’appel au stéréotype est omniprésent, l’argument idéologique asséné sans sommation. La langue serait en danger, son corps symbolique serait maltraité, la décadence est proche, l’écriture phonétique menace, le français ne sera plus qu’un gigantesque sms…

Face à cela, les linguistes, surtout les spécialistes de ce domaine si complexe et subtil qu’est la graphie (Brissaud, Chervel, Cogis, David, Fayol, Haas, Jaffré, Manesse, Honvault, et Anis et Catach qui ne sont plus là mais qui ont tellement, presque tout d’ailleurs, fait pour l’avancée du savoir dans le domaine) doivent rester zen et répéter, inlassablement, que l’orthographe est instable, que ses zones de fragilité découragent les apprenants et les plongent dans l’insécurité linguistique et que la peur de faire des fautes fait faire des fautes : c’est l’hypercorrection, cette attitude qui consiste à surjouer fautivement la norme dans ses marques de prestige. L’accent circonflexe en est une et, après une première étude sur la question qui montre à quel le problème est sérieux pour les utilisateurs de… Blackberry, je prépare la seconde à partir d’une collection de ces « faux » accents de prestige dont la variété s’accroit de semaine en semaine : alors que les classiques du genre étaient plutôt faîtes et dîtes, je recueille maintenant des répît, brêve, débât, râté, etc. Ils sont particulièrement fréquents sur l’internet, ce qui montre aussi qu’il s’agit là d’une zone orthographiquement insécure. Et effectivement, parmi les figures qui peuplent la toile, se trouve, outre le troll et le bisounours, le grammar nazi, intraduisible en français et dans les langues européennes je pense, pour des raisons historiques (c’est en tout cas l’hypothèse que je défends dans ce billet sur la figure du grammar nazi). Je l’appelle pour ma part de manière plus mitigée la « sentinelle de la langue », qui dort en chacun de nous.

Et pourtant, ces modifications sont bien minimes et sont d’ailleurs parfois attaquées pour cette raison : dans un article de 25.000 à 30.000 signes, c’est l’affaire tout au plus de 6 ou 7 circonflexes, deux ou trois trémas, une ou deux doubles consonnes et quelques traits d’union. Un enseignement-apprentissage constructif et non prescriptif de l’orthographe, comme on en trouve des outils et des sources dans ce billet de Viviane Youx (voir aussi la bonne bibliographie qui y est associée) ou dans cet autre de Stéphanie de Vanssay peut les intégrer de manière très féconde.

Mais au fait, cet abandon de l’orthographe rectifiée, pourquoi, comment ? J’y viens.

Pratiques

Quand j’ai ouvert mon premier blog, je me suis posé la question des rectifications. Mais on sait à quel point les commentaires sur les fautes de langue sont nombreux dans les commentaires, quel que soit le thème abordé : qu’il s’agisse de blogs de shopping ou de littérature, de politique ou de course à pied, les commentaires finissent toujours par trouver le chemin de la grammaire, de l’orthographe, ou du vocabulaire. Langue et métalangue alternent constamment. J’aurais eu constamment des commentaires de ce type, donc j’y ai renoncé. Pour l’instant je n’envisage pas d’appliquer les modifications dans mes écritures en ligne. Si une sorte de collectif se créait, qui rassemblait plusieurs blogs avec une forme de charte orthographique commune bien affichée, je le ferais. Mais isolée, ce serait vraiment un appel au trolling permanent.

Je n’écris plus en orthographe rectifiée que dans les lieux qui le recommandent ou le proposent : certaines revues, certains collectifs. Ils sont rares, et ont parfois reculé : la revue Mots par exemple qui était militante et appliquait les rectications sous l’influence passionnée de Maurice Tournier, ne fait plus que les recommander actuellement. Dans un numéro des Études de linguistique appliquée, où je pensais naïvement que la cause était entendue, on m’a empêché de les appliquer et j’ai dû corriger mon texte (« c’est l’éditeur », m’a-t-on dit. Klincksieck). Dans un numéro de Langage et société sur les normes en 2007, nous étions deux, Danièle Manesse et moi-même, à les appliquer. Nos textes sont sortis en orthographe « ordinaire », dit l’errata glissé dans le volume, qui mentionne « le passage quasi-automatique du correcteur orthographique ». Les revues aussi ont un inconscient, cqfd. Les textes ministériels, qui auraient évidemment un rôle moteur dans leur diffusion, surtout depuis leur apparition dans les programmes du primaire de 2007, les ignorent : le dépliant récemment édité par le ministère, intitulé « L’orthographe et son enseignement », n’aborde pas la question et n’applique évidemment pas les rectifications.

Cauda

Ces (més)aventures ont montré que les rectifications orthographiques sont tout sauf aisément praticables en France : entre les refus et les oublis, les résistances et les re-corrections intempestives, le scripteur rectifiant passe son temps à lutter. Alors que faire ? Accepter d’expliquer, de se justifier, de se battre pour obtenir la disparition de trois circonflexes, deux trémas et quelques doubles consonnes ? Je suis lasse et je préfère dépenser mon énergie à organiser de ludiques formations express pour les ministres ignorants et écrire des billets-vases (et trop fleuves, j’en ai peur…) chez les ami.e.s qui savent que la langue, loin d’être ce corps sacré et permanent que vénèrent les « amoureux de la langue », est un dispositif graphique parfois erratique, modifiable et souvent modifié dans l’histoire (comme le montre cette imposante bibliographie), qui peut subir des régularisations sans que le système de la langue n’en soit outragé, brisé, martyrisé.

1. Ce texte applique les rectifications orthographiques proposées par le Conseil Supérieur de la langue française (JO du 06.12.1990).

Crédits 

1. “Don’t Panic Alphabet”, Thomas Heaphy, 2011, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

2. “Planche 4″, Zephyrios, 2012, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Pour citer ce billet :

Paveau M.-A., 2012, ”Les folles (més)aventures de l’orthographe rectifiée au pays du circonflexe“, M.A. Paveau pour La pensée du discours. Vases communicants de mai 2012, http://enseignant.hypotheses.org/?p=444, consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts